Asie radioactive : il y aura 100 réacteurs nucléaires supplémentaires en Asie dans 20 ans

Affligeant!

NuclearPower

Source de l’image: yohandrawer.blogspot.fr

On dirait d’après les asiatiques que l’accident nucléaire de Fukushima les a encouragés à s’embarquer pour de nouveaux projets nucléaires.

Ils regardent probablement le Japon et disent,  »Bon, le gouvernement a dit tout le temps qu’il n’y a pas d’effet fâcheux avec la triple fusion traversante et les gens ne semblent pas s’en préoccuper plus que ça, qu’y a-t-il donc à perdre ? Pas grand-chose. »

Le Japon (et probablement aussi la Corée du sud et la Russie) seraient de toutes façons très désireux de payer les factures via des prêts à taux préférentiel et de distribuer d’autres gâteries (qu’on pourrait appeler des  »pots de vin ») aux officiels du gouvernement.

Le Japon est sous le vent, mais il n’y a pas la plus légère inquiétude pour les fabricants du nucléaire et le gouvernement japonais, particulièrement celui du premier ministre qui a déjà commencé à aller aux toilettes trop fréquemment pendant les sessions de la Diète (Le PM Abe souffre de rectocolite hémorragique). (lien d’Ultraman vers un article japonais)

D’après le Nikkei Shinbun (15 février 2013), les réacteurs nucléaires actuellement en construction et programmés

Japon: 2
Taïwan: 2
Corée du sud: 19
Chine: 56
Vietnam: 14
Indonésie: 4
Inde : 18

15 commentaires

  • Bidule

    L’homme, cet indécrottable imbécile!

  • Tesla

    20 ans c’est loin mon avis est que la nature aura balayé pas de vermine humaine d’ici la .

  • engel

    100 de plus ou 100 de moins, au point ou on en est…

  • Natacha Natacha

    Et puis l’activité volcanique et sismique est importante comme ça c’est plus drôle !!

  • Il s’agit de pure propagande. A part une dizaine de réacteurs en Chine, la plupart des ces « projets » ne sont que des effets d’annonce sans lendemain (et heureusement)

    http://www.observatoire-du-nucleaire.org

  • vincenzo

    Relax, avec retard.

    Il n’y aura pas assez d’uranium pour les faire fonctionner, déjà publié sur ce site en mai 2012 :

    http://lesmoutonsenrages.fr/2012/05/04/luranium-les-gisements-exploitables-seront-epuises-en-2040/

    Sinon une vidéo de Jeremy Rifkin :

    https://www.youtube.com/results?q=jeremy+rifkin+la+troisi%C3%A8me+r%C3%A9volution+industrielle&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a&um=1&ie=UTF-8&sa=N&tab=w1

    Sinon, à la Hague, le stockage des barres usagées, dans des piscines protégé par un simple toit, peut nous donner des cauchemars bien mérités.

  • vincenzo

    Re-,

    Un grand bonhomme, ce Jeremy Rifkin, jeune malgré son âge apparent :

    https://www.youtube.com/watch?v=d-qU2cRVz1o

    Le nucléaire c’est finit, d’après ce monsieur.

  • Bidule

    Aaahahaaaaa!!

    Vague de froid : la France nucléaire importe
    massivement de l’électricité « au charbon » !

    C’est l’échec de l’option nucléaire qui devait théoriquement :

    – assurer l’indépendance énergétique de la France
    – éviter l’utilisation du charbon et les émissions de co2 !

    La France est importatrice d’électricité de façon quasi continue depuis le 2 février

    Une puissante vague de froid touche actuellement la France et devrait encore s’intensifier au cours de la semaine. A cette occasion, l’option « centrales nucléaires + chauffages électriques », imposée en France de longue date, démontre son absurdité : la consommation d’électricité française atteint de tels sommets que le parc nucléaire, bien que gigantesque, est totalement dépassé.

    C’est en important massivement du courant, en particulier depuis l’Allemagne (*), que la France nucléaire a pu éviter, à ce jour, un black-out électrique qui menace néanmoins de se produire à chaque instant. Et la France est importatrice nette quasiment en continu depuis le 2 février (**). Défendant obstinément leur idéologie pronucléaire, les autorités françaises refusent de reconnaitre la faillite de leur stratégie basée sur le nucléaire et le chauffage électrique.

    En effet, l’option nucléaire était supposée permettre à la France de se chauffer de façon autonome sans dépendre des importations de combustible. Or, finalement, c’est bien… en important massivement que la France a alimenté, ces dernières années, des millions de chauffages électriques.

    Bien que l’Allemagne ait pris la sage décision de fermer immédiatement ses 8 plus anciens réacteurs, elle reste autosuffisante et parvient encore à exporter de l’électricité vers la France qui, pour une fois, se garde bien de critiquer la production électrique par des centrales au charbon !

    Cette situation contredit trois des principaux prétextes avancés pour « justifier » l’option nucléaire malgré sa dangerosité extrême :

    – la supposée sécurité d’approvisionnement :

    EDF déclenche en ce moment diverses procédures dans l’espoir de pouvoir passer cette vague de froid sans avoir à reconnaître l’absurdité de l’option « nucléaire + chauffages électriques ». Il s’agit en particulier de la procédure dite d’ « effacement » qui consiste à demander à des industriels, en échange de forts dédommagements – de cesser leurs activités afin de réduire la consommation nationale d’électricité : un comble au pays de l’atome !

    – la supposée indépendance énergétique

    Cet argument est déjà contredit par deux données :
    a) même poussé à son maximum, le nucléaire ne couvre que 15% de la consommation finale d’énergie en France (ne pas confondre avec la part du nucléaire dans l’électricité produite)
    b) 100% du combustible nucléaire, l’uranium, est importé
    Mais la situation est encore plus absurde lorsque l’on constate que, l’hiver, la France est contrainte d’importer massivement de l’électricité.

    – la supposée réduction des émissions de co2

    Depuis des années, l’hiver, EDF a recours à de nombreuses centrale électriques thermiques (gaz, charbon), fortement émettrices de co2, afin d’alimenter le parc français de chauffages électriques… qui devait théoriquement éviter de causer des émissions de co2 ! D’ailleurs, une étude du RTE et de l’Ademe (***) reconnait que le chauffage électrique est plus fortement émetteur de co2 que le chauffage au gaz !

    Alors que la Cours des comptes a présenté lundi un rapport qui a contredit la thèse selon laquelle l’électricité nucléaire serait peu chère, on constate donc l’inexistence de toutes les supposées vertus de l’énergie atomique, contestées de longue date et à juste titre par les organisations antinucléaires.

    Par contre, comme démontré par exemple par les catastrophes de Tchernobyl (1986) et de Fukushima (2011), ou par la production irresponsable de déchets radioactifs qui vont rester dangereux pendant des millénaires, les ravages causé par l’industrie nucléaire sont, eux, bien réels.

    Il est donc grand temps de stopper l’industrie nucléaire. Il restera alors « seulement » à démanteler à grands frais les installations et à s’occuper des déchets radioactifs… pendant des millénaires.

    http://observ.nucleaire.free.fr/

    • Bidule

      VOILÀ UNE NOUVELLE QU’ELLE EST BONNE
      Sur le même site :

      Réchauffement climatique

      La sécheresse menace les centrales nucléaires

      – Le réchauffement climatique entraine des canicules et sécheresses qui menacent le parc nucléaire français de black-out
      – 44 des 58 réacteurs nucléaires français sont en bord de rivières et risquent donc de devoir être arrêtés