AUX GRAINES CITOYENS !

La Fondation Léa Nature/Jardin BiO’ interpelle à travers une campagne de presse les citoyens sur le droit fondamental de semer, ressemer et d’échanger les graines paysannes.

campagne_graines_2

 

 

Interview de Marina Poiroux, directrice de la Fondation Léa Nature/Jardin BiO’, par Pascal Greboval

Pouvez-vous nous expliquer les tenants de cette campagne « Liberté, Santé, Biodiversité… AUX GRAINES CITOYENS ! » ?

L’objectif est de sensibiliser les Français, et d’alerter les dirigeants politiques sur la problématique des semences. Aujourd’hui, la majorité des semences sont brevetées, ce qui interdit au citoyen, comme à l’agriculteur, de planter un certain nombre de semences qui ne sont pas au catalogue officiel. Au fil des ans, les critères d’accès au catalogue officiel des espèces et variétés végétalessont devenus de plus en plus stricts – 400 variétés de blés certifiées en 1930, 65 en 1965 –, entraînant une vertigineuse disparition de la biodiversité. C’est une vraie entrave à la liberté de cultiver. Léa Nature travaille depuis des années sur la question des OGM et le constat est clair : la majorité des citoyens n’ont pas conscience des enjeux de cette problématique. Or, tout part de la graine ! Cette campagne s’inscrit dans le cadre de la Semaine des semences paysannes [du 20 au 28 septembre 2014], organisée par l’association Réseau Semences Paysannes.

Quels sont les enjeux  de cette campagne ?

Il s’agit de rappeler à chacun que les graines sont un bien commun de l’humanité. En étant brevetées, elles se transforment en un risque pour la santé de l’homme et de la planète. C’est une entrave à l’octroi de sélectionner et de reproduire ses propres graines. Les semences paysannes et fermières sont un élément-clé dans l’autonomie des paysans, des jardiniers et des citoyens, en France comme dans le monde. Cette campagne invite les citoyens à être acteurs de leur santé et de la biodiversité cultivée. S’ils veulent aller plus loin, les Français peuvent se rendre dans les maisons de semences paysannes : elles se multiplient en France !

La campagne est portée par la Fondation Léa Nature, mais on voit bien en creux l’engagement de la société Léa Nature. Est-ce le rôle d’une entreprise de sensibiliser les citoyens ?

Le parti-pris de notre entreprise, à travers notre fondation, est d’exercer une responsabilité vis-à-vis des citoyens, comme peuvent le faire des ONG, des associations. On estime que l’entreprise a un rôle à jouer sur certains sujets qui, à  nos yeux,  concernent l’intérêt général. Nous nous revendiquons comme une entreprise militante. Nous voulons être partie prenante dans le débat citoyen. Nous sommes une petite graine…

Quelle légitimité une entreprise a-t-elle pour porter ce type d’action ? N’est-ce pas une forme de greenwashing ?

Nous sommes inscrits depuis de nombreuses années dans ce type de combat : en 2007, nous alertions sur la disparition des abeilles, en 2008, sur l’impact des OGM sur notre santé et la biodiversité, en 2010, sur les dangers des pesticides… et nous avons  lancé un appel à projets en 2013 sur cette problématique des semences. Nous soutenons le Réseau Semences Paysannes, ainsi que Terre de Liens et bien d’autres associations qui sont très vigilantes sur la cohérence des entreprises qui les accompagnent. Une entreprise qui réalise 90 % de son activité avec des produits biologiques est forcément engagée pour la nature !

 Source 

10 commentaires

  • Ellie

    L’objectif c’est que plus personne ne puisse produire ou acheter des graines de variétés « pures », c’est à dire qui puissent se multiplier « à l’infini » sans perdre leurs caractères d’origine des parents.
    Les graines « OGM », hybrides… ne sont plus capables de se reproduire normalement.
    Toujours l’idée de contrôler tout et surtout l’alimentation humaine et animale !

  • Grumpy boby

    A quand le permis de respirer ?

    Ils ont qu’ à venir dans mon jardin pour m’empêcher de semer et récolter et resemer ce que je veux …

    Ils se prendrons une bonne razade de plomb dans leur « noble » fondement …

    • Le veilleur

      Ils ne pourront pas surveiller, ni empêcher les gens de faire des portagés avec des graines anciennes qui se ressèment, les graines tournent, surtout dans les campagnes.
      J’ai posé la question autour de moi, ils ont tous répondu la même chose que toi: ils ont qu’à venir, je les recevrai !
      Pour la plupart des gens, la liberté à ce niveau là est primordiale et personne ne les empêchera de faire le potager qu’ils veulent.

    • MOUTON GRAIN MOUTON GRAIN

      Bonsoir à tous et à toi Ô grand Marabout …
      Voici quelques liens en direction de sites toujours utiles à rappeler pour ceux qui cherchent à se se procurer des semences Bio, non F1 que vous pourrez multiplier à votre tour afin de sauvegarder les espèces. Vous trouverez chez ces producteurs des variétés anciennes et rares de plantes potagères, fruits, fleurs …
      biaugerme.com
      kokopelli-semences.fr
      Il est vraiment important, pour ceux qui le peuvent, de récolter et conserver chaque année des semences anciennes ou rares ne serait-ce que pour ses propres semis, mais également pour pouvoir en distribuer aux voisins, amis, connaissances, afin que les variétés perdurent dans l’avenir et avant qu’elles ne soient totalement interdites ou introuvables. Il en va de la survie de l’humanité !

  • Philippe30

    Des fous du capitalisme et de l’argent pense pouvoir rendre toute marchandises monnayables.

    Polluer a outrance la planète pour rendre l’air irrespirable afin de le vendre ensuite.
    Pour l’eau c’est bientôt fait , les rivières et les fleuves sont des poubelles se déversant dans la mer.

    Le problème est que quelques fous détruisent la planète ,leur oeuvre sera bientôt visible en direct sur CNN et BFM.

    Nous assisterons en direct à la fin de la planète , le plus grand scoop du journalisme auquel il faudra être présent , des millions de morts et l’extinction de la terre , ça n’arrive qu’une fois !!!!!

    Oui les graines sont la vie et c’est bien la raison pour laquelle ils ont commencé à faire des stocks dans des silos pour l’après ….

    Bonne journée

    Philippe