“Nous ne devons rien, nous ne paierons rien” — Tout ce qu’on vous a raconté sur la dette est faux (Charles Eisenstein)…

Réflexion…

Quand quelqu’un prête de l’argent alors qu’il sait que l’emprunteur ne sera pas en mesure de le rembourser, c’est de la philanthropie. S’il exige d’être remboursé, c’est de l’escroquerie. RI

La légitimité d’un ordre social repose sur la légitimité de ses dettes. C’était également le cas dans le passé. Dans les cultures traditionnelles, la dette, au sens large — les dons réciproques, les souvenirs de services rendus, les obligations pas encore acquittées — était la glu qui assurait la cohésion de la société. Tout le monde, à un moment ou à un autre, a été débiteur de quelque chose envers quelqu’un. S’acquitter de ses dettes était indissociable de s’acquitter de ses obligations sociales ; cela faisait écho aux principes d’équité et de gratitude.

Les associations morales liées aux acquittements de dettes nous accompagnent encore aujourd’hui, et sont à la base de la logique d’austérité et du code juridique. Un bon pays, ou une bonne personne, est censée faire tout ce qui est en son pouvoir pour rembourser ses dettes. Par conséquent, si un pays comme la Jamaïque ou la Grèce, ou une municipalité comme Baltimore ou Detroit, ne possède pas assez de fonds pour rembourser ses dettes, il/elle se voit moralement contraint(e) de privatiser des biens publics, de diminuer retraites et salaires, de liquider des ressources naturelles, et de réduire les services publics, afin d’utiliser les économies engendrées pour rembourser ses créditeurs. Une telle prescription prend pour acquise la légitimité de ses dettes.

Aujourd’hui, un mouvement naissant de résistance contre la dette émerge de la prise de conscience de l’iniquité de bon nombre de ces dettes. Manifestement, les plus iniques sont les prêts impliquant des pratiques trompeuses ou illégales — le genre de pratiques courantes dans les prémisses de la crise financière de 2008. Des bulles spéculatives aux prêts volontairement accordés à des emprunteurs non-qualifiés, en passant par les produits financiers incompréhensibles proposés aux gouvernements locaux, maintenus dans l’ignorance la plus totale vis-à-vis des risques, ces pratiques ont entraîné des milliards de dollars de coûts supplémentaires pour les citoyens comme pour les institutions publiques.

Un mouvement émerge pour défier ces dettes. En Europe, le réseau International Citoyen pour l’audit de la dette (ICAN) fait la promotion « d’audits citoyens de la dette », dans lesquels les activistes examinent les comptes des municipalités et autres institutions publiques pour déterminer quelles dettes sont le fruit de pratiques frauduleuses, injustes ou illégales. Ils essaient ensuite de persuader le gouvernement ou l’institution de contester ou de renégocier ces dettes. En 2012, des communes françaises ont déclaré qu’elles refusaient de payer une partie de leurs obligations de dette à la banque Dexia, récemment renflouée, en expliquant que ses pratiques trompeuses avaient engendré des augmentations de taux d’intérêt jusqu’à 13 %. Pendant ce temps-là, aux Etats-Unis, la ville de Baltimore a entrepris une poursuite en justice pour récupérer de l’argent perdu à cause du scandale des manipulations du Libor, des pertes qui sont peut-être de l’ordre du milliard de dollar.

Et le Libor n’est que la partie émergée de l’iceberg. A l’ère de la fraude financière généralisée, qui sait ce que des audits citoyens pourraient découvrir ? De plus, à une époque où la loi elle-même est la cible de manipulation par les intérêts financiers, pourquoi la résistance devrait-elle se limiter aux dettes impliquant des infractions ? Après tout, le crash de 2008 était la conséquence d’une profonde corruption systémique dans laquelle les produits dérivés « à risque » s’avéraient sans risques — pas en raison de leurs caractéristiques propres, mais en raison des renflouements du gouvernement et de la Réserve Fédérale, qui servaient, de fait, de garanties.

