Rassemblement à Paris pour demander la dissolution des Fem-Haine

Ces gorgones, protégées jusqu’alors par la république, et surtout par des socialistes. Ces socialistes ont fermé les yeux sur les agissements sacrilèges de ces femelles prêtresses de la vulgarité et de l’outrage, et comble du sacrilège, ont même fait de leur représentante la nouvelle Marianne du pays sur les timbres. Deux appels ont donc été fait en France, le premier pour ne plus que la « hyène-charognarde en chef » ne soit plus présente sur les timbres (en fin d’article), le second pour la dissolution de ce mouvement et l’expulsion de Inna Shevchenko, protégée de la fausse journaliste Caroline Fourrest.

618366-manifestation-a-paris-contre-les-femen-a-l-appel-d-organisations-d-extreme-droite-le-8-fevrier-2014

Six cents personnes, selon la police, se sont réunies samedi après-midi à Paris (VIIe) à l’appel d’organisations d’extrême droite pour demander la dissolution du mouvement des Femen et l’expulsion de l’une des leurs, l’Ukrainienne Inna Shevchenko, réfugiée politique en France.
Selon le président de l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française et chrétienne (Agrif) Bernard Antony, qui avait appelé à ce rassemblement, les manifestants étaient au nombre de 15 000.

Près d’une banderole « Non à la République fem-haine », le ban et l’arrière-ban de l’extrême droite se sont succédé sur une plate-forme installée place Vauban devant le Dôme des Invalides pour vilipender « la complaisance des plus hautes autorités de l’Etat, des responsables politiques et médiatiques à l’égard des Femen », a constaté un journaliste de l’AFP.
Ce groupe contestataire féministe, né en 2008 à Kiev, a ouvert un bureau et un centre d’entraînement à Paris en septembre 2012 pour lancer des actions militantes dans le monde entier.

Dans la capitale française, elles se sont notamment exhibées les seins nus en la cathédrale Notre-Dame de Paris et l’une d’elles a mimé l’avortement de la Vierge Marie en l’église de la Madeleine, deux provocations jugées comme des profanations par nombre de catholiques.
Bernard Antony a qualifié les Femen de « groupuscule sectaire ». L’ancien secrétaire général du Front national Carl Lang a assuré que les Femen « ont la haine de Dieu, du sacré et de l’Europe chrétienne », dénonçant les « actions sauvages et sacrilèges » de ces « Harpies ».
Le président de l’Institut Civitas Alain Escada a reproché au ministre de l’Intérieur Manuel Valls de ne pas être intervenu contre ces « hyènes ».

Article complet sur Le Parisien

Petit souci, les articles en circulation sont des résumés qui omettent volontairement ou non une grande partie des agissements des personnes que la justice devrait encadrer aussi rapidement qu’elle l’a fait pour un certains Dieudonné, dont les menaces directes envers le Président François Hollande lui-même!!!

Alors, pour le petit rappel que j’avais déjà réalisé ici:

Autre mouvement du moment, pour que Inna Shevchenko n’apparaisse plus sur les timbres français, ce qui initialement est quand même une grande marque de mépris de la part de ceux qui nous ont imposé cela. Et pour ce coup-ci, on ne peut pas dire que l’extrême-droite soit derrière:

Dévoilée en juillet, la nouvelle Marianne, qui reprend les traits de la leader des Femen, n’est pas du goût des partisans de la Manif pour tous.

timbefemen-2412897-jpg_2073508François Hollande lors de la présentation de la nouvelle Marianne des timbres postaux qui reprend les traits de la Femen Inna Shevchenko. © Francois Mori / AP/SIPA

Le timbre avait été dévoilé en juillet, choisi par un jury de lycéens de seconde, validé par François Hollande. La nouvelle Marianne des timbres postaux est une Femen : l’Ukrainienne Inna Shevchenko, leur fondatrice.

« Notre Marianne se veut un message symbolique d’égalité, de parité et de mélanges qui sont, pour nous, des valeurs essentielles de la France d’aujourd’hui et de la République », argumentaientt alors les auteurs du timbre, David Kawena et Olivier Ciappa. « Désormais, tous les homophobes, extrémistes et fascistes devront lécher mon cul pour envoyer une lettre ! » s’était réjouie Inna Shevchenko sur Twitter après cette annonce.

« Impensable »

Mais aujourd’hui, rien ne va plus. Une Femen pour représenter la République, cela ne passe pas auprès de plusieurs citoyens français. Le collectif Ensemble pour le bien commun, issu du mouvement de la Manif pour tous, a réclamé son retrait mardi dans une tribune publiée dans Le Figaro. Et la page Facebook Pour le retrait du timbre Femen qui s’est créée aussitôt après compte près de 5 000 likes ce samedi. Un courrier a été remis mardi à François Hollande dans lequel ils estiment qu' »il est impensable que la leader de ce mouvement violent, extrémiste, antireligieux, qui appelle maintenant au terrorisme, incarne plus longtemps d’une manière ou d’une autre la République française et ses valeurs ».

À côté des partisans de la Manif pour tous, Le Figaro recense également des militants de la laïcité et des membres des communautés juives et musulmanes pour réclamer le retrait de ce timbre.

Article complet sur Le Point

5 commentaires