« Facebook va lancer sa cryptomonnaie, et cela va marcher !!» L’édito de Charles SANNAT…

Pour ceux qui s’intéressent aux crypto-monnaies le guide incontournable avec analyses et synthèses sur le sujet sur https://cryptoast.fr/fiches-crypto/. Tout savoir sur le Bitcoin c’est ICI (guide gratuit)et toute l’actu des cryptos avec un article sur la cryto-monnaie de Facebook dont Charles nous parle. La facilité pour le géant Facebook, de se substituer aux états en battant monnaie n’est pas si innocente que cela, pour l’instant, pas de réaction des gouvernements.. Partagez ! Volti

******

Charles Sannat pour Insolentiae

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Libra, le projet de cryptomonnaie de Fracebook, devrait voir le jour officiellement en 2020 et c’est à ce jour 27 partenaires qui ont signé un accord avec Facebook et qui investissent chacun plusieurs millions dans le projet.

Techniquement, Libra sera une cryptomonnaie basée sur la technologie dite « blockchain ».

L’innovation majeure, ne va pas tant tenir dans la technologie de la cryptomonnaie elle-même que dans sa facilité d’utilisation et au fait que Facebook, c’est 2 milliards d’utilisateurs.

J’ai toujours dit et affirmé que le Bitcoin était une belle technologie, et une bien mauvaise monnaie.

D’abord parce qu’elle n’est pas une monnaie « officielle » ce qui est un vrai problème qui concernera aussi Libra, ensuite parce qu’acheter des Bitcoins, c’est difficile et cela nécessite des « compétences ». Libra sera très accessible pour tous les utilisateurs de Facebook qui va savoir rendre sa monnaie ultra simple à utiliser. Mais ce n’est pas tout, en s’associant à Via, Paypal, Free (en France) ou encore VTC Uber, Booking.com, eBay ou encore Spotify, ce n’est pas juste une cryptomonnaie « Facebook » qui va être lancée mais une cryptomonnaie qui va essaimer bien au-delà de l’univers pur du réseau social.

Avec l’ensemble de ces partenaires, ce sont des milliards de personnes qui vont potentiellement devenir utilisatrices de cette nouvelle monnaie digitale.

« Pour ce partenariat, Facebook a créé une fondation en Suisse, à Genève, qui réunit les 28 membres du projet. Chaque partenaire a mis au minimum 10 millions de dollars dans le projet pour avoir un « nœud » (serveur) de la blockchain de la cryptomonnaie de Facebook. Facebook espère attirer au total une centaine de groupes d’ici fin 2019 ».

Une crypto-monnaie stable.

« Cette crypto à l’initiative de Facebook sera indexée sur une « réserve » de devises.

Au moins l’euro, le dollar, le yen et la livre dans un premier temps, afin d’en assurer la stabilité. Les réserves seront accumulées au fur et à mesure des achats de la cryptomonnaie, notamment sur les Bourses « crypto ». D’autres monnaies pourraient ultérieurement faire partie de cette « réserve » de devise pour élargir et renforcer l’assise du « libra » ».

Facebook et une centaine de grosses entreprises vont battre monnaie !

D’un point de vu intellectuel, cette monnaie numérique va atteindre immédiatement le niveau de seuil d’utilisateurs pour en faire une monnaie mondiale. Assise sur d’autres monnaies et convertible, elle sera stable contrairement au Bitcoin ce qui va en faire une réserve potentielle de valeur et d’échange nettement plus performante.

Tout est donc presque pour le mieux, et je suis nettement plus favorable à ce type de crypto-monnaies qu’à celles actuelles… Mais, il reste cette question immense autour du fait de laisser des entreprises privées battre monnaie en lieu et place des banques centrales.

L’embryon de monnaie mondiale des mondialistes !

Le combat s’annonce passionnant dans les mois qui viennent, car ce que veut Facebook, n’est ni plus ni moins qu’une monnaie mondiale pour des réseaux mondiaux le tout étant assis sur des monnaies sous forme d’un panier des grandes devises que sont le dollar, l’euro et la livre. La Libra n’est pas conçue pour vous enrichir ou pour la spéculation mais pour enrichir Facebook et ses partenaires.

C’est la concrétisation du rêve de certains mondialistes d’avoir une monnaie unique et mondiale. La première tentative va être privée et Facebook se retrouve le chef de file de cette aventure.

Pourtant rien ne dit, compte tenu du poids que risque de prendre cette monnaie que les Etats laissent Facebook aller jusqu’au bout de son projet.

