La crise en France ne sera pas brutale mais lente et durable

Un rapport de Natixis  commenté par Wolf Richter met en avant les spécificités de l’économie française au niveau de la crise globale. Ainsi, la faiblesse de l’investissement productif depuis une dizaine d’années semble condamner notre industrie pour laquelle les coûts de production semblent trop élevés corrélativement au positionnement de notre gamme de produits. La seule « bonne » nouvelle réside dans le rôle d’amortisseur social et économique de l’état et de la dépense publique. Avec 56% du PIB, cette dernière permet en effet à l’économie française d’être moins dépendante des fluctuations de la conjoncture mondiale et d’amortir les chocs brutaux. A terme, cependant, le financement de plus en plus problématique de la dépense publique à mesure que le volume de la dette augmente, va inévitablement aboutir à une réduction drastique des dépenses…

L’économie française poursuit actuellement une tendance morose de suppressions de postes et de fermetures d’entreprises. En 2012, la croissance économique était d’exactement 0%, contre un imperceptible 0,3% en 2013. Les dépenses du gouvernement, qui s’élèvent à 56% de l’économie, ont augmenté de 2,1% depuis le second trimestre de l’année 2012. Le secteur privé a quant à lui perdu 0,2% sur la période, et demeure 3,2% en-dessous de son pic d’avant-crise.

Contrairement à ses voisins, la France a aussi une population qui croît, avec une augmentation de 0,42% enregistrée en 2013. L’absence de croissance économique est donc décidément négative d’un point de vue de croissance par tête. Voilà l’expérience que vivent les Français aujourd’hui.

Et pourtant, les marchés financiers du pays se sont envolés

Après un record à la baisse de 2.519 enregistré en mai 2009, le CAC 40 a commencé à grimper bien qu’il ait été ralenti en 2011 par la crise de la dette en zone euro. Mais en 2012, les investisseurs ont commencé à ignorer l’économie du pays, la mauvaise posture de ses grosses banques et l’effondrement manqué de son secteur automobile aujourd’hui refinancé, ses banqueroutes, son taux de chômage, sa croissance trimestrielle négative et les politiques fiscales du nouveau gouvernement, et fermé les yeux pour plonger la tête la première dans son marché boursier. Le CAC 40 a atteint 4.313, son niveau le plus élevé depuis août 2008.

Compte tenu des problèmes économiques de la France, nous pourrions penser que la dette de son gouvernement devrait présenter des signes de stress.  Or les obligations sur dix ans rapportent 2,13%, contre 2,69% pour les obligations américaines. L’écart de rendements entre les obligations françaises et allemandes, après la forte hausse enregistrée pendant la crise de la dette, s’est stabilisé entre 50 et 60 points de base. La dette française est tout simplement solide comme le roc, et permet au gouvernement d’emprunter à bas prix. Les étrangers l’adorent : 63,2% de la dette gouvernementale transférable de la France se trouve entre les mains de non-résidents.

« Elle ne réagit pas aux annonces et aux chocs », a confirmé le plus récent rapport de Natixis, succursale de gestion d’actifs et d’investissements bancaires de l’une des plus grosses banques de France, Groupe BPCE, avec plus d’un trillion d’euros d’actifs et 20% du secteur de la banque de détail [Natixis a publié une étude l’année dernière, que j’ai discutée dans mon article French Megabank: “Germany Should Leave the Eurozone.”]

Natixis pense savoir pourquoi les marchés financiers de la France se portent si bien malgré l’état de l’économie, et pourquoi le pays n’a pas subi le même destin que la Grèce ou Chypre, qui ont subi une rébellion des marchés quand ils ont proposé le refinancement de banques et annoncé leurs déficits. Natixis ne mentionne pas les politiques d’impression monétaires qui à l’échelle de la planète ont fait gonfler les actifs, y compris en France. Il explique en revanche que les investisseurs étrangers s’intéressent aux actifs français « parce que la France ne risque pas de traverser une crise drastique ».

Oh, ne parlons surtout pas les grosses banques en difficulté

Notez que Natixis est la succursale d’une grosse banque et n’est pas prêt de remettre en question la stabilité des grosses banques du pays, dont le refinancement excèderait de loin les moyens du gouvernement. D’où ce lourd silence qui pèse au-dessus de ce qui pourrait causer une « crise drastique ».

Le risque auquel fait face la France est différent : il est question d’une faible croissance sur une très longue période. Tout mène à cette conclusion : les taxes et la baisse des rendements du capital, le manque de compétitivité, les problèmes liés aux savoir-faire de la force de travail, le manque de sophistication du capital des entreprises, la structure sectorielle de l’économie, tout cela fera que le pessimisme quant à la situation de la France s’installera graduellement et lentement.

