Discours intégral de Vladimir Poutine sur le Nouvel ordre mondial (24 octobre 2014)

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Monsieur Poutine dit tout haut, ce que nous constatons des manœuvres pour instaurer ce NWO ou Nouvel Ordre Mondial, selon les règles « bulldozer » de ces soi disant amis et partenaires, qui ne pensent qu’à leurs intérêts. On peut se rendre compte, que les guerres « humanitaires » la distribution de la « démo[n]cratie », les droits de l’homme etc… ne sont mis en avant, que pour assoir une hégémonie mondiale. Loin d’apporter la paix, et l’entente entre les peuples, c’est le chaos et la misère qui sont présents. Cette intervention du Président de la confédération de Russie, ne passera jamais en prime time  sur nos médias aux ordres. Profitons de la sagesse de cette analyse, en gardant à l’esprit que tout est lié. Rien n’est innocent dans les propos, d’où qu’ils viennent. Merci à Sayed Hasan.

Vladimir Poutine au Club de Valdaï le 24 octobre 2014

Préambule

Depuis 2004, le Club international de discussion de Valdaï réunit une fois par an des experts et des politiques de différents pays pour débattre de la politique internationale. Cette année, la rencontre a eu lieu les 22, 23 et 24 octobre, à Sotchi, dans un hôtel de la station de montagne de Krasnaïa poliana.

108 experts, historiens et analystes politiques, originaires de 25 pays, dont 62 étrangers à la Russie ont ainsi analysé durant trois jours le thème de cette édition 2014 : L’ordre mondial : de nouvelles règles ou un jeu sans règles ?

Vendredi 24 octobre, lors de la synthèse des travaux des trois journées précédentes en séance plénière, Vladimir Poutine est intervenu. Nous vous présentons ici des extraits de cette intervention du Président de la Fédération de Russie.

Et quand vous aurez lu ce discours impressionnant, nous vous invitons à lire l’article que Philippe Grasset lui a consacré aujourd’hui 25 octobre : L’ours de la taïga, la dédollarisation et la question du fou.

Le Saker francophone

RETRANSCRIPTION DU DISCOURS DE VLADIMIR POUTINE AU CLUB VALDAÏ, LE 24 OCTOBRE 2014

Chers collègues, Mesdames et Messieurs, chers amis,

C’est un plaisir de vous accueillir à la XIe réunion du Club Valdaï.

Il a déjà été mentionné que le Club a de nouveaux co-organisateurs cette année. Ils comprennent des organisations non gouvernementales russes, des groupes d’experts et de grandes universités. Il a également été suggéré d’élargir les discussions à des questions qui ne sont pas seulement liées à la Russie elle-même, mais aussi à la politique et à l’économie mondiales.

J’espère que ces changements dans l’organisation et le contenu des sessions renforceront l’influence du Club en tant que forum de discussion et d’experts de premier plan. Dans le même temps, j’espère que « l’esprit de Valdaï » sera conservé – cette atmosphère libre et ouverte, cette opportunité d’exprimer toutes sortes d’opinions très différentes et franches.

Permettez-moi de dire, à cet égard, que je ne vais pas vous décevoir et que je vais parler directement et franchement. Certains de mes propos pourront sembler un peu trop rudes, mais si nous ne parlons pas directement et honnêtement de ce que nous pensons vraiment, alors il est absolument inutile de tenir de telles réunions. Il serait préférable, dans ce cas, de se contenter des rencontres diplomatiques, où personne ne dit rien qui ait une véritable portée et, reprenant les paroles d’un célèbre diplomate, où vous vous rendez compte que les diplomates ont une langue faite pour ne pas dire la vérité.

Nous nous réunissons pour d’autres raisons. Nous nous réunissons pour nous parler franchement. Nous avons besoin d’être directs et francs aujourd’hui, non pas pour s’envoyer des piques, mais afin de tenter de faire la lumière sur ce qui se passe dans le monde, d’essayer de comprendre pourquoi le monde est de moins en moins sûr et de plus en plus imprévisible, et pourquoi les risques augmentent partout autour de nous.

