Quand les autorités sanitaires vous nuisent….

Ce sont les Big-Pharma qui vont être contents! Quelle bande de nuls ces technocrates scientistes, qui voient tout par la chimie… Ils oublient que les principes actifs de beaucoup de médicaments, proviennent des plantes. Encore une manière insidieuse de museler un savoir ancestral. Il vaut mieux se gaver de Médiator,de Distilbene , jusqu’à ce qu’on les retire, pour les risques sanitaires qu’ils font courir aux patients. En attendant ils ont fait le bonheur des labos et la liste est longue au fil du temps, il y a des listes noires de ces médicaments plus nocifs que bénéfiques, et d’autres sous surveillance renforcée. Pourtant, les médicaments de synthèse n’ont que 200 ans, alors que les plantes sont utilisées depuis toujours. Encore faut il avoir la connaissance des plantes, car leur usage n’est pas anodin.  Monopole? vous avez dit monopole?……..

Au-delà de tous les scandales médicaux dont la presse a parlé, le pire méfait des autorités sanitaires ces dernières années est, pour moi, l’offensive qu’elles mènent contre les produits naturels de santé, dans le cadre de l’affaire dite des « allégations thérapeutiques ».

Cette affaire vous concerne directement, vous nuit directement. Mais comme il est difficile d’en parler en 30 secondes dans un flash-info, les journalistes ont occulté le problème dans les grands médias et la plupart d’entre nous ne sommes ni conscients, ni inquiets de ce qui se passe.

C’est pourtant un scandale énorme, aux répercussions beaucoup plus concrètes pour chacun de nous que les tripotages financiers de nos politiciens « normaux » qui occupent les journalistes.

Je vais vous résumer le problème :   

En 2002, l’Union européenne décide de supprimer la liberté des fabricants et vendeurs de compléments alimentaires de faire des « allégations thérapeutiques » sur leurs produits, c’est-à-dire d’inscrire des phrases, des mots, des images suggérant que ce produit pourrait soigner, prévenir, traiter ou guérir une maladie, où que ce soit (site Internet, catalogue, emballage, notice…).

Il s’agit de la directive 2002/46 CE. Cette directive vise aussi les noms des marques et même la forme des produits s’ils sont considérés comme « suggestifs » d’un quelconque effet sur la santé.

Par exemple si un fabricant de compléments alimentaires appelle son produit « Ménopause », il est en infraction car, à ce jour aucune vitamine, aucun minéral, aucune plante, aucun ingrédient n’est reconnu comme ayant aucun impact sur la ménopause. Le fabricant risque une amende de 450 euros par boîte non conforme, ce qui représente potentiellement des millions d’euros d’amende, y compris si le produit est dépourvu de toute dangerosité.

Cette directive interdit même aux fabricants de suggérer que leur produit pourrait combler une carence, un déficit.

Cette interdiction met fin à 2500 ans de médecine qui, depuis Hippocrate, considérait comme évident que « ton aliment est ton premier médicament ». Elle nie que, par exemple, lorsqu’on donne un extrait d’acérola (fruit très riche en vitamine C) à une personne souffrant de scorbut, on lui sauve la vie…

La raison invoquée est d’empêcher d’éventuels charlatans de vendre une poudre de perlimpinpin, tout en affirmant qu’elle agirait contre le cancer par exemple, au risque que des personnes naïves renoncent à un traitement médical à l’efficacité scientifiquement démontrée au profit de cette poudre.

L’Union Européenne décide donc de créer un comité d’experts à travers l’Agence Européenne de la Sécurité Alimentaire (EFSA), avec la mission d’examiner les produits naturels, de créer des catégories de produits et d’établir, sur la base des études scientifiques existantes, ce qui serait désormais permis aux fabricants de dire sur chacun d’eux.
L’enfer est pavé de bonnes intentions

A première vue, cela semble partir d’une bonne intention.

Dans la réalité, c’est une véritable catastrophe pour la santé publique. Cette réglementation va entraîner la disparition de dizaines de milliers de produits naturels du marché, pour les raisons suivantes :

Les études scientifiques à grande échelle n’existent pas. Les bureaucrates européens sont partis du principe qu’il « suffit » aux fabricants de présenter un dossier de recherche démontrant les vertus thérapeutiques de chaque aliment. Le problème est que, pour la plupart, aucune recherche n’a été faite avec le nombre de participants et le degré de fiabilité exigés pour être admis par le comité d’experts, habitués à la procédure d’évaluation des médicaments.

Non que ces aliments n’aient pas de vertu thérapeutique. Mais personne n’a les moyens ni le temps de réaliser toutes ces études, parce que n’étant pas brevetables, et les études cliniques coûtant très cher, il est impossible de les rentabiliser.

Ce fut par exemple le cas du pruneau : personne n’ayant réalisé d’étude assez « scientifique » aux yeux des experts sur les effets laxatifs du pruneau, ils décidèrent d’interdire cette allégation. Des milliers d’aliments furent ainsi privés d’office de la possibilité d’être vendus avec des allégations thérapeutiques pourtant bien établies.

La tâche est trop vaste. Il existe des dizaines de milliers d’aliments naturels, qui se présentent sous des formes différentes. Ainsi l’ail rose n’est pas l’ail blanc, et les espèces européennes ne sont pas les espèces chinoises.

La plupart des aliments naturels agissent en synergie. Quand bien même des « études scientifiques » existeraient pour chacun d’entre eux, il serait strictement impossible à un Comité, même travaillant jour et nuit, de les examiner toutes, et plus encore les différentes combinaisons d’aliments.

Il leur faudrait travailler plusieurs siècles pour rendre un avis valable sur chaque produit. Des dizaines de milliers de produits supplémentaires furent donc aussi automatiquement condamnés, faute de temps pour les étudier. Ne restaient en lice que les grands classiques, comme la vitamine D, les oméga-3, etc.

Les experts sont incompétents. Trop sélectionnés pour leurs diplômes en médecine conventionnelle et surtout en « toxicologie », beaucoup sont formés à voir des poisons partout. Par contre, ils n’ont généralement aucune formation valable en nutrition, cette discipline étant elle-même dans ses balbutiements, avec les tout-récents progrès de la biologie cellulaire.

La plupart de ces médecins, formés à la vieille école scientiste, ont de plus un préjugé contre les produits naturels. Pour eux, médecine rime avec médicaments chimiques, tout le reste n’étant que « remèdes de bonne-femme ». Cela joue encore en défaveur de milliers de produits naturels qui sont rayés de la liste.

(…)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

Un article de Jean-Marc Dupuis, publié par santenatureinnovation.com et relayé par Jacques pour SOS-planete

Voir aussi:

La vie cachée d’une herbaliste…

22 commentaires

  • Eagleeyes Eagleeyes

    D’un autre côté, persiste toujours assez d’écrits, de lexiques, de traités, et surtout la connaissance populaire, que pour pouvoir faire subsister ces connaissances.

    Le chemin s’est rétréci mais n’est pas fermé, à nous de le laisser ouvert suffisamment.

    • Ils viennent déjà sur les salons écouter les exposants et les conférenciers pour voir s’ils ne font pas des « allégations thérapeutiques » sur leurs produits !
      Pour l’instant les livres peuvent encore en parler mais pour combien de temps avant qu’on devra les vendre sous le manteau !!!!!!!
      Vivement la médecine extraterrestre bien plus efficace (voir le site en cliquant sur mon nom !) !!!!!!!

  • Clocel Clocel

    « Quand les autorités sanitaires vous nuisent…. »

    – Qui institue l’autorité sanitaire?

    – Dis-moi qui te paie, je te dirai qui je hais…

    Après Bachelot au ministère de la santé, on devrait avoir compris comment ça marche…

    • engel

      +100
      La grosse pleureuse de l’assemblèe nationale qui,entre tout, choisit le fric.

      Le principe de précaution est un concept exclusivement réservé à ceux qui en ont les moyens!

      …Deux adjuvants possibles aux effets bien differents pour un même principe actif. « Pour eux et pour nous »(campagne de vacination grippe aviaire)

  • Analogique Analogique

    En effet, cette loi a du bon comme du mauvais enfin, elle est comme toutes ces lois dont on nous fait voir le bon côté sans nous faire voir le mauvais. Le bon étant que les « charlatans » ne pourront pas nous vendre un produit aux effets « miracles » alors qu’il est potentiellement inutile. Mais à leur grand intérêt ne pas dévoiler les effets naturels de certains aliments pour que l’on achète leur foutus médicaments.. Affaire de business encore et toujours bien entendu.. Bon, il reste encore nos mamans, nos grand-mère et certains sites internet pour nous donner quelques remèdes « vieillots et non-prouvés ».. Tout ça est pourtant bien plus sain pour nous mais leur but étant de nous transformer en « morts retardés », nous ne sommes plus surpris de rien..

