Bercy renonce à augmenter le prix des cigarettes …

Un pas en avant, et trois en arrière, c’est la danse comportementale coutumière de ces (ir)responsables qui, depuis plus d’une année qu’ils ont été parachutés aux « affaires », ne savent plus comment faire rentrer des sous dans les caisses percées de l’état. Le fallacieux prétexte de protection de notre santé attendra. La pression fiscale menaçant de devenir encore plus  insoutenable, la grogne montante, la dette grimpante , les dépenses somptuaires, et les résultats affligeants ……… on recule, en attendant LE miracle….Mais de quel côté va t-il arriver cet hypothétique miracle?? Certainement pas de leur gestion de la crise car, quand le patrimoine sera entièrement vendu, et l’argent dépensé, il nous restera les yeux pour pleurer …

Img/LeBlogMedical.fr

Face à la baisse des ventes enregistrée en 2013 par les buralistes, le ministère du Budget annule la hausse du prix du tabac prévue pour le mois d’octobre.

Le ministère du Budget a confirmé vendredi soir que le prix du tabac n’augmentera pas en France au mois d’octobre. « Cette stabilité des prix fait suite aux deux hausses d’octobre 2012 (+40 centimes), puis de juillet 2013 (+20 centimes) », s’est justifié le ministre Bernard Cazeneuve dans un communiqué.

Selon Bercy, les ventes de cigarettes ont baissé de près de 8% au premier semestre 2013, par comparaison avec le premier semestre 2012. « Cette évolution est la traduction de l’action du gouvernement pour modérer la consommation de tabac et protéger la santé publique », a assuré le ministre. L’analyse d’Yves Bur, le président de l’Alliance contre le tabac est tout autre : « cette baisse est liée à la diminution du nombre de cigarettes fumées par les consommateurs confrontés à la chute de leur pouvoir d’achat et elle est aussi consécutive à la croissance du nombre d’usagers de cigarettes électroniques : ils seront bientôt un million de consommateurs, soit 7,4% des 13,5 millions de fumeurs en France ».
60 centimes pour une hausse efficace

Les acteurs de la lutte contre le tabagisme ne cessent en effet de répéter, chiffres à l’appui, que les hausses de prix de quelques centimes comme celle de juillet dernier sont sans effet sur la consommation de tabac.

Pour qu’elle pousse un nombre significatif de fumeurs à décider d’arrêter de fumer, il faut que la hausse du prix du paquet de cigarettes soit supérieure à 10%, c’est à dire en moyenne +60 centimes en une seule fois. L’Organisation mondiale de la Santé estime qu’une telle hausse de prix de 10% se traduit directement par une baisse de la consommation de 4%…….

[…]

Lire la suite de l’article

Auteur pour PourquoiDocteur/NouvelObs

 

Note: la mise en évidence, du nombre croissant d’usagers de la cigarette électronique, laisse supposer que les « danseurs » vont cogiter pour la taxer, en  obligeant par exemple à l’acheter en pharmacie à des prix prohibitifs… Si-si!!  ils sont assez tordus pour y penser et légiférer… ♥♥

5 commentaires

  • fotoulaver fotoulaver

    Vous pensez être libre, mais pensez vous librement ?

    La consommation de coca aussi semble baisser. Peut être que le peuple commence à recevoir une vrais information ?

    Mais lorsque je vois le panier des consommateurs c’est vraiment déprimant.

    • Kiline Kiline

      C’est là que tu te dis qu’on est mal barré quand tu vois les caddys remplis de cochonnerie du genre et principalement les jeunes! Si ce n’était pas les freins de craindre les insultes ou voir pire j’hésiterais pas à les avertir.

      • Scoob

        ouai , mais malheureusement ce qui est le moins cher est le plus dégueux .
        un truc tout con , les gens qui ont le plus de problème de poids sont ceux qui ont le moins de revenue et qui mangent les produit les plus crados .
        et puis bcq trop de monde est forcer d’aller uniquement en grande surface pour faire ses achats .

  • Nous disions, il y a un soupir, que le Lider Mínimo, alias Nicolas Sarkozy, qu’il était le champion du ridicule. Je crois qu’avec nos amis les Roses, il est en passe de se faire rattraper au panneau d’affichage.