Les débats d’aujourd’hui se sont tenus sous le thème : De nouvelles règles ou un jeu sans règles ? Je pense que cette formule décrit avec précision le tournant historique que nous avons atteint aujourd’hui et le choix auquel nous sommes tous confrontés. Bien sûr, il n’y a rien de nouveau dans l’idée que le monde est en train de changer très rapidement. Je sais que c’est quelque chose dont vous avez parlé durant les échanges d’aujourd’hui. Il est certainement difficile de ne pas remarquer les transformations dramatiques dans la politique mondiale et dans l’économie, dans la vie publique, dans l’industrie, l’information et les technologies sociales.

Permettez-moi de vous demander dès maintenant de me pardonner si j’en viens à répéter ce que certains des participants à la discussion ont déjà dit. C’est pratiquement inévitable. Vous avez déjà eu des discussions détaillées, mais je vais exposer mon point de vue. Il coïncidera avec le point de vue des participants sur certains points et divergera sur d’autres.

Tandis que nous analysons la situation d’aujourd’hui, n’oublions pas les leçons de l’histoire. Tout d’abord, les changements dans l’ordre mondial – et tout ce que nous voyons aujourd’hui constitue des événements de cette ampleur – ont généralement été accompagnés sinon par une guerre et des conflits à l’échelle mondiale, du moins par des chaînes de conflits locaux intenses. Deuxièmement, la politique mondiale est avant tout une question de leadership économique, de guerre et de paix, avec une dimension humanitaire, incluant les droits de l’homme.

Aujourd’hui, le monde est plein de contradictions. Nous devons être francs en nous demandant mutuellement si nous avons un filet de sécurité fiable et bien en place. Malheureusement, il n’y a aucune garantie et aucune certitude que le système actuel de sécurité mondiale et régionale soit en mesure de nous protéger des bouleversements. Ce système a été sérieusement affaibli, fragmenté et déformé. Les organisations internationales et régionales de coopération politique, économique, et culturelle traversent également des temps difficiles.

Oui, un grand nombre des mécanismes actuels visant à assurer l’ordre mondial ont été créés il y a très longtemps, y compris et surtout dans la période suivant immédiatement la Seconde Guerre mondiale. Permettez-moi de souligner que la solidité du système créé à l’époque reposait non seulement sur l’équilibre des forces et les droits des pays vainqueurs, mais aussi sur le fait que les « pères fondateurs » de ce système se respectaient mutuellement, n’essayaient pas de mettre la pression sur les autres, mais tentaient de parvenir à des accords.

L’essentiel est que ce système doit se développer, et malgré ses diverses lacunes, il doit au moins être capable de maintenir les problèmes mondiaux actuels dans certaines limites et de réguler l’intensité de la concurrence naturelle entre les nations.

Je suis convaincu que nous ne pouvions pas prendre ce mécanisme de freins et contrepoids que nous avons construit au cours des dernières décennies, parfois avec les plus grands efforts et difficultés, et tout simplement le détruire sans rien reconstruire à sa place. Sinon, nous serions laissés sans instruments autres que la force brute.

Ce que nous devions faire était de procéder à une reconstruction rationnelle et de l’adapter aux nouvelles réalités du système des relations internationales.

Mais les États-Unis, s’étant eux-mêmes déclarés vainqueurs de la Guerre Froide, n’en voyaient pas le besoin. Au lieu d’établir un nouvel équilibre des forces, essentiel pour maintenir l’ordre et la stabilité, ils ont pris des mesures qui ont jeté le système dans un déséquilibre marqué et profond.

La Guerre Froide a pris fin, mais elle n’a pas pris fin avec la signature d’un traité de paix comprenant des accords clairs et transparents sur le respect des règles existantes ou la création d’un nouvel ensemble de règles et de normes. Cela a créé l’impression que les soi-disant « vainqueurs » de la Guerre Froide avaient décidé de forcer les événements et de remodeler le monde afin de satisfaire leurs propres besoins et intérêts. Lorsque le système actuel des relations internationales, le droit international et les freins et contrepoids en place faisaient obstacle à ces objectifs, ce système été déclaré sans valeur, obsolète et nécessitant une démolition immédiate.

Pardonnez l’analogie, mais c’est la façon dont les nouveaux riches se comportent quand ils se retrouvent tout à coup avec une grande fortune, dans ce cas sous la forme d’un leadership et d’une domination mondiale. Au lieu de gérer leur patrimoine intelligemment, pour leur propre bénéfice aussi bien sûr, je pense qu’ils ont commis beaucoup de folies.

Nous sommes entrés dans une période de différentes interprétations et de silences délibérés dans la politique mondiale. Le droit international a maintes fois été forcé de battre en retraite, encore et encore, par l’assaut impitoyable du nihilisme légal. L’objectivité et la justice ont été sacrifiées sur l’autel de l’opportunisme politique. Des interprétations arbitraires et des évaluations biaisées ont remplacé les normes juridiques. Dans le même temps, l’emprise complète sur les médias de masse mondiaux ont rendu possible, quand on le désirait, de présenter le blanc comme noir et le noir comme blanc.

Dans une situation où vous aviez la domination d’un pays et de ses alliés, ou plutôt de ses satellites, la recherche de solutions globales s’est souvent transformée en une tentative d’imposer ses propres recettes universelles. Les ambitions de ce groupe sont devenues si grandes qu’ils ont commencé à présenter les politiques qu’ils concoctaient dans leurs corridors du pouvoir comme le point de vue de l’ensemble de la communauté internationale. Mais ce n’est pas le cas.

La notion même de « souveraineté nationale » est devenue une valeur relative pour la plupart des pays. En essence, ce qui était proposé était cette formule : plus la loyauté de tel ou tel régime en place envers le seul centre de pouvoir dans le monde est grande, plus grande sera sa légitimité.

Nous aurons une discussion libre après mon propos et je serai heureux de répondre à vos questions et je tiens également à utiliser mon droit à vous poser des questions. Que personne n’hésite à essayer de réfuter les arguments que je viens d’exposer lors de la discussion à venir.

Les mesures prises contre ceux qui refusent de se soumettre sont bien connues et ont été essayées et testées de nombreuses fois. Elles comprennent l’usage de la force, la pression économique et la propagande, l’ingérence dans les affaires intérieures, et les appels à une sorte de légitimité « supra-légale » lorsqu’ils ont besoin de justifier une intervention illégale dans tel ou tel conflit ou de renverser des régimes qui dérangent. Dernièrement, nous avons de plus en plus de preuves que le chantage pur et simple a également été utilisé en ce qui concerne un certain nombre de dirigeants. Ce n’est pas pour rien que « Big Brother » dépense des milliards de dollars pour tenir sous surveillance le monde entier, y compris ses propres alliés les plus proches.

Demandons-nous à quel point nous sommes à l’aise avec tout cela, à quel point nous sommes en sécurité, combien nous sommes heureux de vivre dans ce monde, à quel degré de justice et de rationalité il est parvenu. Peut-être n’avons-nous pas de véritables raisons de nous inquiéter, de discuter et de poser des questions embarrassantes ? Peut-être que la position exceptionnelle des États-Unis et la façon dont ils mènent leur leadership est vraiment une bénédiction pour nous tous, et que leur ingérence dans les événements du monde entier apporte la paix, la prospérité, le progrès, la croissance et la démocratie, et nous devrions peut-être seulement nous détendre et profiter de tout cela ?

Permettez-moi de dire que ce n’est pas le cas, absolument pas le cas.

Un diktat unilatéral et le fait d’imposer ses propres modèles aux autres produisent le résultat inverse. Au lieu de régler les conflits, cela conduit à leur escalade ; à la place d’États souverains et stables, nous voyons la propagation croissante du chaos ; et à la place de la démocratie, il y a un soutien pour un public très douteux, allant de néo-fascistes avoués à des islamistes radicaux.

Pourquoi soutiennent-ils de tels individus ? Ils le font parce qu’ils décident de les utiliser comme instruments dans la voie de la réalisation de leurs objectifs, mais ensuite, ils se brûlent les doigts et font marche arrière. Je ne cesse jamais d’être étonné par la façon dont nos partenaires ne cessent de marcher sur le même râteau, comme on dit ici en Russie, c’est-à-dire de faire les mêmes erreurs encore et encore.

Ils ont jadis parrainé des mouvements islamistes extrémistes pour combattre l’Union soviétique. Ces groupes se sont formés au combat et aguerris en Afghanistan, et ont plus tard donné naissance aux Talibans et à Al-Qaïda. L’Occident les a sinon soutenus, du moins a fermé les yeux sur cela, et, je dirais, a fourni des informations et un soutien politique et financier à l’invasion de la Russie et des pays de la région d’Asie centrale par les terroristes internationaux (nous ne l’avons pas oublié). C’est seulement après que des attaques terroristes horribles aient été commises sur le sol américain lui-même que les États-Unis ont pris conscience de la menace collective du terrorisme. Permettez-moi de vous rappeler que nous avons été le premier pays à soutenir le peuple américain à l’époque, le premier à réagir comme des amis et partenaires après la terrible tragédie du 11 Septembre.

Au cours de mes conversations avec les dirigeants américains et européens, je parlais toujours de la nécessité de lutter ensemble contre le terrorisme, de le considérer comme un défi à l’échelle mondiale. Nous ne pouvons pas nous résigner et accepter cette menace, nous ne pouvons pas la couper en morceaux séparés à l’aide du deux poids deux mesures. Nos partenaires ont exprimé leur accord, mais après quelques temps, nous nous sommes retrouvés au point de départ. Ce fut d’abord l’opération militaire en Irak, puis en Libye, qui a été poussée au bord du gouffre. Pourquoi la Libye a-t-elle été réduite à cette situation ? Aujourd’hui, c’est un pays en danger de démantèlement et qui est devenu un terrain d’entraînement pour les terroristes.

Seule la détermination et la sagesse de la direction égyptienne actuelle a sauvé ce pays arabe clé du chaos et de l’emprise des terroristes. En Syrie, comme par le passé, les États-Unis et leurs alliés ont commencé à financer et armer directement les rebelles et leur ont permis de remplir leurs rangs de mercenaires provenant de divers pays. Permettez-moi de vous demander où ces rebelles obtiennent leur argent, leurs armes et leurs spécialistes militaires ? D’où tout cela vient-il ? Comment l’État Islamique notoire a-t-il réussi à devenir un groupe aussi puissant, de fait une véritable force armée ?

Quant aux sources de financement, aujourd’hui, l’argent ne vient plus seulement de la drogue, dont la production a augmenté non pas de quelques points de pourcentage mais dans des proportions considérables depuis que les forces de la coalition internationale sont intervenues en Afghanistan. Vous êtes au courant de cela. Les terroristes obtiennent également de l’argent en vendant du pétrole. Le pétrole est produit dans le territoire contrôlé par les terroristes, qui le vendent à des prix de dumping, le produisent et le transportent. Mais d’autres achètent ce pétrole, le revendent, et font du profit, sans penser au fait qu’ils financent ainsi les terroristes qui pourraient venir tôt ou tard sur leur propre sol et semer la destruction dans leur propre pays.

Où trouvent-ils les nouvelles recrues ? En Irak, après que Saddam Hussein ait été renversé, les institutions de l’État, y compris l’armée, ont été laissés en ruines. Nous avons dit, à l’époque, soyez très, très prudents. Vous mettez les gens à la rue, et que vont-ils y faire ? N’oubliez pas que légitimement ou non, ils faisaient partie de la direction d’une grande puissance régionale, et en quoi est-ce que vous les transformez maintenant ?

Quel fut le résultat ? Des dizaines de milliers de soldats, d’officiers et d’anciens militants du parti Baas se sont retrouvé à la rue et ont aujourd’hui rejoint les rangs des rebelles. Peut-être cela explique-t-il pourquoi l’État islamique s’est avéré si efficace. En termes militaires, il agit très efficacement et il a certains cadres très compétents. La Russie a mis en garde à plusieurs reprises sur les dangers des actions militaires unilatérales, des interventions dans les affaires des États souverains, et des flirts avec les extrémistes et les radicaux. Nous avons insisté pour que les groupes luttant contre le gouvernement syrien central, surtout l’État islamique, soient inscrits sur les listes des organisations terroristes. Mais avons-nous vu le moindre résultat ? Nous avons lancé des appels en vain.

Nous avons parfois l’impression que nos collègues et amis sont constamment aux prises avec les conséquences de leurs propres politiques, et qu’ils dépensent tous leurs efforts dans le traitement des risques qu’ils ont eux-mêmes créés, en payant un prix de plus en plus élevé………

[…]

LIRE LA SUITE

Source vineyardsaker.fr

Texte original (russe) : http://kremlin.ru/news/46860

Traduction (anglais) : http://eng.news.kremlin.ru/news/23137

Traduction en français : http://www.sayed7asan.blogspot.fr

46 commentaires

  • pokefric pokefric

    Bonjour tlm.
    « des attaques terroristes horribles aient été commises sur le sol américain »
    Cette phrase,me laisse très perplexe sur la franchise de la Russie et notamment de son leader ?
    Pourquoi diable continuent ils de nier la vraie version du 11 septembre ?

    • Nevenoe Nevenoe

      Tu la connais la vraie version toi ?

      • pokefric pokefric

        J’étais sur que j’aurais cette réponse, tu te doute bien que ce n’est pas la bonne tout de même,non ?

      • pokefric pokefric

        Il y a assez de preuves et d’associations ainsi que d’experts de tout pays réunissant leurs preuve du complot que personne ne veut entendre,mais la vérité éclatera tôt ou tard car sa gronde de plus en plus, ne comptons pas sur nos médias pour nous informer de se mouvement gigantesque qui a lieu en ce moment..

      • pokefric pokefric

        Vu l’affection que obabla porte pour la Russie, j’aurais vraiment apprécié qu’il nous balance ce qu’il sait,un minimum quoi.

      • Nevenoe Nevenoe

        Oui la version officielle n’est pas la bonne mais qui est vraiment derrière tout ça ?
        Il y a des pistes et des hypothèses mais aucune ne prédomine clairement.

        Après Poutine n’a pas à balancer ce qu’il sait. Ce n’est pas le sujet et surtout il vise à rétablir la paix et l’équilibre dans le monde, il avance la main tendue, donc il serait malvenu de balancer sur le sujet.

        Il faut noter qu’il utilise le terme « partenaires » et non pas ennemi alors que les USA ont introduit le terrorisme musulman en Russie, et malgré tout il continue à leur tendre la main.
        Il n’est pas tombé dans le piège de l’escalade tendu par les mondialistes.

      • pokefric pokefric

        J’aurais pensé que c’était l’occasion de mettre oblabla et toute sa clique à genoux,mais bon, il faudrait que sa version soit crue par la majorité des peuples,il est vrai que ne serait pas gagné d’avance et effectivement,cela pourrait le diaboliser un peu plus, donc, impasse sur ce coup la, gageons que pour le reste,il soit suivi.

      • Nevenoe Nevenoe

        Justement il ne veut pas les mettre à genou, il veut construire.

      • Chapaate

        Dans la situation actuelle il me rappelle un film ou Un truand habillé en pretre tient une bible dans une main et un colt 45 dans l’autre.

        Bien que je soutienne Poutine je pense que sa fortune personnelle n’est pas arrivée toute seule, par hasard.

        Son but n’est pas de déstabiliser les USA mais plutot l’inverse. Pour sortir son pays de la situation ou l’on plongée les ricains, la révélation de la vérité sur le 11/9 ne pourrait qu’amener au conflit ouvert.
        Sa façon de mener la politique de la Russie est plus fine, et mets en exergue l’incohérence de la diplomatie US.

