Europe : Pour s’informer et réfléchir encore avant dimanche…

Les débats font rage pour nous expliquer soit que l’Europe est notre salut, soit que, bon, telle qu’elle est, c’est pas terrible mais qu’on peut la réformer. (Comment fait-on alors même que pour tout changement il faut un accord des 28 membres ? ). Oui, l’Europe est mal foutue et assez curieusement, une majeure partie le reconnaît, chacun dans sa spécificité :  Il faudrait une Europe plus verte, moins libérale et financière plus juste et plus sociale.. Ces voeux pieux font la une des débats et des déclarations de chaque candidats….

Une autre Europe est-elle possible ? Les pronostics sont sombres, tout a été verrouillé dans les traités  pour que les alternatives de changement soient compliqués, voire impossibles.Ceux-ci  ont été rédigés  sur des bases ultra-libérales et les droits européens ont force de loi sur les droits des États. L’inféodation par les États membres à l’Europe est incontournable… On est pas sorti de l’auberge…

jpg_dessin917_titom_austerite

Pour contre-balancer ce déferlement pro Européen, je vous propose ces trois articles. Dans le premier, l’auteur commente et démonte un livre pro-européen. Le deuxième vous propose une série de citations de nos politiques au moment de Maastricht. Si ce n’était pas dramatique, ce serait drôle… En tout cas, aucun doute le pouvoir nous prend pour des crétins…

Enfin une conférence très intéressante de François Asselineau qui explique très clairement pourquoi,de son point de vue, la France doit sortir de l’Europe et de l’Otan et analyse la façon dont nous pourrions sans dommages, abandonner l’euro.  Il n’y a pas que le FN qui propose l’abandon de cette Europe délétère, il faut le savoir.

L’Europe selon les euro-béats : du sang et une démocratie entre parenthèses

Après la pensée magique d’Anne-Laure Delatte, qui soutient encore l’euro, le papier d’Alexandre Delaigue, « L’euro est un formidable succès  », à défaut de faire un bon papier d’humour, révèle ce que pensent de nombreux euro-béats. Une révélation des plus glaçantes, à conserver et diffuser précieusement.

 

L’euro, c’est le recul de la démocratie
Pour lui « ce n’est pas parce qu’elle est peu démocratique que l’Europe est impopulaire ; en réalité, c’est parce qu’il est impopulaire que le processus de construction européenne ne peut pas être démocratique  ». De facto, cela revient à dire que les peuples sont trop bêtes pour comprendre l’intérêt de la construction européenne, et que, par conséquent, on il ne faut pas hésiter à aller contre la démocratie pour avancer ! Une justification effarante et d’une suffisance toute aristocratique de l’autoritarisme, pour ne pas dire d’une forme de dictature. Pire, pour lui, « l’essentiel n’est pas de construire des choses qui fonctionnent, mais de transférer autant de pouvoir que possible en dehors des gouvernements nationaux. La prochaine crise qui résultera de ce mécanisme incomplet sera l’occasion de nouveaux transferts de compétences, parce qu’il n’y aura pas de choix  » ! Et tant pis pour les victimes collatérales  !
D’ailleurs, pour lui, « le niveau de souffrance subi par les pays périphériques de la zone euro montrent que les populations nationales, vieillissantes, ne feront jamais le saut dans l’inconnu qu’impliquerait le démantèlement de la construction européenne et de l’euro  ». Un jugement extrêmement hâtif. En effet, les élections grecques de 2012 n’ont pas été loin de donner une majorité hostile aux plans de l’UE. Et la dernière élection italienne a vu les partis critiques à l’égard de l’UE largement devancer les UE-béats. Et comment ne pas voir que le divorce des peuples d’avec l’UE est en marche, comme le mesurent tous les sondages ? Mais c’est peut-être aussi pour cela que les euro-béats envisagent des solutions autoritaires, puisqu’ils comprennent que la démocratie s’opposera à leurs desseins.
L’euro et l’UE, c’est la souffrance

