Voyage au bout de la viande …

Si vous ne l’avez pas vu sur ARTE, je vous le conseille, tout en sachant que malheureusement, c’est le prix qui va déterminé l’achat. C’est pour quand le prochain scandale?. 150 porcs et 60 bovins c’est ce qu’il y a dans les steaks hachés. En fait on ne sait pas d’où vient la viande vendue. Et avec TAFTA et les méthodes zuniennes, bon appétit!! .

Img/la-viande.fr

Il aura fallu un périple de 7 000 kilomètres à travers l’Europe pour comprendre que la viande dans nos assiettes cache des secrets peu ragoûtants. Quand les supermarchés et les chaînes discount nous proposent des barquettes de viande, leurs noms bucoliques évoquent des fermes traditionnelles ou des boucheries artisanales. Le produit emballé provient en fait d’usines géantes qui achètent leur viande au meilleur prix sur le marché européen – voire mondial – et font des centaines de millions d’euros de chiffre d’affaire. La traçabilité devient impossible lorsqu’un porcelet est né en Belgique, engraissé en Italie, abattu en Pologne, transformé en Allemagne et vendu en France. Un pack de viande hachée peut ainsi résulter du découpage de cent cinquante porcs et soixante bœufs originaires de huit pays distincts ! Les réalisateurs ont remonté une filière européenne pour  comprendre le mécanisme qui a débouché en 2013 sur le scandale de la viande de cheval vendue comme du boeuf. Une enquête à rebondissements dans laquelle interviennent des journalistes d’investigation et des lanceurs d’alerte connus pour avoir dénoncé des manipulations et trafics en tous genres.

 

Source David Jarry pour 2012-un-nouveau-paradigme

Pourquoi tous les gouvernements échouent à réduire la présence des pesticides

Déclin du puits de carbone amazonien lié à une surmortalité des arbres

Voir aussi:

Pesticide et santé, l’équation sans solution

Au milieu des années 1990, des milliers de bovins meurent dans les étables. Malformations des veaux, fausses couches des vaches et problèmes de stérilité déciment les troupeaux. Les agriculteurs eux-mêmes ne sont pas épargnés et rencontrent divers graves problèmes de santé. Un éleveur de porcs danois a comparé sur plusieurs années les taux de pesticide dans l’alimentation de ses animaux et ceux de malformation des porcelets. Des chercheurs français, eux, ont mené une étude méthodique sur le problème. Les très longues et laborieuses analyses entreprises finissent par aboutir : les bêtes malades présentent dans leur organisme un taux très élevé de glyphosate – le désherbant le plus vendu au monde. Or, l’immense majorité des rations servies aux bêtes dans le nord de l’Europe proviennent de céréales OGM importées d’Amérique, dont les graines contiennent de grandes quantités de cet herbicide, pour l’instant défendu bec et ongles par le puissant lobby agro-alimentaire européen.

Un commentaire

  • Hector

    Arrêtons de manger de la viande, vu que cette viande mange de la « verdure » aux glyphosates. Mangeons plutôt directement cette « verdure » aux glyphosates, ça évitera les intermédiaires :D