PS d’or 2013: voici les récompensés de l’année

Vu que nous avons actuellement des champions en politique, certains même hors-concours tant ils sont forts, il fallait bien qu’un palmarès arrive à les départager une bonne fois pour toute! Et encore, ce palmarès ne concerne que le parti socialiste, je suis persuadé que dans d’autres partis politique, certains pourraient recevoir des récompenses également…

parti-socialiste-rose-logoLes PS d’or couronnent les leaders socialistes qui se sont distingués ces derniers mois. Comme souvent, Montebourg, Valls, Désir et Hollande se détachent.

48 journalistes (dont notre consoeur Charlotte Chaffanjon) réunis aux universités d’été du PS à La Rochelle ont décerné leur PS d’or de la rentrée. C’est-à-dire un trophée qui récompense les meilleures « petites phrases », anecdotes ou couacs qui, depuis l’été dernier, ont surgi au gouvernement et au Parti socialiste. La concurrence fut féroce, le jury n’ayant que l’embarras du choix. Voici le palmarès 2013. Serez-vous d’accord avec lui ?

Énorme. Historique. Prodigieux. Harlem Désir réussit l’exploit de remporter pour la 5e année consécutive la « langue de bois d’or ». « Il faudrait désormais le sortir du concours pour laisser une chance aux autres », suggère un journaliste. Quoi qu’il en soit, le trophée s’appellera désormais le prix « Harlem Désir de la langue de bois ». Notons la percée, juste derrière, du porte-parole du PS David Assouline.

Le « couac d’or » revient, pour ce début de quinquennat, au ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg. « Il insulte tranquilou le Premier ministre, marinière au vent », résume un votant. On se souvient de son « Tu fais chier la terre entière avec ton aéroport. » « Montebourg a également tout donné dans l’épisode Florange », relève un rédacteur. Il est talonné par Jérôme Cahuzac, considéré comme « un couac en lui-même ». En effet, « commandant en chef de la lutte contre la fraude fiscale, titulaire d’un compte en Suisse… : on touche au sublime, couac on en dise. »

Le « planqué de l’année » est le ministre délégué à la Consommation Benoît Hamon. « L’ex-étoile montante a été engloutie pour un plat de lentilles », note un peu cruellement un journaliste. Il a failli se voir détrôner par Martine Aubry, « en retraite à Lille de la tentation ». L’ancienne première secrétaire du PS n’a qu’une voix de retard.

Rebsamen recalé et Le Roux lèche-cul !

Le « melon d’or 2013 » est attribué à Manuel Valls, « pour son oeuvre et celle à venir ». C’est un ministre « bientôt président à la place du président ». Le « melon d’argent » est partagé par Arnaud Montebourg et la députée des Hautes-Alpes Karine Berger. Qui est la « langue de vipère 2013 » ? Arrivent ex-aequo le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, qui estime nécessaire un « vrai patron » à Bercy, et le député de Paris Jean-Christophe Cambadélis, qui « concentre toutes ses critiques sur une seule cible : Harlem Désir ».

Le « lèche-cul d’or » est le président du groupe PS à l’Assemblée nationale Bruno Le Roux. Il est décrit comme le « président du fan club du FC Hollande ».

Source et article (savoureux) en intégralité: Le Point

3 commentaires