Si Facebook lançait réellement sa monnaie Libra, et que celle-ci connaît le succès qui est très probable, cela mettrait également ce groupe dans une situation de domination y compris monétaire qui viendrait totalement détruire le peu de souveraineté des pays européens, mais aussi des Etats-Unis.

De manière générale les Etats seraient privés du levier d’action monétaire.

La Libra, va fonctionner parfaitement, elle connaîtra un succès fulgurant et c’est ce qui en fait paradoxalement sont principal danger. C’est un outil de domination terrible.

Pour le moment personne ne semble vouloir s’opposer à Facebook.

C’est très surprenant et c’est cette absence d’opposition qu’il faut creuser.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

Voir :

Ecologie, payez les gueux, l’Assemblée rejette la taxation du secteur aérien

!Trump accuse le New-York Times de trahison…

La FED, les taux, et le ridicule de la communication

17 commentaires

  • Etant déjà ruiné financièrement, je ne me sent que fort peu concerné au premier abord.

    Après, tant que l’on me versera des sommes en Euros, et de préférence, en cash, je survivrai.

    Et autrement, n’allez-pas sur Fesses Bouc et n’achetez pas sur le net…

    c’est un voeu pieux…

  • Beaucoup de personnes imaginent que les cryptommonaies sont des monnaie émancipatrices du système. Ils s’imaginent la même chose au sujet des monnaies locales.
    C’est une belle erreur! C’est facile de créer de la monnaie encore faut-il que ce soit sur une base économique sérieuse, équitable et solidaire. La libra, rien que le nom sent l’arnaque sociétale. Très équilibré tout ça, il faut 10 millions de dollars pour pouvoir créer un noeudhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif
    Je suis de plus en plus ravie de ne m’être jamais inscrite sur ce réseau social déchet de l’humanité.
    Quand les gens vont-ils commencer à se poser la bonne question en terme monétaire, à savoir : Mais pourquoi ne pas créer une monnaie sur la base d’un invariant spatio-temporel(valeur de référence commune à tous les utilisateurs qui ne bouge pas dans l’espace et dans le temps), comme on l’a créé pour le mètre, le kg etc… On oublie que l’argent est aussi une unité de mesure, son but premier étant de pouvoir donner une valeur(mesure) aux choses afin de faciliter les échanges. Pour rappel, il n’y a pas si longtemps la France utilisait un tas de systèmes de mesure différents et c’était la galère, bagarres, injustices, problèmes scientifiques. Après la révolution, on a établi le système métrique. Une commission dirigée par Condorcet a choisi le méridien terrestre comme invariant spatio-temporel, le méridien terrestre parce qu’il est commun à tous les humains de cette planète, la dix-millionième partie du quart de méridien c’est le mètre. Plus personne ne se dispute, il n’y a pas d’inégalité dans l’utilisation de cette mesure, que l’on soit en France ou en Chine c’est pareil, que ce soit pour nos grand-parents ou nous c’est pareil. C’est quand même pas compliqué à comprendre que tant qu’une monnaie ne sera pas basée sur un invariant spatio-temporel ce sera foutu d’avance!

    • Bonjour Laurence https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

      C’est peut-être bien ce qu’ILS vont faire…

      Créer une monnaie mondiale basée sur un invariant monétaire appuyé sur toutes les monnaies participantes comme garanties.

      Question : Pourras-t-on acheter de la crypto-monnaie dans une monnaie, et la vendre dans une autre ?

      Encore mieux que le FOREX…

      Me marre d’avance.

      TIC ! TAC ! TIC ! TAC !…

    • M.G. M.G.

      Merci Laurence pour cette énième mise au point. Puisse-t-elle faire « tilt » dans quelques esprits https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

      Quant aux réseaux sociaux, pour une fois c’est Jacques Attali qui, à mon sens, les définit avec le plus de justesse. Cette définition pourrait s’appliquer à bien des lieux de bavardages virtuels, tel qu’un blog !

      Les réseaux sociaux ne sont ni des réseaux, ni sociaux. Ce sont des lieux de narcissisme solitaire, de narcissisme masturbatoire juxtaposés, ou chacun essaie de se mettre en valeur, mais en rien de participer à quelque-chose avec l’autre. (Jacques Attali)

      source

      M.G.