  • morpheus morpheus

    Un sujet très important! Une nouvelle étape dans le complot contre notre santé. Mais je vois que même pour ceux qui traitent ce sujet, la « novlang » a encore frappé car une faute d’orthographe révélatrice c’est glissée dans le texte: on devrait écrire « remède de bonne fame », et non pas femme! Au départ cela signifie « de bonne réputation »…

      • morpheus morpheus

        Lien commercial sans valeur cognitive…
        Mais cela dit, même wikipedia nous enfume à ce propos avec la novlang, en disant qu’à une époque lointaine ou l’orthographe du français n’était pas définie, on pouvait écrire femme « fame », et que dans d’autres langues, comme l’anglais, on dit « old wife’s remedy »…
        « remèdes de grand-mère », ils n’en ont jamais entendu parler chez wiki?
        Je possède de vieux traités d’herboristerie, dont certains sont en vieux français manuscrits, et « fâme » ne peux pas se confondre avec « femme », soyons sérieux!

  • morpheus morpheus

    Seulement 4 commentaires sur ce sujet qui est de loin le plus important pour nous, et des dizaines sur les trois grèves débiles, fruits d’une réflexion qui semble tout droit sortie d’une classe de maternelle…
    ça me casse le moral…

  • anoushka35

    Si je vous suis bien, vous démontrez l’importance de la médication par les plantes. Je ne suis suis pas indifférente à ce sujet! Il est vrai que des infusions ou décoctions de plantes peuvent venir à bout de différents maux, cependant il ne faut pas oublier que certaines médications par les plantes ont une limite avérée par tout un chacun.
    Essayez de guérir un cancer par les plantes??? Impossible. Je connais quelqu’un qui a essayé, mais n’y est jamais parvenu. Elle a dû suivre le cursus normal (c-à-d médicalement assistée)!
    D’autre part, et là je parle en connaissance de cause. Tenter de soigner un épileptique ou un dépressif par autre chose que des médicaments d’une médecine prouvée. Vous allez droit dans le mur.
    Cependant je connaît aussi un autre mode de soins. Il s’appelle « l’auto vaccin »!!!! Kézako???
    Il s’agit suite à un prélèvement de selles de récupérer toutes les petites molécules (bonnes et mauvaises), d’en faire une culture et vous obtenez en fin de compte une solution personnelle. Sans recours aux antibiotiques, sans recours aux plantes, sans recours aux médicaments. Mais il est vrai que cette démarche débouche le plus souvent sur une vie plus saine. Cet auto vaccin est destiné à renforcer vos petites défenses naturelles et permettre de prévenir des maladies dites incurables.
    Nous parlons là de personnes sensibles aux effets de la nature, humaine (s’il en est pour une fois) et naturelle par les plantes. L’homéopathie peut guérir (dans certains cas) mais surtout réduire l’intensité des douleurs.
    Bref mangez sain, soignez-vous sainement, en cas d’échec total, il n’est jamais trop tard pour en venir à la médecine médicale.
    Prenez l’exemple d’une gastro. Si vous en avez régulièrement, que vous prenez dès le début des médicaments pharmaco- thérapeutiques alors vous vous enfoncez dans des récidives fréquentes. Optez les premières fois pour « l’ultra-levure ». C’est naturel, c’est sain et c’est efficace, non seulement pour la gastro, mais aussi pour une simple diarrhée passagère. Donc vous éliminez tous les produits parapharmacologiques bourrés d’exipients et de molécules plus ou moins bonnes pour la santé. Quant aux antibiotiques, essayez avant une solution simple (ex. pour une grippe ne vous ruez pas chez le pharmacien) prenez une boisson bien chaude, allez vous coucher et transpirez le plus que vous pouvez. Une bonne nuit de tranpiration et le lendemain, ça va déjà beaucoup mieux.
    Je persiste et je signe, malgré une médication importante et obligatoire, je ne touche en général que très peu à tout autre traitement purement médical. Mal à la tête, pensez à une compresse froide, si ça ne passe pas isodez-vous dans le noir. Mais une cure de sommeil règle souvent ces troubles indésirables s’il en est. Mais qualitativement votre vie ne prend pas la tournure d’une pharmacie ambulante. Il est des gens qui pourraient dépanner parfois les pharmacies, tant la leur est remplie de toutes sortes de médications.
    Quant aux somnifères, un peu de lavande sous l’oreiller. Une tisane calmante avant le coucher, un livre peu intéressant et soprifique à souhait, vous permettra d’y remédier sans abus médicamenteux. N’oubliez pas qu’à trop consommer de médicaments on se retrouve un jour vraiment malade avec plus aucune molécule pour agir sur les maux qui se développent. Là peut-être vous vous direz, mais trop tard « si j’avais su, je n’aurais pas consommé les médicaments comme des bonbons. De plus sachez que médicaments et alcool ont un effet détonnant.
    Alors si l’on préconise aux jeunes, que celui qui conduit ne boit pas. Prenez ce dicton pour vous, celui qui se baffre de médicaments évite tout alcool!!!
    Eh oui c’est le prix à payer. Sinon on vous retrouve enroulé autour du premier réverbère qui se trouvait sur le chemin de votre véhicule. Drôle d’histoire il a traversé au mauvais moment.
    Privilégiez des traitements sains, une vie saine, à la première grosse catastrophe médicale, vous ne serez pas résistant aux molécules!!!

