Médecine à la française : Tiers payant et disparition des libertés ?

Nous sommes généralement confrontés aux faits tels qu’ils nous sont présentés dans les médias, parfois brodés, parfois littéralement pour être moins choquants, car nos politiques ne l’ignorent pas, la colère gronde malgré le pouvoir de la télévision, même gavés d’émissions affligeantes et de Nabila, la réalité ne peut être continuellement surpassée par l’illusion, et les écrans de fumée, aussi épais soient-ils, finissent toujours par se disperser. C’est là que le pire est à craindre.

Ce qu’il nous manque généralement, ce sont des témoignages directs, sans fioritures, sans arrangements, et c’est justement cela qui nous est fourni ici par Anne, un cri du coeur sur la médecine, son avenir, sa réalité, et sur ce que nous allons subir dans l’avenir. Bienvenus dans la réalité…

médical médecine

« Attaquer un système, c’est grave ….. Au vu du climat de censure qui règne en France, j’ai demandé l’anonymat à Benji ….. Souhaitez- moi bonne chance, « ils » ne vont pas aimer !« 

Nous vivons un drame, et lisez bien ces lignes, même un peu longues, lisez bien car il y a pire que le chômage, pire que la pauvreté, pire que la censure, il y a la souffrance, la maladie et la mort et surfer sur cette vague nous conduit au désastre.

J’écris cet article sans l’accord de mon mari. Il ne le ferait pas. Il aurait peur. I Vous y trouverez donc quelques imprécisions médicales et vous m’en excuserez.

Quand vous aurez lu : peut-être descendrez-vous vous-même dans la rue pour remettre en cause le tiers payant … et le reste !

Cet article est un peu long et si je me donne tout ce mal, c’est pour aider : anonyme, sans aucun intérêt personnel et avec des risques probables ! Je vous en prie : lisez et faites passer !

Les acteurs du drame des soins en France !

Appelons le Louis : c’est mon mari

Appelez-moi Anne, car comme sœur Anne, je ne vois rien de bien venir ..

Appelons là Madame « X », il s’agit de la correspondante officielle de mon mari à la Sécurité Sociale

Appelons les labos « les labos », sans mauvais jeux de mots avec le mot collabo

Et le gouvernement reste ce qu’il est car nous en avons passé de droite, de gauche et du centre : aucune différence !

Le quotidien du médecin ?

20h30, Louis rentre du boulot ! Il est médecin de campagne. Aujourd’hui il avait « son » rendez-vous ave Madame « X » …. Elle a encore tenté de m’apprendre mon métier commente-t-il énervé : diminution des antibiotiques, verrouiller les mammo (graphies) et les vaccinations ….. C’est pas elle qui voit 3 fois les gosses en 2 semaines parce qu’avec un Doliprane le gosse il va tousser pendant 15 jours !

Un petit bout de conversation encore :

Louis : tu comprends, les gosses qui ont été malades pendant des semaines, archi surinfectés, qui toussent, contaminent toute l’école, ça fait des futurs asthmatiques, tout ça pour dire « les antibiotiques, c’est pas automatique », alors que la première source d’antibio, elle est dans la viande d’élevage !

Et pour la bonne bouche :

Tu sais, ça fait 25 ans que j’exerce, je n’ai jamais vu autant de cancers… Avant c’était 1 par semaine, maintenant c’est 4, parfois plus.

Voilà, mais pour le moment ce ne sont que des opinions.

Entrons de plein pied dans les faits :

1°) La rémunération des médecins sur objectifs

Copié/collé : site indisponible, code 404 (comme par hasard)

www.ameli.fr/…sante/…/remuneration-sur-objectifs-de-santepublique.ph…

9 janv. 2015 – La rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) vient compléter la rémunération du paiement à l’acte qui reste le socle de la …

Censure à la Française ?

Je vais donc vous dire l’essentiel, d’ailleurs rien que le titre …… rémunération sur objectifs ……. (Macron ? Déjà ?)

Vous pensez que votre médecin vous prescrit librement ce qu’il veut ?

Qu’en plus il est engraissé par les labos ?

En fait c’est à peu près l’inverse.

Non !

La rémunération sur objectifs est l’un des accords majeurs qui lie les mains de toute la profession

Le « confrère » de mon mari qui a une petite clientèle se contraint à respecter les objectifs et touche environ 3.000 euros par an à ma connaissance.

Quels sont ces objectifs ? De tête je ne vais pas penser à tout, mais voyons quelques exemples :

  • Diminuer la prescription d’antibiotique

  • Suivre le cholestérol de façon précoce et prescrire des « statines » (destinés à faire baisser le cholestérol)

  • Verrouiller la vaccination

  • Participer activement au dépistage du cancer du sein (mammo) et colorectal

Ce qui signifie en clair que le médecin est payé pour « penser » selon les objectifs gouvernementaux et non pas le bien de son patient !

Qu’est-ce que cela signifie en clair ? Regardons ces exemples (il y en a bien plus)

Les antibiotiques utilisés à mauvais escient peuvent générer des résistances, tout le monde sait ça. Mais ce qu’on ne vous dit pas, c’est que l’antibiotique n’a jamais été là pour « tuer les virus », comme celui de la grippe, mais pour traiter la conséquence, soit la surinfection. Résultat : adultes et enfants trainent parfois pendant des semaines une mauvaise « crève » qu’ils refilent à tout le monde pendant qu’on cache le vrai problème : Voici les informations que nous devrions avoir :

http://www.bastamag.net/Overdose-d-antibiotiques-dans-l

par Agnès Rousseaux 8 février 2012

Des animaux gavés aux antibiotiques pour accélérer leur croissance, et voilà des bactéries résistantes qui se retrouvent dans nos assiettes. Elles génèrent des affections parfois mortelles, qui représentent un coût élevé pour le système de santé. Mais la surconsommation d’antibiotiques représente un gain de productivité pour l’industrie agroalimentaire, qui, aux États-Unis, se réjouit de la récente décision de l’Agence de l’alimentation d’autoriser leur utilisation massive dans l’élevage.

La consommation d’antibiotiques prescrits par les médecins n’est rien comparée à la quantité ingérée via l’alimentation. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la moitié des antibiotiques produits dans le monde sont destinés aux animaux. Un chiffre qui s’élève à 80 % aux États-Unis ! Un rapport de l’Agence de l’alimentation états-unienne (Food and Drug Administration, FDA) estime que les animaux d’élevage y consomment 13 000 tonnes d’antibiotiques par an [1] ! Cette surconsommation favorise le développement de bactéries résistantes, qui peuvent se retrouver dans nos assiettes en cas de cuisson insuffisante. Des chercheurs ont par ailleurs montré que les antibiotiques ne sont pas seulement présents dans la viande, mais aussi dans les céréales ou les légumes cultivés sur des sols fertilisés avec du fumier de bétail.

Une étude publiée par la revue médicale Clinical Infectious Diseases en 2011 révèle ainsi que la moitié de la viande de bœuf, de poulet, de porc et de dinde vendue dans les grandes surfaces aux États-Unis contient des germes résistants aux antibiotiques (le staphylocoque SARM). En août dernier, 16 000 tonnes de dinde contaminée à la salmonelle – résistante aux médicaments – ont été rappelées par le géant agroalimentaire Cargill ! Bilan : un mort et une centaine de malades.

La France détient le record de résistance aux antibiotiques

La résistance aux antibiotiques se développe. « Chaque année, 100 000 Américains meurent d’une infection bactérienne contractée à l’hôpital, et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. 70 % de ces infections sont résistantes aux traitements ordinairement utilisés », estime la députée démocrate Louise Slaughter [2], interrogée par The Guardian. La France détient le record de résistance aux antibiotiques en Europe : 50 % pour la pénicilline et 28 % pour la méticilline [3]. L’Union européenne a réagi en 2006, interdisant la consommation d’antibiotiques pour augmenter la croissance des animaux. En France, plus de 1 000 tonnes d’antibiotiques sont pourtant encore consommées chaque année dans l’élevage. Une étude de l’Agence nationale du médicament vétérinaire évalue la présence d’antibiotiques à 67,7 mg par kg de viande produite. Elle rappelle aussi que les « antibiotiques récents sont généralement plus actifs et nécessitent l’administration d’une quantité plus faible ». L’Allemagne n’est pas en reste, avec ses poulets industriels gavés aux « antibios ».

Malgré cet inquiétant constat, aux États-Unis, l’Agence de l’alimentation (Food and Drug Administration, FDA) vient d’opérer un revirement « consternant ». Fin décembre, elle est revenue sur une promesse – datant des années 1970 ! – de contrôler l’usage de deux des antibiotiques les plus utilisés : pénicillines et tétracyclines. Les producteurs pourront continuer d’en gaver leurs animaux. La FDA préfère, à la place, concentrer ses efforts sur « le potentiel de réforme volontaire » de la part des agriculteurs… Cette décision – publiée discrètement dans le registre fédéral (Journal officiel) à la veille de Noël – « ne doit pas être interprétée comme le signe que la FDA n’a plus de préoccupations sanitaires » sur le sujet, se sent-elle obligée de préciser. Un sympathique « cadeau de Noël de la FDA aux fermes industrielles », ironisent certains commentateurs.

20 milliards de dollars par an pour le système de santé

Cette surconsommation d’antibiotiques a aussi un coût : le SARM (staphylocoque résistant à la méticilline) est responsable du décès de 19 000 personnes chaque année aux États-Unis, et entraîne 7 millions de visites chez le médecin ou aux urgences, estime Maryn McKenna, journaliste spécialisée en santé publique : « Chaque fois qu’une personne contracte le SARM à l’hôpital, les coûts de santé sont multipliés par quatre. La résistance aux antibiotiques est un énorme poids pour la santé publique dans notre société. » Un coût estimé à 20 milliards de dollars par an pour le système de santé états-unien.

Mais le lobby de l’agroalimentaire mène aussi la bataille des chiffres : pour la Fédération états-unienne de la dinde, les antibiotiques permettent de diminuer d’un tiers le coût de production [4]. Les antibiotiques diminuent le temps de croissance, et sont nécessaires pour que les animaux supportent de vivre entassés par milliers dans les porcheries et les poulaillers. Sans antibiotiques, il faudrait plus d’infrastructures agricoles. Et 175 000 tonnes de nourriture en plus, rien que pour l’industrie de la dinde aux États-Unis, affirment les professionnels du secteur.

