Fréjus: L’Etat se substitue au maire FN et ouvre la mosquée…

Qui nous parlait de laïcité?. Si les citoyens ont voté et élu un maire, c’est pour qu’il défende leurs intérêts. Comment prendre cette décision de l’état, qui se substitue à un élu (FN) du peuple, sénateur de surcroit? Allons nous vers moins de pouvoirs décisionnels des maires, si ceux ci ne suivent pas la « ligne » imposée par l’état? D’autant qu’une décision de justice est attendue au sujet de ce bâtiment qui n’a apparemment pas, toutes les autorisations, l’association n’étant pas entièrement propriétaire du terrain. On nous assomme de lois et d’impôts sur le bâti, même les cabanes de jardin de plus de 5 M2 sont dans le viseur de ces rapaces et là on passe, par dessus la mairie et la justice? Si nous avions l’esprit tordu, nous pourrions penser, que l’état favorise le communautarisme. Voilà qui ne va pas apaiser les tensions. La justice avait ordonnée en première instance, la démolition du bâtiment.

Sur ordonnance du Conseil d’Etat, le préfet du Var a pris un arrêté autorisant l’ouverture provisoire de la mosquée, jusqu’alors refusée par le maire frontiste David Rachline…

Elle est, depuis plusieurs mois, au cœur d’un conflit entre l’association qui la gère et la municipalité FN de la ville. La mosquée de Fréjus est finalement autorisée, « à titre provisoire », à ouvrir, par un arrêté en ce sens pris par le préfet de Var, dont l’annonce a été rendue publique ce vendredi.

C’est la suite logique de l’injonction du Conseil d’Etat, qui avait ordonné mardi le préfet de se substituer dans les 72 heures au sénateur-maire FN de Fréjus, David Rachline, pour autoriser l’ouverture provisoire de cette mosquée. Ce dernier en refuse l’ouverture au motif, notamment, qu’une autre procédure, sur le fond, devant le tribunal correctionnel de Draguignan, est en cours.

Dans ce second volet de l’affaire, le procureur de la République de Draguignan a requis, en novembre 2015, la démolition de la nouvelle mosquée, estimant que l’association musulmane El Fath n’était pas propriétaire de l’intégralité des terrains au moment de la construction du bâtiment. Le jugement du tribunal de Draguignan doit être rendu le 26 février.
Source: 20Minutes
Voir aussi:
Les Républicains: L’auto-promo du livre de Sarkozy ne passe pas chez Juppé
Grenoble : Le maire Eric Piolle veut soumettre les pétitions au vote des habitants

15 commentaires

  • LETURK

    l’état et la loi garanti la liberté de culte , si aucunes règle d’urbanisme ou de constructions en interdit l’ouverture , que dire d’autre ?
    Apparement toutes les règles ne sont pas remplies , attendons le 26 février , le tribunal jugera .

  • JEAN PN

    L’Etat ne se substitue pas seulement aux Maires. Nous sommes en pleine DICTATURE !

  • engel

    Le conseil d’état n’est plus objectif et impartial étant éternellement lié à d’autres intérêts qu’a ceux des français. http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • Panurgie

    Comme tout français et tout européen aujourd’hui j’ai du mal à me réjouir de l’ouverture d’une mosquée.
    Surtout qu’un musulman peut selon le Coran tout à fait se passer de mosquée, et que ces dernières sont plus des lieux communautaires que de réels lieux pieux.
    Il n’empêche que dans ce dossier la décision de l’état n’est pas forcément stupide, une mosquée bien délimité permet la surveillance, et évite les lieux clandestins, de plus la laïcité n’est pas censé s’opposer à l’ouverture de nouveaux lieux de cultes.
    Après si on veut empêcher l’ouverture de nouvelles mosquées il ne faut pas se réclamer de la loi de 1905. Cette loi devrait être revu de manière urgente car elle n’est plus adapté.
    Ps: pour ceux qui parlent de l’islam de France ils feraient bien de commencer par une architecture plus « européenne » afin de montrer leurs volontés de démarcation….

    • LETURK

      la loi 1905 stipule que l’état ne finance plus la construction et l’entretien des églises , mosquée, temples et autres lieux de culte dont la construction est antérieure à 1905.
      quand à l’architecture , elle devrait être surement codifiée par les services d’urbanisme , n’étant pas spécialiste .

    • voltigeur voltigeur

      Puisqu’il y a séparation de l’église et de l’état dans notre constitution, l’état n’a pas à prendre parti pour une communauté religieuse, plus qu’une autre. C’est du populisme et du favoritisme en vue des prochaînes élections sans doute.
      N’empêche que les musulmans ont été blousés en 2012, donc à mon avis ils vont y réfléchir à deux fois, et sauront s’en souvenir, vu la propension de ces %&@!§ à tenir leurs promesses. Et franchement! pas besoin de mosquée pour les croyants, ils peuvent prier chez eux.

  • Bardamu

    Laïcité ? Quelle laïcité ?

    Les intellectuels qui osent critiquer ce recueil d’inepties pour schizophrène qu’est le Coran, ont tous étés victimes de procès de Moscou et traités de racistes. Dernier en date, Michel Onfray, qui a du gentiment prendre sa retraite médiatique …

    Alors laïcité : mon cul ! Y’a pas plus de laïcité que de liberté d’expression en France !

    • donarmando

      Ceux qui essaient de critiquer l’islam ont maintenant droit à « tu n’es pas musulman donc tu n’as pas les compétences pour en parler » … Dernière preuve en date : la charmante dame ayant fait preuve de non respect sur le plateau de DPDA avec Finkelkrout (je sais plus comment ca s’écrit !!)

  • Rudy_17

    Le grand remplacement?

  • Yanne Hamar

    Il n’y a pas des électeurs que dans les mosquées, il y en a aussi dans les églises. Le malheur, c’est que les unes se remplissent quand les autres se vident. Même si ce n’est pas le sujet de l’article, il serait bon d’y penser.

  • arzew

    vous ne pensiez pas que l’État allait laisser le pouvoir à de simple elu, encore heureux que c’est l’État qui a le dernier mot à la fin.