France, le bal des séismes serait-il lancé ?

Mise à jour: article ajouté

Comme souvent, après un gros séisme du côté du Pacifique on peut craindre des répercutions de par chez nous.

En voici un qui pourrait très bien n’être que le début des valses, sans jeux de maux, du moins pour l’instant.

FRANCE                            ORID : 29430
 07/04/14     53 Arrivees                    RMS :  0.81    Type :uk
 Heure orig: 19h 27m 01.70 +/- 0.25
 Latitude  :         44.52 +/- -1.0     1/2 Grand Axe :     5.2 km
 Longitude :          6.61 +/- -1.0     1/2 Petit Axe :     3.3 km
 Profondeur:          2.  (Imposee)     Azimut gd Axe :   122.0 deg
 ML : 5.20+/-0.33 sur 15  stations

 Localisation par rapport aux villes proches
10 km ESE de EMBRUN (HAUTES-ALPES) (5800 habitants)
 14 km NNW de BARCELONNETTE (ALPES DE HAUTE-PROVENCE) (3000 habitants)
 15 km SSW de GUILLESTRE (HAUTES-ALPES) (2000 habitants)
 16 km E   de SAVINES-LE-LAC (HAUTES-ALPES) (800 habitants)

Source Renass

Euh, ce n’est plus au loup pour ceux qui se croient « SI » malins !

Un séisme de magnitude 5 s’est produit lundi soir dans le sud-est de la France. Son épicentre se situe dans les Alpes-de-Haute-Provence, à 7 km de Châteauroux-les-Alpes, 8 km d’Embrun et 10 km de Barcelonnette.

Le réseau national de surveillance sismique indique sur son site que la secousse a eu lieu à 21 h 27, à une profondeur de 11 kilomètres. Selon un journaliste du Dauphiné Libéré, l’institut des sciences de la terre à Saint Martin d’Hères a enregistré une secousse de magnitude 4,8.

« Ce n’est pas une surprise. C’est une zone connue des laboratoires de sismologies régionaux », précise le réseau national de surveillance sismique, selon qui « aujourd’hui, les plaques bougent continuellement ».

La sismicité de cette zone est due aux compressions qui forment les Alpes, nées de la remontée de la plaque tectonique africaine sur la plaque eurasienne.

PAS D’INTERVENTIONS DES POMPIERS

Le tremblement de terre a été ressenti dans de nombreux départements, de la Savoie au Var en passant par le Rhône, l’Isère et surtout les Alpes-Maritimes, où les pompiers disent avoir reçu de « nombreux appels » d’habitants apeurés.

« C’est la première fois que je ressens une secousse aussi puissante », témoigne le maire de Barcelonnette sur la chaîne locale D!CI-TV. « Des citoyens m’ont dit que les livres sont tombés par terre, (…) tout tombait partout. (…) Le réflexe des gens a été d’aller vérifier le clocher (…) mais la tour n’a pas bougé. »

« Ca a été très soudain, on était en train de regarder la télé tranquillement, et d’un coup la maison a commencé à trembler, ça a fait comme dans les films. (…) On entend des bruits de vaisselles cassées, des vases qui se cassent la figure, mais bon, plus de peur que de mal. (…) Juste au dessus de chez nous, des pierres de centaines de kilos sont tombées sur la route », raconte un habitant de Saint-Anne, dans la vallée de l’Ubaye (Alpes-de-Haute-Provence).

« Nous avons eu une cinquantaine d’appels, nous sommes en train de faire des reconnaissances. Il n’y a pas de blessé, mais des fissures dans des murs, des cheminées cassées ou de chutes de tuiles », a indiqué de son côté le service départemental d’incendie et de secours (SDIS) des Alpes-de-Haute-Provence.

Dans les Alpes-Maritimes, il n’y a eu ni blessé, ni dégât important. Le président du conseil général Eric Ciotti a confirmé que la secousse, bien qu’« assez impressionnante », n’avait nécessité « aucune intervention des sapeurs pompiers ».