Des arguments qui semblent avoir convaincu la FDA, qui repousse toute décision

Pendant qu’on vous explique que vous allez rester couché avec 40 et deux dolipranes par jour (peut-être toxiques d’ailleurs), pour éviter la fameuse résistance aux antibiotiques, on continue de vous en gaver ….. Cherchez l’erreur !

Le cholestérol maintenant :

Voyons le futur scandale des statines :

Le cholestérol ne tue pas. Il y a le mauvais et le bon, et dans bien des cas les statines présentent des effets secondaires dramatiques. La prescription systématique rend essentiellement service aux labos :

http://www.notretemps.com/sante/dietetique/statines-liste-effets-secondaires-agrandit,i5060?xtor=SEC-29-GOO—S-[_inurl:sante/dietetique]&xts=433170&gclid=CPqBhqes1MQCFYgIwwodkzAAJw

Extrait :

Par Catherine Viot le 26 mars 2012

Les statines sont les médicaments les plus utilisés pour lutter contre l’excès de cholestérol et prévenir les maladies cardiovasculaires. Récemment, l’augmentation du risque de diabète et de troubles cognitifs (confusion, perte de mémoire) ont été ajoutés sur leur liste d’effets secondaires. Le point sur cette mesure.

L’autorité de sécurité sanitaire américaine (FDA), a décidé d’agrandir la liste déjà importante des effets secondaires des statines. Que faut-il en penser?

Une fois de plus, les grands gagnants sont les labos. Pas les patients. Mon mari me répète presque toutes les semaines qu’il évite de prescrire des statines et préfère surveiller par des examens réguliers « l’état des tuyauteries » et faire faires des analyses. Cela coute sans doute plus cher et sans bénéfice pour les labos. Mais le patient ne s’empoisonne pas inutilement.

Mon mari me racontait que lorsqu’il était interne, le professeur qui avait à sa charge une partie de sa formation disait qu’un tiers des maladies était iatrogène, soit dues à la consommation de médicaments.

Il semblerait que ça se vérifie plus ou moins (impossible d’avoir les chiffres), mais pas comme nous le pensons….

Le scandale des vaccinations ?

Pire que ça. Inutile de vous en « pondre » 3 pages, la presse « complotiste » s’en est chargée, mais reparlons de la fameuse grippe aviaire (H1N1) ….. Quelques morts et c’est l’affolement : l’état investit, on caserne les infirmières et médecins chargés de l’opération (pour la rendre incontournable), alors que la grippe habituelle fait souvent plusieurs milliers de morts sans qu’on s’en affole plus que ça …..

Mon mari a une consœur, enceinte de 7 mois, vaccinée avec un truc sans additifs, elle perd son bébé (info que je n’ai pas pu vérifier par mes soins). Un exemple parmi d’autres. Et sans doute pas une simple coïncidence !

Cherchez l’erreur !

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2010/01/06/9973-h1n1-cout-plus-dun-milliard-deuros

Merci pour les labos.

La population se méfie, l’opération est un semi échec très couteux. Désormais le gouvernement sait qu’il va devoir composer avec les médecins « référents » ….. L’opération tiers-payant fait intégralement partie du dispositif destiné à les gérer sous une forme contrainte !

Et pour finir : les cancers !

Mon mari a le sentiment qu’il en détecte de plus en plus.

Voilà une info :

Lien : http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/cancer-homme/8635-cancers-masculins-forte-progression.htm

Les cancers masculins explosent en France

Le nombre de cancers a augmenté en France de 63 % en 20 ans. Et cette progression est plus importante chez les hommes. En effet, le nombre de cancers masculins dans l’hexagone est le plus élevé d’Europe. Influence environnementale, vieillissement de la population… beaucoup d’inconnues subsistent sur les causes de cette exception française.

Le cancer mobilise de nombreux chercheurs et médecins, et les traitements ont considérablement progressé. Pourtant la mortalité n’a pas baissé aussi rapidement que pour d’autres pathologies… Et le nombre de malades est toujours plus important.

Le cancer progresse en Europe

En 1999, les décès par cancer représentaient un quart du total des décès survenus dans les 15 pays constituant l’Union européenne à l’époque (960 000 décès par cancer par an). Pour les décès prématurés (avant 65 ans), cette part atteint 37 % (261 000 décès) et le cancer est la première cause de décès devant la mortalité cardiovasculaire. Les principaux ennemis diffèrent selon les sexes. Ainsi chez les hommes, c’est le cancer du poumon qui est le plus meurtrier (30 % de l’ensemble des décès soit 534 000 décès par an), chez les femmes, le cancer du sein reste le principal fléau, à l’origine d’un décès sur cinq.

En se focalisant sur les données françaises, les chercheurs de l’Inserm soulignent l’étonnante particularité de la France vis-à-vis des cancers masculins.

Les cancers masculins explosent en France

 

Comment ça se passe ?

Concrètement on a démultiplié les dépistages et donc démultiplié la détection de petits cancers qui se soldent par le très célèbre et infernal trio (en simplifiant) :

Chimio/radiothérapie et chirurgie !

Dans les faits un cancer qui se développe est d’abord une anomalie du système de défense immunitaire ! Celui-ci aurait du éliminer les cellules mutantes dès leur début de développement. Dans les faits nous détectons de plus en plus de cancers car nous avons renforcé les examens systématiques pendant que l’on est en train de rendre obligatoire l’acceptation du protocole radio/chimio qui fait de plus en plus peur !

