Banques fermées à Chypre: un nouveau coup dur pour les entreprises

Un policier chypriote devant une banque fermée, le 20 mars 2013 à Nicosie

La fermeture prolongée des banques à Chypre, après l’annonce surprise d’une taxe inédite sur les dépôts bancaires dans le cadre d’un plan de sauvetage de l’île, porte un nouveau coup aux entreprises déjà fragilisées par la récession dans laquelle le pays est plongé.

« On ne peut pas acheter, on ne peut pas vendre », résume Costakis Sophoclides, directeur d’une société de produits surgelés, qui paie d’habitude ses fournisseurs étrangers en se rendant à la banque pour faire des virements.

« Beaucoup de mes clients sont des restaurants et des hôtels, et nous ne pouvons plus les fournir (…). J’ai 25 employés qui travaillent actuellement mais la semaine prochaine, si je n’ai plus de stocks, qu’est-ce qu’ils vont faire? », s’inquiète-t-il.

« Nous ne savons pas quand nous allons êtres payés et surtout si nous allons être payés », lance encore ce chef d’entreprise dont les produits sont importés d’Europe, en particulier d’Allemagne et des Pays-Bas.

Samedi à l’aube, après des heures de négociations, la zone euro et le FMI sont parvenus à un accord sur un plan de sauvetage d’un maximum de 10 milliards d’euros pour Chypre, à condition que l’Etat obtienne 5,8 milliards d’euros grâce à une taxe exceptionnelle sur tous les dépôts bancaires.

Les banques étant fermées le samedi, les Chypriotes, paniqués, se sont se rués sur les distributeurs automatiques, dont beaucoup ont été rapidement vidés même si la plupart ont été réapprovisionnés depuis.

Mais le Parlement chypriote a tardé à se prononcer sur le plan, avant de le rejeter mardi soir. Par crainte d’une ruée aux guichets et de retraits massifs, les banques ne rouvriront pas avant la semaine prochaine, et tous les virements bancaires via internet sont totalement bloqués, sur l’île et avec l’étranger.

Que du liquide aux stations-services

« Je n’ai plus la main sur mes comptes », se lamente Gatienne Thibaut, gérante d’un restaurant français. « Je vais perdre la confiance de mes fournisseurs en France. Ils vont se dire: +Même si elle veut me payer, elle ne peut pas+ ».

« On est pris en otage alors qu’on n’y est pour rien », ajoute-t-elle, furieuse.

Alexandros Mitides dirige une entreprise familiale qui vend du marbre, déjà fortement touchée par la crise « depuis deux, trois ans »: « J’avais 15 employés il y a quelques années, aujourd’hui, je n’en ai plus que deux, et ils ne travaillent qu’à mi-temps ».

« Personne ne paie actuellement, on essaie juste de survivre », ajoute-t-il.

« Plus la fermeture des banques se prolonge, plus l’incertitude s’accroît (…). Si le plan n’est pas approuvé, sans aucune autre solution, la panique sera encore plus forte », a aussi prévenu Constantinos Lyras, un responsable du réseau des banques coopératives, à l’agence chypriote CNA.

Pour les particuliers, il est toujours possible de payer par carte bleue dans de nombreux magasins, en particulier les grandes surfaces, mais nombre de commerçants refusent désormais les chèques, et certains commencent à demander à être payés en liquide.

C’est le cas d’un café du centre-ville de Nicosie, déjà sinistré par la crise qui a vu se multiplier les panneaux « A louer » sur les devantures de magasins vides, ou d’un autre de la rue Ledra, artère touristique piétonnière de la vieille ville.

Le président de l’association des propriétaires de stations services, Stefanos Stefanou, a également assuré à la chaîne de télévision privée Sigma que les stations-services n’acceptaient désormais que de l’argent liquide.

Ile touristique à l’économie très florissante depuis 1990, Chypre a vu son économie se contracter de 2,3% en 2012, et la reprise n’est pas attendue avant 2015, tandis que le chômage (15%) a plus que doublé ces 18 derniers mois.

Source: Boursorama. Merci à Spartou pour l’info.

14 commentaires

  • Que le plan passe ou non, c’est un bank run assuré, car vu que personne ne parle de limite de retrait qui aurait été mis en place progressivement, comme par chez nous, alors ils vont y aller à fond, et mieux vaut pour eux.

    Comment l’Europe va faire pour passer cette histoire sans problème :D

  • Kiline Kiline

    Benji, je me permet de remettre cet article importante sur la situation à Chypre.

    L’Europe organise le blocus monétaire et économique de Chypre…

    La Banque centrale européenne (BCE) a prévenu qu’elle cessait d’alimenter en liquidités les banques chypriotes tant que Nicosie n’accepte pas le plan de sauvetage.

    Mario Draghi a décidé d’employer la force envers Chypre, pour forcer le gouvernement à accepter le plan de sauvetage de l’UE et du FMI, rejeté par le parlement chypriote mardi.