La situation vire dans la mauvaise direction… lentement : la dette publique de 93% du PIB ne flambe pas, mais augmente de 2 points de pourcentage par an. Le commerce international se détériore et le déficit commercial pour les biens consommables a atteint 4%, mais il y a un surplus de services, et le déficit de compte-courant au sens large n’est que de 2% du PIB. Le taux de chômage, aujourd’hui de 11%, continue de grimper mais est bien inférieur à celui de la Grèce ou de l’Espagne, avec 25%.

« L’économie de la France n’est pas très cyclique, et un déclin d’activité drastique est très peu probable », explique le rapport. Il y a deux raisons à cela : les dépenses du gouvernement représentent 56% du PIB (20 points de pourcentage de plus qu’aux Etats-Unis), et le marché du travail rigide et peu compétitif rend les licenciements difficiles, limite la création d’emplois et empêche les « salaires réels de chuter en cas de récession, comme c’est le cas dans d’autres pays ».

Croissance ou non, le gouvernement et les travailleurs continuent de dépenser. Le problème qui se pose à la France est une « croissance très lente qui pourrait durer pendant un certain temps pour des raisons structurelles persistantes ». Le gouvernement, lorsqu’il prédit une croissance d’1,6% par an, se montre optimiste. Compte tenu des réalités structurelles, ses prévisions sont irréalistes. Selon Natixis, la croissance pourrait au mieux s’élever à 1%. Avec une croissance de la population de 0,4%, Le PIB par tête pourrait au mieux augmenter de 0,6% par an sur le long terme.

Les réalités structurelles à la source de ces stagnations

Les rendements du capital physique ne sont que de 6%, contre 10% en 2007 (et près de 16% aux Etats-Unis). « L’investissement s’en trouve découragé en France, notamment dans le domaine de l’industrie, et ces faibles rendements sont principalement dus aux taxes imposées aux sociétés ».

La compétitivité des coûts est peu élevée en raison de la « faible sophistication de la production » et du coût très élevé de production par unité. C’est pourquoi nous avons assisté à un effondrement des marges sur le secteur de la manufacture, qui empêche désormais l’industrie d’investir et de se lancer dans la production de produits haut de gamme. Les ressources se dirigent donc vers des services protégés où la productivité est peu élevée et n’augmente pas (vente au détail, construction…)

Les sociétés ont souffert de faibles gains de productivité suite à un manque d’investissement sur les nouvelles technologies. En 1998, la France a investi 1,8% de son PIB sur les nouvelles technologies, contre 2% pour les Etats-Unis. Après cette date, l’écart s’est creusé. En 2013, la France investissait toujours 1,8% de son PIB sur les nouvelles technologies, contre 3,3% pour les Etats-Unis. Les sociétés françaises ont acheté 2.900 robots industriels en 2013, contre 16.500 en Allemagne, 24.300 aux Etats-Unis et 27.200 au Japon.

Cette faible sophistication du capital et l’incapacité des sociétés à se lancer dans la production de biens haut de gamme ont engendré un « cercle vicieux de chute des prix et de la profitabilité », ainsi qu’un « manque d’amélioration de la sophistication de produits, notamment pour le secteur industriel ».

Contrairement à Chypre, la France n’est « pas menacée par une crise drastique »…

Voilà qui explique les glorieuses performances des marchés financiers, et l’absence d’inquiétude chez les investisseurs. La France est menacée par son incapacité de faire face à une faiblesse persistante de la croissance.

… Ce qui pourrait la faire couler. Son système d’aide sociale (santé, pensions et allocations chômage) est en déficit depuis dix ans. En 2013, son déficit était de 15 milliards d’euros. Natixis offre donc cette conclusion réjouissante : « Parce que la réduction des dépenses gouvernementales nécessaire à la correction des déficits sera difficile à achever, les finances publiques continueront de se détériorer. L’inquiétude des investisseurs se fera plus prononcée au fil du temps ».

Et les grosses banques qui s’étouffent sur des actifs en décomposition ? Ne les mentionnons pas.

Pendant que le secteur dominant de l’économie française, le gouvernement, continue de croître, les entreprises font faillite les unes après les autres. Je vous conseille de lire No Crisis? France’s Private Sector In Deeper Trouble Than In 2009

 

Source : 24H GOLD

16 commentaires

  • GROS

    Je me répète, mais une crise qui dure depuis maintenant 7 ans et dont on ne voit pas la fin, ce n’est pas une crise (par définition courte dans le temps) : c’est un déclin.

  • Thierry92 Thierry92

    Ne craignez rien pour les grosses banque.
    Suivant l’exemple de Chypre, l’Allemagne a autorisé la possibilité de saisir une partie des économies des déposants.

    Soyez surs que la France ne mettra pas longtemps a imiter sa voisine, Flamby etant devenu le chienchien a sa memere.

  • robertespierre

    Il y a 7milliards d’habitants sur terre
    et 1% d’entre eux sont Français
    90% de tocards….formatés,consentants,profiteurs etc…
    à ceux-là ,on peut dire ce qu’on veut pour les avertir,
    ils s’en tapent
    Pourquoi vous emmerdez-vous avec ça?
    en fin de compte ,le tout est d’être des 500 millions qui vont s’en sortir
    donc des 5 millions de Français
    60 millions vont crever,vite ou à petits feux
    qu’est-ce que ça peut foutre
    leur vie les a satisfait
    ils ont mangé leur pain blanc sans se soucier de savoir si « l’autre » avait de quoi nourrir les siens
    allons,c’est un mauvais moment à passer!
    La NATURE sait ce qu’elle a à faire….et moi aussi
    et je ne vais pas me faire chier plus longtemps à leur dire des choses désagréables
    Ils sont comme cette crotte que trouvent deux fous
    l’un des 2 pense que c’est du chocolat,pas l’autre
    ….en fin de compte ,à force de goûter,le second dit
    merde ou chocolat….y’en n’a plus….on a tout bouffé
    Ils sont assez indigestes pour …se démerder seuls

    • robertespierre

      Explication pour les « robots »
      90% de la population du monde industrialisé s’est laissé par choix ,déposséder de sa personnalité pour l’illusion d’un confort relatif
      soumission,veulerie,passivité etc…
      contre
      l’automatisme

      d’une retraite
      des soins de santé
      d’aides sociales diverses
      de loisirs
      d’une « télé nourrissière »
      d’un poste rémunéré…toujours surévalué
      en fait…..avoir l’illusion d’avoir

      60 millions de Français sont devenus des robots

      et sont bons pour….la casse

      alors cessez de vous tracasser pour ça

      Ils sont reconnaissables
      coagulés dans les zones urbaines
      à proximité des grandes surfaces ,des hôpitaux
      et par voie de conséquence…près des cimetières

      Bon voyage!

      • GROS

        Ah ouais d’accord.

      • ciray

        Bon Robespierre vous ètes certe brutal mais je suis à 100%
        d’accord avec vous . Par de nombreuses expériences je le sais
        Je suis fatigué de répéter les mèmes avertissements aussi bien
        dans ma famille ( mes enfants ( 36 ET 40 Ans Ingénieurs )
        ne me croient pas plus que les autres ) bizarrement c’est ma dernière fille issue d’un autre mariage qui n’a que 21 Ans qui est la plus consciente , clairvoyante et motivée , pourtant quoique très intelligente a refusé de faire des études ( ça ne sert plus à rien as t’elle dit ).
        Il n’y a plus qu’à attendre et constater les dégats . Chaqu’un pour sois et Dieu pour tous .

      • robertespierre

        ciray
        ,dites à votre de 21 ans que c’est une pensée de très haute estime que je lui adresse.
        C’est une « soeur » pour ma plus jeune de 23 ans.
        Elle a un copain Anglais qui lui aussi se sent moins seul.
        Faisons en sorte de les guider avec Amour.
        Elles sont un trésor pour l’Avenir
        Elles ont analysé les comportements des aînés et elles sont
        en passe de trouver des solutions adaptées à la situation
        CONFIANCE

      • robertespierre

        …votre fille de 21 ans…

      • robertespierre

        https://www.youtube.com/watch?v=FBgVS1214oY
        à regarder pour enseignement….espoir

      • robertespierre

        Ce que montre la Nature
        au coeur d’un village,pendant des heures depuis plusieurs jours ,des hirondelles effectuent des figures périlleuses sur (100 m2) elles sont des dizaines et ça dure des heures se croisent (murs de 10 mètres de haut) des petits cris et ….pas de télescopages
        6 chats indifférents en dessous,elles sont « en confiance »elles montrent ce qu’elles sont capables de faire
        j’aurais mis ma main à couper en disant:c’est impossible
        c’est aussi ça
        la Nature quand elle daigne nous montrer ses merveilles
        Confiance
        mais il faut être aux taquets
        et on ne triche pas avec nos limites
        sinon:on dérouille

      • rouletabille rouletabille

        Hé hé robertespierre
        Pas d’hirondelles ici (Belgique ,Limbourg,enfin dans mon coin retiré))
        C’est merveilleux les ailes libres
        Bisous et merci http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

      • robertespierre

        Le jour où tu trouves la route….une halte à Castelnau,tu es le bienvenu,rouletabille,Amitié

      • rouletabille rouletabille

        merci pour ton accueil,je bouge pas trop,poules,chats et filles,et billard.
        à pluche.http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

  • Bardamu

    Sauf que :

    1 – On le sait depuis longtemps. Les  » piquistes  » appellent ça la théorie du plateau en tôle ondulée.

    2 – Ça touchera indifféremment tous les pays à l’exception peut-être, de ceux qui auront réussi à rétablir l’esclavagisme, lesquels pourraient bénéficier de quelques mois/années de sursis.