Etes-vous prêt pour une guerre nucléaire?

Juste pour info: pas de catastrophisme voulu avec un tel titre, je ne relaie que celui de l’article original trouvé sur le quotidien CameroonVoice. L’article fourni une analyse de la situation géopolitique extrêmement tendue entre « l’empire » et la Russie, et on peut réellement douter quand à une accalmie…

Military-Explosion-52831

La crise provoquée par les accusations portées par Washington et l’Union Européenne contre la Russie, lui attribuant la responsabilité d’avoir abattu le vol MH17, a rapproché le monde d’une guerre mondiale comme jamais auparavant depuis la crise des missiles cubains en 1962. Mais aujourd’hui, la situation est peut-être plus dangereuse encore. Il y a cinquante ans, le gouvernement Kennedy – redoutant que des erreurs de jugement de part ou d’autre puissent déclencher un échange de tirs nucléaires – avait cherché à maintenir ouvertes les voies de communication et à éviter de diaboliser les dirigeants soviétiques.

Aujourd’hui en revanche, la CIA dirige une campagne de propagande incendiaire contre la Russie et son président, Vladimir Poutine, une campagne qui semble déterminée à provoquer une confrontation militaire directe avec un pays qui dispose du deuxième plus grand arsenal nucléaire du monde. Il n’y a aucun doute que la CIA est en train de mobiliser toutes les ressources et tous les moyens dont elle dispose – au sein des gouvernements, des médias et parmi les universitaires – dans une campagne savamment orchestrée et destinée à empoisonner l’opinion publique avec de l’hystérie anti-russe.

Pour le moment, il n’y a rien qui constitue, même de loin, une explication définitive de la chaîne des événements ayant conduit à la destruction du vol MH17. En dépit de toute l’énorme technologie de surveillance à leur service et qu’elles financent à hauteur de milliards de dollars par an, les agences de renseignement américaines n’ont pas fourni le moindre élément concret de preuve pour étayer les accusations de responsabilité lancées contre la Russie.

Mais si les circonstances physiques entourant la destruction du vol MH17 demeurent inconnues, les objectifs politiques pour lesquels cette tragédie est exploitée eux, ne sont devenus que trop clairs.

Depuis le début de la semaine, les trois magazines d’information à grand tirage les plus influents des Etats-Unis, de Grande-Bretagne et d’Allemagne –Time, The Economist et Der Spiegel – publient des articles figurant en couverture qui associent de folles accusations à l’adresse de Vladimir Poutine à l’exigence d’une épreuve de force définitive avec la Russie.

La caractéristique la plus frappante et la plus évidente de ces articles est qu’ils sont quasi identiques. La CIA en a écrit le scénario. Ils recourent tous aux mêmes insultes et aux mêmes inventions. Ils dénoncent le « tissu de mensonges » de Poutine. Le président russe est dépeint comme un assassin de masse « dépravé. »

Comment le président russe doit-il comprendre l’emploi d’un tel langage dans les magazines d’information les plus influents? Il est la cible de la même campagne de dénigrement que celle qui a déjà visé Slobodan Milosevic en Serbie, Saddam Hussein en Irak, Mouammar Kadhafi en Libye et Bachar al-Assad en Syrie. Poutine n’est pas sans connaître l’aboutissement de ces campagnes de propagande. La Serbie fut soumise politiquement par les bombes et Milosevic fut embarqué à La Haye où il mourut mystérieusement en prison. L’Irak fut envahi et Hussein exécuté. La Libye fut également envahie et Kadhafi – au grand amusement de Hillary Clinton – fut sauvagement torturé et lynché. Quant à Assad, les Etats-Unis ont organisé contre lui une insurrection sanglante qui a causé la mort de plus de 100.000 Syriens.

Dans ces conditions, on pourrait difficilement accuser Poutine de paranoïa s’il en concluait que les Etats-Unis et leurs alliés européens veulent sa mort. Par conséquent, faut-il se demander, quel impact pourrait avoir ces soupçons bien fondés sur sa propre ligne de conduite au fur et à mesure que la confrontation s’intensifie ?