Louis me citait à juste titre les maladies rares qui le deviennent de moins en moins à mesure que l’on renforce le « dépistage précoce » ……

Résultat : je ne compte plus le nombre d’amies charcutées des 2 seins. Ou mortes ou brulées.

Nous ne sommes pas sans savoir que dans l’actualité récente des parents ont été lourdement remis en cause pour avoir tenter de refuser les « protocoles ».

De nombreuses alternatives ont été créées pour aborder le cancer, tout comme l’énergie libre, elles font rarement long feu.

Je vous conseille la lecture des articles du Professeur Nicole Delepine qui en parle mieux que moi-même.

En conclusion de ce premier point :

Les objectifs rémunérés rendent surtout service aux labos. Le profil du bon patient c’est :

  • Le moins possible d’antibios (on en vend bien assez aux bêtes), résultat : il contamine tout le monde et les épidémies ne s’arrêtent qu’avec les vacances scolaires ! Et tout le monde consomme de tout le reste : Déboucher le nez, fluidifier les secrétions ou antitussifs, dolipranes ou autres aspirines, multiples consultations chez le médecin, etc…. (je ne parle que des problèmes respiratoires) : je ne vois pas où est l’économie pour le patient ou la sécu !!!!! UN objectif peu cohérent.

  • De multiples examens de dépistages précoces qui débouchent très souvent sur des protocoles de soins couteux et lourds

  • Des chimiothérapies et radiothérapies lourdes et chères qui n’ont pas empêché la progression des cancers en France.

  • Des traitements souvent quasi systématisés (comme le cholestérol) qui génèrent des effets secondaires qu’il faut également traiter, etc..

  • Des vaccinations de plus en plus élargies avec des additifs de plus en plus redoutables et des gosses qui développent des syndromes d’hyperactivité ou d’autisme dont on se demande s’il n’y a pas un lien.

Et je suis très loin d’avoir fini la liste ….

2°) Que cache le tiers-payant ?

Les médecins ont déjà partiellement perdu leur liberté jusqu’au suivi des ordonnances s’ils y vont fort ….

Le tiers-payant ne présente pas d’intérêt économique pour la sécu et je vais vous le prouver en quelques mots :

Lorsqu’une femme venait avec ses 3 gosses, le médecin empochait la plupart du temps 1 consultation ! Avec le tiers-payant et sachant que la patiente ne fait pas l’avance, il en empoche 4 ….. ce qui ne gêne plus personne ! Louis a calculé que sur son chiffre la différence peut se monter à plus de 20% ….

Alors : pourquoi combattre une mesure aussi peu économe pour la sécu et avantageuse pour le médecin ? Et pourquoi ne descendent ils pas plus dans la rue ?

  1. Les médecins ne peuvent pas se permettre longtemps de « faire grève » vu qu’ils perdent leur chiffre d’affaires et que leurs charges restent fixes : donc, peu de médecins dans la rue ….

  2. Si la sécurité sociale devient l’unique organisme rémunérateur des médecins, que croyez-vous qu’il va rester de leur liberté de prescrire ou faire des arrêts de travail ou des mises en invalidité ?

C’est simple : Rien !

Voilà comment ça marche une comptabilité en tiers payant :

L’argent arrive par virement sur le compte professionnel, puis l’URSSAF et la CARMF (caisse de retraite) prélèvent (autant dire qu’il vaut mieux que l’argent y soit), ainsi que les impôts et toutes les petites obligations (paiement du système informatique devenu obligatoire, assurances, charges du cabinet, etc….)

1 mois d’arrêt = catastrophe financière !

Donc prévoir ses vacances, c’est aussi prévoir ça.

Résultat : de moins en moins de jeunes médecins veulent s’y mettre.

Trop de stress et d’incertitude. Peu de vacances, et si un mauvais divorce et 1 mauvaise pension plus 2 gosses en étude : le médecin est littéralement pieds et poings liés au bon vouloir de la sécurité sociale !

Vous allez me dire que les médecins n’ont pas à se plaindre financièrement ? Oui, moins qu’un ouvrier au SMIG sans doute. Mais en termes de stress ….

Le jour où la sécu va pouvoir gérer à 100% le travail des médecins grâce au tiers payant, croyez-moi, le médecin respectera tout simplement les objectifs gouvernementaux pour être EN PAIX !

Quelle est l’étape d’après ?

Système à l’Anglaise (ma fille a vécu en Angleterre) :

Les patients sont répartis chez les médecins par zone géographique

(Fin du choix de son médecin)

On va chez le médecin pour 1 problème (c’est grippe OU migraine OU grossesse, mais pas les 3)

Et dans le même cabinet médical, la secrétaire vous répartit selon les agendas des différents médecins, donc ce n’est pas toujours le même !

En fait, c’est bien pire que ça : je vous donne le lien et vous laisse découvrir à quel point ce système de soins certes gratuit (payé par l’impôt) est une machine qui me semble assez inhumaine :

http://www.cairn.info/revue-sante-publique-2002-1-page-47.htm

Voilà ce qui nous attend ! Sans l’ombre d’un doute !

3°) Les laboratoires : big pharma achète-t-elle les médecins ?

Oui et Non !

En fait ils n’en ont plus guère besoin.

Le gouvernement a « moralisé » les cadeaux et les médecins bénéficient de cadeaux à 3 sous peu passionnants (clefs USB, agendas, lecteur mp3, chocolats à Noël, etc..)

