L’arrestation d’Assange est scandaleuse..

« Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté », nous chantait Guy Béart. Lecture conseillée : Un beau pavé dans le miroir des médias***! par le traducteur de « la fabrique du consentement » Dominique Arias. Partagez ! Volti

******

Auteur Noam Chomsky pour Le Grand Soir traduction V.D

Noam Chomsky

L’arrestation d’Assange est scandaleuse à plusieurs égards. L’un d’entre eux est l’effort déployé par des gouvernements – non seulement le gouvernement des États-Unis. Les Britanniques coopèrent. L’Équateur, bien sûr, coopère actuellement. La Suède, auparavant, avait coopéré. Les efforts pour faire taire un journaliste qui publiait des documents que les gens au pouvoir ne voulaient pas que la foule de gueux connaissent. C’est essentiellement ce qui s’est passé. WikiLeaks publiait des choses que les gens devraient savoir sur ceux qui sont au pouvoir. Les gens au pouvoir n’aiment pas ça, il faut donc le faire taire. C’est le genre de chose, le genre de scandale qui se produit, malheureusement, encore et encore.

Pour prendre un autre exemple, juste à côté de l’Équateur, au Brésil, où les événements qui se sont produits sont extrêmement importants. C’est le pays le plus important d’Amérique latine, l’un des plus importants au monde. Sous le gouvernement Lula, au début de ce millénaire, le Brésil était le pays le plus respecté, peut-être le plus respecté au monde. C’était la voix du Sud sous la direction de Lula da Silva. Remarquez ce qui s’est passé. Il y a eu un coup d’État, un coup d’État soft, pour éliminer les effets jugés néfastes du Parti des travailleurs. Ces effets sont décrites par la Banque mondiale – pas par moi, la Banque mondiale – comme la « décennie d’or » de l’histoire du Brésil, avec une réduction radicale de la pauvreté, une extension massive de l’inclusion des populations marginalisées, une grande partie de la population – afro-brésilienne, autochtone – qui a été intégrée dans la société, un sentiment de dignité et d’espoir pour la population. Ce qui était intolérable.

Après le départ de Lula, il y eut un autre « coup d’État » soft – je n’entrerai pas dans les détails, mais la dernière mesure, en septembre dernier, a été de prendre Lula da Silva, le personnage principal, le plus populaire du Brésil, qui allait presque certainement gagner les élections, pour le mettre en prison, à l’isolement, essentiellement une peine capitale, 25 ans de prison, interdit de lire la presse et des livres et, surtout, de faire une déclaration publique – contrairement à des tueurs dans le couloir de la mort. Ceci dans le but de faire taire la personne qui était susceptible de gagner l’élection. C’est le prisonnier politique le plus important du monde. Vous en avez entendu parler ?

Eh bien, Assange est un cas similaire : Il faut faire taire cette voix. Examinons l’histoire. Certains d’entre vous se rappelleront peut-être quand le gouvernement fasciste de Mussolini a mis Antonio Gramsci en prison. Le procureur a dit : « Nous devons faire taire cette voix pendant 20 ans. Je ne peux pas le laisser parler. » C’est Assange. C’est Lula. Il y a d’autres cas. C’est un scandale.

L’autre scandale, c’est la portée extraterritoriale des États-Unis, ce qui est choquant. Pourquoi les États-Unis auraient-ils le droit de contrôler ce que d’autres font ailleurs dans le monde ? Aucun autre État ne pourrait le faire. C’est une situation bizarre. Et ça n’arrête pas. On ne le remarque même plus. Du moins, il n’y a aucun commentaire à ce sujet.

[…]

Noam Chomsky

Traduction « ce bon vieux Noam… » par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

Source : Le-Grand-Soir

Voir sur le sujet :

« Accusations suédoises » : Déposition de Julian Assange – 14/15 novembre 2016 (texte complet)

Le silence complice des alliés des EU, la France au premier chef, on n’en parle même pas. Julian Assange : l’ingérence impérialiste inouïe des États-Unis

7 années de mensonges sur Assange et ce n’est pas fini.

Arrestation de Julian Assange : déclaration de l’Union Américaine pour les Libertés Civiles

*** : Quant à savoir pourquoi Manufacturing Consent – cet ouvrage majeur, l’ouvrage de référence par excellence, internationalement, dans le domaine de l’analyse critique des médias – n’a été traduit en français qu’en 2003, soit 15 ans après sa première parution aux USA (alors qu’il était déjà depuis longtemps un ouvrage phare en Italien, en espagnol, en allemand ou même en turc), et pourquoi il s’est retrouvé caviardé deux fois de suite en France (c’est-à-dire rendu délibérément incompréhensible), pour ne paraître finalement dans une version réellement lisible et conforme au texte original que trente ans après sa première parution, inutile de spéculer vainement ou de se perdre en conjectures, les enjeux de ses démonstrations apparaissent bien assez clairement quand on le lit. Je vous le recommande vivement. Enfin, je précise quand même, pour la petite histoire, que j’ai traduit une première fois Manufacturing Consent entre 2004 et 2005, avec le soutien de l’auteur principal, Edward Herman, parce que j’avais constaté que la version de 2003 avait été abondamment caviardée ; que la seconde version, livrée en 2005 mais parue seulement en 2008, était précisément ma traduction, mais caviardée à son tour, …./….