Dans les trois articles de couverture, les gouvernements d’Europe de l’Ouestet des Etats-Unis sont pris à partie pour ne pas s’attaquer à Poutine et à la Russie. Les trois magazines adoptent un ton impatient et fâché face à ce qu’ils jugent être une agressivité insuffisante. Ils affirment tous que le temps de la discussion est terminé. Der Spiegel a déclaré « L’épave du vol MH17 est aussi l’épave de la diplomatie. »

Comment faut-il interpréter cette déclaration? Si la diplomatie a échoué, cela ne peut que signifier que la guerre est imminente.

Dans son article « En Russie, un crime sans châtiment, » Time s’en prend à Obama pour avoir demandé à Poutine de contribuer à l’enquête sur le crash au lieu de proférer immédiatement contre la Russie des menaces de guerre. Il écrit, « C’était la crise en résumé : la moindre des choses que Poutine pouvait faire était le maximum qu’Obama pouvait exiger. Le président américain n’a pas annoncé de dates butoires, n’a pas tracé de lignes rouges et pas lancé de menaces. »

L’invocation de « dates butoires », de « lignes rouges » et de « menaces » est le langage de la guerre. Comment interpréter ces mots autrement.?

Time attaque l’Italie et la France et même le gouvernement Obama et la population américaine pour ne pas soutenir une agression contre la Russie : « Poutine n’a pas beaucoup de soucis à se faire en considérant les forces qu’on lui oppose. Obama, en tant que chef d’une nation lasse de la guerre, a exclu toutes les options militaires, dont la fourniture d’armes à l’Ukraine. » Il est clair que Time veut mettre l’option militaire sur la table.

Dans son article de tête intitulé « Un tissu de mensonges », The Economistsuit le même script et accuse l’Occident d’être indécis. « Les Allemands et les Italiens affirment qu’ils veulent maintenir ouverte la voie de la diplomatie, en partie parce que des sanctions mineraient leurs intérets commerciaux. La Grande-Bretagne appelle à des sanctions mais est réticente quand il s’agit de nuire aux affaires rentables de la City de Londres avec la Russie. L’Amérique a un discours musclé mais n’a rien fait de nouveau. »

Cette campagne médiatique coordonnée est déjà en train de produire l’effet désiré. Mardi, l’administration Obama et l’Union européenne ont annoncé qu’ils s’étaient mis d’accord sur une nouvelle série de sanctions, plus agressives. On interprète ces mesures comme des mesures de transition vers ce que l’éditorialiste du Financial Times Wolfgang Munchau décrit comme « La bombe atomique de la guerre financière ». L’article de Munchau a été publié non seulement dans le Financial Times mais encore dans Der Spiegel.

A travers une combinaison de menaces militaires et de strangulation économique, les Etats-Unis et l’UE se sont mis à déstabiliser la Russie. Comme le montrent clairement leurs références constantes aux oligarques russes, ils espèrent que les sanctions financières vont encourager la constitution d’un complot visant à renverser ou même à assassiner Poutine. Un régime envisagé ainsi par Washington transformerait la Russie en un protectorat néo-colonial, entièrement subordonné à l’impérialisme américain sur le plan politique, économique et militaire.

Bien sûr, si Poutine changeait de cours et se conformait aux exigences américaines, la campagne médiatique ferait les ajustements nécessaires. Les événements peuvent cependant prendre une direction qu’aucun scénario de la CIA n’aura prévue.

L’irresponsabilité d’une politique de déstabilisation de la Russie, une puissance contrôlant le second en importance des arsenaux nucléaires du monde, est effarante. Dans une situation où les forces militaires de toute l’Europe de l’est et de la région de la Mer Noire sont en alerte et où des forces ukrainiennes et russes échangent des tirs d’artillerie de part et d’autre de leurs frontières, la possibilité d’une erreur de jugement devient de jour en jour plus grande.

Quel que soient les résultats à court terme du cours suivi par les Etats-Unis et les pouvoirs impérialistes européens, à long terme il mène inexorablement à la guerre, avec les conséquences cataclysmiques que cela implique. Le plus grand danger pour la classe ouvrière est que des décisions sont prises dans les coulisses, la masse des gens n’étant pas, pour la plus grande partie, consciente des dangers auquels la population mondiale est confrontée.