Ils sont encore invités à des « formations » et autres « conférences » où l’essentiel tient en un bon repas, mais comme les conjoints ne sont pas invités, beaucoup s’abstiennent.

« Dans le temps » les laboratoires payaient des « visiteurs médicaux » qui venaient argumenter à chaque sortie de nouveau produit. Cela créait une masse d’emploi qui a été tellement diabolisée par les affaires récentes que les laboratoires les ont en grande majorité licenciés.

Dans le fond, cette affaire de moralisation leur a bien rendu service :

  • Moins de personnel
  • Moins de cadeaux
  • Au final : bien moins de frais !

Mais croyez-moi, une force de lobbying très pertinente …. Via les objectifs de la sécurité sociale, entre autres et la politique de dépistage et de soins bientôt obligatoires (vaccination, chimio par exemple).

Ils n’ont donc pas besoin de convaincre des médecins qui bientôt, n’auront plus le choix de prescrire !

Qu’on dise cette année que le vaccin de la grippe est passé à coté (ouupsss !) ne choque personne, alors que non seulement le cout est monstrueux (jeté par les fenêtres) mais que si tant est que la vaccination anti grippale serve à quelque chose, combien de gens seraient théoriquement morts ? Et là, personne ne rebondit.

4°) Conspiration et autres théories du complot …

Je n’ai pas de vraie légitimité pour parler. Je ne suis pas médecin, juste femme de ….., on pourra dire que je fais erreur, que j’exagère, etc…..

Je m’en moque : n’ayant aucun intérêt dans la partie, rien à défendre pour moi-même, quant à mon « homme », si il pouvait, il arrêterait !

Voyons voir les points que nous abordons, lui avec sa légitimité, moi avec mon agacement (les conséquences humaines ou administratives, entre autres) :

  1. Nous suspectons l’état, et tout ordre mondial (qu’il soit Nouvel Ordre Mondial ou d’autre nature) de systématiquement démolir tout traitement innovant et efficace du Cancer. Je n’ai plus le temps de rechercher les sources, mais j’ai lu à droite à et à gauche (journal Nexus notamment) plusieurs labos privés ont été fermés.

  1. Nous suspectons le gouvernement de travailler avec des statistiques plus qu’avec des objectifs humains : un retraité qui vit jusqu’à plus de 100 ans est une catastrophe économique (vision statistique), si il meurt, c’est statistiquement sans doute acceptable, même si jamais personne n’osera le dire et même le penser ouvertement ! (je ne pense pas ça …… du tout !)

  1. Nous suspectons le système de vaccination d’être parfois utilisé pour d’autres objectifs (stérilisation dans les pays pauvres par exemple, mais nous n’avons pas de preuve) ou d’être responsable de graves problèmes (maladies neurodégénératives, empoisonnement par les additifs, soucis comportementaux chez les enfants en plein développement cérébral)

  1. Nous suspectons une large (large, connue et consentie) destruction la qualité de vie et de la santé à cause des raisons suivantes :

    1. Chem’trails (nature chimique variable)

    2. Pollution de l’air et de l’eau (aluminium par exemple et Alzheimer)

    3. Qualité alimentaire désastreuse via l’agro-industrie (gras trans, appètent, sirop de fructose de Mais, aspartme etc..

    4. Accès aux soins réduits via les points précédents

    5. Stress aigu (chômage autant que burn out, Macron …, tensions sociales, lourdeurs administratives, pression RSI ou fiscales, etc…)

    6. Fatigue chronique (malgré les 35 heures) due à tout le reste

    7. Surcharge en neurotropes (antidépresseurs, anxiolytiques, neuroleptiques et j’en passe) : car il faut tenir à tout prix !

Pour finir : TAFTA – Orwell …..

Vous pouviez acheter un poulet de Bresse garanti élevé sur 8 m² de surface, mais bientôt son éleveur aura plié bagage face à un concurrent élevé à moitié prix et rincé au chlore garanti sans bactérie !

Vous mangerez du poulet made in USA

Je ne vous parle pas de la vache nourrie aux farines pour produire plus de lait dont les qualités sont si dégradées qu’il n’a de lait que le nom.

Votre fromage « odorant » de biquette élevée à coté est d’ors et déjà condamné à mort pendant que la France, contrainte par les accords transatlantiques obligera les producteurs fromagers à des investissements tellement lourds qu’ils renonceront et laisseront la clientèle aux gros producteurs industriels capable de fournir une traçabilité aussi sèche et claire qu’un exercice de maths.

Les potagers seront rapidement condamnés par un catalogue de graines hybrides ou génétiquement modifiées.

Le tout géré par des ouvriers devenus des esclaves, éventuellement soutenus par des médicaments ad hoc, ayant accès à un système de soins gratuit, mais « sur mérite » social, prenant brutalement fin dès que l’efficacité n’y est plus (retraite, maladie longue durée ou simple non respect des objectifs)

Quel rapport avec la médecine ? Hors sujet ? Non : il s’agit de votre santé que l’on met en boite, normes, quadrature du cercle ! Pendant que le tiers payant vous fait croire à la gratuité d’un système où les puits de pétrole et de gaz dessinent trait pour trait la future guerre que les puissances mondiales s’acharnent à lancer.