Les pompiers du département ont reçu 600 appels en une heure, de la part d’habitants s’inquiétant ou se demandant quelle conduite adopter. « Mon fauteuil a bougé, de façon horizontale, c’était très fort, comme si un train passait », a expliqué à l’AFP une habitante de Cagnes-sur-Mer, à l’ouest de Nice.

Source+vidéos: Le Monde

20 commentaires

  • waouh!
    Un séisme de magnitude 5,19 sur l’échelle de Richter s’est produit lundi soir dans le quart sud-est de la France. Il a été ressenti du Var aux Alpes-Maritimes et dans les Alpes du Sud, selon l’organisme Sismo-Azur.

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/04/07/un-seisme-ressenti-dans-le-sud-est-de-la-france_4397324_3224.html

  • robertespierre

    Pour couper court au baratin du Nucléaire
    aujourd’hui ces centrales atomiques sont plus vieilles de 7 ans et donc plus vétustes donc plus DANGEREUSES

    Actualité >
    Vivre Mieux
    La résistance des centrales aux séismes mise en doute

    Philippe Baverel |

    Agrandir le texte Diminuer le texte Imprimer l’article Tout leParisien.fr sur votre mobile
    QUE se passerait-il si la France
    subissait un tremblement de terre aussi violent que celui qui a frappé le Japon lundi ? Les
    19 centrales nucléaires de l’Hexagone pourraient-elles connaître les mêmes avaries que celles
    de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa, désormais fermée, où le séisme a provoqué l’incendie d’un
    transformateur et des fuites d’eau radioactive ? Le réseau Sortir du nucléaire en a la conviction.

    Non seulement il affirme que les centrales d’EDF ne sont pas adaptées au risque sismique, mais
    il a publié hier sur son site (www.sortirdunucleaire.org) des documents exclusifs aussi confidentiels
    qu’inquiétants de l’électricien sur le sujet. Si certains textes datent de 2003, ils « restent
    d’une brûlante actualité puisque la remise à niveau des réacteurs n’a pas eu lieu », indique
    Stéphane Lhomme, porte-parole de ce collectif d’associations antinucléaires.
    Risques minimisés
    ?

    Selon ce dernier, des données sismiques auraient été « falsifiées ». Stéphane Lhomme cite
    l’exemple de la centrale de Chinon (Indre-et-Loire) : « EDF a baissé l’intensité du séisme de
    référence qui s’est produit en 1657 en Touraine. Alors que l’intensité épicentrale avait été
    fixée à 7 ou 8, EDF a retenu dans ses calculs 6 ou 7. » Dès 2003, rappelle le réseau écologiste,
    l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) avait remarqué que les intensités
    de la plupart des séismes de référence avaient été revues à la baisse par rapport à celles compilées
    dans la base de données SisFrance. « En diminuant d’office les chiffres, EDF parvient à
    démontrer
    que ses centrales nucléaires sont aptes à résister », ironise Sortir du nucléaire.
    Deuxième
    accusation, EDF aurait minimisé les risques sismiques pour ne pas effectuer de coûteux travaux
    de mise en conformité (1,9 milliard d’euros). « Il s’agit de travaux de renforcement sur des
    canalisations de circuits de refroidissement ou sur la structure des réacteurs, explique Stéphane
    Lhomme. Problème, sur les sites qui datent des années 1970, à Bugey (Ain) ou à Fessenheim (Haut-Rhin),
    les travaux sont techniquement impossibles. Seule solution : la fermeture. »
    Prenant les devants,
    EDF aurait mené une « opération de lobbying » afin d’empêcher la prise en compte des calculs
    de l’IRSN cités plus haut. Pour étayer cette affirmation, le réseau écologiste publie des extraits
    de documents internes, dont l’électricien ne dément pas l’origine
    (lire l’encadré).
    Florilège
    : « Il faut trouver une échappatoire à cette menace », « des menaces très importantes apparaissent
    sur les réacteurs de Bugey et Fessenheim ». Sortir du nucléaire précise que la menace est celle
    de devoir financer les travaux !
    Les écologistes reprennent aussi une critique émise mercredi
    par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), l’organisme indépendant qui contrôle des installations
    utilisant l’atome en France. L’ASN a révélé que certains réacteurs d’EDF présentent un défaut
    au niveau des générateurs de vapeur. « L’eau qui circule dans une centrale contient des produits
    qui finissent par obturer les conduits, un peu comme le calcaire dans une machine à laver »,
    détaille Stéphane Lhomme. Toutefois, EDF assure avoir trouvé une solution au problème en injectant
    une solution qui dissout les dépôts, technique qui risque de créer des fissures, déplorent les
    écologistes.

