A l’époque, je vous parle d’un temps ……

Pas de présentation, cette histoire se suffit à elle même. Merci aux Brins-d’herbe.

LA-VIEILLE-DAME-1-1024x758Je vous parle d’un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaitre….

Voici l’histoire d’une vieille femme qui donne à réfléchir:

A la caisse d’un supermarché une vieille femme choisit un sac en plastique pour ranger ses achats. La caissière lui a alors reproché de ne pas se mettre à « l’écologie » et lui dit :
« Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources!  »

La vieille dame s’est excusée auprès de la caissière et a expliqué :

» Je suis désolée, nous n’avions pas de mouvement écologique dans mon temps. »

Alors qu’elle quittait le magasin, la mine déconfite, la caissière en rajouta :

» Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à notre dépens. C’est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l’environnement dans votre temps!  »

La vieille dame admît qu’à l’époque,

On retournait les bouteilles de lait, les bouteilles de Coke et de bière au magasin. Le magasin les renvoyait à l’usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau; on utilisait les mêmes bouteilles à plusieurs reprises. À cette époque, les bouteilles étaient réellement recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.

De mon temps,

On montait l’escalier à pied : on n’avait pas d’escaliers roulants dans tous les magasins ou dans les bureaux.

On marchait jusqu’à l’épicerie du coin aussi. On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu’il fallait se déplacer de deux rues. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.

À l’époque,

On lavait les couches de bébé; on ne connaissait pas les couches jetables.

On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde à linge; pas dans un machine avalant 3000watts à l’heure.

On utilisait l’énergie éolienne et solaire pour vraiment sécher les vêtements.

À l’époque,

on recyclait systématiquement les vêtements qui passaient d’un frère ou d’une sœur à l’autre.

C’est vrai ! On ne connaissait pas le mouvement écologique

À l’époque,

on n’avait qu’une TV ou une radio dans la maison; pas une télé dans chaque chambre. Et la télévision avait un petit écran de la taille d’une boîte de pizza, pas un écran de la taille de l’État du Texas.

Dans la cuisine,

on s’activait pour fouetter les préparations culinaires et pour préparer les repas; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu’EDF en produit.

Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boites ayant déjà servies, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.

À l’époque,

on utilisait l’huile de coude pour tondre le gazon; on n’avait pas de tondeuses à essence auto-propulsées ou auto portées.

À l’époque,

on travaillait physiquement; on n’avait pas besoin d’aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l’électricité.

Mais, vous avez raison : on ne connaissait pas le mouvement écologique.

À l’époque,

On buvait de l’eau à la fontaine quand on avait soif; on n’utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter à chaque fois qu’on voulait prendre de l’eau.
On remplissait les stylos plumes dans une bouteille d’encre au lieu d’acheter un nouveau stylo; on remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir après chaque rasage.

Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.

À l’époque,

Les gens prenaient le bus, le métro et les enfants prenaient leur vélo pour se rendre à l’école au lieu d’utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi de 24 heures sur 24.

À l’époque,

les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d’une année sur l’autre, les crayons de couleurs, gommes, taille crayon et autres accessoires duraient tant qu’ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rentrée.

Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique.

On avait une prise de courant par pièce, pas une bande multi-prises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d’aujourd’hui.

ALORS NE VIENS PAS ME FAIRE SUER AVEC TON MOUVEMENT ÉCOLOGIQUE!!

La vieille dame avait raison : à son époque, on ne connaissait pas le mouvement écologique, mais on vivait chaque jour de la vie dans le respect de l’environnement.

Au plaisir!!

Source LesBrinsdherbe

Et aussi:

Vivre libre:mode d’emploi vers l’autonomie

Biotechnologie végétale : L’homme qui fertilise les déserts

Lutte non violente : Leur mettre la honte ?, par Luc Baudoux

La loi Rothschild a été annulée au Canada le 26 janvier 2015 ! À quand la France? SILENCE DES MEDIA..

55 commentaires

  • anmia

    j’ ai connu ce temps ou même le laitier montait les étages pour vous vendre du VRAI lait crémeux qu’ il vous servait directement dans votre casserole

  • whackangel

    Amen !

  • lebancduvillage

    En l’occurrence la vieille dame a quand même 80 ans, celles de 60 ans ce n’est plus vrai.

