Tous des serviteurs de l’Intelligence Artificielle ?..

Comment concevoir qu’une Intelligence Artificielle puisse régir notre quotidien et passer outre l’humain, surtout s’il (l’humain) n’a pas les moyens de contester sauf…si on augmente ses capacités cognitives et physique ? Ça n’est malheureusement pas une fiction. Les adeptes du transhumanisme, s’emploient à imaginer, (créer ?) ce super humain, doté de capacités hors normes. Sachant que la programmation est humaine donc imparfaite, il est probable que ces « choses », soient capables dans l’avenir, d’apprendre par elles-mêmes, de se réparer et de s’autoreproduire, ce qui rendra l’humain inutile ? Souhaitons que les trois lois d’Azimov, ne soit pas omises dans leur programme et, que ces « tas de ferraille et de circuits imprimés » ne veuillent pas supplanter leurs créateurs. Ils ont trop regardé les super héros de Marvel.. Partagez ! Volti

******

Par Sylvain Devaux alias Nono le Robot pour La Robolution

Laurent Alexandre

ous des serviteurs de l’Intelligence Artificielle ? C’est dans un article de l’Express que notre ami Laurent Alexandre s’interroge sur l’Intelligence Artificielle. Une interrogation légitime puisqu’il indique que dans de nombreux domaines, les performances des algorithmes dépassent celles de humains. Ce qui nous vaut ce papier signé du grand chantre du transhumanisme c’est la capacité de décision de l’homme. Tout le monde se pose la question de savoir si les machines domineront le monde.

Dans son article, Laurent Alexandre cite évidemment la médecine (son dada) où il sera de plus en plus difficile à un médecin de prendre une décision contraire à celle d’une IA. Le taux de performance de celle-ci étant bien plus élevé dans la reconnaissance de certaines maladies que cela demandera d’y déroger en prenant de lourdes responsabilités. Même chose pour le patient qui devra faire des choix.

Mais Laurent Alexandre avance aussi le fait que les décisions d’une très grande partie de la population seront contraintes par ce qu’imposera l’IA. Mais c’est déjà souvent le cas. Les indicateurs pour les banques peuvent faire basculer la décision de vous accorder un prêt ou non par exemple, sans que le banquier puisse intervenir lui-même (c’est parfois le cas…mais pas toujours).

Alors pour lui, seule une poignée d’humains aura cette faculté et cette possibilité de passer outre les décisions d’une IA. Des humains capables de déceler des failles dans ces analyses décisionnelles qui ne seraient qu’un petit nombre.

Mais il ne va pas plus loin et c’est là que je m’interroge. Comment lui, le grand manitou de l’IA, passe-t-il à côté de LA solution ? Enfin SA solution puisque selon lui, mais pas dans cet article, il faudra avoir recours à un « homme augmenté » qui pourrait être plus intelligent et vivre bien plus vieux voir devenir immortel…

En fait, la solution, il l’évoque mais comme une tragédie. La solution est en l’homme qui de mouton peut devenir loup, ou en tout cas défier ce système. Les fameux gilets jaunes ont donné un avant-goût de ce que pouvait produire une société déshumanisée et oppressante envers ceux « qui n’ont pas les moyens », les « sans-dents » si chers à François Hollande. En effet, les humains sont des moutons… jusqu’à un certain point.

Sylvain DEVAUX

Voir :

11 commentaires

Laisser un commentaire