Présentation du projet: La Tanière du Val de Landeleau

Harald et Amalia m’ont contactée pour faire connaître leur superbe projet et avoir un petit coup de pouce. Ils sont vraiment courageux et leur « rêve » va certainement vous plaire, il est en totale osmose, avec les idées que nous défendons depuis toujours. Mais pour le réaliser et le rendre accueillant, pour ceux qui voudront se ressourcer chez eux, ils ont besoin de nous. Partagez ! Volti

******

Auteurs Harald et Amalia pour La Tanière du Val de Landeleau (Leetchi)

FAIRE PARTIE DE LA NATURE PLUTÔT QUE DE FAIRE PARTIE D’UN DÉCOR

Vous découvrirez ici un projet de vie qui correspond à un idéalisme personnel mais qui touche actuellement bon nombre d’entre vous. 

Nous faisons appel à la générosité des personnes qui nous liront et qui nous encourageront dans notre démarche. Chaque don aussi petit soit-il est important, rassurez vous, vous ne serez pas jugé sur votre capacité à donner, l’important pour nous c’est de faire connaitre notre projet, qu’il soit partagé un maximum pour anticiper le développement de nos activités, et nous permettre de mettre le pied à l’étrier…Il n’y a pas de minimum, pas de maximum, vous êtes libre de donner si vous en ressentez l’envie.

Des petits gestes multipliés par de grands partages permettront la réalisation d’un rêve…

Nous avons joué la carte de la transparence, c’est important pour nous…

Merci à toutes celles et ceux qui prendront le temps de nous lire.

Qui sommes-nous ?

 Un couple d’Isérois, Harald et Amalia, désireux de vivre autrement depuis longtemps…

La nature est un moteur essentiel pour nous, plus on s’en rapproche, mieux nous sommes ! Nous sommes tous les deux indépendants, guérisseuse d’âme pour ma part, géobiologue et forgeron pour Harald.

Nous habitons une jolie campagne iséroise, vivons confortablement dans une belle maison, notre vie est saine et équilibrée. Tout va bien de ce côté-là ! Mais…

Tombés tous deux amoureux de la Bretagne, nous avions envisagé de quitter notre région pour vivre autre chose ailleurs, faire de nouvelles connaissances, respirer un autre air. Cette envie n’était pas encore réalisable, car il fallait du temps pour que certaines choses se mettent en place, notamment la reconversion professionnelle d’Harald. Salarié depuis de nombreuses années en tant que charpentier, il lui fallait faire le grand saut pour se détacher de son travail et se réaliser en respectant sa nature véritable. 

Le grand saut accompli, nous avons commencé par regarder les maisons en location, qui au passage sont magnifiques pour la plupart, mais quelque chose n’allait pas. Nous n’arrivions pas à comprendre quel était le souci jusqu’au jour où…

Nous nous sommes rendus à l’évidence, rien ne sert de s’acharner quand les signes de la vie te montrent la direction à prendre. Nous n’étions pas partis pour acheter un lopin de terre, mais pour louer une maisonnette dans cette partie de la France qui nous tend les bras, alors autant vous dire que notre projet d’achat n’était ni muri, ni d’actualité.

Mais nous avons senti cette force indéniable en nous de suivre notre intuition, nos rêves…

Nous nous sommes faits à l’idée que peut-être une autre route était envisageable, là, maintenant, et surprise, cette contrée magique a montré le bout de son nez… Arborée, vallonnée, une rivière coule au milieu de celle-ci, elle correspond en tous points à notre rêve.

Dévorés par une envie profonde de vivre différemment, nous nous sommes rendus sur les lieux et nous avons fait la connaissance de Michèle, cette adorable p’tit bout de femme, propriétaire du lieudit, qui nous a séduit. 

La découverte de cette terre sacrée a résonné en nous comme une évidence. Nous nous sommes sentis chez nous, et nous sommes repartis avec des rêves pleins la tête !!! 

Cette campagne enchantée ne peut être que pour nous !

Nous avons donc tout mis en œuvre pour structurer notre projet. Il nous a fallu du temps pour tout poser, faire de multiples recherches, ce qui a impliqué la mise entre parenthèse de beaucoup de choses pendant ce temps. Nous avons respirer ce nouveau dessein à plein poumon ! Mais les choses n’ont pas été si simples.Nous venons de traverser le parcours du combattant pour atteindre une partie de nos objectifs… Ce projet est un défi en quelques sortes…. Vous allez comprendre pourquoi, mais je vais vous parler un peu de nos rêves en tout premier lieu.

