Un avenir sismique et volcanique violent se profilerait pour l’Europe de l’Ouest.

Hier soir à 22:30 a eu lieu un séisme de 4.5 en Hongrie. La région où cela s’est produit n’a connu qu’une vague de secousses  entre 2002 et 2003 et ne s’élevait qu’entre 3.5 et un de 4.0, quant aux profondeurs auxquels ils ont eu lieu sont quasi toutes à 10 km seules deux à 5. Plus dans le passé, cette région n’a connu que très peu de séismes, aucune exploitation industrielle minière car l’agriculture y est essentielle. Malgré cela on peut se rendre compte qu’elle est quelque peu en dehors de l’axe Legnica, sud Ukraine et le sud des Carpates Orientales de Roumanie.

En somme, ce séisme comme d’autres le long de la ligne identifiée ci-dessus, montre à quel point les tensions intra plaque augmentent de manière significative et ce, depuis près de 10 ans. Les nombreuses secousses qui s’égrènent durant ce temps ne semblent plus du tout, soulager ces tensions. L’augmentation des puissances et des fréquences, le démontrent très bien.

Il n’est nullement question de catastrophisme mais d’alarmisme, car si ces tensions augmentent dans cette région d’Europe, il ne peut passer inaperçu qu’il en est notamment question dans nos régions et les conséquences commencent à évoluer de la même manière qu’à l’Est. En prime et cela n’est que trop souvent négligé, nous sommes assis sur une zone volcanique dont les chambres magmatiques ne se situent pas très profondément (Puy : 6km, Vosges : 4 km, Laacher : 7 km) ce qui est peu vu l’épaisseur de la lithosphère continentale européenne, de 200 à 370 km (irrégulièrement). Autre caractéristique de cette vieille lithosphère et également non prise en compte dans les études, c’est la présence de très nombreux points chauds dont certains tellement anciens et peu actifs, qu’ils ne sont même plus répertoriés dans les relevés. Je dis peu actif, mais parfois il suffit d’un mauvais séisme au mauvais endroit  pour les réactiver, parfois avec une violence extrême, ce fut le cas pour  le Mont Saint Helens 1980, après un séisme de seulement 4.2 puis un 5.1, le Pinatubo 1991, quant à lui tout a débuté avec un séisme de 7.8 dont l’épicentre était à moins de 100 km.

Je viens de voir l’article ci-avant et édité juste avant la rédaction du mien : Volcan Etna : menace d’éruption violente  il semble corroborer mes analyses.

34 commentaires

  • Natacha Natacha

    Grand nettoyage de printemps ! Notre Belle Bleue se désintoxique du mieux qu’elle peut.

  • Lionel

    Si l’avenir le confirme, c’est une des plus mauvaises nouvelles de ces dernières années !
    Combien de centrales nucléaires en Europe sont plus ou moins sur des failles ?
    À commencer par toutes celles qui bordent la vallée du Rhône, il y en a un joli paquet !
    Pour quand l’apocalypse ?

    • Eagleeyes Eagleeyes

      Il ne faut pas nécessairement qu’elles soient sur une faille, pour nos pays un séisme un peu trop puissant peut suffire.

      Il suffit de faire la transposition des séismes sur : http://www-dase.cea.fr/evenement/derniers_evenements.php?n_seismes=10000&lang=fr et l’historique sur http://www.sisfrance.net/ pour te donner une petite idée. Il y a tellement de centrales relativement proches l’une de l’autre, qu’un séisme un peu trop puissant même à distance d’une centrale, qu’il pourrait en endommager plusieurs en une fois.

      • Lionel

        Le site SisFrance propose une page Antilles.
        Dernière mise à jour Janvier 2010…
        Pour ce qui est des centrales il est évident que les risques sismiques sont nettement plus élevés aux alentours de failles, en effet ça bouge beaucoup depuis pas mal de temps entre les Alpes et la Turquie avec des petits détours fréquents en Tchéquie, Pologne et Allemagne, un tout petit peu moins du côté du Cotentin !
        Je parle volontairement des centrales de la vallée du Rhône qui sont connues de longue date comme particulièrement exposées à un accident suite à un séisme et l’on aura beau dire, la centrale de Nogent ou celle de Golfech présenteront un risque infiniment moindre…
        Pour les effets d’une centrale sur l’autre, le scénario est peu probable, les réacteurs d’une même centrale auront des effets les uns sur les autres mais pas à des dizaines de km. En revanche la concentration des centrales de la Drôme et autres sites nucléaires ( Cadarache en particulier ) y compris le plateau militaire stratégique nucléarisé présentent une possibilité d’effet domino.
        Un séisme peut mettre à mal n’importe quelle centrale, mais avec des effets secondaires très différents, tous les accidents ne sont pas Fukushima et les risques principaux en France sont dans la chaîne des Alpes !

      • Eagleeyes Eagleeyes

        Je ne parle pas d’effets entre centrales elles-mêmes, mais plutôt d’un séisme dans une zone où il n’en a pas forcément, peut très bien en endommager plusieurs en une fois et aussi comme tu le dis si bien, à des degrés divers.

      • Eagleeyes Eagleeyes

        Quant à la réfence de Sisfrance, ce n’est que pour l’historique français, depuis que l’armée s’est vue attribuer la gestion de la sismologie, le BRGM (Sisfrance)n’est plus suivi (dommage). En revanche le CSEM et CEA étant chapeautés eux-mêmes par l’armée, ils fonctionnent, mais le CEA n’est pas toujours exact dans ses valeurs et ses localisations

  • Je croyais que c’était un avenir politique sismique violent…

  • domi26 domi26

    tu a raison lionel , moi qui vie a 25 kms a vol d’oiseaux des centrales de la vallees du Rhone ……. Je peut te dire que les habitants sont pas trop rassurer de plus sur le nombre il y en a toujours une qui as UN PROBLEME DEPUIS QUELQUES MAIS ………….. ALORS !!!

    Entre les centrales , les volcans  » soit disant  » endormis du massif centrale et les ALPES ……. VOUS POUVEZ ETRES SUR QUE JE SUIS SUR LA LISTE DE LA PROCHAINE CATA ………….

    BISOUS A VOUS A BIENTOT. ENFIN J’ESPERE. LOL LOL LOL

    • grand maman

      entendu il y a quelques années un vulcanologue dire que les volcans bretons (ne riez pas) peuvent plus facilement se réveiller que ceux du massif central, étant d’une nature très différente. ben ça au moins ce serait une surprise beaucoup plus que l’Etna.

    • Bidule

      Ben Domi, barre-toi de là!
      Quitte ce « noeud de vipères »

      • Eagleeyes Eagleeyes

        Il faut se rendre à l’évidence qu’actuellement avec l’ensemble du parc nucléaire établi de par le monde, il nous est impossible d’en réchapper, où qu’on soit.

        Il devient très urgent d’arrêter de jouer avec « les outils de la création » (le nucléaire).

  • coyote

    http://www.sisfrance.net/donnees_dates.asp

    C’est sur c’est un phénomène nouveau tous ces séismes en Europe….ne nous alarmons pas trop vite !

    • Eagleeyes Eagleeyes

      Je vois que tu les a trouvé, Coyote !!
      Cela ne concerne pas que l’Europe, mais bien le monde entier. Et s’alarmer est une chose et s’en prémunir, en est une autre, le tout c’est de s’en donner les moyens. Le temps urge.
      C’est donc pour cela que les anciens ont laissé des indices, mais ils ont été interprétés et détournés de leur objectif pour en faire une source d’asservissement, les religions.

  • Yanne Hamar

    Aïe…On est plutôt mal barrés, quand c’est pas l’économie c’est l’environnement. Toujours un truc pour nous empêcher de dormir en rond rond….combien de temps faudra-t-il pour que tout s’arrange ?

    • Bidule

      Oui c’est ce qui m’inquiète!
      Y a tellement de choses qui nous pendent sous le nez qu’on s’en prendra bien une à un moment donné!

  • do39

    Un bon tremblement sous une poubelle nucléaire, ça ferait un chouette cataclysme, non ?, histoire de récupérer une version inédite de « fin du monde »…

  • Fenrir

    Avez vous investi dans un masque à gaz avec les filtres adéquats pour pouvoir quitter la zone irradiée ???

  • laspirateur

    Il faut dire que la sismicité terrestre est en relation directe avec les éruption solaires et les vents qui viennent nous chatouiller, hors il y a eu précisément un M1 ou M6 qui était dirigée sur la Terre pour ces derniers jour : spaceweather.com