    Le Parisien

    • Eaglefeather Eaglefeather

      En effet Robertespierre,

      Et tu fais bien de rappeler ceci :

      – magnitude maximale de référence pour toutes les centrales « mises en route » jusqu’en 2000, était de 6.0. Suivant les « ! experts ! », il ne peut y avoir de séismes plus forts en Europe de l’Ouest !!

      – la maintenance des bétons reste insuffisante pour les organes de sécurité de niveau 3 et 2. Les capteurs et sorties d’eau ne sont pas pourvus d’une scelle suffisamment épaisse pour amortir une déformation du sol pour un séisme de 6 (réf pourtant) à 5 km de profondeur. L’altération de ces bétons due à une exposition au milieu humide, détériore la structure d’armature et affaiblit ainsi l’ouvrage.

      – maintenance des bétons des organes essentiels niv 1, il a été admis par l’AIEA et ce à l’encontre d’une déclaration de l’ASN, que l’ensemble des centrales mondiales, ne pouvait prétendre à un niveau de sécurité optimal pour les réacteurs. Il n’est matériellement impossible d’assuré cette maintenance sans un arrêt complet des installations au moins durant trois ans. De plus, « ajouté à la faible référence sismique », la détérioration et l’impossibilité de remplacer totalement certains éléments structurels telles les scelles principales et des infrastructures elles-mêmes, avec le temps, la ionisation, et l’humidité souterraine ambiante (étanchéité usée), soutenant les réacteurs, les cuves de refroidissement et stockage :
      (il faut savoir que la profondeur moyenne des séismes en Europe de de l’Ouest (Belgique et France) est de 2km, quelques cas se situent habituellement à 5 km)
      — « ne peut plus être garanti » la sécurité environnementale et publique en cas d’un séisme de 6.0 (réf max) se produisant à 5 km de profondeur.
      — « ne peut plus être garanti » un niveau de sécurité environnemental et publique « suffisant » en cas d’un séisme de 6.0 (réf max) se produisant à 10 km de profondeur.
      — « mise en danger totale » de l’environnement et du publique au-delà d’un séisme de 6.5 à 2 km de profondeur et, d’au-delà de 7.0 quelque soit la profondeur.

      Ce même discours fut également servi à la remise en route de Doel et Tihange(B) lorsque le nouveau directeur de l’AFCN (agence fédérale belge) eut déclaré je cite : « Les fissures découvertes dans les cuves des réacteurs des centrales nucléaires de Doel 3 et de Tihange 2 sont présentes depuis leur construction en 1974 et ne sont pas la conséquence de l’irradiation, a assuré mercredi le nouveau patron de l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN), Jan Bens, en commission de la Chambre. « J’y mettrais ma main au feu »., c’est à la suite de cette déclaration que l’AIEA, a imposé de suite l’arrêt du processus de relance.

      En Suisse c’est pareil, http://www.ensi.ch/fr/2011/09/26/fissures-du-manteau-du-coeur-de-la-cnm-confirmation-de-levaluation-de-lifsn/ cette centrale est assise sur le contrefort des Alpes, près de Bern. La vallée de plissement alpin ne se situe qu’à quelques kilomètres de là, et chose encore plus surprenante qui ne figure dans aucun document relatif aux risques naturels, c’est la présence de nombreuses chambres magmatiques à peine 4 km de profondeur (pareil aux Vosges).