*Notre ambition première ; vivre en harmonie avec la nature et susciter l’intérêt des personnes désireuses de changer de mode de vie, afin de les aider dans cette transition. Nous ne sommes pas dans une démarche de transformer un lieu en une communauté ou village écologique, en revanche, nous ouvrirons notre porte aux personnes désireuses d’entrer dans notre tanière pour partager nos expériences. Un retour aux sources est nécessaire (pour nous en tout cas). Nous nous devons d’être en accord avec ce que nous sommes.  

*Nous utiliserons ce que notre environnement nous offre pour vivre et ainsi faire des économies. Le modernisme d’aujourd’hui sera transformé de manière à l’adapter à une vie plus riche, plus écologique. Nous ne souhaitons plus être dépendants d’un réseau, mais être autonome en eau et électricité, comme beaucoup d’entre vous…

*Notre métier… Quoi de plus beau d’exercer son métier en pleine nature quand cela est possible ! Nous serons immergés dans un contexte qui nous est favorable et profitable. Il sera bénéfique pour nous, mais aussi pour vous. Ce sera un nouveau lieu de rendez-vous incontournable !!! Un havre de paix…

*Nous prévoyons de développer d’autres activités, notamment des stages divers et variés en relation avec notre activité, réalisés soit par nous-même, soit en faisant venir des intervenants (Association Loi 1901 existante qui fonctionne depuis 2014, mise en suspens pour les raisons suivantes : besoin d’un lieu adapté).  

Jusqu’ici, vous me suivez ? Alors continuons…

Pour résumer ; nous avons un coup de cœur pour un terrain, nous envisageons de quitter l’Isère pour la Bretagne, nous partons légers (nous nous délèstons de presque tout !). Vous vous demandez peut-être comment nous allons vivre ? Nous y voilà…

Nous comptons installer des tentes qui nous permettront de vivre les 4 saisons, sur le terrain. Chauffés à l’aide d’un poêle à bois, nous n’aurons aucune difficulté à « survivre » aux intempéries ! Brrrr!! hors de question d’avoir froid ! 

Nous avons fait le choix de tentes professionnelles adaptées à toutes les saisons, elles sont spacieuses, hautes et harmonieuses pour un confort de vie en pleine nature. Un assemblage de plusieurs tentes nous permettra d’aménager notre « nid » confortablement en attendant la construction des kerterres.

Les kerterres ? Elle a dit kerterre ? Mais c’est quoi au juste ces choses-là ??? 

Les kerterres sont des maisonnettes écologiques, qui s’intègrent totalement dans le paysage. L’assemblage du chanvre, du sable et de la chaux permet d’obtenir un alliage semblable à de la pierre. De façon naturelle, elle restitue la chaleur emmagasinée la journée, pour un meilleur confort. Nul besoin de fondations, le sol est en chanvre.

Les kerterres joueront dans le futur un rôle essentiel à notre projet. Vu la conception du terrain, nous avons la possibilité d’en dissimuler quelques-unes, de manière à ce qu’elles soient totalement intégrées dans le paysage, indépendantes, nous permettant de proposer des nuitées insolites dans un contexte particulièrement attrayant et calme. Elles permettront d’héberger également les intervenants lors des stages. 

Nous envisageons la construction de ces habitats féeriques sous forme de stages participatifs ce qui évite les coûts élevés de construction, permet de faire de belles rencontres, et surtout d’apprendre à construire un habit écologique et sain, en sollicitant notre créativité ! 

Montage d’une kerterre dans le décor actuel.

Pour ce qui est de l’alimentation en eau et électricité, c’est simple. Nous utiliserons les panneaux solaires pour obtenir un courant continu et alimenter les appareils dont nous avons besoin au quotidien. 

Pour l’eau, un système de récupérateur d’eau sera mis en place, sans parler de la rivière qui est en eau toute l’année sur le terrain. Elle est essentielle à notre projet. 

Pour les douches, un système à circuit fermé sera utilisé de manière à économiser l’eau au maximum, chauffée par le système solaire ou par gaz. 

Pour les sanitaires, tout ira au compost pour la joie du jardin dans lequel nous pratiquerons la permaculture. 