    • engel

      En France tout à commencé des l’après guerre(2GM) et c’est parti totalement en vrille des les années 60.
      – Accession populaire au crédit facile à..l’américaine.
      – Prolifération des grandes surfaces à… l’américaine.
      – Remembrement pour des super-exploitations intensives à…l’américaine.
      – Technocratie hygiéniste à..l’américaine(norme, contraintes sanitaires des pratiques ancestrales).
      Etc,…
      Etc,…

      ..Ou, comment s’enrichir sans état d’âme.

    • Lilith Lilith

      je suis pas d’accord avec toi, la mode de la consommation à outrance et l’obselescence programée ont commencer dans les années ’90, et dans les années ’80 on avait le choix dans les super marcher entre le sac plastic ou papier, il y avait pas autant de gaspillage. tout c’est accelerer à partir de 1995 donc il ni a pas si longtemps finalement…………..

      • engel

        Je n’ai vraiment pas le même vécu que toi.
        et pour cause:
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Hypermarch%C3%A9
        et
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Remembrement
        etc..

        Les sacs plastiques n’etant qu’un vulgaire symbole.
        … Un effet et non une cause.

        De plus, sur le choix de 1995 comme date d’emballement, c’est plutôt le contraire pour les sacs et bien d’autres choses.

        Cette date est celle de la prise de conscience et « d’action système ».
        Une date de retournement, ou plus justement, de prise en compte du phénomène « planète finie ».

        En effet, en1996 Les Leclercs lancent leur campagne(démagogiques et interessée?) contre les sacs GRATUITS plastiques.

        http://www.sircome.fr/Leclerc

    • galerien

      J’en ai 60 et gosse j’ai connu cela. Et quand on allait faire son marché, on avais un panier.

      • engel

        moi aussi, la transformation ne c’est pas faite du jour au lendemain.

      • romulus

        on allait même chier au cul des vaches dans les campagnes (plus chaud en hiver que la cabane ou fond du jardin et pas besoin de toilettes sêches!); on faisait du VTT sans le savoir; il n’y avait aucune tondeuse car les vaches s’occupaient des cours de fermes; pas de tracteur municipal (une horreur)pour les bords de routes, tondues par les vaches, les chèvres ou coupés pour les lapins; les paysans se parlaient en se croisant lorsqu’ils emmenaient leurs vaches en pâture; les travaux des foins (j’en ai encore l’odeur) étaient très durs mais l’entraide était véritable et le coup de rouge à la veillée déliait bien des langues; le vin était pur terroir (seule une bouteille de 12°était achetée à Noël ou pour les communions), et le savoir faire en matière de jardinage était incommensurable (je peux toujours m’aligner face à mes parents). Les portes étaient rarement fermées à clé et les récits du Grand Oncle à la veillée tenaient lieu de « poubelle la vie ». Certes, si l’on creuse un peu autour des fermes, on peut enlever des monceaux de fils barbelés, de boîtes de conserve et nombre de mares ont été comblées sauvagement mais c’étaient des matières assez peu polluantes. Bref je pourrais radoter longtemps comme cela et comme un vieux con, mais je pense que l’on savait vraîment ce que la vie signifiait malgré qu’il y avait de grandes peines, de grandes injustices et de la misère.

      • Mata Hari Mata Hari

        http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif
        J’ai vécu tout çà moi aussi !

  • Graine de piaf

    Comme anmia j’ai connu le laitier qui montait les bouteilles d’un bon lait dont je retirais la crème pour m’en servir autrement !
    j’ai connu tout ce qui est raconté dans ce texte, et je me sers encore de beaucoup de choses de ce « bon vieux temps » au quotidien : le balai à la place de l’aspirateur, sauf pour une moquette ne pouvant faire autrement, le vinaigre blanc et le bicarbonate de soude comme d’excellents produits ménagers et qui ne coutent pas la peau des fesses et ne sont pas toxiques. Le vinaigre blanc, lui encore, pour adoucir l’eau du linge et empêcher le tartre, etc…

  • Ange Ange

    Oui mais il y a à débattre quand même…
    La gestion du temps était bien différente avant, alors laver les couches et tout le bazar c’était réalisable. Aujourd hui on a le temps de rien rien rien…
    Et puis on peut partir dans le sujet des retraites, et de plein de choses.
    Alors on ne peut pas tout mettre sur le dos de nos parents et grands parents mais on ne peut pas non plus fermer les yeux sur tout, et ils ont fait un bon nombre de conneries.

    • Maverick Maverick

      A commencer par voter pour des baratineurs démagogues, les yeux fermés pendant tout ce temps ;-)

    • voltigeur voltigeur

      Certainement! mais tout en le sachant, la génération suivante
      contribue encore plus à la dégradation, tant elle est accro à
      la facilité.
      C’est aussi vrai que les femmes restaient à la maison, et je te prie
      de croire que leurs journées étaient bien remplies, par rapport
      à aujourd’hui. Pas de gadgets pour aider et faciliter le travail, cuisine,
      raccommodage, repassage, lavage à la main, les anciens lavoirs publics
      sont là pour en témoigner, et l’hiver avec l’eau glacée…. :)

      • Ange Ange

        Les journées des femmes aujourd hui sont également bien remplies je peux te le certifier, alors de manière différente on est bien d’accord, mais avec également beaucoup de frustration, frustration d’avoir l’impression de passer à côté de plein de chose capitale notamment dans l’éducation et surtout le temps passé auprès des enfants…Parce qu’il faut travailler et laisser les enfants à garder à partir de 2 mois et demi.
        Du grand n’importe quoi … et on le doit à qui ?
        Alors les vieux qui se gave tranquillement en te disant la gueule enfarinée : « pensez bien à économiser pour votre retraite parce que vous êtes pas sûre de l’avoir! » et bien moi j’ai juste envie de leur coller 2 beignes

      • voltigeur voltigeur

        Ben oui les vieux franchement, quels parasites!
        Tout est de leur faute?, ils ont été bernés, tout comme
        la jeunesse maintenant, qui vit à l’américaine.
        Ils s’en rendent compte et essayent
        d’alerter et s’ils ne sont pas entendus, et sont traités de
        séniles, qui c’est qui mérite des beignes, et des coups de pieds au
        derche?

        Pourtant cette histoire, c’est ce que nous vivons tous les jours non?
        Et qui fait des efforts pour que ça change? :)

      • Ange Ange

        C’est pas être accro à la facilité, il ne s’agit pas d’un choix.
        Quand tu bosses 40 heures par semaine, il y a tout le reste à la maison à moins d’être sur-humaine ??? je vois pas comment faire ?

      • voltigeur voltigeur

        C’est le système qui a fait que, on a mis les femmes au boulot,
        donc moins de temps pour tout le reste. En voulant émanciper
        on a rendu esclaves tout le monde, plus de bras pour produire de la richesse,
        dont nous ne voyons pas le moindre bénéfice! pire au moment de la retraite,
        on à juste de quoi ne pas crever de faim.
        Il y a beaucoup à dire, mais changer les choses c’est encore possible, pour
        peu que la peur change de camp et dire STOP.
        S’il y a des profiteurs assis sur des tas d’or, ils sont engraissés par nos habitudes!
        On achète plus que le strict nécessaire, et ils vont maigrir.
        Il faut aussi savoir faire des choix! ce n’est pas facile, mais il vaut
        mieux que ce soit choisi, avant d’y être obligés ;)

      • Ange Ange

        Je suis entièrement d’accord.
        Il faut consommer moins et complètement différemment.

      • Graine de piaf

        Ce qui a mis les femmes au travail c’est la guerre, les hommes partis au front ou prisonniers, souvent morts, elles ont dû retrousser leurs manches et subvenir aux besoins de leur famille.
        Ensuite, elles ont pris goût à leur liberté, à leur propre argent, et au fait qu’elles s’affranchissaient (ou pensaient naïvement le faire)du travail ménager.
        On voit ce que cela a donné ! ensuite encore d’autres ont voulu aller plus loin et en ont entraîné un bon nombre – le toujours courir après ce qu’on n’a pas, surtout quand on pense que l’herbe est meilleure dans le champ du voisin – la vie était devenue plus facile, mais les femmes ont dû se plier au travail extérieur et intérieur !
        De ce fait les enfants n’ont plus été élevés correctement, trop gâtés, pour compenser l’absence de maman à la maison, livrés à eux-mêmes.Puis il a y eu mai 68 avec tout ce que cela a entrainé de laisser-aller…

        Tu as raison Volti, en restant à la maison pour élever mes enfants, après j’ai travaillé, j’en suis réduite à une retraite de misère, mais je ne regrette pas de les avoir élevés et éduqués et d’avoir toujours été là pour eux. Si c’était à refaire je recommencerai. Mes gosses n’avaient pas demandé à venir au monde, donc, j’estimais que je devais être présente pour eux.