      • Bonsoir MG,
        si dans l’ensemble Attali définit très bien les réseaux sociaux, je ne trouve pas que cela s’applique au blog car il y a généralement mais pas toujours un échange de savoir faire(blog de jardinage, cuisine, couture etc) d’informations politiques, informations éco, d’expériences personnelles, etc… Rien à voir avec les réseaux sciaux qui ont comme principal moteur l’égo. A la base c’est uniquement la personne qui est mise en avant.

        • M.G. M.G.

          Oui tu as raison.

          Proverbe inventé du jour (hommage à Pinpin de Houmt-Souk ;) )
          Si tous les goûts sont dans la nature, tout l’égout est sur le net …

          M.G.

          • Avatar engel

            A mon sens, ce n’est absolument pas ça internet.
            – Les réseaux sociaux ne font pas internet.
            Ils n’en sont qu’une facette certes pitoyable….mais c’est voulu et entretenu.
            Vouloir voir en internet que les égouts de l’humanité qui s’y expriment. C’est ignorer et salir tous les êtres de partage et d’amour qui ont su trouver là un moyen de partage et d’espérance ….pour transformer la merde en engrais!

            Le meilleur exemple étant la tenancière de ce blog.

            …Sans compter que donner raison à Atali https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

            • M.G. M.G.

              ….pour transformer la merde en engrais! Le meilleur exemple étant la tenancière de ce blog.

              https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif
              j’me disais bien qu’il y avait une petite odeur !
              Merci pour ce fou rire !

              Sinon, bien sûr que de très belles choses côtoient les égouts du net, le problème est de les dénicher parmi les détritus …

              M.G.

  • Avatar moi227

    la consommation électrique du bitcoin représente plus de 40% de la consommation autrichienne
    https://www.fournisseur-energie.com/bitcoin-plus-energivore-etat/

    et les crypto machins y’en a des centaines !!
    https://www.contrepoints.org/2017/12/31/306324-1300-cryptomonnaies-combien-dautres

    …. va falloir …. reconstruire des EPR alors… ? :-(

  • Avatar Billou223

    « Andreas Antonopoulos, explique comment le prochain stablecoin de Facebook, qui sera utilisé pour envoyer de l’argent à travers les frontières, va perturber les opérations bancaires et pourquoi ce n’est pas une véritable crypto-monnaie.

    Il soutient qu’il existe « cinq piliers » qui définissent une véritable crypto-monnaie – publique, ouverte, neutre, sans frontières et résistante à la censure – et qu’aucun d’entre eux ne s’applique à GlobalCoin.

    Techniquement, GlobalCoin s’appuiera sur des mineurs, comme Bitcoin; Cependant, contrairement à Bitcoin, GlobalCoin fonctionnera dans un système fermé qui devra se conformer à la loi du pays dans diverses juridictions. En outre, contrairement à Bitcoin, pour qu’un mineur rejoigne le réseau et exploite un nœud complet, chacun devra collecter 10 millions de dollars.

    Antonopoulos,
    « Fondamentalement, il faut comprendre que ce que Facebook ou une entreprise telle que Facebook propose n’est pas une crypto-monnaie. Elle ne présente aucune des caractéristiques fondamentales de la crypto-monnaie. Elle ne repose pas sur les cinq piliers d’une chaîne de chaînes ouverte. .  »

    « Tout ce qui est créé par une organisation centralisée… ne peut atteindre aucun de ces cinq piliers. Et la raison pour laquelle ils ne peuvent le faire, c’est parce que la loi les en empêche. Donc, tout d’abord, ils ne peuvent pas résister à la censure. »

    « Ils ne peuvent pas résister à la censure car ils sont légalement tenus d’empêcher la transmission de fonds à certaines entités. Ces entités incluent des pays sanctionnés comme l’Iran, la Corée du Nord, le Venezuela, etc. »

    « Cela ne peut pas non plus être sans frontières, car il vous est interdit d’envoyer de l’argent dans certains pays, ce qui signifie que vous devez être capable d’identifier à la fois qui reçoit cet argent et où ils se trouvent. Pour identifier qui et où ils se trouvent, vous devez respecter la réglementation en matière de financement du terrorisme antiterroriste avec connaître votre client.