Nous mettrons en place également des bassins de phytoépuration. 

Il y a un tas d’autres possibilités, mais tout se mettra en place une fois sur les lieux, et certaines choses peuvent se concevoir différemment en fonction de notre installation réelle. 

Les chevaux de trait, ils joueront un rôle important pour l’entretien du terrain. Nous ne voulons pas polluer le terrain par des tracteurs ou autres véhicules. Nous avons donc fait le choix de réapprendre à travailler avec des chevaux de trait, de race ardennaise, enfin surtout Harald ! 

Lire la suite de l’aventure et les aider dans leur projet

Quel endroit magnifique ! J’espère qu’ils réaliseront leur rêve Volti

22 commentaires

  • Avatar Leveilleur

    Très bonne initiative, nul doute qu’ils trouveront les moyens qu’ils faut pour réaliser leur rêve, c’est un très bel endroit propice à la communion avec mère Nature et il faudrait beaucoup plus de gens sur Terre pour réaliser de tel projet et surtout qui veulent une vie respectueuse au sein de la nature.

    Bravo, pour moi ils sont les précurseurs d’un futur nécessaire et urgent.

  • Oui c’est un joli rêve et je vous souhaite vraiment de pouvoir le réaliser. Je m’étonne toujours qu’il y ait des volontaires pour habiter la Bretagne (oups! les Bretons, ne me tombez pas sur la tête svp !) car je l’imagine – à tort il paraît – assez pluvieuse. Mais il semble que ce soit magnifique (ouf, je me rattrape là ? https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif).
    Sérieusement, j’aimerais aussi vivre la même chose, un peu plus au Sud. Mais côté finances… Ouille !!

    • Avatar Leveilleur

      Bonjour biquette tu cherches quoi ?

      • Oh, je ne cherche plus grand chose… J’ai un appartement dans une maison de village. J’ai tenté de le vendre bien des fois, sans avoir de visite ! Sans cela, je ne peux rien faire.

        J’aimerais une maison sur un grand terrain, avec de l’eau (source ou rivière) en contre-bas. j’aimerais pouvoir écouter chanter les oiseaux le matin, et si possible les cigales, récolter les plantes sauvages, marcher pieds nus dans l’herbe, cultiver mon jardin, mettre une chaise-longue sous un grand chêne et bouquiner, voir mes chats lovés dans l’herbe ou chasser les souris (mais je crains qu’ils ne soient plus de ce monde à ce moment-là), voir les oliviers danser dans le vent, m’éloigner des ondes…
        Bon, les cigales et les oliviers, c’est en option. Le soleil, non. Sinon je déprime.

        Ne plus entendre les voisins, les voitures, les klaxons, les braillards, …
        Bref, vivre en paix ! Je suis sûre que je rejoins là beaucoup d’entre nous…Pourquoi est-ce si difficile ? https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

        • Avatar Leveilleur

          As-tu pensé à louer ton appartement pour toi louer plus près de la Nature ? Des locations en campagnes ne sont pas trop chères quand elles sont loin des villes, les gens préférant rester proche des villes pour travailler, du coup pour arriver à louer leur maison de campagne, les propriétaires font des locations à petit prix, sur le bon coin il y a des bons plans parfois il faut rester à l’affut.

          • Pour louer, il faut du répondant. Je n’ai pas de salaire, rien qui puisse rassurer un loueur. Le fait que mon appartement soit en location n’est pas de cette nature car il y a un côté aléatoire. Si mon locataire ne pouvait plus payer, je serais obligée de partir, sans toutefois pouvoir récupérer mon bien, notamment l’hiver (pas d’expulsion possible), d’autant plus qu’il faut parfois 2 ans pour cette démarche. Bien sûr, il en serait de même pour moi. Mais je me sentirais bien mal dans cette situation…

            Et puis, pour toutes ces raisons et bien d’autres, je suis territoriale. On est tellement mieux chez soi que chez les autres. Je le sais pour avoir passé quelques années en location, pour raison professionnelle.

    • Merci biquette pour ton encouragement, la Bretagne est un pays plein de légendes….
      pour nous aussi côté financier ouille ouille car le système banquier prête qu’au riche ou à ceux qui rentrent bien dans les cases comme de bon petit mouton c’est pour ça qu’on a mis une cagnotte en ligne….

