66 incidents militaires en 18 mois : les frictions Russie Otan dégénèrent

Et si jamais les pays soumis arrêtaient un peu de courber l’échine face aux États-Unis qui n’hésitent pas à menacer plus ou moins ouvertement dès que quelque chose ne leur convient pas? On le sait, leurs agences de notations ne sont qu’une fumisterie qui ne correspond plus à la réalité, leur économie n’est qu’un mirage entretenu par de nombreuses injections de liquidités via la planche à billets, ils espionnent tout le monde, décident qui est respectable et qui ne l’est pas, renversent des gouvernements, font du lobbyisme à outrance, empoisonnent et détruisent la planète avec notamment les OGM et le schiste alors qu’ils osent critiquer les « trop peu écolos », ne cessent de condamner ceux pouvant être accusés d’avoir participé à la Shoah qu’ils ont financé en magouillant avec les nazis, sans parler du principal génocide, celui des amérindiens, et les accusations possibles sont très nombreuses. Alors ces frictions Russie-OTAN n’auraient pas lieu si jamais les pays « alliés-soumis-esclaves » reconnaissaient que le conflit en Ukraine est avant tout un mensonge colossal, et si une troisième guerre mondiale doit éclater, nous connaissons déjà les responsables ainsi que les complices, dès fois que nous puissions rendre justice un jour…

Les journaux « écrits » reconnaissent maintenant que ce troisième conflit est une possibilité, à quand les médias télé???

07-bases-otan

Depuis le début du conflit ukrainien, la zone n’a cessé de se militariser, à tel point qu’un rapport issu d’un groupe de recherche composé de militaires et d’anciens ministres des Affaires étrangères met en garde les Russes et les pays membre de l’OTAN contre un risque de guerre de plus en plus accru.

Atlantico : A 66 reprises la guerre aurait pu éclater entre l’OTAN et la Russie lors des derniers 18 mois: les tensions, moins médiatisées, n’ont pas diminué depuis les accords de Minsk en avril dernier: comment se manifeste concrètement cette intensification de la préparation militaire, et quelle stratégie de la part des deux camps est mise en place?

Michael Lambert : On retrouve trois approches qui diffèrent, avec d’une part les Etats-Unis qui se préparent à un conflit avec la Russie, de l’autre l’Union européenne qui peine à concrétiser les négociations diplomatiques sur la création d’une Armée européenne, et la Russie qui s’avance lentement mais surement sur le continent.

Pour la Maison Blanche, il apparait comme de plus en plus évident qu’un conflit pourrait naitre avec le Kremlin en Europe de l’Est. Alors que Washington finance à plus de 70% le budget de l’OTAN, les Etats-Unis viennent également d’envoyer les Lockheed Martin F-22 Raptor – avions de chasse de 5ème génération – en Allemagne et en Pologne. Ainsi que deux drones Predator non armés MQ-1 en Lettonie.

L’Objectif, à terme, est d’entrainer les pilotes européens au maniement d’avions de 5ème génération, alors que l’Eurofighter et la Rafale ne sont que de génération 4 ++. Qui plus est, la perspective de création d’un avion de 5ème génération en Europe semble faible depuis que Dassault Aviation a refusé de rejoindre le programme Eurofighter pour des raisons que soulignent les rapports de Transparence International.

Pour ce qui concerne l’Union européenne, la Lituanie vient de mettre en place le service militaire obligatoire. La Pologne, les Pays-Baltes et la Finlande souhaitent moderniser leurs avions de chasse pour remplacer les F16 et Mig 29. Helsinki envisage également d’intégrer l’OTAN suite aux élections de début 2015.

En l’absence d’une Armée européenne depuis l’échec des négociations sur le projet de CED du Général De Gaulle en 1954, et avec la faiblesse des équipements Britanniques et Français par rapport à ceux dont dispose la Russie, il apparait comme évident que l’Union européenne se retrouve aujourd’hui sans défense dans la mesure où son influence depuis la chute de l’Union soviétique reposait essentiellement sur son soft power.

Qui plus est, les européens peinent à envisager la guerre comme une solution depuis le traumatisme de la Seconde Guerre mondiale, ce qui n’est pas le cas de Moscou.

Pour ce qui concerne le Kremlin, il apparaissait encore quelques années plus tôt comme impossible de s’opposer à l’OTAN en raison de l’application de l’Article 5 du Traité de Washington. Celui-ci stipule qu’en cas d’attaque contre un pays membre, tous les autres  participants au sein de l’Alliance engageront des représailles contre le ou les agresseurs. Une attaque contre les pays Baltes ou la Pologne reviendrait, dès lors, pour la Russie à entrer  en confrontation avec les Etats-Unis, la Grande Bretagne, la France et l’Allemagne, les trois premières disposant d’une force de frappe nucléaire.

Dans la pratique, on ignore cependant si Washington, Londres et Paris se décideront à attaquer une autre puissance nucléaire en cas d’agression contre un pays de taille modeste comme l’Estonie.

Le gouvernement russe, pleinement conscient du problème que représente l’Article 5, a développé un ensemble de stratégies pour contourner son application. C’est dans cette optique que Moscou a commencé à mettre en place le processus de Guerre hybride, qui n’est pas sans faire référence à celui de subversion pendant l’époque coloniale.

La Guerre hybride permet de ne pas identifier directement la Russie comme puissance hostile. Bien qu’étant présenté comme concept novateur en Europe, les soviétiques ont utilisé ce processus lors de la guerre avec la Finlande. La Russie n’a fait que reprendre le concept en l’appliquant aux Etats de facto (Transnistrie, Abkhazie, Ossétie du Sud, Novorossia), en Géorgie en 2008, puis en Ukraine en 2014-2015.

Le Kremlin n’est pas naïf, celui-ci prépare également une confrontation directe avec les troupes de l’OTAN. C’est ce qui explique la modernisation de l’arsenal nucléaire russe, la production d’avions de chasse de 5ème génération, l’intensification de la production des systèmes anti-aérien de types S-400 et S-500, et la mise en avant du nouveau tank  T-14 Armata lors du défilé de Mai 2015.

Article complet sur Atlantico.fr

 

4 commentaires

  • Bobbafett84

    Je trouve l’article assez orienté, alors qu’on est plus en ce moment dans un contexte d’analyses. En effet, les belligérants savent qu’une confrontation physique et frontale n’apporterait rien. On est plus dans une situation de « guerre froide », a celui qui va forcément pousser l’autre à la faute pour ensuite présenter l’agresseur aux yeux du monde. Le seul problème c’est que les USA et l’Europe se sont planter plus d’une fois, et malgré les manipulations et propagandes médiatique, ils savent qu’ils ont perdu de la crédibilité vis à vis des Russes. D’ou actuellement un agenda qui se cherche. D’un coté on tente d’assouplir et d’amadoué l’Iran pour l’extirpé de ses alliances avec les Brics et les autres pays dissidents de l’ordres mondiales. De deux, on essaye de réorienté le conflit au moyen orient pour tenter de reprendre la main (on peu s’attendre avant la fin de l’année un événement majeur qui poussera tous les pays de l’OTAN a s’accorder sur une coalition pour aller mater de l’EI) histoire de recentrer les objectifs qui pour l’instant on été compromis par le Qatar et ses erreurs grotesques. De trois, accélérer l’agenda européen pour la dislocation des états, et instauré un ordre fédéral, afin de redessiné les contours des super régions, après avoir maté toute forme de rebellions ou soulèvements civils qui naîtront du désordre économique et sociale (pour ne pas dire aussi ethnique et religieux vu qu’en se moment on met tout en place pour pousser les extrêmes) organisés. La Russie et la Chine, on essayera de les maintenir en respect pendant se temps là, afin de pouvoir redéfinir avec de nouvelles options une nouvelle stratégie. Sauf qu’il y a un MAIS ! La Chine, qui semble avoir décider de passer la seconde sur son plan d’attaque du dollar. Et c’est par contre çà qui peu faire la différence. Car si Washington et les européen mettent du temps a se repositionné, la Chine elle, soutenu par ses partenaires, a décidé de « dédollarisé » l’économie mondiale. Et c’est çà qui peu tous changer, et pousser en effet les américains a faire le pire. Car non comptant de savoir que si le parlement américain accorde une déclaration de guerre (contre l’Etat Islamique par exemple) çà permettra a Washington de laisser glisser sa dette, n’étant plus astreint par la constitution de passer par le parlement. Mais si le dollar venait à perdre son hégémonie, les américains sont capable d’appuyer sur le bouton rouge pour faire un reset globale. Un reboot ou, au petit bonheur la chance, ceux qui resteront, pourront être par la suite « sauver » par ce qui restera de l’amérique en ruine, comme le reste de ceux qui auront mit le doigt dans l’engrenage. Il suffit de voir (et je confirme ces mouvements que j’ai vu aussi) les énormes mouvements de troupes et de matériels militaires aux USA, en plus du Jade Helm qui est exceptionnellement plus étendu et bénéficiant de beaucoup plus de moyens que les années précédentes, pour se convaincre que ce n’est pas pour dégourdir les jambes des militaires, de la FEMA, et autres organismes fédéraux qui sont sur le pieds de guerres. Il est donc normal que du coté Russe et Chinois, se soit tout aussi l’accélération de moyens et de stratégie pour se préparer au pire.

  • Chapaate

    Orienté?
    Voyons. Ce cher Michael Lambert, parle de l’Ue et des us comme des defenseurs de la démocratie.

    Cela me suffit pour cataloguer ce triste sire, et ses écrits.

  • Dubitatif

    Bonjour à tous !
    je trouve inquiétant toutes ces explosions d’usines en Chine
    grosses pannes internet USA, et également explosions USA

    mais … encore plus inquiétant la déclaration de notre C*
    de nain-locataire-en-mob qui veut bombarder la Syrie !

    MERDE NON NON NON AUX GUERRES DECLENCHEES PAR CE C*
    il est sans doute petit dans tous les sens du terme mais
    sa connerie est DENSE comme un trou noir.

    SVP SIGNEZ LA PETITION CONTRE LA GUERRE si possible faites
    tourner MERCI
    http://www.institutschiller.org/stop-guerre.html#.VdrnrRnE3ic.facebook

  • lelievremilou

    Je viens de regarder une partie de ce documentaire anti Russe.
    J’ai arreté au bout d’une 1/2 heure.
    Quelle propagande éhontée ! Et les Français vont gober tout ça ??
    si vous avez le courage :

    http://info.arte.tv/fr/la-propagande-de-poutine

    on aura, sans doute l’intégrale sur le net.