        C’est sûr,il n’y avait ni télé, ni sorties, ni souvent un manteau à me mettre sur le dos l’hiver, pas de lave-linge, je lavais tout à la main, 6 personnes cela en fait du linge ! pas de frigo, le premier m’a été offert par une de mes tantes, dans le Midi, c’était plus que nécessaire, pas de voiture, je revenais du marché, 15 mn de marche, avec deux lourds paniers au bout des bras etc…ce n’est pas si vieux que ça…

      • Thierry92 Thierry92

        Avant les ouvriers gagnaient suffisamment pour que leurs femmes restent à la maison et s’occupent des enfants.
        Cela aussi il faut le dire.
        Ils gagnaient assez pour s’acheter un petit pavillon en dix ou quinze ans. Maintenant deux salaires ne suffisent plus.

      • engel

        10 ou 15 ans…???

    • Lilith Lilith

      Ange, ma mère à toujours travailler et n’avais pas les moyens d’acheter des langes en papier dans les années ’60 elle a eu 5 enfants et le congé de maternité a cette époque etait de 6 semaines, pas de machine à lavé fallait aller au lavoir les femmes à l’époque travaillait en moyenne 40 heures semaine, elle fesait le ménage les courses et préparait les repas crois moi elle avait tout simplement pas le temps pour elle, alors oui quand les ’70 et ’80 sont arrivée avec toutes les nouvelles technologie qui il faut bien le dire on grandement facilité la vie des femmes elles n’ont pas cracher sur cette technologie, de plus ma génération aidait beaucoup a la maison les ainés s’occupaient des plus petits ce qui le jour d’aujourd’hui est rarement vrai quand je vois les jeunes affaler dans les canapés, et pour qui aider ou faire une vaiselle est une montagne et bien je te dirais moi aussi j’ai juste envie de leur coller 2 beignes!

      • Ange Ange

        Oui oui oui……. je suis d’accord avec vous et suis peut-être excessive, en attendant (et comme beaucoup) j’en veux quand même un petit peu aux 2 générations qui nous ont précédés. Force est de constater l’état actuel du monde.
        Alors oui, je suis d’accord pour qu’on arrête d’être con, et Ok pour ne pas jeter ou coller des beignes aux anciens.
        Mais accepter toutes les leçons de leur part : NON.

      • voltigeur voltigeur

        Tu as raison! pas de leçons c’est inutile. Mais des conseils?
        car ils ont des connaissances que les jeunes n’ont pas, ils savent
        beaucoup de choses. Il ne faut pas hésiter à poser des questions.:)

      • Lilith Lilith

        je suis désolé mais je fait partie de cette génération qui réflèchti a 2 fois avant d’acheter du neuf, pas besoins du dernier smart phone a la mode, mais vous avez raison de ne pas accepter toutes les leçons des anciens qui ceci dit ont quand mème grandement contribuer au bien être de la vie des jeunes aujourd’hui, personelement je ne blâme pas les anciens pourtant à cause de leur mauvais choix politique, je vais devoir travailler jusque 67 ans et peut-être d’avantage et au lieu de 37 heures semaine j’en fait 40 et que notre génération cotise et paye pour une génération qui finalement n’a pas cotiser pour le plan retraite. mais c’est la vie et chaque époque a ses avantages et ses inconvénients.

        Belle journée http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

      • engel

        Bonjour Ange,
        Tu as raison. Il y a bien une génération(..une génération, pas tous!) de gros égoïstes!
        Sûrement pas celle des 20 ans de l’après guerre.
        ..Mais bien plus, celle qui avait 20 ans en Mai 68.

        Et cette génération a :
        – Dilapidé le patrimoine historique de leurs parents(site industriel secteur primaire et secondaire, culture terrasse, pastorale, familiale, etc…).
        – vécu de crédit et construit un monde de chimères.
        – Et surtout,endetté leurs enfants petits enfants (La fameuse dette de la France et les caisses de retraites sans avenir…)

        Et en plus ils ont l’outrecuidance de la ramener.
        Car ce sont les-mêmes, qui sont passés de :
        -« Il est interdire d’interdire » de mai 68
        au
        « Il est interdit de dire » …actuel!

