Supervision du taux interbancaire Libor confiée à NYSE Euronext

La supervision du taux interbancaire Libor, au centre d’un scandale de manipulation, sera confiée à l’opérateur boursier transatlantique NYSE Euronext, a annoncé le Trésor britannique. Le but est de restaurer la « crédibilité » de ce taux central dans le monde de la finance.

La période de transition, avant que NYSE Euronext ne devienne responsable de la supervision du Libor, « devrait s’achever début 2014 », indique mardi un communiqué du Trésor britannique.

La commission indépendante chargée par les autorités de trouver une nouvelle organisation pour gérer la fixation du Libor « a annoncé que l’association des banquiers britanniques (BBA) avait accepté sa recommandation de faire de NYSE Euronext Rate Administration Limited (filiale de NYSE Euronext) le nouvel administrateur du Libor », selon ce document.

Les autorités britanniques avaient décidé l’an dernier de confier le Libor à une nouvelle organisation. La BBA, qui supervise actuellement la fixation de ce taux central dans le monde de la finance, ayant « clairement échoué », selon elles.

« La nomination d’un nouvel administrateur est un pas en avant majeur dans la réforme du Libor », a jugé la commission. Celle-ci estime que l’opérateur boursier, qui détient notamment les Bourses de New York et de Paris, était « le mieux placé » parmi les candidats pour « restaurer la crédibilité internationale » du Libor.

Le scandale du Libor avait éclaté il y a un an, lorsque Barclays a révélé qu’elle allait payer 290 millions de livres pour mettre fin à des enquêtes des régulateurs britannique et américain.

Le numéro un bancaire helvétique UBS et la britannique Royal Bank of Scotland (RBS) ont été également condamnés par la suite tandis que près de vingt autres grandes banques internationales sont dans la ligne de mire des autorités, dont JPMorgan, Citigroup, Barclays, et Deutsche Bank.

Le Libor, fixé à Londres quotidiennement sur la base de taux communiqués par un panel de banques internationales, est l’un des taux auxquels les banques se prêtent de l’argent entre elles.

Source: Agence de presse via Romandie

5 commentaires

  • Fenrir

    Autant confier la garde des poules à Maître Goupil…
    Si les banquiers anglais sont d’accord, nous pouvons donc avoir confiance…
    Me font vraiment marrer.
    Qui va encore arnaquer qui (en plus des clients, bien sûr)?

    • rouletabille rouletabille

      a mon avis ils vont finir par s’arnaquer eux même quand il n’y aura personne d’autres ..
      L’arnaque est un jeu pour ceux qui ont les cartes et connaissent…
      Quand ils seront seuls sur la TERRE avec l’Univers cela leur feras une belle jambe,nous on seras éliminer et si ce n’est mes enfants,perso je m’en fout,vivre et cohabiter avec de F Hollande,des Barosso,des Van Rompuy ,non mais c’est cela l’EUROPE ?

  • derdesders

    ubuesque
    le «  London interbank offered rate  » devrait maintenant s’appeler le  » New York interbank offered rate  »
    les magouilles perdurent ils siphonnent allégrement le revenu du travail et ils pensent nous faire gober que seul leurs activités d’escrocs dégagent de la valeur ajoutée

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    Accord 4ème Reich (Euh, Transatlantique « pardon ») oblige, c’est les USA qui raflent la supervision bien entendu; …quelle surprise !

  • rouletabille rouletabille

    tondre ok.
    Mais quand il n’y a plus rien à tondre ?
    Le Bill(GATES,gate,trou de cul) m’a toujours fait rire dans ces discours sur l’eugénisme ,suppression de 3/4 des gens,hahaha,car c’est jamais par lui qu’il faut commencer,comme c’est drôle..