      • Ah oui, je vois les fameuses kerterres. C’est très sympa et rondes, elles développent une belle énergie.
        Mais… c’est en dur quand même. donc imposable. Même si c’est tout petit. Même si c’est construit sans permis. Oh, ça ne doit pas aller chercher bien loin puisqu’il n’y a ni installation d’eau et d’électricité, pas de carrelage..
        Mais… il faudrait des garanties de la part de la mairie car on peut vous la faire démolir pour une raison idiote, subtile, sournoise, pour n’importe quoi.
        Et partir gagnants !

  • M.G. M.G.

    C’est le projet que nous matérialisons à deux également dans le sud de la France, une existence en autonomie maximale au cœur de la nature. Donc, je ne peux que leur souhaiter de concrétiser ce qui de nos jours est devenu un rêve, alors que ce devrait être un choix de vie naturel accessible sans conditions. Au fil du temps, une vie en harmonie avec notre biotope est malheureusement devenu bien plus inaccessible qu’une vie dans la complexité et l’absurdité matérialiste !

    Je ne voudrais pas casser l’ambiance, mais certains points primordiaux n’ont pas été abordés dans la présentation de leur projet :
    Qu’en est-t-il des autorisations administratives pour l’implantation de kerterres ou autres types de logements sur un terrain non constructible ? Quelle est la position de la mairie sur ce projet ? Quid de l’autorisation de vivre à l’année sur ce terrain ?

    M.G.

    • Bonjour M.G, nous ne pouvons que vous encourager dans ce cas à réussir votre projet ! :) Merci pour votre commentaire et en effet, ce mode de vie devrait être accessible à tous, sans conditions, c’est pourquoi nous sommes devenus des « enragés » faces à tant de refus et d’incompréhension. Votre remarque est pertinente en effet et nous en avions parlé dans notre projet mais l’article commençait à être long alors nous avons retiré quelques paragraphes. La personne à qui l’on achète a obtenu le droit de rester sur le terrain à l’année, étant donné qu’elle a fait de ce lieu un vrai paradis contrairement à ce qu’il était avant. A partir du moment ou tu prouves que tu ne transformes pas un lieu en décharge, la mairie est plus indulgente. Etant elle aussi un mouton enragé :) elle a su s’imposer. Nous prenons donc la suite. Pour ce qui est des construction, tu n’as pas besoin d’autorisations jusqu’à 5m2. De 5 à 20m2 il faudra demander une autorisation. Pour le moment nous serons en toiles de tente ! :) Les kerterres seront multipliées…pas de dalles, rien de ce genre et nous comptons faire les choses bien…
      Bonne chance à vous pour votre nouvelle vie :)

      • M.G. M.G.

        Merci pour ta réponse et ton encouragement. (en général on se tutoie amicalement ici entre enragés :) ) En fait, notre projet s’est concrétisé et évolue depuis 2016, même s’il reste encore beaucoup de choses à faire, mais ce n’est pas le sujet de cet article !

        Si j’insiste sur les nuisances administratives, c’est parce que le système ne manque pas de ressources quand il s’agit de nuire à ceux qui ne rentrent pas dans le moule et/ou aspirent à vivre autrement. J’ai bien compris que l’ancienne propriétaire a su s’imposer pour demeurer sur le terrain, mais il faut tout de même garder en tête que certains facteurs pourraient à tout moment changer la donne, comme un changement de municipalité (donc de mentalité) ou encore une modification du PLU suite aux convoitises d’un promoteur par exemple. Beaucoup de « petits » propriétaires vivant en paix sur leur lopin de terre en ont fait les frais.

        Pour l’exemple, je prendrais notre cas : Après un changement de Maire nous avons reçu un courriel de la mairie nous rappelant que légalement il n’était pas autorisé de vivre à l’année sur un terrain non constructible (alors que nous ne créons aucune nuisance, préservons et valorisons chaque jour un peu plus les lieux, et que notre terrain comporte un bâtiment cadastré). Heureusement nous avions anticipé ce genre d’aléa en étant domiciliés officiellement et fiscalement dans une maison du village.

        Sans vouloir jouer les oiseaux de mauvaise augure, je pense qu’il vaut mieux parer à toutes les éventualités et qu’un enragé averti en vaut deux :)

        En tout cas je suis de tout cœur avec votre projet en vous souhaitant le meilleur dans votre vie. Tenez-nous informé de la suite de vos aventures …

        https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif M.G.