    Essentiellement, vous commencez à vous comporter comme une banque. Toute personne qui met en œuvre un système de paiement centralisé doit suivre toutes les règles d’un émetteur de fonds ou d’une banque. À ce stade, vous n’êtes plus neutre.
    Le protocole lui-même ne peut pas être neutre, car neutralité signifie tout expéditeur, tout destinataire, toute valeur quelle que soit. Et le protocole ne se soucie pas de savoir où vous êtes, qui vous êtes, ce que vous faites avec cet argent et pourquoi. Et une entité réglementée ne peut pas se soucier de toutes ces questions. Ils doivent vérifier toutes ces choses. Qui êtes-vous, où êtes-vous, que faites-vous avec cet argent et d’où vient-il? Vous remarquerez peut-être ces questions très spécifiques que vous avez probablement reconnues. Votre banque vous a probablement posé certaines de ces questions. L’un des échanges que vous entretenez vous a probablement posé certaines de ces questions. ‘Quel est votre revenu? Montrez-nous votre identifiant. Quel pays êtes-vous? Êtes vous un Américain? »

    « Facebook opère comme une entreprise sans frontière dans de nombreux aspects de son fonctionnement. L’argent n’est pas une entreprise dans laquelle il peut le faire. Il peut le faire avec du contenu grâce à diverses protections de la loi, et même cela a pour résultat que Facebook est bloqué et interdit dans un Essayer de suivre la réglementation en matière de paiement de deux milliards de clients répartis dans 194 pays est un gâchis qui entraînerait le même type de problèmes que PayPal. Pourquoi PayPal n’est-il pas une entreprise mondiale qui sert 194 pays? Parce qu’ils ne peuvent servir que 20 ou 30 pays, et même dans ce pays, ils doivent faire tout cela parce qu’ils sont devenus une banque. Ils ne résistent pas à la censure. Ils ne sont pas sans frontières. neutres, et ils ne peuvent pas non plus être publics, car ils ne peuvent pas rendre publiques toutes ces informations, car cela enfreindrait diverses lois.
    Par conséquent, le plus important, ils ne peuvent pas être ouverts. Ils ne peuvent pas vous permettre de l’envoyer ou de le recevoir en dehors de leur plateforme. Ils ne peuvent pas vous permettre de l’extraire de leur plateforme. Ils ne peuvent pas vous permettre de le vendre à quelqu’un d’autre sans qu’ils soient un intermédiaire, ils devront s’asseoir au milieu et contrôler chaque transaction. Ils ne sont pas ouverts. Ils ne sont pas publics. Ils ne sont pas neutres. Ils ne sont pas sans frontières. Ils ne résistent pas à la censure. Ce n’est pas une crypto-monnaie, mais une banque, tout comme PayPal et JPMorgan Chase.
    Maintenant, il s’agira d’une très grande banque multinationale très puissante, avec beaucoup d’utilisateurs. Les banques devraient donc être vraiment effrayées, car lorsque les entreprises de technologie commencent à jouer dans le secteur bancaire et qu’elles ont tous ces utilisateurs et toute cette expérience technologique, cela crée de véritables défis pour les banques. Parce que même si Facebook ne peut pas être aussi ouvert, aussi sans frontières, aussi neutre et aussi résistant à la censure qu’une crypto-monnaie, il peut certainement être plus ouvert, plus sans frontières et atteindre plus de pays que JPMorgan Chase, et commence avec plus d’utilisateurs.

    Cela devrait donc faire peur à toutes les sociétés de services financiers existantes. Cela devrait également faire peur à certains régimes autoritaires qui essaieront sans succès de bloquer Facebook, puis tenteront des manœuvres légales et, encore une fois, échoueront ou feront face à une armée d’avocats. Cela concerne donc également les banques centrales, en particulier celles des pays en difficulté. Cela affecte les monnaies fiduciaires, car cela va forcer les banques à se moderniser. Encore une fois, toutes ces restrictions légales vont bien sûr être remises en cause, ce qui rendra probablement le système bancaire plus ouvert. C’est une bonne chose, mais ce ne peut jamais être une crypto-monnaie et il ne peut jamais être aussi ouvert. Bitcoin ou l’une des autres crypto-monnaies ouvertes, sans frontières, publiques et résistantes à la censure.

    Je vais donc garder ce que j’ai parce qu’il ne s’agit pas pour moi de commodité de paiement. Il ne s’agit pas d’accéder à une base de deux milliards d’utilisateurs. Il s’agit de pouvoir être libre de détenir mon propre argent, de ne pas laisser quiconque le geler, le censurer, me dire qui je peux effectuer des transactions ou quand je peux effectuer des transactions, ou comment je peux effectuer des transactions ou pour quoi je peux effectuer des transactions. Cette liberté est au cœur de la crypto-monnaie, et c’est quelque chose que vous ne pouvez pas avoir avec ce GlobalCoin. »

Laisser un commentaire