Il poursuit : « les crises ne sont pas des défauts du système qui peuvent être corrigés techniquement ; elles sont au contraire consubstantielles au processus de construction européenne, qui ne saurait avancer sans cela  ». Les dizaines de millions de chômeurs et la hausse de la pauvreté seraient donc nécessaires à cette construction masochiste et inhumaine. Ce faisant, il nous révèle la réalité de ce qu’est l’Union Européenne, un monstre qui dévore ses enfants pour pouvoir grandir, et qui ne semble même pas chagriné par cela. Tout cela montre que certains partisans de l’UE ont construit une véritable pensée malade, malsaine, aux relents totalitaires et morbides. Car en arriver jusqu’à théoriser et justifier les souffrances de dizaines de millions de personnes pour construire l’UE confine à la folie ou au sadisme.

Delaigue trouve un moyen d’incriminer les nations : « vous pouvez trouver ce processus non démocratique, mais il faut constater que les créations de nations se sont toujours faites dans la douleur  ». Pour lui « la réaction en chaine de Monnet est probablement préférable à la conquête violente ou aux constructions de frontières qui ont le drame du 20ème siècle (…) l’Europe se construit dans la douleur et les crises, mais on ne construit pas de nation sans douleur  ». D’abord, il est délirant de vouloir créer cette pseudo nation européenne, hors sol, fantasme d’intellectuels dans leur bulle. Ensuite, il tombe dans une contradiction : il dénonce la violence des nations pour justifier la construction européenne, tout en ayant recours à une forme de violence pour créer une nouvelle nation. Mais pourquoi vouloir créer une nouvelle nation, si cela doit se faire dans la douleur et si toutes les nations poussent à la violence ?
Merci Alexandre Delaigue pour cette tribune qui revient à écrire ce que certains pensent mais n’osent pas dire publiquement. Ce faisant, cela révèle le fond malade du projet européen qui a menée à l’UE, une pensée violente et anti-démocratique, contre laquelle il faut absolument se battre.
QUELQUES CITATIONS PARMI LE BÊTISIER DE MAASTRICHT (1992)
Où on a la preuve qu’on nous prend vraiment pour des c…ns !
« Le traité de Maastricht fait la quasi-unanimité de l’ensemble de la classe politique. Les hommes politiques que nous avons élus sont tout de même mieux avertis que le commun des mortels.» (Élisabeth Badinter, Vu de Gauche, septembre 1992)
Demandez  donc aux Grecs, au Espagnols, aux Portugais, aux Italiens et à nos chômeurs !
« Maastricht apporte aux dernières années de ce siècle une touche d’humanisme et de Lumière qui contraste singulièrement avec les épreuves cruelles du passé. » (Michel Sapin, ministre socialiste des finances, Le Monde, 6.5.92)
« Oui, pour aller de l’avant dans les conquêtes sociales, il n’est d’autre avenir que la Constitution de l’Europe.» ( Julien Dray, Assemblée nationale, 6.5.92)
«Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir: la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie » (Michel Rocard, Ouest-France, 27.8.92)
« Le traité d’union européenne se traduira par plus de croissance, plus d’emplois, plus de solidarité. » (Michel Sapin, ministre socialiste des finances, Le Figaro, 20.8.92)

«L’Europe, ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion. » (Martine Aubry à Béthune, 12.9.92)

« Avec Maastricht, on rira beaucoup plus. » (Bernard Kouchner, Tours, 8.9.92)

« Si vous voulez que la Bourse se reprenne, votez “oui” à Maastricht ! » (Michel Sapin, université d’été du PS à Avignon, 31.8.92)

« Pour pouvoir dîner à la table de l’Europe [monétaire], encore faut-il savoir se tenir à cette table et ne pas manger avec ses doigts. […] Si la monnaie unique a un mérite, et un seul, c’est d’obliger les pays à se conduire correctement.» (Jean-Marc Sylvestre, France Inter, 18.9.92)

« La France est une locomotive. Elle n’a pas le droit d’être dans le wagon de queue. […] Le train de l’espoir ne passe pas deux fois. » ( Jack Lang, RTL, 23.8.92)

Article complet+vidéo sur les Brindherbes

 

20 commentaires

  • Musashi Musashi

     » L’élargissement de l’europe et de l’otan serviront les objectifs aussi bien à court terme qu’à plus long terme de la politique américaine. Une europe plus vaste permettrait d’accroître la portée de l’influence américaine – et, avec l’admission de nouveaux membres venus d’europe centrale, multiplierait le nombre d’Etats pro-américains au sein des conseils européens – sans pour autant créer simultanément une europe assez intégrée politiquement pour pouvoir concurencer les Etats unis dans les régions importantes pour eux (…) Un traité de libre échange réduirait également le risque de voir se développer la rivalité économique entre les Etats unis et une union européenne plus unie. »
    Le grand échiquier, éditions Pluriel (p257, p260) – Zbigniew Brzezinski – 9,50 euro

  • kalon kalon

    LEUR Europe n’a jamais rien construit, elle détruit, et pas seulement les pays européens mais tout les pays !
    Cette Europe là détruit tout sur son passage et le pire est qu’elle le fait en notre nom et avec notre argent !
    http://www.voltairenet.org/article183881.html

  • amethyste amethyste

    Certes, il n’y a pas que le FN qui propose l’abandon de cette Europe délétère, mais c’est aujourd’hui le seul parti
    qui n’a jamais fricotté avec le système, contrairement à ce que certains veulent nous faire croire, ici.

    On a même osé comparer le FN à Mussolini, Franco et Hitler,
    mais où était François Asselineau pendant 40 ans?

    Certes le FN n’est pas parfait, mais c’est le seul parti de poids, capable de mobiliser. 18% à la présidentielle lui ont ouvert la porte des médias, quoi qu’on en dise, quoi qu’on en pense…

    Le FN n’a jamais convoité au dîner du CRIF, du siècle, ni fait alliance. Souvent avangardiste de la situation actuelle qu’il dénonce depuis 40 ans et que l’on constate, malheureusement aujourd’hui.

    Alors que l’on adhère ou pas à la totalité de ses idées ainsi que de ses impecfections, aujourd’hui l’heure est grave.

    Ce n’est pas en ayant des idées personnelles et partisanes pour valoriser François Asselineau et rabaisser le FN à tout va sur votre blog que ce dernier obtiendra plus de voix. Il est inconnu du peuple en général, lieutenant du RPR donc de l’UMP, il a servi plusieurs gouvernements et bel et bien appartenu au système une grande partie de sa vie et de cela les Français euroseptiques n’en veulent plus.
    Si pour certains, poser des limites, assurer la sécurité de ses concitoyens, privilégier l’emploi le logement à tous Français d’origine diverses s’est être Hitlérien, alors je suis fière d’en être. C’est ainsi que je me reconnais et que j’ai l’intention de vivre dans mon pays et non pas vivre dans un pays ouvert à tous les dangers sans aucune protection, chacun son truc !

    Comme le dit avec prétention « Voltigeur » d’un ane on ne fait pas un cheval de course…

    • engel

      « mais où était François Asselineau pendant 40 ans? »

      Alors ça,
      je peux répondre : Avec le beau Pasqua…, entres autres.

      Et par l’ENA, vive Bercy.

      Comme quoi,
      Quand on veut jeter le discrédit, des arguments pitoyables ne manquent pas!

      Je n’ai rien contre le bonhomme(j’ai même failli adhérer activement à son mouvement). Mais je trouve son comportement face au FN pour le moins étrange!

      Je peux comprendre, qu’il veuille prendre ses distances vis à vis de ce parti qui sent le souffre nationaliste.

      Mais de là à s’acharner sur un parti historiquement nationaliste, donc profondément souverainiste, je ne saisis pas!
      Ce faisant il fait le jeu intégral des mondialistes!