Les auteurs de ces “instruments financiers de destruction de masse” (comme Warren Buffett les appelle) furent récompensés, tandis que les propriétaires de maisons, d’autres emprunteurs, et les contribuables, se retrouvèrent avec des actifs sans valeurs et des dettes plus élevées encore.

Cela fait partie d’un contexte plus large de conditions économiques, politiques et sociales injustes, qui obligent l’emprunteur à s’endetter. Quand de telles injustices sont omniprésentes, toutes les dettes, ou la majeure partie d’entre elles, ne sont-elles pas illégitimes ? Dans de nombreux pays, des salaires en baisse et des services publics amoindris obligent pratiquement les citoyens à s’endetter ne serait-ce que pour maintenir leur niveau de vie. La dette est-elle légitime lorsqu’elle est systématiquement imposée à la vaste majorité des gens et des nations ? Si ce n’est pas le cas, la résistance contre cette dette illégitime a d’immenses et profondes conséquences politiques.

Ce sentiment d’injustice systémique généralisée est palpable dans le soi-disant monde en développement, et dans une partie croissante du reste du monde. Les nations africaines et sud-américaines, le Sud et l’Est de l’Europe, les communautés de couleur, les étudiants, les propriétaires avec emprunts, les municipalités, les chômeurs… la liste de ceux qui croulent sous une dette énorme, sans l’avoir choisi, est sans fin. Ils partagent le sentiment que leurs dettes sont en quelque sorte injustes et illégitimes, même si ce sentiment ne se base pas sur la jurisprudence. C’est pourquoi le slogan qui se propage chez les activistes de la dette et les résistants à travers la planète est le suivant : « Nous ne devons rien, nous ne paierons rien ».

La remise en question de ces dettes ne peut pas se baser sur des appels au respect de la loi seuls, lorsque les lois sont biaisées en faveur des créanciers. Il y a, cependant, un principe légal pour remettre en question les dettes soi-disant légales : le principe de la « dette odieuse« . Signifiant originellement que la dette avait été octroyée au nom d’une nation par ses dirigeants, mais ne bénéficiait en réalité pas à la nation, ce concept peut être transformé en un puissant outil de changement systémique.

La dette odieuse était un concept clé de récents audits de dette au niveau national, notamment celle de l’Équateur en 2008 qui a entraîné un défaut de paiement de milliards de dollars de sa dette extérieure. Rien de terrible n’est arrivé, établissant un dangereux précédent (du point de vue des créanciers). La commission pour la vérité sur la dette publique grecque analyse toute la dette souveraine de la nation avec cette même possibilité en tête. D’autres nations en prennent bonne note parce que leurs dettes, qui sont manifestement irremboursables, les condamnent à l’austérité pour l’éternité, à des baisses de salaires, à la liquidation de ressources naturelles, à la privatisation, etc., avec comme unique récompense le privilège de rester endetté (et de continuer à faire partie du système financier mondial)…/…

…/… Lire la suite

Auteur Charles Eisenstein

Source Reseau-International

Traduction: Nicolas Casaux

Édition & Révision: Héléna Delaunay

http://partage-le.com/2015/08/nous-ne-devons-rien-nous-ne-paierons-rien-tout-ce-quon-vous-a-raconte-sur-la-dette-est-faux-charles-eisenstein/

Voir:

Exodus 2015 : Rafraîchissons la mémoire des Européens -L’exode des Hongrois en 1956

«Une coopération militaire sans précédent» : RT témoigne des exercices navals russo-chinois

35 commentaires

  • niveau 0 de la réflexion économique.
    vive l’idiocracy

  • Le veilleur

    STOP À L’IMPOSTURE FINANCIÈRE DES BANQUES. Pétition.

    http://stoppaying.wesign.it/fr

  • engel

    Certes, beaucoup de dettes sont ignominieuses, mais:

    -Au niveau micro-économique:

    TOUS les emprunteurs ont trouvé beaucoup d’avantages sur le moment à ne pas chercher à approfondir!
    « Faut surtout pas trop chercher »… Des fois que cela casse la magie du moment…et l’entrée de fric facile qui va avec.

