Chute de l’empire occidental : maintenant ils se battent entre eux !…

Comme des vautours se disputant un cadavre…

Après avoir perdu la main au Moyen-Orient, s’être fait moucher par la Russie et la Chine sur le petit jeu des sanctions, voilà le vieil empire occidental qui se déchire de l’intérieur.

Au début, les mesures protectionnistes prises par le président Trump étaient destinées à sanctionner la Chine. Seulement voilà, la Chine est devenue la première puissance mondiale. Elle a donc appelé Donald Trump, lui a listé les sanctions que la Chine prendrait en représailles si Washington mettait ses menaces à exécution. Et Trump s’est écrasé en accordant une « trêve » aux sanctions contre Pékin à la mi-mai. Malgré quelques nouvelles rodomontades trumpiennes (le 31 mai, par exemple), le statu quo prévaut sur les mesures protectionnistes synonymes de guerre commerciale ouverte entre les deux premières puissances économiques mondiales. Mais il en va souvent ainsi avec les faibles. Faute d’avoir le dessus sur plus forts qu’eux, ils se vengent en tapant sur plus faibles. C’est ainsi que Trump vient de mettre ses menaces protectionnistes à exécution… contre les propres vassaux de son empire : l’Europe « unie », le Canada, le Mexique. C’est dire si le feu brûle à la maison impériale.

Retenez-nous ou on va péter dans l’eau du bain

Consternation au Canada et en Europe, déjà frappés par la décision américaine de dénoncer unilatéralement l’accord sur le nucléaire iranien avec promesses de sanctions US contre les sociétés occidentales qui persisteraient à commercer avec l’Iran (ce sur quoi la Chine, encore elle, s’est précipitée en proposant à Téhéran de remplacer la société française de raffinerie Total par sa propre entreprise pétrolière CNPC).

Un G7 (ou plutôt un G 6 contre 1) s’est tenu en urgence ce week-end à Charlevoix (Canada). Les ministres européens des finances y ont mollement protesté contre les mesures américaines sur le style de « retenez-nous ou on va péter dans l’eau du bain » :

« Nous sommes prêts à répondre, mais nous préférerions ne pas le faire » (Bruno Le Maire).

Contrairement au gouvernement chinois, aucune mesure de représailles à mettre en balance, sinon un recours confus devant l’OMC (Organisation mondiale du commerce). Moyennant quoi, le G7 « de la dernière chance » s’est terminé sans aucune déclaration commune de circonstances, sans aucune « trêve », ni recul américain en perspective, ce qui en dit long sur la confusion régnant dans le foyer impérial.

Les mauvais esprits rigoleront en ressortant de leurs albums-souvenirs les photos hilarantes d’un Macron venu prêter allégeance à son maître US il y a quelques semaines.

Source SOTT via

Pierrick Tillet  Le monde du Yéti
Voir aussi:

2 commentaires

  • cet article me fait bien rire. les adeptes de la monarchie europeiste semblent deconfient devant le trublion Trump qui les renvoit a leurs contradictions. ils semblaient si forts quand ils avaient le vent dans le dos. maintenant que trump n’est plus acquit a leur cause, car il defend son beef steak et non plus une ideologie politique, la panique s’empare d’eux. On va se rendre compte assez vite que tous ces hommes politiques n’ont rien entre les jambes car ils n’ont jamais construit par eux meme. c’est normal car pour survivre dans le marigot politique il faut etre habile en manipulation et en belles paroles. l’action se passe des mots , elle exige des faits, ce que les hommes politiques ne savent absolument pas faire. ils sont atrophies cote adrenaline, cette hormone qui permet l’action…
    l’avenir nous reserve de belles surprises. les « hommes ou femmes » providentiels ne sont jamais ou on les attend.

  • Lilith Lilith

    Et ce n’est pas fini, fort de son tour de force le sommet rocket – man le met en position de force pour le sommet de l’Otan qui se tiendra à Bruxelles en juillet ou il ne manquera as de rappeler que les Européen ne participe pas assez au budget de l’alliance atlantique.
    Dans son collimateur l’économie Allemande, après le budget de l’otan je parie sur des amandes massives que le secteur bancaire allemand a su éviter jusqu’a présent.

    c’est le cocktail idéale pour une nouvelle crise financière
    https://www.lecho.be/les-marches/actu/general/une-nouvelle-crise-devrait-eclater-bientot-et-elle-sera-longue/10020233.html