    Après avoir «pris acte» du rejet du plan d’aide par Nicosie, la BCE a sorti son arme de dissuasion massive: le blocus monétaire. Elle a prévenu qu’elle n’alimenterait plus les banques chypriotes en liquidités, tant que le plan de sauvetage UE-FMI ne serait pas accepté.

    «Les liquidités d’urgence de la BCE ne sont disponibles que pour les banques solvables, or les banques chypriotes ne sont pas solvables tant qu’elle ne seront pas recapitalisées rapidement», a indiqué Jorg Asmussen, l’un des membres du directoire de la BCE.

    Jamais la BCE n’avait encore brandi une telle menace. Du coup, le ministre des Finances chypriote et le gouverneur de la banque centrale de l’île n’ont pas d’autre choix que de laisser les banques fermées jusqu’à nouvel ordre…

    Éviter des émeutes «comme en Argentine»

    «S’ils ouvrent les banques, alors que la BCE bloque l’accès aux liquidités, ce sera la ruée sur les guichets», prévient Gilles Moec de la Deutsche Bank.

    «Les déposants ne pourraient plus retirer du cash, faute de billets suffisants, et ceux qui voudraient faire des virements à l’étranger se verraient répondre que c’est impossible car la banque n’est plus autorisée à le faire par la BCE…», poursuit-il.

    Certains évoquent un risque d’émeutes comme en Argentine en 2002.

    En attendant, les distributeurs automatiques de billets fonctionnent toujours à Chypre. Ils sont alimentés par les réserves de la banque centrale chypriote. Combien de temps cela va-t-il durer ? Nul ne le sait. Cela dépendra des réserves en «cash» de la banque centrale locale qui, selon les pays, peuvent permettre de «tenir un siège» d’après les experts …

    Plus grave encore: les entreprises, notamment les compagnies aériennes chypriotes ne pourront bientôt plus payer leurs factures de kérosène, faute de pouvoir faire des virements à l’étranger…

    Si la situation se prolonge, le blocus monétaire peut très vite se transformer en blocus économique. Du jamais vu dans l’Union européenne!

    Source : le journal du siecle

    • stereo

      La dictature européenne, avec cette façon de faire, montre ouvertement sa véritable nature par cette véritable déclaration de guerre contre Chypre…
      Si personne ne réagit, l’Europe deviendra un champ de bataille tout d’abord économique et financier et à terme c’est le sang qui finira par couler…

  • dan1

    Une solution peut-être possible pour nos amis chypriotes c’est que leur gouvernement imprime leur propre monnaie, soit en euros, histoire d’emmerder ces pourris de la troïka,soit en Livre chypriote, de toute manière on négocie pas avec la troïka,on les envoie se faire paitre à grand coup de pied dans le postérieur.

  • domi26 domi26

    bonjour,

    je vient d’entendre sur une radio , que de les banques ne rouvrirons pas avant MARDI PROCHAIN et encore ce n’est vraiment pas sur du tout , a moins qu’il trouve une solution a ce soustraire a la BCE .
    Sinon , si les banques rouvrent , de toute les façons possible 11 MILLIARDS D’EUROS serons  » braquer  » par la BCE ……. Donc une chose et sur c’est que cela conduira le pays sur la voix d’une révolution jamais vus , même en Grèce …..

    Voila une info , qui réveille ……!!!!!!!! info fraiche entendu a 7 H 50 …….

    AMICALEMENT

    et bon courage aux Chypriote

  • kalon kalon

    « Donnez-moi le contrôle sur la monnaie d’une Nation, et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois. » : Citation : Mayer Amschel Rothschild
    Il apparait de plus en plus évident que l’euro n’a pas été crée dans un but d’harmonie économique, raison pour laquelle cette monnaie ne fonctionne pas, mais dans un autre but.
    Actuellement, la commission européenne a transformé les parlements nationaux en chambre d’enterinement de décisions prises à Bruxelles et, on le voit avec Chypre, non négociables.
    Aprés cela, viendra l’harmonisation sociale des peuples européens sur le modéle allemand, soit les emplois à 1,00 euro et la disparition de la classe moyenne.
    La BCE, sensée contrôler l’inflation ne la contrôle pas mais la dissimule sous divers artifices financiers.
    Sur la base de la création monétaire « ex nihilo » de la BCE l’inflation réelle devrait étre de +/- 8 % !
    Ce qui signifie que l’inflation sera lachée nous allons perdre la moitié de nos économies en moins de 5 ans.
    cela représente quelques milliers de milliard d’euro à l’echelle européenne qui serviront a éponger la dette odieuse souveraine.
    Il existe deux façon d’appauvrir le peuple, en le taxant sur ses avoirs et revenus ou en jouant avec l’inflation.
    Le systéme taxatoire est à bout de soufle et commence a avoir un rendement négatif(trop d’impôts tue l’impôt).
    Au tour de l’inflation pour terminer le « travail » !

  • kmi

    Et si on se mobilisait tous pour les Chypriotes… des manifestations de soutien dans toute l’Europe… (j’aime bien rêver car malheureusement, bcp se fichent de ce qu’il peut bien se passer ailleurs, tant que ça n’arrive pas sous leur nez!)