    • Analogique Analogique

      Je suis assez d’accord sur ce que tu dis sauf par rapport aux dépressions, les aides sont humaines et non médicamenteuses. Je connais des gens qui étaient dépressifs et qui m’ont eux-même dit que tout ces médicaments sont un cercle vicieux pour finir par toujours en prendre au moindre soucis. Enfin, c’est par plusieurs témoignages que j’en tire cette conclusion sans vraiment connaitre le vrai remède, tout ce qui touche au cerveau est tellement complexe.

    • morpheus morpheus

      Anoushka, il semble que sur plus de 5000 médicaments actuellement en circulation, seuls quatre ou cinq ne sont pas synthétises à partir de molécules provenant de plantes ou de champignons, saurais-tu me dire lesquels?
      Sais-tu qu’une poignée de noix de cajou a le même effet antidépresseur qu’un comprimé de prozac?
      Sais-tu que l’étude de la médecine est presque entièrement financée par les grands labos pharmaceutiques?
      Et sais-tu que si une plante n’est pas « un médicament d’une médecine prouvée » comme tu le dis, c’est seulement parce que personne n’est prêt à financer les recherches à fonds perdus?

      • Kiline Kiline

        Cancer et Médecine nouvelle, Dr Hamer – Seul contre tous

        Seul contre Tous
        La vie et l’œuvre du docteur Hamer, créateur de la médecine nouvelle.
        un film documentaire de jean Jacques Crèvecoeur.

        Le titre n’est pas très parlant mais ce documentaire est stupéfiant, notamment sur le cancer, contre les idées reçues et contre les pompes à fric des laboratoires sionistes.

        Ce film est Interdit de projection dans les salles françaises… et constamment censuré sur Dailymotion.
        Les 2 vidéos ci dessous se trouvent sur Daimolytion, qui est un site « quenelle » en réponse à la censure sioniste.
        Dailymotion out (sept. 2009). Je passe les vidéos sur Wat.
        Bon visionnage !
        vidéo : http://cristos.over-blog.com/article-32781852.html

        Communiqué du Dr Hamer sur son site :
        « Le Dr R.G. Hamer a affirmé récemment que l’auteur du DVD, « Seul contre tous », ne respecte pas son autorité. Le Dr R. G. Hamer lui a interdit la diffusion de ce film, fait à son insu, sans son autorisation, et volé les images et photos sous copyrith. Le Dr R.G. Hamer ne perçoit aucun droit d’auteur de la part de l’auteur de ce documentaire DVD. »

  • Clocel Clocel

    Peut-être devrait-on voir la santé comme traditionnellement les chinois, le médecin veille juste à ce que tu restes en bonne santé, s’il doit te soigner, c’est qu’il a échoué…

    En tous cas, chez nous, aussi longtemps qu’elle sera un business florissant, que les empoisonneurs et les marchands de remèdes seront les mêmes personnes, on a du soucis à se faire…

    • Natacha Natacha

      Malheureusement les Chinois oublient cette bonne vieille tradition eux aussi.
      Cependant de plus en plus de gens se dirigent vers la vraie médecine qui les aidera à guérir. Il leur faut juste l’énergie nécessaire à ce chemin.