Poutine hésite entre intervention militaire directe et indirecte en Ukraine

Poutine qui hésite pour intervenir? Cela ne serait pas à son avantage, les américains n’attendent que cela pour justifier une riposte, et en tant que joueur d’échec, les chances de le voir opter pour une intervention directe sont surement réduites…

Depuis le 25 avril, les soldats russes sont prêts, massés aux frontières, dans l’attente d’un ordre qui ne vient pas. Que cherche Vladimir Poutine? Un prétexte? Le drame d’Odessa, dont les images défilent en boucle sur les écrans russes, était l’occasion toute trouvée, la preuve manifeste de «l’incurie criminelle» des autorités de Kiev. Et la Russie, comme le répète la propagande, «n’abandonne pas les siens». Pourtant, à en croire son porte-parole, le président russe n’a pas encore pris de décision. «Il réfléchit, car les enjeux sont énormes», observe Pavel Felgenhauer. Expert des questions de défense pour le journal Novaya Gazeta, il avait, dès le printemps 2008, annoncé la guerre de Géorgie pour août. À l’époque, personne ne l’avait pris au sérieux.

Selon lui, le Kremlin planche sur un vaste plan d’annexion de la «Novorossiya» (Nouvelle Russie), terme forgé à l’époque tsariste, qui désigne la ceinture sud de l’Ukraine, du Donbass à la Transnistrie, région séparatiste de Moldavie, où la Russie entretient une garnison. «C’est au Sud que se trouve tout ce qui intéresse Moscou: Odessa, mais aussi Nikolaev et Zaporojié, où sont construits nombre de nos équipements militaires.»

Pour cela, il faut des hommes. Or, Vladimir Poutine s’est déjà engagé à démobiliser 130.000 appelés d’ici à la mi-mai. «Les 40 ou 50.000 hommes massés aux frontières sont tout ce dont la Russie dispose à court terme. Rationnellement, nous n’avons pas les moyens de nous lancer dans une telle opération», observe l’expert militaire indépendant Alexander Golts. «La fenêtre de tir est étroite, nuance Pavel Felgenhaeur. Soit Poutine y va maintenant, soit il faudra attendre la fin de l’été, le temps de former de nouveaux soldats.» Autre élément, tout sauf anecdotique, les conditions météorologiques défavorables. «Notre aviation n’aime pas le mauvais temps», lance Felgenhauer.

La pluie pour sauver l’Ukraine? On s’étouffe. Autre piste: une confédération très lâche, qui permettrait à la Russie d’assujettir la «Novorossiya» sans ouvrir le feu aux portes de l’Europe. C’est pour Moscou le sens de l’accord de Genève, brandi par Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, comme la seule issue au conflit. «Nous sommes allés si loin qu’il est presque impossible de trouver un compromis, s’inquiète Alexander Golts. Il faut s’attendre à une déstabilisation durable des régions de l’Est et du Sud, ce qui va permettre à la Russie de décréter la présidentielle du 25 mai illégitime et surtout de prouver à l’Occident que toute incursion dans l’espace post-soviétique est vouée à l’échec et au chaos.»

Article complet sur Le Figaro

 

33 commentaires