FANNIE MAE ET FREDDIE MAC….

Piqure de rappel, avec cet excellent article du journal Metamag.fr qui nous explique, la stratégie satanique de ces deux banques US, par qui la crise est arrivée. Mais pas de soucis pour ces établissements ils se portent à merveille, pour les américains,  et tous ceux qui galèrent, c’est une autre histoire…


Img/metamag.fr

Lorsqu’on a obtenu le monopole de la création monétaire, de telles ressources sans limites et sans fin permettent d’acheter l’univers. Un si gigantesque flot de dollars coulant à ciel ouvert permet aux financiers de s’approprier par exemple les constructions existantes sur le territoire des Etats-Unis. Au-delà, il s’agit surtout de corrompre des âmes.Fannie Mae et Freddie Mac

Ce sont deux organismes privés américains, fonctionnant sous tutelle du ministère du logement. En échange des quelques contraintes qu’acceptent ces établissements de crédit, ils bénéficient d’un régime fiscal favorable et de la garantie du gouvernement.(cf: le livre de Pascal Salin : Revenir au capitalisme, O.Jacob, 2010, chapitre 1.)

Ces deux institutions achètent aux banques leurs créances immobilières. Elles les compactent en nouveaux titres, garantis par les hypothèques, puis vendus à toutes sortes d’agents auxquels elles promettent le paiement du principal et des intérêts lorsqu’un créancier initial cesse de rembourser son prêt immobilier.

Au moment où démarra la crise des subprimes en 2007, les deux organismes garantissaient à peu près 5.400 milliards de dollars, soit plus de 40% des prêts immobiliers américains et 80% du total du marché hypothécaire. On ne rappellera pas ici la corruption sordide, habituelle, à laquelle se livraient ces institutions, pour simplement insister sur le fait que ces compagnies sont exemptées de l’impôt sur le revenu national et local, n’ont pas à informer la SEC (Securities and Exchange Commission) au sujet de leurs activités et leurs titres sont assimilés à des titres d’Etat. D’ailleurs, en 2008, le gouvernement américain prit en main ces deux compagnies pour éviter leur faillite.

Monnaie contre titres de Fannie et Freddie

Depuis la fin 2012, la Réserve Fédérale a accepté d’acheter les titres de ces officines pour créer de la monnaie. Ils font partie du “quantitative easing”. Il en résulte un gonflement du portefeuille de titres adossés aux hypothèques en possession de la banque fédérale, qui devient peu à peu propriétaire réel des actifs immobiliers. En même temps, les compagnies Fannie et Freddie se portent bien, génèrent des profits qui ne servent pas à éponger les pertes de valeurs de leurs actifs composés de crédits sur des clients insolvables.

On comprend bien que ce procédé, l’une des sources du fleuve dollar, excite les valets médiatiques qui peuvent proclamer que le marché immobilier s’améliore….alors qu’une nouvelle bulle s’amorce, simplement.

Acheter des âmes, surtout.

L’achat des titres de Fannie et Freddie permet au gouvernement américain d’obtenir de l’argent, 40 billions de dollars par mois, avec quoi il inonde le monde pour acheter toutes les âmes, de Londres à Berlin, en passant par Paris, Genève et Bruxelles, l’Asie et l’Amérique du sud. On comprend le pourquoi de ces réunions perpétuelles de Bilderberg ou Davos, du G20 et G8, avec leur processus ininterrompu de révolutions stimulées, de servitudes entretenues, de conversions aux saintetés américaines. Il y a tant à évangéliser ! Cela ne peut se faire sans la force naturelle des choses, le poids de l’argent, l’universel aplatissement devant cet idole dont peu acceptent de voir qu’il s’agit de simples trucs de montreurs de foire. Avec un peu de volonté, chaque autorité légitime peut en faire autant, sans courber l’échine……..

[…]

Lire la suite

Un article de Auran Derien

Source Metamag.fr

J’ai lu aussi,  et vous conseille:

  Terrifiant mais si vrai : La France « orange mécanique » Combat pour imposer la réalité

Par Jean Ansar

Nul n’est censé ignorer la réalité affirme la couverture du livre, « La France Orange mécanique ». Mais quand ceux qui la connaissent et sont chargés d’en informer les citoyens la cachent par sectarisme politique et volonté de ne pas donner des munitions à leurs adversaires, que faire ?

L’ennemi principal de l’esprit critique, c’est le journaliste conformiste. Le dénoncer est l’un de nos combats principaux.

La caste journalistique impose son idéologie par différents moyens. L’un des plus pernicieux est d’imposer un monde fictif face au monde réel. Il prive le citoyen des moyens de se faire une opinion objective. La valorisation des exclus, la dénonciation des discriminations se fait dans une représentation fausse de la société. Exclure par la pensée, n’est-ce pas pire que massacrer physiquement ?

La France ressentie par les français n’est pas celle présentée par les médias. Le combat pour l’esprit critique passe par le droit d’être informé pour décider et par le rétablissement de la réalité et le droit d’y accéder par les moyens de communications et d’informations de masse………..

[….]

Lire la suite sur le site metamag.fr

Img/metamag.fr

La rentrée d’Hollande . Il y croit plus que les français….

Un article de Raoul Fougax

L’ hyper activité de Hollande, cet été, procède d’une nécessité : occuper le terrain pour reconquérir ce qui peut l’être encore. Le président sait qu’il doit impérativement remonter dans les sondages et redresser la barre du mécontentement pour éviter une Berezina aux municipales et un Waterloo aux européennes qui seraient fatals à lui mais encore plus au Ps.

Il doit donc donner l’impression que la donne change sur le front du chômage et que la reprise est là. C’est son annonce permanente de l’été, relayée par Ayrault malgré le couac Moscovici. C’est d’autre part le seul moyen de désamorcer une chaude rentrée syndicale et même un conflit majeur avec les fonctionnaires sur le casse-tête de la réforme des retraites.

Le président sent les prémices de la reprise… il est encore bien seul. Il tente d’autre part d’inverser la courbe du chômage mathématiquement en créant une multitude de faux-vrais emplois terriblement couteux. Mais si le chômage se stabilise ou baisse, il aura beau jeu d’affirmer «  je vous l’avais bien dit ». Seul le résultat comptable restera et la fin, une fois de plus, justifie les moyens.

En juillet, ce sont ainsi 11.000 contrats d’avenir qui ont été signés par les entreprises après 8000 en juin. «Et même en août, nous aurons des résultats élevés», promet François Hollande. «Et nous aurions aussi pu parler des contrats de génération qui sont là aussi en train de monter en puissance», ajoute-t-il. Afin d’inverser la courbe du chômage d’ici à la fin de l’année, François Hollande s’appuie sur la création programmée de plus de 540.000 emplois aidés en 2013. La facture? Plus de 2,2 milliards d’euros, selon Le Figaro……..

[…]

Lire la suite sur le site metamag>.fr

Un commentaire