Il y aura cent ans cette semaine que la Première Guerre mondiale fut déclenchée par de petites cabales de ministres, de monarques et d’intérets économiques de toute l’Europe et dont la décision de tout miser sur une victoire dans la guerre a conduit à de nombreux millions de morts. Aujourd’hui, des forces similaires mettent en marche une dynamique menant à une conflagration qui pourrait aboutir à la destruction de la planète.

Il n’y a aucun moyen d’arrêter ce mouvement vers la guerre si ce n’est par une intervention politique consciente de la classe ouvrière. Quiconque croit qu’une guerre nucléaire est impossible parce que les gouvernements modernes, à l’opposé de ceux au pouvoir en 1914, ne prendraient pas le risque d’une catastrophe, se fait des illusions. Les régimes existant aujourd’hui sont peut-être encore plus irresponsables que ceux de l’époque. Assaillis par des problèmes économiques et sociaux pour lesquels ils n’ont pas de solution progressiste, ils sont de plus en plus enclins à voir la guerre comme un risque valant la peine d’être encouru.

C’est pourquoi le Comité international de la Quatrième internationale insiste sur l’urgence de construire maintenant un mouvement anti-guerre, anti-impérialiste et anti-capitaliste de la classe ouvrière.

David North et Alex Lantier

Source: Cameroonvoice

 

24 commentaires

  • puaa689

    La Voix de la Russie
    http://french.ruvr.ru/
    HS
    :7

  • Tyr

    Faire le parallèle avec Kennedy est louable mais n’est plus juste au niveau géopolitique.
    Kennedy vivait dans une époque de prospérité économique américaine.
    Là, obama est dans une situation de crise économique absolue. Comment les US sont-ils sortis des crises économiques dans lesquelles ils se sont fourrés? 1910… 1929…

  • Guni

    « ils espèrent … un complot visant à renverser ou même à assassiner Poutine. … transformerait la Russie en un protectorat néo-colonial »
    Ça c’est peut être leur but pour plus tard. Mais pour le moment, il leur faut une guerre dévastatrice pour relancer leur système financier!
    Comme le démontre Tyr plus haut.
    Donc cet article n’est pas du catastrophisme mais du réalisme…

  • Grand marabout Grand marabout

    à la pierre et au bâton ,pour la 4 ème guerre

    d’après un gars qui écrivait sur un tableau

  • Grand marabout Grand marabout

    http://lesmoutonsenrages.fr/2014/07/29/vos-infos-news-liens-et-autre-du-mercredi-30-juillet-2014/comment-page-1/#comment-295298
    message « Le dernier appel »

    Les citoyennes et citoyens européens, dans leur grande majorité, pensent que la société de consommation actuelle peut « s’améliorer » dans le futur (et qu’elle devrait le faire). En même temps, une bonne partie des habitants de la planète espère se rapprocher petit à petit de nos niveaux de bien-être matériel.
    Néanmoins, ces niveaux de production et de consommation ont été atteints au prix de l’épuisement des ressources naturelles et énergétiques et d’une rupture des équilibres écologiques de la Terre.

    Vers un effondrement de civilisation

    Rien de tout cela n’est nouveau. Les chercheur/ses et scientifiques les plus lucides tirent la sonnette d’alarme depuis le début des années 1970 : si les tendances de croissance actuelles (économique, démographique, d’utilisation des ressources, de génération de pollution et d’augmentation des inégalités) se poursuivent, le résultat le plus probable sera l’effondrement de la civilisation.
    Aujourd’hui, les nouvelles indiquant que la voie de la croissance est un génocide au ralenti s’accumulent. La baisse de la disponibilité d’énergie bon marché, les scénarios catastrophiques du changement climatique et les tensions géopolitiques pour les ressources montrent que les tendances de progrès du passé s’écroulent.
    Face à ce défi, ni le mantra superficiel au sujet du développement durable ni le simple fait d’adopter les technologies éco-efficaces ou ladite « économie verte » — qui dissimule la marchandisation généralisée des ressources naturelles et des services écosystémiques — ne suffisent. Les solutions technologiques censées lutter contre les nombreuses crises environnementales ou contre le déclin énergétique ne suffisent pas non plus.
    De plus, la crise écologique n’est pas quelque incident isolé. Elle est essentielle et affecte bien des aspects de la société : alimentation, transport, industrie, urbanisation, conflits militaires… En fin de compte, elle concerne le fondement de notre économie et de nos vies.

    L’impasse

    Nous sommes pris au piège de la dynamique perverse d’une civilisation qui ne fonctionne pas si elle ne croît pas et qui, avec sa croissance, détruit les ressources naturelles qui la rendent possible. Notre culture, qui idolâtre la technologie et le marché, oublie que nous sommes, fondamentalement, dépendants des écosystèmes et interdépendants.
    La planète ne peut pas soutenir la société productiviste et consumériste. Nous avons besoin de bâtir une nouvelle civilisation capable d’assurer une vie dans la dignité pour une énorme population humaine (aujourd’hui, plus de 7,2 milliards de personnes), en constante croissance, qui habite un monde dont les ressources sont en déclin. Ce but ne peut être atteint que si nous changeons radicalement de mode de vie, de formes de production, de conception des villes et d’aménagement du territoire.

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    [ Aujourd’hui nos élites ont encore tout au plus une rationalité suicidaire,http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif donc ya qu’à voir, mais c’est tout vu ! ] http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

    Dans cet étrange carnaval
    On a vendu l’Homo-sapiens
    Pour racheter du Neandertal
    https://www.youtube.com/watch?v=8CYa9cSRNlQ http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • mouton 664656 mouton 664656

    En meme temp chaque users içi aspire qu’a une chose la fin de notre monde, donc oui içi il a son publique ce blog sortie du fin fond de la poubelle du net.

    Faut savoir que le Times (comme tout journaux papier) vois ces ventes chuter. Donc ils font dans l’absolue pour succiter de l’interet, ou qu’ils soient juste remarquer. Comme un enfant turbulant^^

    Ils non aucun lecteur et leurs messages de haine ne seront pas entendue et encore moin approuver.

    L’europe ne ce lancera j’ammais dans une guerre contre l’ursss.

  • TheAoD

    Je veux pas faire mon septique, mais votre source n’a pas de source … Pas claire tout ça

  • Je crois que l’article reflète bien une méchante réalité de notre monde: personne ne veut croire en une guerre nucléaire. Jouant sur un levier dangereux, nos gouvernements occidentaux poussent le bouchon toujours plus loin, en estimant que leurs ennemis plieront avant d’en arriver à une extrémité radioactive…

    La problématique principale dans cette méthode d’intimidation contre la Russie, c’est que la Russie n’est ni l’Irak, ni la Syrie, ni tous ces pays que l’on a pressurés et asservis. Aujourd’hui, la Russie est véritablement devenue un poids gigantesque sur « l’autre plateau » de la balance. Et ses alliés pèsent même plus lourds (la Chine…); nous sommes au point d’inflexion de l’économie mondiale, car les richesses viennent de passer de l’autre côté.

    Ceci-dit, géopolitiquement, notre occident belliqueux reste avantagé par ses si nombreuses bases militaires et alliances putrides.

    Le premier élément (la bascule économique) et le second (la supériorité militaire du bloc en devenir de faillite) mélangés pousseront le monde dans une synergie impensable qui pourrait bel et bien mener à une guerre mondiale, et, potentiellement, atomique.

    Quant à croire que la classe ouvrière (sic) pourrait changer quelque chose à une situation géopolitique dont elle n’a même pas conscience, alors même qu’elle est incapable de changer une situation sociale dont elle souffre directement, et consciemment… j’ai quelques doutes !