      Il divise et jetant l’anathème, encore un peu plus, sur ces patriotes opposants farouches à la globalisation. Fusses-t’ils lobotomisés et extrémistes, comme certains se plaisent à le dire.

      Non vraiment l’ennemi est ailleurs.

      • Musashi Musashi

        Je pense que l’insistance de François Asselineau à dénoncer le fn ne s’adresse pas directement au fn mais plus aux personnes qui utilisent des techniques tétanisantes pour l’opinion publique. Le fn ne dit pas vouloir sortir de l’ue mais ce sont toujours ses adversaires qui le disent. Asselineau défend l’idée que de vouloir sortir de l’ue / euro, n’appartient pas au fn.
        Il faut aussi voir que certaines personnes ne veulent pas de cette u.e mais ne peuvent pas voter fn, c’est le cas des gens de gauche ou des personnes de parents immigrés (non européenne)
        Quand au passé des personnes, il est aussi intéressant de se pencher sur le cas de Vincent Brousseau qui après 15 ans à la bce démissionne puis rejoint l’upr.

      • engel

        Personnellement je pense qu’il est bon qu’il y est plusieurs voix nationales dissonantes contre l’UE.

        ..Mais contre EU, pas pour s’entre déchirer!!!

      • So So

        (…)Il divise et jetant l’anathème, encore un peu plus, sur ces patriotes opposants farouches à la globalisation. Fusses-t’ils lobotomisés et extrémistes, comme certains se plaisent à le dire.(…)

        justement non ! il propose de sortir des clivages traditionnels gauche/droite qui nous enfument depuis trop longtemps ; si tu lis la charte de l’UPR, il est clairement énoncé que ce mouvement se veut rassembleur de toutes les composantes, de l’extrême droite à l’extrême gauche, dans l’objectif, premier et urgent, de sortir de l’UE, de l’euro et de l’OTAN pour rendre à la France son autonomie vis-à-vis tant de l’UE que des USA et sa liberté d’action. A chacun d’apprécier à l’aune de ses propres convictions.

        S’il tape préférentiellement sur le FN, il y a selon moi deux raisons :

        1 – le FN apparait à tous, de prime abord(grâce à la complaisance de longue date de nos merveilleux medias), comme la seule alternative à la politique subie depuis plus de trente ans alors même que l’UPR se positionne sur le même créneau (tout en ne disposant pas des mêmes moyens pour se faire entendre ; et même si cela te gêne, FA rappelle quelques faits sur l’historique et le programme du FN qui méritent réflexion).

        2 – l’électorat du FN, qui rassemble de plus en plus de mécontents du système – même s’ils n’adhèrent pas tous à la totalités des thèses défendues, est de loin le plus à même de rejoindre une UPR qui se veut tout aussi nationaliste que le FN mais sans verser dans l’exécration de l’immigration, des autres religions, de l’homosexualité etc.
        ou un DLF de NDA.

        Et reprocher à FA le fait qu’il ait à une certaine époque été proche de Pasqua montre bien le niveau de formatage. Je ne t’apprendrais sûrement rien en rappelant que LP, à l’époque de l’OAS, n’en était pas trop éloigné lui non plus…

        Cela dit,
        bonne pêche et bon dimanche à tous !

      • Chegoku Chegoku

        N’oubliez pas qu’on peut voter pour le président de la commission. C’est à dire le mec le plus puissant de l’UE.
        Virer ce connard de Barroso et le remplacer par un des 5.

        Dans les 5, il y a José Bové. Même si on peut le critiquer, il est 1000 fois plus proche de nous que l’autre portugais.

        Et moi, je voterai pour Alexis Tsipras : chef du groupe gauche radicale anti-capitaliste. issu de Syriza.

        Je pense que mettre un type comme Tsipras à cette place serait une grosse bouffée d’air pour nous tous et une manière de fléchir cette Europe néo-libérale.
        Son groupe a systématiquement voté contre tous les derniers textes européens au parlement.

