OGM : rebondissement dans l’affaire Séralini

Le professeur caennais – Gilles-Eric Séralini – révèle ce jeudi 18 juin une nouvelle étude selon laquelle les aliments, utilisés pour les rats de laboratoire Gilles-Eric-Seralinisont contaminés. En analysant, lui et son équipe ont détecté des traces de pesticides, de métaux lourds et d’OGM. Son interview dans le JT.

Contexte de l’étude : La réponse du berger à la bergère

Lorsqu’il a publié son étude tonitruante en 2012 sur la toxicité des OGM sur les rats, ses détracteurs lui avaient rétorqué que les rats présentaient naturellement des tumeurs mammaires et que son étude ne prouvait rien du tout. Alors, le professeur caennais a voulu comprendre pourquoi ces animaux de laboratoire sont prédisposés à développer de nombreuses pathologies :

  • 13 à 71% des animaux eux présenteraient spontanément ou naturellement des tumeurs mammaires
  •  26 à 93% des tumeurs hypophysaires
  •  Le fonctionnement des reins de ces animaux serait fréquemment déficient.

L’origine de ces pathologies est-elle génétique ou bien relève-t-elle de l’influence de l’environnement ?

L’étude sur l’alimentation des rats de laboratoire

Le Professeur Gilles-Éric Séralini et son équipe, soutenus par le CRIIGEN, ont donc analysé, avec l’aide de laboratoires accrédités, la nourriture des animaux de laboratoire. Cette alimentation, provenant des cinq continents, est habituellement considérée comme équilibrée et hygiénique.

Or, sur 13 échantillons communs de croquettes pour rats, provenant de 9 pays, l’équipe a trouvé des traces de :
262 pesticides
4 métaux lourds
17 dioxines et furanes,
18 PCB et 22 OGM.
Les résidus du Roundup et ses génériques, ont été détectés dans 9 des 13 régimes, et 11 d’entre eux contenaient des OGM avec lesquels ce Roundup est amplement utilisé.

« On se rend compte que la nourriture donnée aux rats est extrêmement contaminée. » Gilles-Eric Seralini

Quelles conclusions en tirer ?

L’étude de G.E Séralini jette le discrédit sur toutes celles faites sur les rats avant la commercialisation de tels ou tels produits chimiques.
G.E Séralini : « La composition de cette nourriture augmente le bruit de fond à un tel niveau que ça cache tous les effets secondaires des produits testés. »

Qu’en pense le docteur et journaliste Dominique Dupagne ? (assez critique par le passé avec G.E Séralini)
Invité à la tête au Carré sur France inter , il affirme : « C’est une étude remarquable. (..) Là il démontre que les études des industriels sont faites avec une rigueur absolument nulle. Et moi honnêtement, je trouve qu’on devrait rétracter toutes les études de Monsanto »

Article complet sur France3-regions.francetvinfo.fr via Sott.net

 

8 commentaires

  • dereco

    Ah bon on ne donne pas aux rats et souris de la nourriture bio, que de la malbouffe US pour hommes, bien plus résistants !!

    Mais non, ce ne sont pas « les études des industriels sont faites avec une rigueur absolument nulle » » mais des études très bien conçues pour permettre de faire autoriser les OGM et poisons en trompant tous les scientifiques et législateurs !!!

    Même génial comme méthode :
    « “Dans les études courantes avec les rats ainsi nourris, ils voient la même chose pour les rats témoins que pour les autres parce qu’ils nourrissent les rats avec de la nourriture contaminée” »

    « Au-delà de ces questions, l’alimentation des rats de laboratoire pourrait avoir des conséquences plus larges. Ce sont les mêmes croquettes qui nourrissent les rats utilisés pour les tests pour les médicaments. Certaines pathologies chroniques pourraient ainsi être ignorées à cause de cette contamination. Quant aux croquettes utilisées pour nourrir les animaux de compagnie et les animaux d’élevage, leur composition serait “très proche de celle des rats de laboratoires”, comme l’a dit Nicolas Defarge. Des conséquences qui placent cette étude au centre des “problématiques de santé publique”, selon Joël Spiroux de Vendômois. »
    http://parolescitoyennes-loupian-bouzigues.over-blog.fr/2015/06/nouvelle-etude-de-g-e-seralini-sur-la-forte-contamination-de-l-alimentation-des-rat-de-test-en-laboratoires.html
    « “On est dans un système plus compromis que la FIFA [fédération internationale de football], avec des intérêts financiers en jeu”, indique Gilles-Eric Séralini »

  • Pierre L

    « L’étude de G.E Séralini jette le discrédit sur toutes celles faites sur les rats avant la commercialisation de tels ou tels produits chimiques. »
    L’article donnerait plutôt à penser que l’étude de G.E Séralini jette le discrédit sur toutes les études faites sur les rats après la commercialisation… Ne serait-ce pas plus logique ?

    Ceci dit, heureusement qu’il existe au moins un chercheur honnête, Séralini.

    • Graine de piaf

      Heureusement que ce scientifique a le courage de se battre en dépit de toutes les attaques – infondées – dont il a été l’objet ! il faudrait beaucoup plus d’hommes aussi honnêtes dans les domaines scientifiques qui sont en relation avec notre vie et notre santé.

  • Silverstar Silverstar

    Excellent! On devrait nourrir tous ces rats avec du bio, ou mieux, tous les relâcher dans la nature.

  • dereco

    Seralini, par manque de crédits s’est fait manipuler comme un débutant, étude selon les normes officielles de l’industrie sans vérifier la qualité de la nourriture officielle ( confiance et analyses fort chères ), puis fait rejeter de publication avec des purs mensonges scientifiques, pas assez de souris, etc.. !!

    Plus l’effet est énorme, moins il faut de souris, avec l’arsenic 10 rats c’est suffisant, tous morts !!

    Ainsi valable aussi pour les médicaments, s’il faut beaucoup de gens ou cobayes, le médicament est peu efficace et aussi très cher en études, voire même dangereux !!!!!

    • sceptique

      pas assez de souris?
      le fait est que l’étude de Séralini sur le mix Round up + MON810 n’était pas une étude de certification, et sa plus grande pertinence à mon sens a été de montrer que les tumeurs se développaient après la durée légale prescrite des tests, jetant un discrédit sur la pertinence de cette durée et son choix pour des motifs peu scientifiques.
      Le but de Séralini était de reproduire les conditions des tests officiels des producteurs d’OGM en les prolongeant sur la durée au delà du temps prescrit.
      Les rats/souris étaient de la même espèce que ceux utilisés par Monsanto et alii et en plus en nombre supérieur…

  • 108

    Quelles conclusions en tirer ?
    Facile, la science moderne est une barbarie, des apprentis sorciers qui ne connaissent rien, sous prétexte de « bien être » et « progrès »…