      • Lilith Lilith

        Moi aussi j’ai des doutes, quand dans les années 80 l’empire soviétique c’est effondré l »empire de l’ouest dans sa grande arrogance à crus avoir terrassé l’ours mais c’était sans compter avec le formidable développement économique de la Chine allié naturel des Russes qui pendant que l’empire de l’ouest tout occupé à se remplir la pense et a vidé les ressources aux quatre coins du monde ne se sont pas rendu compte du réveille de l’ours,plombait leurs économies en investissant et en rachetant tous ce qui avait de la valeur, maintenant c’est la panique à bord, la maison brûle et les fondations sont atteinte. Mais je ne peux me résigner à croire à un conflit nucléaire, ils sont dos aux murs donc forcer de trouver un accords qui permettent a toutes les parties de ne pas perdre la face……….

        et puis le retours de 2 forces n’est pas une mauvaise chose cela réequilbre les choses…………

  • pierre doute

    La 3 guerres mondiale as lieux ,les conflits instantané créer par les SICAIRES sionistes alimenter par une trésorie ANGLO-SAXONNE « familles royale ANGLETERRE protestant sionistes et ses 11 Apôtres juifs SABBATIQUE des tribus du clans des assassins  » la perversité leurs armes fourbes manipulateurs dans ce monde tout est permis la devise de ses suppos de Satan .VLADIMIR POUTINE sait très bien de quoi ils sont capable ,les Asquenazes Infiltrés dans l’apparatchik RUSSE ,sont identifier ,les actions de guerres de Poutine sont l’ecrèmages des têtes de la pieuvres ,éliminations physiques des banquiers riches propriétaires terriens sont les cibles de tout hommes libres! les neurones contre l’atome des belliqueux ?

  • Maverick Maverick

    Faites-vous même votre simulation nucléaire http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

    http://www.wouldisurviveanuke.com/

    • Je suis déçu de constater que je ne ferais même pas mieux que les dinosaures si ça pétait à 150 km de chez moi la météorite :(

      65.000.000 années d’évolution, et paf, un gros caillou dans la tête, et t’es toujours mort.

      C’est nul !

      :)

  • Le veilleur

    Quelqu’un à dit un jour: la troisième guerre mondiale n’aura pas lieu car l’homme a trouvé des moyens beaucoup plus perfectionnés pour détruire sa civilisation.

    D’abords L’homme a généré les maladies, la famine, le krach boursier, les crises et la guerre économique puis la destruction des forêts, des mers, des rivières, de l’air, des animaux. Qu’est qu’il lui reste à détruire, la planète entière ?

    j’ai lu quelques par que des impacts trop répétés de bombes H ou nucléaires pourrait très bien faire dévier la lune de son orbite car l’équilibre est fragile. C’est un scénario catastrophe qui n’est pas à négliger mais on aurait pas besoin de ça en plus.

    Ensuite faire une guerre aujourd’hui entre état n’est pas sans risque même pour les gouvernements car l’armement n’est plus celle de 1940 et donc là dans cette court des grands inconscients, on ne rigole plus, ce qui dissuade de passer à l’acte à moins d’être suicidaire.

    En ce moment les Américains sont encore en pleine guerre d’esprit et ils essayent par tous les moyens inimaginables de rallier les troupes Européennes qui ne semblent pas très décidés. Les sanctions Européenne faite à la Russie n’arrange personne car pour nous, ne plus commercer avec la Russie et un énorme manque à gagner économique. Le traité transatlantique de viande au hormone, de poulet au javel, et d’OGM à toute les sauces n’arrange plus grand monde, sans compter que ses multinationales de la mal bouffe, peuvent attaquer en justice des états récalcitrant qui ne respectent pas les règles et puis quoi encore !

    Si l’on en croit les journaux alternatif, les suisses ne veulent pas de guerre, les allemands commence à réfléchir pour s’allier avec la BRICS et veulent continuer le commerce équitable avec la Russie, suivie de l’Italie et de l’Espagne qui se tâte. L’Autriche à déroulé le tapis rouge à la venu du président Russe, les turcs ne veulent plus commercer en dollars etc….

    Les banquiers Français sont remontés après l’amende de la BNP Paribas ainsi que les allemands, le ministre Michel sapins ainsi que le PDG de total ont affirmés que l’on pouvait très bien se passer du Dollars dans nos transactions et commercer en euro. Peut-être que là, les Américains sont allés un peu trop loin dans leur sanction planétaire, cela ne va-t-il pas plutôt se retourner contre eux ?

  • Le veilleur

    Pétition: Non à la décadence de l’Europe de l’Ouest !

    http://www.mesopinions.com/petition/politique/decadence-europe-ouest/12570