      • Maverick Maverick

        Désolé de jouer le troll râleur de service, mais on dirait qu’il y a (déjà/encore) comme une odeur de quenelle …

        http://tempsreel.nouvelobs.com/elections-europeennes-2014/20140520.OBS7865/le-conseil-europeen-peut-il-ignorer-le-vote-de-dimanche.html

        Ca me rappelle cette réplique de Sigourney Weaver dans « Avatar » (Le Docteur Grace Augustine) :
        « Ils nous pissent dessus, et n’essaient même pas de nous faire croire qu’il pleut » …

      • engel

        Où tu as lu que je parle de gauche/droite?
        Et encore moins du faux clivage.
        ..Justement je dit que l’ennemi est ailleurs.

        En ce qui concerne mon niveau de formatage, je t’engage à lire correctement mon post, sur la facilité à jeter l’anathème. Et le peu de gloire que l’on peut en tirer.
        ..Alors pourquoi en usez-vous.

        PS: Et puisque tu parle de l’OAS. Je te répondrai SAC. Et je te ferais pas l’affront de te rappeler qui est le grand fondateur de ce charmant mouvement.

        Le formaté te salut.

      • So So

        Effectivement, c’est moi (puisque c’était mon commentaire, il me semblait avoir le droit de m’exprimer…) qui parle du clivage gauche/droite (fabriqué de toutes pièces, je te le concède, mais néanmoins prégnant), j’aurais pu en ajouter toute une liste (jeune/vieux, homme/femme, actif/chômeur, indigène/immigré, hétéro/homo, croyant/athée, urbain/rural, gentil/méchant…), qui contribuent par les divisions qu’ils génèrent au maintien permanent des mêmes au pouvoir.

        Quant au formatage, je ne visait personne en particulier dans le mesure où j’en suis tout autant victime que beaucoup d’autres personnes de mon entourage (en fait je me référais à une réflexion d’une amie à propos de NDA lors des dernières présidentielles), ce qui m’amène à devoir dépasser nombre d’à-priori pour accepter de prendre en compte tous les points de vue. Et on ne peut par dire que nos chers médias aident vraiment à aller dans ce sens…

    • Norbert

      Mavenick;

      Concernant le FN que tu apprecies tant et pour ta gouverne,je t’apprend qu’il ne veut surtout pas sortir de l’Europe et en plus il ne veut pas du tout le pouvoir en France,il suffit de prendre note ,une fois de plus, de son dernier derapage par la voix de « JM Le Pen »:
      «  » » »il souhaite que le virus esbola tue encore beaucoup plus de monde » » »,
      a seulement quelques jours des Europeennes c’est vraiment pas tres intelligent mais ,moi ,je pense,que c’est plutot tres bien calcule.

      Confirmation et preuves a l’appui:
      FN parti leurre,fabulateur et menteur depuis sa creation.
      Quelques videos a visionner sur Youtube afin de vous remettre les idees en place.
      ecrivez:1)Le role secret du FN,ingenierie sociale
      2)L’arnaque du FN
      3)Le front national ment
      Ouvrez vos yeux,vos oreilles et votre esprit.

      L’UPR est le seul parti qui propose reellement(pas pour rire) de sortir de l’UE et de plus avec le TAFTA(grand marche Transatlantique) qui se profil a l’horizon,il y a ,plutot, urgence.
      (les 28 chefs d’etats de l’UE ont donne leurs accords et carte blanche aux USA dans le dos des peuples).
      Cela prendra effet ,au plus tard,en 2016

      le 25 mai,un seul vote,ni blanc ,ni abstention,
      VOTEZ UPR C’EST VOTER POUR LA LIBERTE
      SORTONS DE L’UE,DE L’EURO ET DE L’OTAN

      • Norbert

        DESOLE,
        LE COMMENTAIRE(Mavenick) CI-DESSUS S’ADRESSAIT,PLUTOT,A AMETHYSTE

      • engel

        Dixit:  » Je t’apprends »
        J’aime bien cette formule, elle en dit beaucoup…

      • amethyste amethyste

        Exactement Engel !

