Noël Omicron, Pâques Upsilon ?

L’Omicron, inconnu au bataillon il y a encore peu de temps, vient mettre la pagaille dans le monde et bouscule Noël. Ce trublion virevoltant se répand comme une traînée de poudre mais n’est finalement pas bien méchant. Mais pour mettre le bazar, il s’y emploie le bougre. Evidemment, plus on teste, plus on a de cas, et c’est ce qui se passe entre les écoles il y a peu et à l’approche des fêtes entraînant même une rupture de stock des tests. Mais qui dit cas dit aussi isolement, au détriment du travail puisqu’il faut rester à la maison. Entre 7 et 17 jours si vous êtes cas contact et 10 jours si vous êtes positif. Si vous êtes vacciné, pas d’isolement si vous êtes cas contact mais des précautions particulières. En dehors de l’usine à gaz bien de chez nous, cela veut dire que l’absentéisme forcé risque fort de mettre à genoux l’économie, une fois de plus.

Soyez rassurés, braves gens, nos scientifiques réfléchissent à modifier ces conditions d’isolement. En général, cela n’augure rien de bon et en tout cas, ne vous attendez pas à quelque chose qui ait la moindre logique. Il y a bien longtemps que la logique a quitté ce pays avec armes bagages, au profit de l’arrogance, de l’ubuesque et de l’autoritarisme primaire en ce qui concerne nos « élites » et au profit de la peur absurde et incontrôlable chez nos concitoyens. D’un côté des politiques qui ne pensent qu’à piquer encore et encore et de l’autre des familles courant après leurs doses avant de passer Noël à quatre dans la cuisine, à trois mètres de distance, hotte aspirante lancée à plein gaz, fenêtre grande ouverte et masque en fourrure sur le visage entre chaque bouchée, c’est un super Noël de folie qui s’annonce en effet.

Nous n’en avons manifestement pas terminé avec la bêtise, mais je ne sais pas vous, mais moi j’ai l’impression que cela s’aggrave. Moins le variant est dangereux, plus la panique s’installe. Il est vrai que le Gouvernement a fait son maximum pour conditionner les populations. Mais laissez moi circuler cet Omicron ! Comme le disait en interview sur Europe 1 le Professeur Peyromaure de l’hôpital Cochin à Paris au micro de Sonia Mabrouk il y a quelques jours, « Cette épidémie n’est pas si grave, ce n’est pas la diphtérie, ce n’est pas la peste, on n’enjambe pas les morts sur le trottoir à ma connaissance… ». Gardons la tête froide et la dinde au chaud dans le four… joyeux Noël à toutes et à tous !

Sylvain Devaux

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

A propos Sylvain Devaux

Universitaire de formation (Géographie et histoire), responsable d'archives après une carrière dans le tourisme, mais aussi correspondant de presse et ancien rédacteur en chef de la Robolution (Insolentiae).

3 Commentaires

  1. J’aime bien le tableau dépeint, avec les convives, fenêtre ouverte et le masque en fourrure entre chaque bouchées ! Il y en a qui sont cap !!
    Cette situation paraît débile mais elle ne l’est pas, c’est en effet un prétexte. Comment se sortir de là ? Arrêtons de jouer le jeu, c’est LEUR jeu, pas le nôtre. Laissons-les jouer dans leur cour de récréation.

  2. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

    Atchoummm…
    Snirf…
    Je « vois » pas où il est le probléme !
    Ils ont encore trop « fumer » a l’Elysée ?
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

Les commentaires sont clos.