    -Au niveau supra macro-économique:

    Le système coure après les gogos, pas comme le dit le texte par unique perversion, mais parce que c’en est vitale à sa survie.
    Pour ce système : CROISSANCE= DETTE ET INVERSEMENT!

    Malheureusement pour lui, la terre a dépassé son pic de production, son sang se faire rare.
    Il coûte plus d’énergie, plus de temps, plus d’investissement, plus…, toujours plus pour…toujours moins.
    Cette DECROISSANCE lui sera mortelle,.. les dettes ne peuvent plus être remboursées.

    Mais tout ça, « les gros bonnets » le savent très bien!
    Ils profitent de cet « état de grasse », pour escroquer voler, acheter les véritables biens physiques en échange de leur fortune/monnaie ,MAINTENANT basée sur plus rien.

    Mais comme dit plus haut, pour le peuple:
    « Faut surtout pas trop chercher », dés fois que cela casse la magie du moment…et l’entrée de fric facile qui va avec. »
    …Alors, subissons. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif

  • Grand marabout Grand marabout

    « Le trou noir » , c’est ainsi que l’ingénieur russo-américain Dmitry Orlov appelle le cyclone financier en train d’aspirer le vieux monde dominant dans son tourbillon autodestructeur.

    « Le trou noir suce la moelle des familles individuelles (bien qu’il suce aussi parfois des villes entières, comme Detroit, Michigan, ou Bakersfield, Californie, ou Camden, New Jersey). Il suce aussi les maisons, et les recrache rechargées de mauvaises dettes. Avec l’aide de l’industrie médicale, il suce les personnes malades et les recrache ruinées. Avec l’aide du racket de l’enseignement supérieur, il aspire l’espoir des jeunes, et les recrache diplômés mais avec des diplômes sans valeur et aux prises avec une dette étudiante vertigineuse. Avec l’aide du complexe militaro-industriel, il aspire à peu près tout et recrache des cadavres, des invalides, des dommages environnementaux, des terroristes et une instabilité mondiale, etc… »

    Voilà, explique encore Dmitry Orlov, que le trou noir se met maintenant à avaler des pays entiers : la Grèce, par exemple, et tous les pays « fourrage » qui l’entourent…

    Y-a-t-il un pilote dans l’avion pour nous tirer de ce guêpier, demanderez-vous ? Hélas non, répond Dmity Orlov, il n’y a plus aux manettes que des marionnettes que le trou noir a rendu infiniment stupides et totalement incapables d’enrayer leur descente aux enfers.
    http://yetiblog.org/index.php?post/1478

    • Dubitatif

      il est super ton site Grand Marabout
      merci !http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif

    • Le veilleur

      Grand marabout ce que dit Dmitry Orlovce est vrai par contre il est juste de dire que ce n’est pas l’argent qui est mauvais en soi, mais la façon donc l’homme gère l’économie.

      Si l’argent était mieux réparti, il y aurait moins de trou noir.

      L’argent a été créé à l’origine pour tous et en remplacement du troc, c’est donc une monnaie d’échange qui peut apporter de grandes choses pour notre quotidien et même respecter l’environnement, mais l’argent peut aussi détruire un monde s’il est géré par des voyous égoïstes qui ont les lois pour eux.

      • Grand marabout Grand marabout

        le système est autonome,par le biais des textes
        les politiciens ne font que distribuer des autographes
        ici et là..
        la BCE La FED font le reste..du crédit pour des mesures,sorti du parlement EU…
        une fabrique de bulles..

  • rouletabille rouletabille

    Faut vraiment être débile pour dire qu’il y a un TROU NOIR (financier)hahahah.
    Rien ne se perd,rien ne se crée ,ouche holalalaal,l’Argent se crée à travers les prêts et l’usure à partir de RIEN,voir ou revoir

    http://www.youtube.com/watch?v=iw_uVLHGWzs

    Le RIEN se transforme en PROPRIÉTÉS aux mains d’une petite tribus ,Trous noir hahahahaahahahahahah.
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

    • rouletabille rouletabille

      En + ils pretent de préférence à ceux qui ne savent pas rembourser (EX LA GRECE)pour le particulier IDEM ,voir USA,ils n’ont fait qu’inscrirent des chiffres et récoltent des biens,immeubles,propriétés et ÉTATS,le trou noir hahahaha.
      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif

  • marko

    Au regard de certains comme gérard foucher qui ont étudiés très sérieusement et en profondeur (références à l’appui) l’histoire de la monnaie, il s’avère que la monnaie n’a jamais remplacé un soi disant système de troc. Il n’y aurait pas dans le monde de trace de système basé sur le troc, il y’a et il y’avait des systèmes d’échanges de services, exemple je t’aide à construire ta maison cette année, et demain on fera celle du voisin parce qu’il t’as aidé et après demain vous m’aiderez à faire la mienne car je vous ai aidé…

    La monnaie est le moyen physique de soumettre les peuples. Car qui depuis l’antiquité à fabriquer la monnaie : les puissants. Donc les puissants frappaient monnaie ( de vulgaires bout de métal, mais ça brille, ça attire l’oeil surtout ça hypnotise les plus crédules) et grace à leurs armées répandaient et répandent encore aujourd’hui cette monnaie dans le peuple en leur disant a partir d’aujourd’hui vous pourrez acheter ce que vous voudrez chez qui vous voudrez mais avec la monnaie du seigneur ( à qui au passage il est obligatoire d’acquitter un impot… toujours d’actualité) et si vous osez ne pas croire à ce magnifique outil d’échange entre les hommes qu’est la monnaie alors je vous envoie mon armée. Ca s’appelle un systeme de domination avec un consentement obtenu de force par peur de représailles.

    Ca vous rappelle rien ? aujourd’hui le dollar règne en maitre ! pourquoi ? car les USA est l’unique superpuissance militaire (superpuissance militaire = pays possédant la technologie d’anéantir les autres et de s’en prémunir via le bouclier « star wars »)…

    La monnaie c’est juste du papier à chiotte en réalité, rien ne vaut les véritables échanges humains

    • rouletabille rouletabille

      hahaha
      merci pour l’échange sans USURE ok.
      La bestiole est si gadget qu’elle seras pucée pour le fric,pas comme le bétail qui ne le demande pas ,une soumission volontaire,je crains que ce seras la guerre pour être pucés en PREMIER et avoir accès aux distributeurs d’illusions,c’est la « LE TROU NOIR ».
      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • rouletabille rouletabille

    Sans blagues ,le trou Noir de la finance il est dans un paradis fiscal NON ?.
    ok,je sort

    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

    • rouletabille rouletabille

      Pour essayer de comprendre..
      Je suis copain et j’ouvre une BANQUE (personne ne perds) ,l’autorisation de retrait sans limites aux Poli tiques (MACRON est garant).
      Une Banque ,un bureau et j’installe (avec complicités) des distributeurs de billets imprimés.
      J’attends avec condescendance les demandes de PRÊT,.je promet un taux d’usure très bas..
      Les clients font la file et je prête en attendant d’augmenter les taux d’usures,vous me direz,vous prêtez quoi ?? des chiffres ,des chiffres,entre Banques on a l’habitue ,une amende ,ok j’imprime..
      Bref ,sans rien faire je devient propriétaire des Pols tiques et des sans dents ,de la Terre et du Vatican.
      bof,trop facile..
      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

      • rurbain

        Bonjour rouletabille,

        Tu as écris : « … entre Banques on a l’habitue ,une amende ,ok j’imprime.. »

        En fait une banque n’imprime pas ; si elle n’a pas assez d’argent en font propre elle emprunte elle-même l’argent sur les marchés.

