Guerre perdue des télécoms: la France paie la vente de ses atouts stratégiques…

Ces choix plus que discutables de l’exécutif, qui nous valent la situation actuelle. Partagez ! Volti

***********

Auteur Maxime Perrotin pour Sputnik

Leaders il y a 20 ans en matière de télécommunications face aux États-Unis et à la Chine, les Européens, alors emmenés par des fleurons industriels français, ont depuis été évincés de ce secteur stratégique. En cause, des mauvais choix en matière de gestion et de privatisations.

L’Europe aurait-elle perdu la guerre des télécoms? À l’heure de l’omnipotence d’Internet, la question peut paraître superflue aux yeux de la jeune génération et au mieux anachronique pour les autres.

Car, comme le souligne le 2 octobre le journaliste de France Inter Pierre Haski, cofondateur de Rue89 et ancien directeur adjoint de la rédaction de Libération, si à l’aune du déploiement de la 5 G, ce sont les Américains et les Chinois qui se partagent le monde, il y a deux décennies, c’étaient les acteurs du Vieux Continent qui avaient su imposer leurs standards de téléphonie (GSM) au reste du monde, à l’exception des États-Unis et d’un opérateur chinois.

Si dans ce laps de temps, la Chine est devenue le premier marché mondial des télécoms et l’une de ses compagnies, Huawei, le deuxième producteur de smartphones de la planète, cette redistribution des cartes s’est également effectuée suite à la disparition d’acteurs européens de premier plan.

«Il ne reste plus désormais en Europe que les fabricants suédois et finlandais convalescents, là où les industriels scandinaves, allemands et français dominaient le marché. Alcatel, le fleuron français, n’existe plus.»

Clin d’œil à une entreprise française, devenue multinationale après son rachat de l’américain Lucent en 2006, avant de tout simplement disparaître en 2016 après son rachat par le suédois Nokia, mettant ainsi fin à 118 ans d’aventure. Un gobage en bonne et due forme d’un leader mondial tricolore au profit d’un concurrent, via une offre publique d’achat défendu par le ministre français de l’Économie d’alors, Emmanuel Macron, moquant au passage ceux qui selon lui auraient une «vision romantique» des grandes entreprises françaises et avançant des «garanties pour l’emploi»… pour deux ans.

Pourtant, au-delà de toutes considérations romanesques, l’activité de l’équipementier était présentée, trois ans avant son rachat, comme «stratégique» par Fleur Pellerin, alors ministre déléguée chargée des Petites et moyennes entreprises et de l’Innovation. En effet, via l’activité de sa filiale Alcatel Submarine Networks (ASN), le groupe français est alors leader mondial tant dans la production, la pose et la maintenance des câbles sous-marins.

Une piqûre de rappel effectué par Alexandre Laparra, sur le site de l’Observatoire en géostratégie de Lyon (Geolinks). Ce chef de projet au Ministère des Armées y souligne l’importance géostratégique du contrôle de ces câbles —800.000 kilomètres qui tapissent les fonds marins du globe- au travers desquels 90% des communications (Internet et téléphoniques) mondiales transitaient en 2016.

Un contrôle pouvant permettre d’intercepter ces flux d’informations, ou simplement de les interrompre en cas de sanctions, afin d’isoler un pays. Des câbles intercontinentaux, «colonne vertébrale» d’Internet, présentés par Le Monde comme la «clef de voûte de la cyber surveillance» effectué par la NSA. Des câbles qui, entre les deux rives de l’Atlantique, passent en grande partie par le Royaume-Uni, offrant à Londres un élément de poids dans ses négociations de sortie de l’UE.

Des câbles dont le contrôle apparaît si stratégique que, comme le souligne Alexandre Laparra, les géants du Net comme Google, Microsoft et Facebook commencent à investir dans le secteur. Le gouvernement français, pourtant premier à prôner la nécessité d’investir dans le numérique et l’innovation de rupture, quitte à privatiser (ADP, FDJ, Engie, etc.), prend ainsi leur contrepied en laissant partir de France des actifs recherchés par des mastodontes de l’économie numérique.

Comme si cela ne suffisait pas, depuis plusieurs mois Nokia cherche à revendre la division de câbles sous-marins, Alcatel Submarine Networks. Dans l’optique de ne pas voir une telle activité- que l’État a pourtant laissé filer- atterrir dans n’importes quelles mains, Paris fait pression sur les dirigeants français de Nokia, comme le révélait en avril dernier La Tribune.

«Désormais, la question qui va se poser dans les mois qui viennent est: qui va racheter le réseau Alcaltel-Lucent et pour en faire quoi?» s’interroge Alexandre Laparra, avant d’enchérir «la France a-t-elle encore réellement les moyens de s’assurer une indépendance informationnelle totale?»

Par une certaine ironie, Alcatel, victime de mauvais choix stratégiques alors qu’elle était leader sur son marché, aura fini rachetée par un concurrent étranger qu’elle surpassait autrefois. Un destin qui rappelle celui d’Alstom, dont Alcatel avait été séparée. Alstom, un autre acteur stratégique de l’industrie française et leader en son domaine, vendu à des concurrents étrangers (GE et Siemens) avec l’aval d’Emmanuel Macron.

Dans cette droite ligne d’inconsistance et d’incompétence, Arcelor fut un cas d’école, Areva pourrait en être le prochain. C’en est parfois à se demander si la France a réellement conscience qu’elle avait les clefs du succès dans ses mains.

Source Sputnik

 

9 commentaires

  • engel

    « On va payer grave », comme ils disent.

    La pire des choses pouvant survenir à un peuple étant la trahison de sa castre dirigeante et des instances cessant le protéger,il est dans la logique des choses qu’il faille maintenant payer le prix de notre soumission silencieuse.

    Et quand l’accès à la dette facile va nous être refusée pour cause… d’insolvabilité à tous les étages…. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    • M.G. M.G.

      Oh oui, ça risque de couiner dans les cabines quand les rats vont rejouer « Titanic ». Il est fortement conseillé d’investir dans des canots de sauvetage (terre cultivable, outils et appareils mécaniques …) et de tisser des relations de confiance (ML) …

      M.G.

    • engel

      Oups « censées ».https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

      • mianne

        Pas de souci. On avait compris « censées le protéger ». D’accord avec vous . Un ministre, membre d’un gouvernement élu, est grassement rémunéré par le peuple pour le protéger, pas pour le trahir . La trahison, la forfaiture d’un gouvernant ont toujours été très sévèrement punies par une lourde peine de prison ( et même la peine de mort à une certaine époque) .
        Il parait que c’est sous Sarkozy que le crime de forfaiture a disparu de la Constitution et sans l’accord du peuple . Démocratie, où es-tu ?

        • engel

          Bonjour Mianne,

          Oui et non…
          Car depuis De Gaule, « la totalité du cageot est pourri ».

          C’est le ministre de l’intérieur Sarkozy sous la présidence (de la ripoubique française) Chirac, qui a supprimé le crime de « haute trahison ».