      • engel

        Ps: Si la génération d’avant, ou celle d’après, avaient eux les possibilités des soixante-huitards. Elles auraient fait pareil.

        Ce n’est pas un problème de qualité générationnelle mais d’environnement humain.

        Cela dit, maintenant qu’ils savent. Il serait de bonne aloi, qu’ils s’effacent du monde politique et qu’ils laissent les rênes aux suivants!

      • lily

        Aussi les délocalisations qui ont fait beaucoup de mal,
        puis l’euro avec son pouvoir d’achat…
        Après des c… y’en a dans toutes les générations..http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

      • engel

        …et ils sont nombreux. ;)

      • Graine de piaf

        Tu décris ma vie Ange ! à part que je n’avais pas de lavoir étant en appartement et que j’ai eu 4 enfants coup sur coup, ils n’avaient pas un an entre eux – pas de contraception à l’époque ! –

    • Graine de piaf

      A l’époque on travaillait de 8h à midi et de 13h30 (14h pour les chanceux) à 18h voire 19 h et le samedi matin ! mais il n’y avait pas de TV pour perdre son temps, ni de cinéma, sauf éventuellement pour ceux qui en avaient les moyens, le samedi, mais comme il y avait peu de salles…

      Les congés payés datent de 36 et il y avait longtemps que mon père travaillait. Plus tard il fallait quand même avoir l’argent pour aller en vacances, et peu de personnes pouvaient se le permettre !

      Ce que les « jeunes » de maintenant nous reprochent, à nous les anciens, je le comprends, mais nous avons quand même une excuse : nous avons connu la guerre et les privations qui ont duré jusqu’en 47, après la remontée à été longue,et quand, enfin, un peu de bien-être a été à notre portée, cela a semblé si bon que certains, pas tous, en ont largement profité, dont ceux qui nous ont gouvernés depuis, alors rejeter la faute de ce qu’il y a actuellement est un peu trop facile, comme d’habitude ce sont les gouvernants et les riches qui ont dégradé complètement tout ce que nous constatons et que je déplore autant que vous !

  • GROS

    Avant on était pauvre.
    Je suis content de ne pas l’être aujourd’hui.

    Au plaisir.

  • Dubitatif

    Bonjour à tous ! j’ai adoooré cette histoire.
    Je suis d’accord avec Litith que je salue. Perso, je n’ai ni
    80, ni 60, ni 50 et pourtant j’ai connu tout ce qui est dit
    dans le récit !
    Pourquoi? car je viens d’Italie et de la CAMPAGNE. On m’a
    élevé dans le culte de l’économie en tout sauf des efforts !
    J’ai élevé seule ma fille tout en bossant. je fais du sport
    sans aller dans une salle, je n’ai aucun appareil électrotruc chez moi, sauf depuis 2ans une machine à laver; avant c’était
    à la main. Je me suis toujours levée (été comme hiver à 4hoo
    du mat pour remplir tous mes devoirs et mes plaisirs) je réalise mes vêtements (cousus mains) (on m’a demandé de bosser pour la haute couture, j’ai refusé).
    Je fais mes pâtes maisons et tous mes plats maisons.
    Le temps est de 24h pour tous. Je suis pas un E.T.
    il suffit de choisir son temps et de s’organiser et d’avoir
    de la DISCIPLINE. Mot effacé du vocabulaire. Pour ce qui est
    du gâchis c’est une lutte individuelle qui nous
    concerne tous et nous devons le faire quotidiennement pour tous nos actes. Si cette caissière m’avait fait sa remarque
    sans me connaître… c’est elle qui aurait reçu mon poing dans la figure. A commencer par sa caisse qui sait compter de tête, sans passer par tout ce plastique des calculettes ??? Efforts de mémoire oublié… là encore.
    Quant une nana me dit « je veux maigrir » je lui répond lève
    toi 10 min plus tôt chaque matin et fait tels et tels exercices tous les jours… Mais 10 minutes de sommeil en moins ??? Stupeur dans ses yeux. La dame préfère des produits chimiques dans son corps et sans efforts. Perso je traverse tout Paris à pied, pour tous mes déplacements.
    Un autre exemple: quand je vois les mecs qui nettoient la rue avec des machins bruyants et puants pour souffler de l’air sur les détritus … n’est-ce pas énervant ? (tout comme cette saleté dans nos rues…)
    Quand la discipline et le respect de la nature reviendront dans la tête des gens alors le monde s’en ressentira.
    … quand les poules auront des dents ?http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