        Et les arguments en disent tout autant….
        Traiter les autres de menteurs quand son commentaire est rempli d’inexactitudes, me fait doucement rigoler

        C’est la raison pour laquelle je ne répondrais pas à Norbert car je ne pense pas que ce dernier ait quelque chose à m’apprendre. En particulier sur le FN. Rires !!!

        Article 50 : Cet argument d’Asselineau est d’un parfaite mauvaise foi (ou incompétence) : Nul traité international n’est pas récusable par ses signataires. L’article 50 est un point de détail technique et accessoire.

        Asselineau, c’est Pepsi qui veut gagner en part de marché sur un FN Coca.

  • amethyste amethyste

    Marine Le Pen a toujours parlé d’une sortie de l’Euro « concertée » car nous ne sommes pas le seul peuple en France à vouloir se défaire de cet Euro qui nous plombe. Les résultats dimanche seront là pour le prouver. Alors quand on veut faire de la réinformation autant dire les choses telles qu’elles sont et ainsi on pourra avancer….
    Contrairement à ce que beaucoup pensent, nombreux sont les français d’origines étrangères qui ont voté contre le système et pour le FN notamment dans le 7ème secteur de Marseille où Stéphane RAVIER (FN) a été élu. Je tiens cette information d’un vigile d’origine Algérienne, employé dans une grande surface avec qui j’ai sympathisé. Comme quoi il y a une réelle prise de conscience des étrangers de France qui se font exploiter par la bienpensance en place depuis des décennies…. UMPS et Cie…

    • Norbert

      AMETHYSTE,
      Pour sortir de l’Euro ,il faut d’abord sortir de l’UE condition indispensable.
      Sortir de l’UE ,c’est facile,l’article 50 du TUE qui permet de sortir unilateralement,legalement,juridiquement sans avoir rien a negocier avec qui que ce soit,il suffit tout simplement de le demander officiellement.
      Sans l’accord des 28 pays(majorite requise ) aucun article ou ligne ou virgule d’un traite ne peut etre renegocie.
      Autant dire que c’est absolument impossible.

      Un seul parti propose rellement de sortir de l’UE,de L’EURO et de L’OTAN sans rien negocier du tout puisqu’il n’y a pas besoin.
      C’est l’UPR de Francois Asselineau
      VOTEZ POUR LA LIBERTE pas pour des menteurs ou de vaines promesses impossibles a appliquer ,on l’a vu depuis plus de 35 ans.
      VOTEZ LE 25 MAI,ni abstention,ni vote blanc qui feraient le jeu de l »UE,
      VOTER UPR,seul parti sincere et honnete

      • Fenrir

        « Voilà pourtant de longs siècles que le monde dure, que les
        sociétés se déroulent et se succèdent, pareilles les unes aux autres, qu’un fait unique domine toutes les histoires : la protection aux grands, l’écrasement aux petits. Il ne peut arriver à comprendre qu’il n’a qu’une raison d’être historique, c’est de payer pour un tas de choses dont il ne jouira jamais, et de mourir pour des combinaisons politiques qui ne le regardent point.

        Que lui importe que ce soit Pierre ou Jean qui lui demande
        son argent et qui lui prenne la vie, puisqu’il est obligé de se dépouiller de l’un, et de donner l’autre? Eh bien! non. Entre ses voleurs et ses bourreaux, il a des préférences, et il vote pour les plus rapaces et les plus féroces. Il a voté hier, il votera demain, il votera toujours.
        Les moutons vont à l’abattoir. Ils ne se disent rien, eux, et ils n’espèrent rien. Mais du moins ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera, et pour le bourgeois qui les mangera.
        Plus bête que les bêtes, plus moutonnier que les moutons,
        l’électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des Révolutions pour conquérir ce droit. »

        La Grève des électeurs d’Octave Mirbeau

        ………..

        ;0D