Ukraine : le PDG de Total met en garde contre un nouveau mur de Berlin

Rappelons que le groupe Total est engagé dans le consortium chargé de la construction et de l’exploitation du gazoduc South Stream actuellement bloqué au niveau de la Bulgarie par la commission européenne sous la pression des états-unis… Les industriels européens, contrairement aux pantins de la commission et à son président Barroso, ont compris depuis le début que la crise ukrainienne et les tensions entre l’UE et la Russie étaient économiquement désastreuses et servaient uniquement les intérêts de Washington…

Le PDG du groupe français Total Christophe de Margerie a comparé l’actuel état des relations russo-européennes à l’érection d’un nouveau mur de Berlin.

« On dit que nous devons nous protéger de l’Ukraine, et puis on commence à parler de la Russie. Ce sont des choses tout à fait différentes. Est-ce que nous avons l’intention de construire un nouveau mur de Berlin? », s’interroge M.de Margerie cité par les médias occidentaux.

« La Russie est notre partenaire, et nous ne devons pas perdre notre temps à nous défendre contre notre voisin. Nous devons œuvrer à ne pas être trop dépendants envers n’importe quel pays, mais cela ne concerne pas la Russie, qui nous a sauvés à plusieurs reprises », a indiqué le patron de Total.

Il a également souligné l’importance d’un fonctionnement normal du gazoduc Nord Stream et du projet South Stream pour l’approvisionnement de l’Europe en gaz naturel russe.

« Peut-on se passer du gaz russe en Europe ? La réponse est non. Et est-ce qu’on a des raisons de s’en passer ? A mon avis, et je ne défends pas les intérêts de Total en Russie, c’est non », a conclu le PDG.

Les gazoducs sous-marins Nord Stream et South Stream sont destinés à diversifier les livraisons de gaz en Europe et à réduire sa dépendance vis-à-vis des pays transitaires, en l’occurrence l’Ukraine. Ces derniers temps, l’avenir du transit de gaz russe par l’Ukraine paraît moins prévisible en raison de l’instabilité politique en Ukraine.

Le gazoduc South Stream doit passer par le fond de la mer Noire pour acheminer du gaz russe vers l’Europe du Sud en contournant l’Ukraine. La Commission européenne estime que les accords bilatéraux signés par la Russie avec les pays transitaires dont l’Autriche, la Bulgarie, la Hongrie et la Slovénie violent la législation communautaire.

Moscou a pour sa part engagé une procédure judiciaire au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) suite à l’application par l’UE du « Troisième paquet énergie ».

Source : RIA Novosti

4 commentaires

  • kalon kalon

    Tel que je l’écrivais hier, ce seront finalement les riches qui nous sauverons du colonialisme américains !
    Ils veulent bien mélanger la politique et les affaires quand cà leur rapporte de l’argent mais perdre de l’argent à cause de la politique, cà, je n’ai pas l’impression que cà va beaucoup les intéresser ! http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

  • GROS

    Ah ? Là on a le droit de lui accorder de la crédibilité ?
    Ce n’est plus un méchant capitaliste qui fait des profits honteux sur le dos de la pauvre population ?

    Dites-moi, j’ai un trou de mémoire : l’affréteur de l’Erika, c’était qui, déjà ?

    J’aime bien le journalisme flip-flop : quand on s’en rend compte, ça prend une tournure comique, et c’est bon pour le moral. :-)

    • kalon kalon

      Total estime qu’a partir du moment ou du pétrole quitte son navire, celui çi ne lui appartient plus et est transféré au fond des œuvres de charité du groupe qui le distribue gratuitement.
      Ils te le donnent gratuitement et t’es pas encore content !http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif