L’Agence de sécurité du médicament américaine couvrirait de façon délibérée plusieurs cas de fraudes scientifiques !

Tout n’est que business, même nôtre santé en est un! Combien de milliards de gagnés contre seulement quelques vies humaines? Les fraudes ne sont pas étonnantes vu que la morale n’est plus qu’accessoire… Pour les retardataires, je ne peux que conseiller une conférence que je remet souvent en avant tant elle est intéressante et importante, la conférence à Marseille du Docteur Delépine, oncologue-pédiatre.

13690738

Encore une FRAUDE ou UN SCANDALE de grande ampleur , ça devient FOU , il y en a tellement de Fraudes et de scandales qu’on sait plus où donner de la tete , et rien de complotiste là dedans , c’est du trés sérieux … Z .

FRAUDE. Chaque année, l’Agence de sécurité sanitaire américaine, la Food and Drug Administration (FDA), inspecte des centaines de centres médicaux où sont entrepris des essais cliniques testant de nouveaux traitements sur l’homme. L’Agence examine pareillement des centaines d’études scientifiques publiées pour présenter les résultats de ces essais cliniques, lesquelles comportent parfois des erreurs voire des fraudes manifestes. Ce sont ces manquements qui sont traqués par la FDA. Car qu’il s’agisse d’erreurs méthodologiques ou de falsification de résultats, ils sont très préjudiciables aux travaux de la communauté scientifique et, par extension, au développement de traitements fiables.

Problème : la FDA ne dispose pas de méthode pour alerter efficacement la communauté scientifique sur ces faux résultats. Ceux-ci peuvent donc entrer dans le corpus de connaissances scientifiques admises et induire en erreur d’autres travaux. Plus grave encore, des médicaments peuvent se voir attribuer une autorisation de mise sur le marché alors même que les résultats d’essais cliniques s’avèrent erronés ou falsifiés. Un « problème » qui fleure bon le scandale.

À plusieurs reprises, la FDA a caché des preuves de fraude scientifique, pas seulement du public, mais aussi de ses conseillers scientifiques les plus fiables » – Charles Seife, professeur de journalisme à l’université de New York

C’est Charles Seife qui révèle cette affaire dans un article publié lundi 9 février 2015 dans la prestigieuse revue JAMA Internal Medicine, doublé d’un article paru dans Slate (en anglais). Ce professeur de journalisme à l’institut Arthur L. Carter de l’université de New York révèle ainsi qu’entre 1998 et 2013, la FDA a identifié 57 essais cliniques présentant des résultats erronés ou falsifiés et des approximations dans la description des effets secondaires des médicaments testés. Pourtant, seuls trois ont fait l’objet d’une alerte de la part de la FDA. Dans son enquête au long cours, Charles Seife explique ainsi :

« Quand la FDA découvre des fraudes ou des erreurs, elle n’informe ni le public, ni les établissements médicaux, ni même la communauté scientifique que les résultats de ces essais cliniques ne sont pas dignes de confiance. Au contraire. Pendant plus d’une décennie, la FDA a eu tendance à cacher les détails de ces manquements. Avec pour conséquence que personne ne découvre jamais quelles données sont fausses, quelles expériences entachées et quels médicaments pourraient se retrouver sur le marché sur la base de faux résultats. À plusieurs reprises, la FDA a caché des preuves de fraude scientifique, pas seulement du public, mais aussi de ses conseillers scientifiques les plus fiables, au moment même où ceux-ci devaient décider de la mise sur le marché d’un nouveau médicament. »

Article complet sur Science et avenir via Résistance authentique

 

Un commentaire