Europe1 s’intéresse à la French Américan Foundation

Certains ignorent encore qui dirige réellement l’UE et la France, mais il n’est jamais trop tard, car il y a une conférence réellement passionnante sur le sujet à voir absolument pour bien être convaincus de cet état de fait: les décisions ne sont pas vraiment libres, et les États-Unis, avec l’aide des lobbys, imposent leurs décisions. Mais cela ne se limite pas uniquement à cela, il y a dans l’histoire une fondation qui n’intéresse pas vraiment en temps habituel, la French American Foundation, celle-là même qui est censée entretenir de bonnes relations entre la France et l’Oncle Sam. C’est à cette fondation que s’est intéressé la radio Europe1 ces derniers jours, en expliquant que deux présidents français avaient fait partie de celle-ci: François Hollande et le conférencier de la Goldman Sach Nicolas Sarkozy.

Rien de bien étonnant, mais cela ne se limite malheureusement pas à ces simples noms, il y en a beaucoup plus, dont Le Ministre Macron qui est bien plus dangereux que ne veulent le dire les médias et qui est en train de mettre en place le traité transatlantique, Marisol Touraine qui fait de même, Alain Minc, Najat Vallaud Belkacem qui est en train de détruire le système éducatif, et bien plus encore:

Personnalités françaises ayant participé au programme « Young Leaders »

Côté français, on trouve parmi ceux-ci (date d’admission entre parenthèses) :

Source : Annuaire des Young Leaders

Article complet sur Wikipedia

En clair, cette fondation est là pour imposer certains choix en France via des élites triées sur le volet, un « soft-power » qui en fait se résume en un seul mot: lobbyisme.

La formule sonne plutôt bien. Le « soft power », ou diplomatie douce, a été inventé par les Américains pour influencer leurs partenaires en s’appuyant sur la conviction ou la séduction. Concrètement : depuis les années 1940, l’ambassade des Etats-Unis à Paris repère chaque année ceux qui seront les futures élites françaises. Elle mise sur elles et les invite outre-Atlantique à participer à un programme d’échanges avec les futures élites américaines. La French American Foundation a mis sur pied un programme similaire avec des fonds privés.

Ces programmes ciblent les énarques, les jeunes loups de la politique, mais aussi des chefs d’entreprises et des journalistes. Parmi eux : François Hollande, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Pierre Moscovici, Emmanuel Macron, Najat Vallaud-Belkacem. Cette année, Frédéric Mazzella, le fondateur de Blablacar, ou encore Alexis Morel, directeur de la stratégie de Thalès, font partie de ceux qui ont été invités à Washington pour un voyage d’étude.

« On va chercher les gens qui peuvent avoir une influence un jour par leur réussite » explique Pierre Servan -Schreiber, un avocat d’affaires qui a travaillé dans un cabinet américain. « C’est une volonté délibéré de connaitre les gens qui seront à même de prendre des décisions, et à qui on pourra rappeler notre passé commun et faire passer des messages ».

A Washington, ils peuvent rencontrer des responsables politiques, mais « le programme s’appuie aussi sur un réseau de 40 à 50.000 bénévoles américains qui vous accueillent »  précise Pascal Dupeyrat, le président du Cercle Jefferson qui a créé une amicale des anciens de ces voyages. « Cela crée une rencontre avec la population. Avec cette idée très intelligente qui est de dire : vous avez plus de difficultés à aller en guerre avec des gens avec qui vous avez déjeuné ou dîné ». Apprendre à se faire aimer, c’est avant tout cela le « soft power ».

Source et bien plus: Franceinfo.fr

Maintenant, peut-être comprendrez-vous mieux certains problèmes en France… Pour Pierre Hillard, cette fondation réuni simplement ceux qui doivent travailler à la destruction de la France.

8 commentaires