Poissons carnivores et métaux lourds : où en est-on ? ….

Depuis quelques années, nous sommes mis en garde contre une consommation excessive de certains poissons prédateurs autrefois portés aux nues pour leurs bienfaits sur la santé, notamment leur apport non négligeable en acides gras oméga 3 (EPA et DHA), excellent protecteur cardiovasculaire. Puis les recommandations se sont faites plus mesurées, jusqu’à alerter le consommateur, et notamment les femmes enceintes, qu’il était aujourd’hui déconseillé de dépasser la dose optimale de deux fois par semaine en alternant un poisson maigre et un poisson gras. En cause, malheureusement, les métaux lourds présents dans la chair de certains poissons appelés bio-accumulateurs.

Poissons carnivores et métaux lourds : les espèces concernées

Tous les gros poissons sont situés en fin de chaîne alimentaire : en effet, plus un être vivant se trouve en aval de la chaîne, plus il présente de risque d’être contaminé par des substances nocives. Ceci s’explique par l’accumulation progressive des toxines dans les tissus, qui, une fois stockées, ne sont pas éliminées.

Ainsi, au fur et à mesure que l’on remonte la chaîne alimentaire, les concentrations en métaux lourds, mercure par exemple, seront de plus en plus importantes puisqu’elles correspondront aux métaux ingérés à partir du premier poisson jusqu’au dernier , celui pêché, justement.

Parmi les poissons qui présentent des concentrations en métaux lourds les plus importantes, on retiendra l’espadon, l’anguille, le thon, le requin, la raie et la lotte(1).

De manière générale, les poissons dits maigres, tels que le colin et le cabillaud, sont peu chargés en métaux lourds, ceux-ci s’accumulant dans les tissus adipeux. De même, privilégiez les petits prédateurs comme la sardine et le maquereau.

Pour le consommateur, comment s’y retrouver ?

…/… Lire la suite

Source ConsoGlobe

3 commentaires