Les Bretons à Nantes pour réclamer son rattachement à la Bretagne ..

MANIFESTATION – Les partisans d’une «réunification de la Bretagne» manifestent ce samedi à Nantes pour la troisième fois…

Pour la troisième fois depuis avril, les partisans d’une «réunification de la Bretagne» manifestent ce samedi à Nantes, où la mobilisation s’annonce particulièrement massive à quelques semaines de la reprise du débat sur la réforme territoriale engagée par le gouvernement.

«Nous souhaitons une ambiance festive et il va y avoir beaucoup de monde: en avril nous étions 13.000, en juin 17.000, aujourd’hui nous serons beaucoup plus», a assuré samedi matin Jean-François Le Bihan, président de Bretagne Réunie, organisateur de cette manifestation et des précédentes, qui avaient rassemblé, selon les chiffres de la police, 5.500 puis 8.500 personnes…

[…]

«Elle sent le pâté, la Bretagne?»

«Fondre la Bretagne dans les Pays de la Loire», un des projets évoqués dans la réforme territoriale, «diluerait l’ensemble. Le numérique abolit les frontières mais il faut être de quelque part, une vraie identité forte est super utile au moment où tout se mondialise», explique Christian Guillemot, un des cofondateurs du groupe numérique Ubisoft. «En Bretagne, on a des réseaux, des jeunes très bien formés, il nous manque une dynamique régionale forte».

Le retour de Nantes et de la Loire-Atlantique dans la région Bretagne, «c’est la pente naturelle de l’histoire», estime l’écrivain breton Yann Quéffelec. «Au moment où le Premier ministre prétend renforcer la Nation, les régions… Alors quoi, elle sent le pâté, la Bretagne?», s’énerve-t-il samedi avant le début de la manifestation.

«Mystérieusement, c’est simplement pour la Bretagne que ça pose problème, on voudrait nous laisser à quatre (départements). Mais qu’est-ce qu’on craint de cette région qui s’est toujours montrée la plus républicaine? On a l’impression qu’on est en train de se fiche de nous!», a ajouté Yann Quéffelec.

«En Loire-Atlantique, il se passe beaucoup plus de choses qu’à Rennes sur le plan musical», a de son côté souligné le chanteur Gilles Servat.

Cette manifestation intervient quelques jours après le référendum en Ecosse et le jour même où le président de la Catalogne Artur Mas a convoqué un référendum le 9 novembre sur l’indépendance de cette riche région du nord de l’Espagne….

[…]

Lire l’article

Source 20Minutes

Voir:

Sénatoriales 2014: Le FN espère bien faire élire ses deux premiers sénateurs dimanche

Les voitures françaises sont les plus volées

 

13 commentaires

  • Tremener

    Quelqu’un m’a dit:
    « Le découpage administratif n’a été fait qu’en fonction de la répartition des fausses factures entre élus, point final. »

  • Thierry92 Thierry92

    Les manipulations européistes continuent.

    L’alsace n’a pas marché. La Bretagne, et ensuite? la Corse ou le pays Basque?

    Et qui nous parles des élections sénatoriales?

    Sont renouvelés les sénateurs des départements compris, par ordre alphabétique, entre l’Ain (01) et l’Indre (36), puis entre le Bas-Rhin (67) et l’Yonne (89), hors ceux de l’Ile-de-France.

    AUJOURD’HUI

  • Scrutinizer

    Illustre plutôt votre article avec le presque millénaire « Kroaz Du » que ce lassant « Gwen ha du » ! :D

  • Pi÷2

    Non à la région Bretagne infédérée, non au mondialisme, aux chiottes les militants abrutis qui veulent sacrifier leur famille et celles des autres sur l’ autel du NOM, croyant toujours bien faire (miséreux, apprenez Pierre Hillard).

    (je suis né à Nantes, riche du commerce des esclaves, j’ y ai vécu quelques années, je l’ ai vu imposer le retour de la classe bourgoise paranoïaque et exclure progressivement celle des travailleurs, dont je fais parti et qui la grandissait, instrumentalisant les bobos à vélos et plaçant des caméras partout, dont des invisibles nichées jusque dans les bus et les tramways (pauv’ types!); je l’ aimais pourtant bien car, mes parents, leur famille et leurs amis, y avaient partagé une jeunesse laborieuse, insouciante et glorieuse; j’ espère que les modérateurs m’ autoriseront cet écart sentimental).