Je vous ferais bien un autre article : prendre soin de nos enfants et de nos vieux, partager nos ressources, élever en paix nos poules et nos tomates, travailler pour la communauté, mais dans la dignité, refuser la violence et les excès, et pouvoir raconter à son médecin quand on a pas le moral, pour pouvoir justement le retrouver.

Anne…..

 

 

28 commentaires

  • GROS

    Merci pour cette bonne blague du 1er avril.
    Vous avez failli me faire peur, mais en fait j’ai bien rigolé.
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

  • Les médecins y s’en foutent pleins les fouilles… merde vos gueules un peu de décence! d’ailleurs nombreux en ont semble t’il car en effet ils ne descendent pas dans la rue, ah oui j’oubliais ils ne peuvent pas se permettre de descendre dans la rue car ils perdent de l’argent… vous avez combien de patrimoine la famille co-labo ? plusieurs millions ?

    desolé pour le coup de gueule mais y’a des gens qui ne vont pas se faire soigner par manque d’argent! pour de vrai hinnn pas pour de faux…

    Allez en 2017… bienvenue dans le meilleur des mondes médicales.

  • gnafron

    et moi qui croyais naivement que mon toubib était payé par les
    sousous que je lui donnais…
    cette histoire de « rémunération sur objectifs » a l’air très peu
    avouable: peu de détails donnés, mais si le médecin ne veut pas
    marcher au pas, il va perdre maxi 3000euros par an….
    ah! oui! c’est vrai! y’a le crédit de la baraque, les études
    des gosses, les vacances à financer….pas très original !!!

    • gnafron

      http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/02/26/20002-20140226ARTFIG00357-les-medecins-generalistes-aiment-etre-payes-a-la-performance.php

      le supplément maxi est de 9100 €, avec une moyenne de plus de
      5000 €….mais ça bien sûr votre toubib n’aimera pas vous en parler!http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

      • gnafron

        il aimera encore moins avouer que ce système d’objectifs est
        TOTALEMENT volontaire (moi y’en a vouloir des sous) http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

      • sceptique

        en fait, il faut considérer que les professions libérales ont été les premières touchées par l’augmentation de l’immobilier: ils payent à la fois un loyer / prêt immobilier pour leur logement et un pour leur cabinet, et les charges ne cessent d’augmenter, alors que leur salaire par consultation est resté le même ou presque depuis 30 ans, soit la moitié de ce que touche un médecin libéral dans beaucoup de pays d’Europe de l’ouest.

        D’un autre côté, nos facs de médecine forment d’excellents anatomistes et biochimistes de haut niveau… malheureusement souvent incapables de faire un diagnostique sans prescrire de coûteux examens et vous faire revenir une seconde fois pour vous expliquer que « c’est peut-être cela mais on n’en est pas sûr »; résultat en terme de coût: 23 € +examens + 23 € = souvent > 80€ pour un diagnostique incertain. Conclusion: apprenez à vous soigner par les plantes, huiles essentielles, etc… et n’allez plus chez le médecin que pour les urgences et les trucs que vous ne pouvez pas traiter vous-même (en restant responsable et prudent, surtout avec les enfants); une piste pour ceux qui veulent se former:
        http://www.flmne.org
        http://www.institut-francais-herboristerie.fr

        Pour ce qui est du médecin qui facture une consultation pour trois gosses (famille pauvre je suppose), c’est rare de nos jours et dénote un sens du service et un professionnalisme remarquables; c’était le cas avant la sécu: on ne laissait pas les pauvres crever la gueule ouverte…

        Sinon article très juste dans l’ensemble: rajouter juste toutes les pathologies soi-disant psychiatriques en croissance exponentielle et qui sont souvent je pense des maladies neurologiques liées à des carences ou des intoxications (alimentation industrielle et raffinée, vaccins,…) et qui coûtent une fortune au contribuable…

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    Entièrement d’accord avec la 4e partie qui n’a rien de complotiste car c’est tout à fait ça ! …tu vois tout à fait clair Anne ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

  • verisheep

    rémunération des médecins sur objectifs de santé publique:
    En effet ça à l’air gratiné, on sent que la santé est vraiment la priorité!
    Dès l’intro du document, je cite « Une des 10 lois fondamentales de l’économie : l’homo oeconomicus est sensible aux incitations »

    http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/06_Ulmann.pdf

    • verisheep

      La rémunération moyenne s’élève à près de 5000€ pour un médecin généraliste, il y avait en 2012 plus de 75000 médecins signataire…

      http://www.securite-sociale.fr/IMG/pdf/fiche_eclairage_objectifs_sante_publique.pdf

      • verisheep

        COMMUNIQUE DE PRESSE DU CONSEIL SCIENTIFIQUE DU COLLEGE NATIONAL DES GENERALISTES ENSEIGNANTS

        Rémunération sur objectifs de santé publique: à quand des critères utiles à la santé des patients diabétiques et à la santé publique?

        http://www.cnge.fr/media/docs/cnge_site/cnge/150304_-_Communique_CS_ROSP_.pdf

        Le Conseil National de l’ordre des Médecins y est aussi opposé:
        http://www.conseil-national.medecin.fr/article/avis-de-l-ordre-sur-la-convention-1113

      • verisheep

        Ce ne sont pas les médecins qui choisissent d’adhérer au programme, ils doivent faire la démarche pour ne PAS y adhérer:

        « Le dispositif de Rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) mis en place le 1er janvier 2012 (avec un premier versement en avril 2013) se substitue au CAPI. Les médecins pouvaient refuser d’en faire partie sous réserve d’en avertir par courrier l’Assurance maladie dans les trois mois suivant la réception de la Convention. »

        A noter que le refus est possible dans les trois mois suivant l’installation pour les nouveaux installés. Une fois accepté, il n’est pas permis de sortir du dispositif.

        Encore mieux, ils prévoient apparemment de permettre aux médecins de transférer leur boulot a des infirmiers, et le fait que cela pourrait nuire à la qualité des soins est la dernière de leurs préoccupations (sauf si ça devait leur coûter du fric):

        « La coopération est nettement plus acceptée (dans les deux tiers des cas) dans un scénario où l’auxiliaire médical serait entièrement rémunéré par un forfait extérieur. Les tâches qui relèvent des compétences réglementaires du médecin telles que les prescriptions seraient moins volontiers déléguées à un infirmier contrairement aux actes d’éducation thérapeutique ou de surveillance de la tension artérielle »
        « Pour les deux tiers des médecins, les deux principaux freins au transfert de tâches seraient la difficulté de trouver une infirmière disponible et le risque de voir leur responsabilité légale engagée. L’item «cela nuirait à la qualité des soins» arrive en dernière position, mais prend de l’importance au fur et à mesure que la prise en charge financière du délégué-infirmier par le cabinet augmente »

        NOTA: ces citations concernent la région Pays-de-Loire.

        http://www.santepaysdelaloire.com/ors/sites/ors/files/publications/PanelMG/2014panel_mg_er873.pdf

      • verisheep

        Ce que pensent 600 médecins franc-comtois de la rémunération sur objectifs:

        On peut noter que 86% des médecins ayant répondu ont accepté d’y adhérer, alors que dans le même temps 79% considèrent que les consignes ne sont pas pertinentes, et que 53% y voient un problème d’éthique…
        Ça en fait un paquet (minimum 65%) qui n’ont pas la conscience nette!

        http://www.chu-besancon.fr/smfc/PDF1309/13-09-07.pdf

      • verisheep

        Et bientôt:

        « la part de rémunération sur objectifs de santé publique sera accrue progressivement »
        => jusqu’à ce qu’ils deviennent fonctionnaires de la CPAM?

        « La construction de méga-bases de données en santé sera facilitée »

        « Il importe également de promouvoir la e-santé et d’accélérer le déploiement de la télémédecine […] qui passe par le développement du recours aux fonctions de téléconsultation, téléassistance et télésurveillance »
        => L’implant sous-cutané est dans les tuyaux…

        http://www.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/SNS-version-courte.pdf

      • verisheep

        Pour ceux que ça intéressent, une thèse bien détaillée sur les médecins ayant refusé d’adhérer à la rémunération sur objectifs.
        En fait « 97,2% des médecins généralistes [ont] opté pour la convention et le nouveau mode de rémunération sur objectifs. Seulement 1700 d’entre eux ont, comme c’était leur droit, refusé d’adhérer au paiement à la performance ». (Quotidien du Médecin, 30 janvier 2012).

        http://pratiques.fr/spip.php?action=acceder_document&arg=2063&cle=e774b2cb0e5cf6a0ace25e164d719fcec3ea6c67&file=pdf%2Fthese_refus_rosp_-_andrian.pdf

      • socoa

        Merci pour vos commentaires et les liens associés, ça permet d’aller un peu plus loin dans l’établissement des faits et dans la réflexion qui s’impose à nous face à ce système de santé pernicieux, vérolé par big-pharma.

  • verisheep

    Si vous voulez choisir un médecin qui a refusé d’adhérer à la rémunération sur objectifs, la sécu refuse d’en communiquer la liste mais voici une pétition signée par 287 d’entre eux:
    http://www.activism.com/fr_FR/signatures/refus-du-paiement-a-la-performance-p4p/15110

  • sceptique

    merci pour tes commentaires verisheep, excellent travail!
    Je voudrais préciser seulement deux choses: les médecins peuvent quitter les système de pillage de la santé publique appelé sécu en s’assurant dans le privé d’une part -où pour l’instant le marché n’est pas captif, mais il le deviendra en cas de rupture officiel de monopole de la sécu.

    Compte tenu du prochain effondrement financier, j’incite fortement ceux qui le peuvent à se former: phytothérapie, aromathérapie, énergétique, herboristerie; crach boursier= faillite des labos= pénurie de médicaments.

  • ROY

    Grève à la Clinique de Gien (Loiret), quand les conditions de travail deviennent intolérables !

    « …Les personnels se posent une question évidente : « comment bien prendre en charge les patients si eux-mêmes souffrent »…c’est bien là un problème qui tend à se généraliser dans bien des établissements de santé et ceci est préjudiciable à une bonne prise en charge des patients qui supportent eux aussi les errements et abus de la « logique comptable » du système actuel où l’être humain est un moyen de faire des profits, qui pour « La Vie Hospitalière » ne sont que les produits purs et simples de la marchandisation de la santé !…l’esclavagisme n’est pas loin… »

    http://autonomes.blogspot.fr/2015/04/greve-la-clinique-jeanne-darc-gien.html

    Un groupe de kangourous qui s’en mettent pleins les poches !
    (Le groupe financier Ramsay a été fondé en Australie)

  • engel

    La SEULE SOLUTION,

    Pour contrecarrer cette bolchevisation de la médecine:
    – Fournir au plus grand nombre(via internet*) le RECUEIL de tous les courageux médecins qui refusent cette carotte(paraffinée) technocratique.
    …ET EN FAIRE LA PUB SUR DIFFÉRENTS SITES ALTERNATIFS.

