USA: des élus veulent interdire un contrat militaire avec une société russe

Rivaux sur le plan géopolitique mais finalement assez proches quand il s’agit d’armes ou de pognon… La guerre est un business, ne surtout pas l’oublier…

Des parlementaires américains ont voté jeudi une proposition de loi visant à interdire au Pentagone de conclure tout contrat avec la principale société d’armement russe, Rosoboronexport, qu’ils accusent d’armer le régime syrien.

La Chambre des représentants, à majorité républicaine, a approuvé à une écrasante majorité (407 voix contre 5) la disposition présentée par le démocrate Jim Moran. Le texte a été incorporé à la loi de financement de la Défense pour 2013, également adoptée par la Chambre. Il revient maintenant au Sénat, contrôlé par les démocrates, de statuer.

Jim Moran accuse la société d’Etat russe de fournir des obus de mortiers, des fusils de précision et des hélicoptères d’attaque au régime de Damas, allié de longue date de la Russie, qui sont utilisés pour tenter de mater la rébellion.

Or le Pentagone a annoncé mercredi la signature avec Rosoboronexport d’un nouveau contrat pour la fourniture de dix hélicoptères de transport Mi-17 destinés à l’armée afghane.

Cela devrait tous nous interpeller de voir que nous achetons des hélicoptères à une société russe qui est directement complice de la mort de milliers d’hommes, femmes et enfants syriens, a affirmé M. Moran devant la Chambre.

Nous devons nous détourner de ceux qui sont au bout du compte des seigneurs de guerre, sinon nos condamnations du régime syrien sonnent creux, a-t-il ajouté.

La Russie et la Chine ont opposé pour la troisième fois jeudi leur veto aux tentatives de l’ONU pour faire pression sur le régime du président syrien Bachar al-Assad, au grand dam des Occidentaux.

Le sénateur républicain John Cornyn a lui aussi critiqué le président Barack Obama pour ne pas dénoncer les ventes d’armes de Moscou à la Syrie.

Le refus du Pentagone de chercher des alternatives à Rosoboronexport renforce la déconnexion totale entre la politique affichée par le président en Syrie et nos actions à l’étranger, dénonce-t-il dans un communiqué.

Rosa DeLauro, une élue du Connecticut (nord-est), où est établi le fabricant d’hélicoptères Sikorsky, fait partie des parlementaires soutenant la proposition de loi.

Source: Romandie