  • samlours94

    Quel système merveilleux !!!
    On se bouffe la gueule entre générations et c’est la faute à machin, à bidule…
    Et les jeunes vous n’êtes que des faineants …
    Et vous les vieux, vous avez tout foutu notre avenir en l’air etc etc

    Mais personne qui ne relève les vrais causes de tout ça : nos cupidités collectives, individuelles qui sont autant d’encouragement pour ceux qui en haut tirent les ficelles …
    Allez, j’arrête, vous me débecquetez tous !
    Les riches finalement ont parfaitement raison de nous en foutre plein la gu**** puisque nous ne sommes pas fichus de nous organiser sans nous vomir dessus les uns les autres.

  • Emy Emy

    la vie avant n’était pas du tout idyllique.
    il n’y avait pas de téléphone portable, pas d’ordinateur, pas de machine a laver, les grands-parents allaient a la rivière laver le linge, il y avait plus de vélo que de voitures parce que tout le monde ne pouvais pas s’offrir de voiture.
    réfrigérateur a pétrole, lampe a pétrole etc…
    il faut le dire la vie était dure.

    si notre technologie était disponible il y a 60 ou 80 ans tout le monde aurait plonger dessus
    c’est ce qui se fait chaque fois que le nouveau gadget est disponible.
    les gens d’avant n’étaient pas plus raisonnables que nous, ils n’avaient pas le choix c’est tout.
    C’est a cause d’eux que nous sommes ce que nous sommes.
    la génération qui vient n’est que la suite de l’ancienne génération.

    la seul différence que je vois c’est que la nourriture était meilleur, avait plus de gout que maintenant.

    arrêtez de croire d’avant c’était mieux.

    • Michele

      Entièrement d’accord avec toi Emy, si les gens avant avaient eu nos choix, ils ne s’en seraient pas privés, d’ailleurs est-ce qu’ils s’en privent aujourd’hui???
      Quand je vois mes voisins aujourd’hui, ceux qui sont retraités, ils voyagent beaucoup, certains ont 2 ou 3 apparts ou maisons de vacances et tout le confort qui va avec, certains même avec une bagnole a chaque appart, et pourtant ce n’étaient pas des gens de la haute, mais des travailleurs comme beaucoup d’entre nous.
      Et pourquoi certaines machines seraient un mal
      Alors il faudrait en vouloir à nos ancêtres très loin dans le temps, l’homme a toujours fabriqué des outils avec les moyens qu’il avait à disposition, ce n’est pas nouveau et comme dirait ma regrettée grand mère, on n’a que deux mains, mais pas la force d’un boeuf, mais comme on a un cerveau alors on s’en sert, et c’est ce qu’on fait!!
      Maintenant si on en est arrivé là c’est qu’il y en a qui ont joué la dessus, et ne s’en sont pas privé.
      Et s’il y en a qui croient que ça va changer, je dis moi qu’ils se foutent le doigt dans l’oeil, car ça ne s’arrêtera jamais, car si demain tout s’écroule il y en aura toujours pour recommencer à faire la même chose, de manière différente peut-être, mais au bout du compte ce sera pareil

      • sceptique

        Sauf que si cela s’effondre, ce sera par épuisement des ressources et effondrement des taux de retour énergétiques. Du software sans hardware, difficile…

        M Thatcher avait dit il me semble, que le socialisme fonctionnait jusqu’à la dernière goutte d’argent public.
        Le libéralisme économique, qui a ouvert grand la boite de Pandore des désirs individuels, illimités et insatiables, fonctionnera jusqu’à l’épuisement des ressources, et on en est proche.
        Une telle société n’est harmonieuse (terme intelligent repris à F Bastiat) que tant qu’il y a assez de ressources pour satisfaire les besoins de chacun; dès que cela s’effondre, c’est le chaos et le panier de crabes…

        Je tiens à préciser que le travail des femmes généralisé a surtout été mis en place pour baisser les salaires; cela est arrivé dans les 70’s en se servant de l’émancipation des femmes de la tutelle patriarcale, en même temps que le recours massif à l’immigration. la loi de l’offre et de la demande…

        Petite question: pourquoi les femmes des 40’s et 50’s se sont-elles mises à faire autant d’enfants, par rapport aux générations précédentes et suivantes?

      • Michele

        Pardon??? les femmes des années 40 et 50 ont fait beaucoup d’enfants?? où ça???
        mes parents qui sont nés juste avant la guerre ne viennent pas de familles nombreuses, mon père était enfant unique et ma mère n’avait qu’une soeur, idem pour les autres
        c’est la génération d’avant qui faisait encore beaucoup d’enfants, et ce n’était pas nouveau, ça a toujours été comme ça, seulement avant s’ils faisaient beaucoup d’enfants c’est parce que beaucoup mourraient jeunes, c’est grâce à la médecine que beaucoup plus d’enfants ont survécu, et aussi grâce à l’arrivée du lait en poudre plus tard.
        C’est d’ailleurs ce fameux lait en poudre qui a fait se multiplier par je ne sais combien les populations nord africaines

      • sceptique

        ce n’était pas une critique!
        Mais quand tu regardes les taux de fécondité dans l’entre-deux guerre et même à la belle époque, tu assistes à un effondrement durant ces périodes (d’où le fait que la colonisation n’en a pas vraiment été une!), et une explosion après-guerre. Pour ce qui est des populations Nord-africaines et la problématique du lait en poudre, je n’ai aucun avis, ne sachant rien! Je pense pour ce qui est de l’Afrique du nord que c’est le développement de l’agriculture coloniale qui a fait aussi beaucoup, même si l’Algérie par exemple n’était plus alimentairement autosuffisante dès 1935. Je soupçonnais aussi un changement qualitatif d’alimentation dès les années quarante, et ce malgré le rationnement. Il faudrait voir si le lait en poudre est vraiment le seul facteur.
        Veuille excuser mon scepticisme, mais je me méfie des explications unifactorielles de type: pourquoi y a t-il trop d’usine en Allemagne, trop de châteaux en Espagne,…= les taux d’intérêt (ben voyons! réglementations nationales et glass Steagal Act repeal alors!)

      • sceptique

        Excuse moi, j’ai fait une erreur: je voulais dire les femmes en age de procréer dans les années 40-50, i.e. nées dans l’entre deux guerre (Pluton en cancer!?)

  • Lilith Lilith

    on peu comparer avec des populations venue de pays du tiers monde! avez vous déjà vu quelqu’un qui découvre l’électriciter et l’eau courante? au départ il est émmerveiller et bout d’un moment cela devient normale.

    Le progrès n’est ni un fleau ni un bienfait c’est ce qu’on en fait qui est important!

  • Hector

    Ouais les vieux sont des cons. Ils ont laissé les centrales nucléaires pousser comme des champignons, ils ont accueilli à bras ouvert le progrès dont on ne sait pas se passer, et ils ont laissé les enflures de politicards les niquer en beauté en ne se préoccupant que d’eux même. Quelques-uns ont bien tenté de ne pas participer, comme les beatniks ou les hippies, avec le succès que l’on connait…

    Exactement pareil que les jeunes d’aujourd’hui. Sauf que leurs « contestataires » ne s’appelle plus hippies, mais écolos. Par contre, ils continue à se faire niquer pareil par des politicards véreux, à accueillir le progrès à bras ouverts, et à ne se préoccuper que d’eux-mêmes. Et accessoirement, à dire que c’est de la faute des autres.

    Du coup, les réflexions réactionnaires sont stériles. Le monde à changé, et il continue de changer, qu’on le veuille ou pas. Et critiquer telle ou telle génération ne sert à rien. Ca ne règle rien, ça ne change rien. Alors les vieux qui disent que c’était mieux avant sont tout aussi cons que les jeunes qui disent qu’on est dans la merde à cause des vieux. On est dans la merde à cause de la nature humaine. Ceux qui ont du pouvoir l’exploitent tant qu’ils peuvent dans leur propre intérêt et dans le mépris total de tout le reste, et ceux qui n’en ont pas ne veulent pas risquer de perdre le peu de confort qu’ils ont.

    Le monde est le résultat de ceux qui l’habitent. Tant que la nature même de l’Homme ne changera pas, son histoire restera un éternel recommencement. Chercher quelle génération, quelle catégorie de personnes, quel régime politique en est responsable, c’est seulement refuser de faire face à la réalité. L’Homme est responsable. Autant celui d’hier que celui d’aujourd’hui, le riche que le pauvre, le puissant que le faible.

    La caissière est une conne, mais ni plus ni moins que celle qui à pondu ce texte stupide et inutile.