    Tout comme le peuple de France doit exister au sein d’ une Europe des nations au service des souverrainetés et d’ eux même, une région ou une province doit exister de la même manière au milieu d’ un pays plus grand, tel un grand frère ou une grande soeur protecteur ou affectueuse.

    Ce n’ est pourtant pas compliqué à vivre, quand on aime son prochain a priori; vivement la démocratie directe (holostructurée, cela va de soi).

    • Nevenoe Nevenoe

      Je suis né à Nantes et je vis dans ses environs.

      Oui a une Bretagne réunifiée et libre hors de l’UE et de la France seul moyen de lui permettre de rester bretonne, de faire revivre la langue bretonne et de reprendre en main son destin.

      La Bretagne est une Nation !

      Breizh Atao

  • Maverick Maverick

    Ben voilà … Encore la faute à Poutine. Vous allez voir que la Bretagne va organiser un référendum truqué pour que les Nantais votent pour leur annexion, comme en Crimée !!! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

  • Bardamu

     » Illustre plutôt votre article avec le presque millénaire « Kroaz Du  »

    —>

    La Bretagne éternelle n’existe plus depuis longtemps ; son littoral a été prostitué au tourisme et les terres ne sont plus qu’un désert vert mal odorant ( 50% du porc Français vient de Bretagne ). Reste le folklore, pour vendre de la camelote aux touristes :

    http://journaldunenaturopathe.wordpress.com/2011/10/07/la-mere-poulard-larnaque-du-mont-saint-michel/

  • du22

    Ne pas confondre les Bretons qui se mobilisent pour des trucs utiles (fermetures de maternités, etc…) et ceux qui se réclament comme tels pour « retrouver » une identité qui ne servirait qu’a eux-même.
    Nantes en Bretagne ? Mais qui habite a Nantes ? Certainement pas des Bretons, du moins dans leurs mentalités. Il n’y a que les politiques de chez eux, que leurs « artistes » et que les patrons qui n’ont rien d’autre a foutre qui se mobilisent (et quelques moutons qui suivent, bien entendu).
    Je suis Breton et fier de l’être, et j’entends par la que je porte la Bretagne dans mon cœur, peu importe la région dans laquelle je suis. Libre a eux de penser comme tel, historiquement ils le sont, mais quel intérêt autre que l’intérêt financier motive cette mobilisation ?

    Et dire que Nantes est importante parcequ’il y a plus d’événements musicaux c’est du n’importe quoi. Ce n’est pas parcequ’on a de grandes salles pour produire des concerts géants qu’on représente une culture musicale. Un ou deux concert par semaine sur la région nantaise c’est énorme pour eux ? Par ici, en centre Bretagne, je peut faire le tour du cadran, du lundi au dimanche, en passant de scène en scène, parcequ’il y a TOUJOURS de la musique, et elle ne s’adresse pas qu’aux élites qui ont les moyens de débourser plusieurs dizaines d’euros pour aller voir du playback mixé et dénaturé. La culture se trouve dans la rue, pas dans les porte-feuilles.

    • Tremener

      Qu’attendez-vous pour venir jouer à Nantes et la tenir en éveil? Vous y êtes chez vous.

    • Nevenoe Nevenoe

      Il vont faire la gueule les Gilles Servat et les Tri Yann (dont le nom complet était Tri Yann An Naoned), il doit se retourner dans sa tombe Morvan Lebesque qui a inspiré toute une génération d’autonomistes et indépendantistes breton etc ….

      Oui Nantes est dirigée par l’ennemi, longtemps par l’Angevin Ayrault qui a tout fait pour accélérer sa débretonnisation …
      Alors continue à jouer le jeu de l’adversaire en allant dans son sens ….

      • du22

        Je me fout royalement de la politique, je ne suis pas le « mouton » qui écoute la propagande régionaliste ou séparatiste, je juge par ce que j’ai pu constater de mes yeux. En quoi exprimer sa façon de penser est « jouer le jeu de l’adversaire » ?
        Vous considérez l’autre comme l’adversaire et parlez de réunification ? Qui est donc cet adversaire ?
        – Les Français ? : mais c’est bien eux qui se battent pour réintégrer Nantes a la Bretagne
        – Les politiques ? : Ce sont eux principalement (des régionaux bien sur, plus ou moins…) qui se battent pour ça.

        A suivre le moindre petit mouvement de foule organisé par une poignée d’homme, je me demande qui est le plus « mouton » dans l’histoire.
        Combien d’années pour se réveiller et organiser un semblant de contestation ?