        • C’est du vécu, M.G ! On m’a parlé d’un petit couple de personnes âgées qui, sur leur terrain, habitait un mobile-home. le coin est paraît-il bien arrangé. Un voisin grincheux les a fait déménager, pour la même raison que celle que tu évoques: pas d’habitat à l’année sur un terrain non constructible. Ils ont du partir.

          Oui, un changement de municipalité, et hop ! C’est une autre cause d’emm…ts.

  • Ce qui me choque dans ces affaires, c’est le pouvoir régalien du maire. Il existe bien une législation, mais c’est ensuite le maire qui décide. N’y a-t-il pas eu récemment une loi permettant aux maires d’être plus cool à ce sujet, officiellement ? Ca me rappelle quelque chose…
    Tiens, l’un de nous avait mis ce site il y a quelques temps: https://toitsalternatifs.fr/conseils-pratiques/vivre-terrain-non-constructible-habitats-alternatifs/?fbclid=IwAR1c-WxeLtmJa1BwV2z0EqdFroKTIIEIH9gx9NxDEW55RqGUsXhoDlFy2sA
    Si ça peut vous aider…

    • Merci biquette on avait déjà pris connaissance de cette article merci quand même :)

    • Avatar predateur

      c est un peu plus compliqué que ça j ai l exemple prés de chez moi d une famille , quatre générations ,qui squatte un terrain qu ils ont hérité une bonne partie de l année ,en habitant dans des caravanes ….
      aucun branchement pour les eaux usées ,ils balancent dans la prairie des voisins ,pareil pour les toilettes ,il m est déjà arrivé de voir un des adultes ,culotte baissée , au pieds d un arbre ,d ailleurs l agri qui est voisin à leur terrain à déjà eu des problèmes de ténia sur ses bovins ,ça peut venir de déjections humaines ….
      cool fini souvent par du grand n importe quoi

  • Avatar SANTE

    Bon courage à vous deux.
    Par contre, vous auriez pu faire la même chose en Isère sans compter qu’une belle maison en pierre bien restaurée se fond aussi très bien dans le paysage.

    • Avatar predateur

      je me suis fait la même réflexion , l isère c est pas beau et ça sent mauvais ???
      comme le disait coluche « dites ce dont vous avez besoin ,on vous expliquera comment vous en passer »

      • Si tu lis le projet complètement, on explique ce que l’on va mettre en place pour traiter les eaux usées ça s’appelle la phytoépuration et des toilettes sèches, pour le reste on a rien inventé….
        on ne compte pas faire n’importe quoi on est trop respectueux de notre environnement et de nous même pour vivre comme des gros sales, on est pas débile….Et concernant notre choix de vivre en Bretagne, comme on l’explique dans notre projet…On a eu un coup de coeur pour cette région qui nous correspond sur beaucoup de plans. Nous ne délaissons pas une région parce qu’elle « pue » mais parce que nous avons un rêve et que nous nous donnons les moyens de le réaliser. A bonne entendeur !

        • Volti Volti

          J’espère que les exemples cités par Prédateur, ne sont que le fait d’une petite minorité, qui se fiche de son environnement parce que, ce mode de vie leur est imposé. L’éducation n’est pas passée par certains endroits. Il suffit de regarder le bord des routes, pour être convaincus du problème. :)

  • Je vous souhaite de tout coeur la réussite pour tous vos projets.

    Ceux-ci évolueront au fur et à mesure de leurs concrétisations.

    Pour info, le statut d’exploitant agricole permet de vivre sur son exploitation.

    De même le régime du micro BA (Bénéfice agricole) entraine une exonération de 87% sur le chiffre d’affaire.

    Je suppose que vous avez moins de 40 ans, et donc que vous pourriez bénéficier du statut de Jeune Agriculteur, et ainsi de la DJA (Prêts bonifiés et subventions,…).

    Bon, faut passer le BPREA (Brevet professionnel de Responsable d’Exploitation Agricole), mais cela peut se faire en 9 mois dans un CFPPA.

    Je ne suis plus à jour de toutes les infos, mais vous pouvez vous renseigner auprès de votre Chambre d’Agriculture.

    Bon courage et que la Force soit avec vous. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif