Dernière débilité américaine: « la passion pour les selfies est un trouble mental »

Une bonne occasion pour vous resservir cet excellent documentaire: les inventeurs de maladies. Les médecins les plus éminents et soit disant les plus sérieux, excellent dans l’invention des troubles et maladies pour le plus grand bénéfice des laboratoires pharmaceutiques et des institutions médicales. Certains en douteraient encore, mais le serment d’Hippocrate et devenu celui d’hypocrite depuis très longtemps, seulement l’argent compte réellement, quitte à assister à nombre de décès qui auraient pu être évités. Et dans le domaine, ils peuvent aller très loin!!! La preuve, ils avaient même décrété que le deuil prolongé était un trouble mental qu’il fallait également soigner, médicaments à la clé!

selfie-pic

La Société américaine de psychiatrie (American Psychiatric Association, APA) a reconnu une passion pour les selfies (un autoportrait photographique réalisé avec un téléphone mobile) comme un trouble mental.

Selon les psychiatres, une nouvelle maladie nommée « selfies » se caractérise par un désir constant de se photographier et de partager ces images en les publiant sur les réseaux sociaux afin de compenser un manque d’estime de soi.

Des chercheurs ont déterminé trois niveaux de cette maladie, le premier, c’est le niveau épisodique, auquel une personne se photographie au moins 3 fois par jour, mais ne poste pas ces photos sur les réseaux sociaux. Le niveau aigu, dont le deuxième prévoit qu’une personne se photographie au moins 3 fois par jour et publie ces photos sur les réseaux sociaux, et le troisième niveau chronique, auquel un obsédé sent un besoin irrépressible de se photographier durant une journée et publier ces photos sur internet au moins 6 fois par jour.

Les psychiatres soulignent qu’un traitement de « selfies » n’existe pas pour le moment.

Source: La voix de la Russie

https://www.youtube.com/watch?v=HXJlB7WESmw

Biblio_6278-1Les inventeurs de maladies

Jörg Blech, Actes Sud, 2005

Synopsis

« Si on pouvait autrefois espérer trouver un jour un traitement pour chaque maladie, nous explique Jörg Blech, les marchands de la santé, aujourd’hui plus que jamais, semblent plutôt vouloir trouver une maladie pour chaque molécule fabriquée. En manipulant des membres influents de la communauté médicale, les lobbys industriels ont peu à peu modifié les « normes » de certaines valeurs biologiques – comme le taux de cholestérol et la tension artérielle – afin d’augmenter le nombre de patients « susceptibles d’être traités ». Pour eux, faire croire à des gens en bonne santé qu’ils doivent se soigner à vie est une véritable rente viagère. Et pour propager une pareille absurdité, ils nous suggèrent que si nous ne  » nous soignons pas » par anticipation, nous mourrons de cancer, nous serons diminués par des maladies cardiovasculaires ou nous perdrons la tête en raison d’une dégénérescence neurologique… Le principal argument de vente des marchands de la santé, c’est la peur. »
(extrait de la postface de Martin Winckler)

À partir d’un grand nombre d’articles parus dans d’importantes revues scientifiques, Jörg Blech a mené sa propre enquête. Grâce à une multitude d’exemples et de révélations, il développe une synthèse passionnante des dangers menaçant les patients, malades ou prétendus tels.

Traduit dans une douzaine de langues, Les Inventeurs de maladies est un livre à lire absolument avant de se rendre chez le médecin.

Article complet sur Passeportsante.net

 

10 commentaires

  • Pour une fois, je suis plutôt d’accord avec les médecins. Le narcissisme à l’extrême peut être pathologique. Il faut être vraiment pas sûr de soi pour passer son temps à s’admirer en photo et devoir montrer aux autres qu’on est beau gosse. Mais je dirais que c’est plutôt un symptôme d’autre chose, pas une maladie en soit. Tout nos travers ne doivent pas être perçu comme des maladies psychiatriques sinon on est mal barrés.

    Le seul truc qui coince c’est : « Les psychiatres soulignent qu’un traitement de « selfies » n’existe pas pour le moment

    Evidemment qu’un traitement n’existe pas, tout comme il n’en existe pas pour la connerie :)

    Mais ils vont s’employer à le trouver, c’est là le problème…

  • nomdemon

    my selfie : le 8ème en partant de la gauche !!!

  • Maverick Maverick

    Faudrait que je relise « Le Malade Imaginaire », tiens http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif

  • Bardamu

    Dans le même genre, une amie a eu la mauvaise idée d’aller consulter un allergologue : il a réussit à lui en trouver 3 dont une au gluten ! Elle qui mange quotidiennement du pain depuis 30ans, c’est dommage …

  • Jujusmart

    L’Amérique est le berceau du trouble mental. Tout ce qui en découle n’est que le résultat de sa psychopathie de base.

  • Le Sudiste

    Sur ce sujet, « l’invention de maladie » ou « Disease mongering », vous pouvez voir aussi deux documentaires:

    Profits macabres – L’histoire cachée des drogues psychiatriques. Vost (1h34)
    https://www.youtube.com/watch?v=CVM6e5Whd2U

    The Marketing of Madness. Seulement en anglais (2h57)
    https://www.youtube.com/watch?v=IgCpa1RlSdQ

  • kerry

    Sous estimé l’impact que les médias sociaux peuvent avoir sur nos jeunes de la facon dont vous le faite n’est pas juste. Mise à part les selfies que vous sous estimés comme étant un mal je présume, plusieurs jeunes personnes ont laissés leur vie de différente manière du à l’internet.

    et je parle ici de personne qui n’avait même pas de lien direct avec le net mais qui ont subi des pressions, ont été harcelés via les média sociaux et en sont mort.

    Informés vous ignorants.