      • Nevenoe Nevenoe

        Oui il est riche, mais c’est du donnant – donnant.
        Il fait de bonnes choses pour son peuple et œuvre pour limiter les conflits dans le monde et en contre partie il s’enrichit.
        Ça ne me choque pas du tout. Je ne m’attend pas à ce que des gouvernants soient des saints.

      • pokefric pokefric

        Ce n’est pas mon avis qui compte nevenoe,c’est le siens.

    • odin29

      Bonjour les M.E.
       » « des attaques terroristes horribles aient été commises sur le sol américain » « …
      Il pense peut-être à un état terroriste dont personne ne parle, jamais, suivez mon regard…
      D’ ailleurs, à moins que ça m’ est échappé, il ne cite pas ce petit état voyou qui manipule le congrès Américain depuis des lustres.
      Poutine est un homme prudent, qui connait l’ histoire et qui ne veut pas tomber dans le même piège qui a si bien fonctionné il y a 80 piges contre un rebelle à l’ oligarchie apatride.
      En ne dénonçant pas les menées secrètes de l’ Amérique, aux ordres de qui l’ on sait, il se montre grand seigneur et démontre par la même sa volonté de construire un monde plus équilibré.
      C’ est un grand bonhomme… il ne peut se permettre la moindre erreur, il est sur une corde raide mais il le sait.
      Jusqu’ à présent sa ténacité, son intelligence et sa prudence nous ont évité le pire, son parcours est sans faute.
      On peut le remercier!…

    • Perplexe quoi ?
      Les attaques ont eu lieu non ? Il ne dit pas « qui » mais ça n’a que peu d’importance au fond.

  • Nevenoe Nevenoe

    Je vous conseille de lire tout le discours en suivant le lien, c’est passionnant et quel discours honnête !!!

    Nous sommes loin des poncifs lénifiants de nos dirigeants. Poutine tient un discours, une analyse et fait des propositions plein d’intelligence, de sagesse et de paix.
    Sans conteste le grand homme d’état de ce début de millénaire.

  • FreeMan FreeMan

    malgré qu’on aime entendre ces discours qui s’opposent a l’occident, on constate, que la Russie n’utilise pas l’énergie libre, ne parle pas de la création monétaire FED, de la supercherie de l’homme qui a marcher sur la lune, des chemtrails, de BIG pharma, des vaccins, du passé de l’humanité et des peuples savant qui nous ont précédé,

    que ce soit dans le domaine de la science de l’archéologie, de la médecine, ou de la manipulations des masses, rien ne transpire de ce coté là non plus !
    non rien de cela sera dit car la russie est tombé en 1917 aux mains des rotchilds !

    Poutine fais partit du système!

    • walter kurtz walter kurtz

      Oh merci merci en fin un commentaire censé , car oui , ils sont tous pour la dépopulation des peuples , même s’ils font de beau et long discours à la mode cubaine….encore merci.

    • Mehdi

      Content de voir que tout le monde ne se fait pas berner par ce bourgeois russophone.