    – L’existence d’un tel recueil sera une cri d’alarme retentissant qui ne manquera pas de faire grand bruit.

    – Ce recueil sera propre à attirer l’attention du patient, oups pardon!, du client… sur le fait qu’il n’est plus, qu’une vulgaire « variable d’ajustement ».
    En somme, un objectif de bureaucrates!

    – De plus, tous ces médecins frondeurs ont maintenant l’obligation de sortir de l’anonymat.
    Faute de quoi, leurs pairs ne leurs pardonneront pas. Ils vont les pulvériser menu menu, à petit feu ,doucement,…mais sûrement,…en toute bassesse.

    *) Le mot recueil serait à employer de préférence au mot liste. Ce dernier ayant été sciemment diabolisé.

    **) Internet étant le seul média qui permettra, dans un premier temps cette publication et sa publicité.

    • Trollzilla Trollzilla

      L’idée est louable Engel mais en pratique c’est impossible.

      L’ordre des médecins veille au grain d’une main de fer ; sorti du système un médecin n’a plus le pouvoir de faire des arrêts maladies, une ordonnance, un diag et même une simple piqure (traverser le derme d’autrui, établir un diag et une ordonnance, tout cela est juridiquement punissable et y tapent dur, crois moi…) ; le détail qui tue c’est concernant l’ordre des vétérinaires, à 250 euros la consultation équine, laissez moi vous dire que les sanctions encourues sont 10x plus drastiques que pour « exercice illégal de la médecine » mandaté par l’ordre des toubibs…

      Le bouche à oreille, il ne nous reste que ça de sûre désolé.
      http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif

      • engel

        Qui t’a dit de sortir de l’ordre des médecins???

        Faudrait quand même revenir aux fondamentaux avant de se laisser intimider.

        – Est-ce que leurs refus est légal: Rep Oui.
        – Est -ce que ce refus est contestable en l’état: Rep Non.
        -Est-ce que la publication d’un tel recueil serait de nature illégale: Rep Non.
        ..Bien au contraire, ceci éviterait toute poursuite pour conflits d’intérêts non divulgués!

        Et puis, faudrait rappeler aux mafieux, le serment d’Hippocrate.
        Ce beau serment qui se veut la base déontologique suprême de cette belle profession.

        Extrait: « Je préserverai l’indépendance nécessaire à l’accomplissement de ma mission.* »

        *) http://fr.wikipedia.org/wiki/Serment_d%27Hippocrate

      • Trollzilla Trollzilla

        Je me disais qu’à terme, le médecin frondeur sera tout simplement radié de l’ordre dans le meilleur des cas pour non application des « conventions ».
        Après je peux me tromper.
        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

        Tout ça (le secteur quaternaire et quinaire), ressemble étrangement à des projectives d’analyses économiques pour élever les seuils de rentabilité au prix de la qualité du service.
        Le « dégraissage » de ceux qui en dépassent les limites ne pourra être ignoré pour la stabilité de cet édifice comptable; un monopole limitatif rien de moins.
        ça me donne à penser aux quotas donnés à atteindre dans le cadre d’une franchise de marque.
        Celui qui ne l’atteint pas est écarté l’année suivante dans cette logique.

      • engel

        La technique des petits pas…

        Cette convention n’est pas obligatoire…pour l’instant!
        D’où la nécessite pour eux d’agir sans tarder. Tant que leur refus est légal.

        « Libéral » qu’ils disaient…

      • engel

        ..En parlant de l’ordre des vétérinaires.

        Ce sont ces sal… qui interdisent aux proprios d’animaux d’acheter un vermifuge en direct sans ordonnance; et qui obligent les pharmaciens à la contrainte!

        « Business or business », « profit and profit »….rien n’est trop petit pour cette confrérie de morfales.

        Pitoyable mentalité!

      • Trollzilla Trollzilla

        Un truc que je n’ai jamais compris…

        Pour les vétos français la leishmaniose est permanente et ne se cure pas, dans le meilleur des cas on vous dira qu’il y a un traitement à vie qui vaut tant et l’autre option que l’on vous proposera sera de prévoir de faire euthanasier votre chien alors qu’en Espagne ça fait des années que les vétos donnent un curatif pour cette patho parasitaire.

        Le fabricant est un labo français de Sophia Antipolis dans le 06…

        Chez nous on attend de faire des essais sur l’homme pour l’autoriser et faire d’une pierre deux coups…

        C’est grave docteur ?

  • engel

    Trollzilla,
    Je ne suis pas dupe, tu aurais du mieux me lire.

    Ils n’ont plus le choix!

    Ou ils se fédèrent en faisant grande publicité sur internet.
    Soit, ils mourront dans leurs coins.
    …Isolés de tous, à petit feu, dans l’oubli et l’indifférence.
    …Et comme tu le dis: Sournoisement persécutés.

    « Nous sommes dans un monde de sombre manipulation; et seule la lumière peut espérer éclairer les ténèbres. »