    • Eaglefeather Eaglefeather

      Oui presque, 4.8, mais à 64 km de profondeur et sous la mer le rend incomparable, puisque ici, il s’est produit qu’à 8 km et en montagne !!

  • mani mani

    Bonjour tout le monde,

    j’ai une amie qui vie à jausiers, la ou a eu lieu le séisme de 5.2, voici son message

    méga tremblement de terre!!!!!!!! J’en ai encore les larmes aux yeux! J’ai eu le temps d’observer le mur de la chambre de Luna onduler, de me dire que ça va s’arrêter, de me demander si je devais courir chercher la puce pour la mettre à l’abri, puis les placos des murs et pas mal de choses ont commencé à tomber, alors j’ai fini par me décider à me lever, à courir à la chambre de Luna et passé le pas de sa porte plus rien, ouf! Même si dans ces instant le temps semble se rallonger, c’était vraiment très très long pour un tremblement de terre! Les gens sont descendus dans la rue, j’entends parler qu’il n’y as pas eu d’aussi fort tremblements depuis 1959…. Et que généralement une ou plusieurs secousses suivent dans l’heure quand il y a un gros tremblement. Je suis habituée depuis petite à ce que la terre tremble mais celui-là était vraiment impressionnant, du jamais vu pour moi! Et c’est vrai que même pour les petits tremblements que j’ai vécu, quand il y en avait un, il y en avait d’autres dans les heures, les jours ou la semaine qui suit… Alors à suivre! Voilà petite émotion du moment…. qui nous remet bien à notre place: la vie ne tient qu’à un fil pouvant être coupé à tout instant! Bref, je ne suis pas prête de m’endormir!

    • Eaglefeather Eaglefeather

      En 1959 il était de 5.5 et d’intensité évaluée à 7.5 selon le BRGM, malheureusement je ne trouve aucune information complémentaire quant à la profondeur.

      Juste ceci pour bien mettre en évidence que le sol bouge « toujours » et qu’on ne le ressent pas toujours non plus, à partir de l’essaim de 2012 (Barcelonnette) il n’y a pas moins de 23000 micro-séismes et séismes qui sont survenus rien que pour ce lieu !!

  • Merde…

    On va tous mourir…

  • sckual

    Pour l’USGS, c’est un 4.7….

    • Maverick Maverick

      Il me semble qu’ils ont leur propre échelle, comme les Russes, d’ailleurs ? Je crois que l’USGS calcule le « moment de puissance », ou un truc comme ça …

      • sckual

        Je m’en doute bien. Vu les écart qu’il y a des fois, suivant les réseaux.

        Sur BFM, le sismologue a parlé d’une secousse de 5 à 5.5. Le renass le réévalue à 5.2

      • Eaglefeather Eaglefeather

        Bien vu Maverick, et j’ajouterais que l’USGS à tendance surtout pour ce qui les concerne (USA), à abaisser les moments tenseurs eux-mêmes, et à en réduire le temps aussi !! ;)

        @Skual, le pire c’est Global Quakes pour les écarts. Pour celui d’hier soir, 5.0 par le CSEM.

  • Planete bleu Planete bleu

    Trés peu de gens savent aussi que l’Allemagne sent sort trés bien depuis qu’elle a décidé de ne plus utilisé le nucléaire, malgrés tous les mensonges qu’on entend sur le sujet en France.Je conseille de lire cette article très intéressant qui se trouve dans se site :

    http://www.sortirdunucleaire.org/Allemagne-la-transition-energetique-ca-marche

  • J’habite à côté, à Guillestre. La secousse a été particulièrement forte, impressionnante, accompagnée d’une dizaine de répliques de petites ampleurs. Ça fait plus d’un an que je regarde sur le site de RéNaSS, et la terre bouge régulièrement ici.