    • samlours94

      Bien sur qu’il fait partie du système…comme vous et moi !
      Maintenant, nous en sommes réduits à choisir les « moins pires » et je trouve pour ma part que ce type est plutôt moins pire qu’Obama et consorts. Et que veut le système à votre avis? Foutre tout en l’air ? Recommencer avec une population divisée par 4 ou 5 ?
      Le feu nucléaire, savez vous ce que ça signifie ?
      Un retour 20 000 ans en arrière pour l’Humanité voire son extinction pure et simple !
      Nous sommes tous en train de nous pignoler pour savoir si le grand méchant loup est moins méchant ou plus méchant que celui qui est en face.
      Mais quand comprendrez vous qu’on s’en fiche de tout ça ? L’Urgence c’est d’éviter que les bargeots de l’empire US foutent le monde à feu et à sang, point barre. Alors que Poutine soit riche, blanc, noir, jaune, méchant, sale gueule, etc etc, pour ma part je m’en tape car je constate juste une chose que personne ne peut nier: c’est grâce à la réserve des Russes, au calme de leur Président qu’aujourd’hui vous et moi sommes toujours là à pianoter comme des boeufs sur nos claviers ! Car par exemple un Jirinowsky à la place de Poutine et la partie était barrée bien autrement !
      Alors quand je lis « on constate, que la Russie n’utilise pas l’énergie libre, ne parle pas de la création monétaire FED, de la supercherie de l’homme qui a marcher sur la lune, des chemtrails, de BIG pharma, des vaccins, du passé de l’humanité ………….bla bla……..bla ….. manipulations des masses, rien ne transpire de ce coté là non plus !
      non rien de cela sera dit car la russie est tombé en 1917 aux mains des rotchilds ! » ………..
      Je me dis que décidément, il y a des va t-en guerre qui s’ignorent ici car que vouliez vous ? Qu’ouvertement Poutine accuse n’importe comment ? Qu’il se mette à faire comme vous le faites, à jouer les conspirateurs de comptoir, les durillons du complot qui ne savent rien, que dalle mais qui se prennent pour ceux qui ont la vérité ?
      Si vous savez tant de choses, alors retirez vous les doigts du cul et bougez au lieu de rester à tapoter , bien peinard sur votre clavier et raconter n’importe quoi !!!!!!!!
      Affirmer comme ça que Poutine soit un bourgeois Russophone (ça ne veut rien dire en l’état)….c’est du slogan et rien d’autre, ça (vous) défoule le temps de l’écrire mais ça ne fait pas plus avancer le schmillblick.
      La seule chose qui soit importante, c’est que ce discours reste quelque chose qu’on n’avait pas entendu depuis le regretté Chavez, mais même ça, tant vous bouffez à la soupe télévisuelle ricaine, sans vous en rendre compte, vous n’en avez même pas conscience…
      Des moutons…certainement, mais pas enragés du tout …juste des moutons bêlants avec le troupeau !

    • Nevenoe Nevenoe

      Mais il ne prétend pas révolutionner le monde, il n’a pas ce pouvoir et d’ailleurs personne ici n’attend ça de lui il me semble.
      Il a la volonté de rétablir l’équilibre avec les moyens qui sont les siens.
      Il y en bien peu comme lui malheureusement et certains trouvent le moyen de lui taper dessus malgré tout.

      • Electra

        Il pourrait pourtant le révolutionner, en disant la vérité, ce qu’il sait sur les évênements passés, présents et futurs, alors oui, on peut légitimement le critiquer, comme le font remarquer, les commentaires d’en haut, Poutine en a rien à faire des peuples, les rendre libres n’est pas non plus dans son intérêt, tout comme les autres satanistes de l’ouest, alors au final y’a pas de moins pire, y’a juste des maitres et des esclaves.

      • Nevenoe Nevenoe

        Rendre les peuples libres ?
        Libres de qui et de quoi ?
        Entre l’autre avec l’énergie libre et rendre les peuples libres chacun y va de sa marotte …

        Qu’en sais tu de son intérêts et de ses aspirations ? Es tu dans sa tête ? As tu des dons de divination ?
        Dire la vérité ? sera t’il seulement cru ? et quelles seraient les conséquences ?

        Vous êtes d’une naïveté confondante de croire qu’un seul homme puisse tout changer à lui tout seul.

      • FreeMan FreeMan

        nevenoe

        c’est pourtant vous qui semblez croire en vladimir poutine, donc c’est vous le naîf dans l’histoire, non?
        croire en Poutine ou au FN c’est croire au bon fonctionnement de ce système…ouvrez les yeux!

        si vous avez besoin d’avoir un berger pour vous guider cela vous concerne, nous sommes d’accord, mais n’allez pas faire la leçon a ceux qui ne crois pas en ce pathétique théâtre qu’est la politique actuelle!
        comme le dis electra « il y a juste des maitres et des esclaves. » le reste n’est qu’illusion !!!

      • sceptique

        la plupart des thèses que tu avances sont classées complotistes dans l’esprit des moutons: cela le discréditerait; les énergies conventionnelles sont fondamentales pour la Russie; il ne va pas se tirer une balle dans le pied. Essaie donc de lancer un process d’énergie libre, et le monde part en guerre… Sans compter que ce système sera interdit pour préserver les intérêts des 1%; regarde le moteur Pantone en France: il ferait baisser la consommation de carburant pétrolier de 40 ou 50 %… mais aussi les recettes fiscales liées au TIPP; regarde la réticence actuelle vis à vis du GPL!
        Essayer de penser géostratégie que diable!
        Ce n’est pas non plus à lui de libérer les peuples: c’est à eux de se libérer, question de dignité. Sa position en elle-même est libératrice, car elle ouvre l’espoir…

      • Nevenoe Nevenoe

        Nous ne sommes pas dans le domaine du religieux donc il n’est pas question de croyance là dedans.
        Je me base sur les faits, sur ses actes, sur du concret : rien de plus et rien de moins.

        Et je ne vois pas ce que le FN vient faire la dedans : une autre de tes marottes peut être ?

  • rusti

    Freeman bonjour le mal du monde juif sioniste éradiquer cette secte le monde sera meilleur

    • FreeMan FreeMan

      bonjour, toute hiérarchie devrait être éradiquer et le système monétaire avec, car nulle équité possible avec une quelconque hiérarchie ou avec un système monétaire créateur par nature d’inégalités,
      c’est le bon sens et la responsabilité de chacun au travers d’une démocratie participative direct qui devrait établir les lignes de conduites à tenir pour le respect et l’épanouissement de l’individu,
      nous sommes suffisamment grand et responsable pour décider par nous même de ce qui semble juste ou non pour nous.

      • walter kurtz walter kurtz

        Oui , sauf que l’on a rien pour se défendre , et quant même des gens construiraient des bases autonomes durables , ils seraient les premiers à être bombardé par des drônes , sous le prétexte de terrorisme , ou je ne sais quoi .

      • FreeMan FreeMan

        certaienement, le système a probablement déjà gagner la partie puisque les esclaves votent pour leurs maîtres et défendent ce modèle sociétale,
        il va falloir faire de son mieux pour se préparer avec les modestes moyens dont nous disposons, les temps à venir seront sûrement difficiles à vivre et n’y poutine n’y le FN nous sauvera!

      • Nevenoe Nevenoe

        Oui décidemment une obsession sur le FN !

  • Simsi

    Sic « Je tiens à souligner que nous ne sommes pas à l’origine de tout cela. Une fois de plus, nous glissons vers des temps où, au lieu de l’équilibre des intérêts et des garanties mutuelles, ce sera la peur et l’équilibre de la destruction mutuelle qui empêcheront les nations de se livrer à un conflit direct. En l’absence d’instruments juridiques et politiques, les armes deviennent encore une fois le point focal de l’ordre du jour mondial ; elles sont utilisées n’importe où et n’importe comment, sans la moindre sanction du Conseil de sécurité de l’ONU. Et si le Conseil de sécurité refuse de rendre de tels arrêts, alors on le condamne immédiatement comme un instrument dépassé et inefficace. »

    Autrement dit, tout au long du discours, les USA responsable de tout les maux de l’humanité et l’ONU instruments à la solde des States et totalement obsolète et anti-démocratie.

    La fin de l’ONU et des States???

    • Nevenoe Nevenoe

      Il a raison : l’ONU est complètement discrédité.

      Ses officines sont à la solde du NWO, l’ONU est une extension Américano soniste, ni plus ni moins, et non plus un lieu neutre où les pays viennent discuter de leurs différents problèmes pour y trouver des solutions diplomatiques.
      L’ONU ne sert plus à rien et est voué à disparaitre.

  • Chapaate

    Pour faire pendant au discours de Vladimir Poutine,
    Noam Chomsky confirme.

    http://www.vineyardsaker.fr/2014/10/26/cest-officiel-les-usa-letat-terroriste-n1/