      • rouletabille rouletabille

        Ils font quoi alors?,ils n’impriment pas?ou ils vont avec une valise chercher des billets imprimés??
        En fait ,l’argent c’est juste ce qu’ils impriment sans en AVOIR.
        Je n’insisterais plus devant le trous NOIR qui n’existe que dans le cerveau de certains.
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

      • rurbain

        Non une banque n’imprime pas de l’argent. Lorsqu’une banque accorde un crédit à quelqu’un elle prend une petite partie sur ses fonts propres et le reste elle l’emprunte ; ces emprunts sont soumis à des intérêts. Tu pourras toujours dire que certain ont un trous NOIR dans le cerveau mais c’est comme ça et pas autrement.

        Source : Ma femme est au conseil d’administration d’une agence Crédit mutuel.

      • rouletabille rouletabille

        Il dit que les Banques créent du Néant et que c’est les crédits qui créent du dépôt,C’EST CLAIR ??

      • rouletabille rouletabille

        Félicitation à votre épouse qui voit pas comment ils impriment des chiffres ,c’est vrais que l’amour rend aveugle.
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

      • rouletabille rouletabille

        ou EST PASSER rurbain ? .

        a savoir que manger BIO et autres conneries plus riches (hahahah).
        Bref ,c’est vraiment l’envahissement des TROLS .
        Bientot ils seront plus nombreux ici que sur LIBE et autres torchons,sans penser à la tribut qui phagocyte la TV et autres médias.
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

      • rurbain

        Ce que dit se banquier est vrai mais il ne va pas assez loin dans son analyse.

        Lorsqu’une banque accord un crédit (sans prendre sur ses fonds propres) elle inscrit une somme sur le compte du client et afin d’équilibrer ses comptes elle inscrit cette même sommes sur son passif. Dans ce sens il y a création monétaire nous sommes d’accord. Mais après, une fois que le client à remboursé son crédit que reste t-il de cette monétisation ?

      • rouletabille rouletabille

        Merci RURBAIN,je ne m’attendais pas à votre réponse agréable et si posée,merci.
        Vous avez le réponse partout ou les Banques se servent (avec la complicité des polis tiques)à détruire la société à LEUR SEUL profit.
        Comme je l’ai déja dit,la LOI de LAVOISIER (rien ne se crée,tout se transforme)n’est pas pour les BANQUES qui détiennent le MONOPOLE de la création Bancaire .
        Pensez vous vraiment nous convaincre que la BANQUE est à notre service ?
        La Banque est aux mains de ce que des gens appellent TROUS NOIR ,plus cons c’est vraiment pas possible,convenez en svp hahahaha.
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

      • rouletabille rouletabille

        ouche
        LAVOISIER
        « Rien ne se perd,rien ne crée,Tout se transforme »

        Pas pour les Banques bien sur hahahaha.
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

      • rurbain

        « Pensez vous vraiment nous convaincre que la BANQUE est à notre service ? »

        En effet les banques ne sont pas à notre service ; elles sont à leur service dans le seul but de faire plus de bénéfice et elles se serviront de nous pour y parvenir. De plus en plus de monde s’en rende compte et c’est tant mieux :)

        Je vais même être d’accord avec vous ; il y a bien création monétaire mais au niveau des banques centrales -(principalement la FED et plus récemment la BCE). Mais pas de création monétaire au niveau des banques « de seconds rangs ». Je penses (mais je peux me tromper) qu’il y a vraiment équilibre à ce niveau là (à moins de fraude bien entendu mais ça c’est une autre histoire).

        PS : Ne croyez pas que mes précédents messages soient là pour défendre ce système ; je n’aime pas ce système ; je le trouve absurde, dangereux voir même criminel.

  • Zeitgeist Zeitgeist

    Votre phrase: « Quand quelqu’un prête de l’argent alors qu’il sait que l’emprunteur ne sera pas en mesure de le rembourser, c’est de la philanthropie. S’il exige d’être remboursé, c’est de l’escroquerie. »

    C’est faux ?!?!?

    Ce n’est pas de la philanthropie c’est de la MISANTHROPIE !!!!

    Donc cette phrase au dessus n’est pas cohérente !!! ;-)

    Comment continuer la lecture, puisque le fond est faux
    !!!!??!!
    On ne peut pas dire que cela devient de escroquerie ! Puisque que c’est voulu et prémédité !!!

    Volti-Benji ??