Contre les subventions publiques aux gaz de schiste !….

Ca expliquerait beaucoup de choses…

Le 23 juillet prochain, les États membres de l’Union européenne devront voter sur la nouvelle politique énergétique de la Banque européenne d’investissement (BEI). Si cette politique est validée telle qu’elle est actuellement formulée, alors la première banque publique européenne pourrait ouvrir son portefeuille à des projets d’hydrocarbures non conventionnels (gaz et huiles de schiste, gaz de houille).

Plus d’infos

Et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), dont la politique énergétique est attendue pour la fin du mois et qui semble d’ores-et-déjà encline à financer des projets de gaz de schiste, pourrait bien lui emboîter le pas.

Rejoignez l’appel des organisations au Ministère de l’Économie et des Finances afin que la France, l’un des premiers actionnaires majoritaires de la BEI et de la BERD, refuse de voter pour des politiques qui, en autorisant les subventions aux hydrocarbures non conventionnels, engagent l’argent de l’État, et donc nos impôts, dans des projets :  

qui contribueront à polluer de façon durable l’eau, l’air et les sols, et auront un impact sur la santé

qui participeront activement au réchauffement climatique

qui seront en contradiction avec la législation française

qui ne permettront ni la sécurité énergétique européenne, ni des bas prix de gaz pour les consommateurs, comme cela a pu être avancé.

Au contraire, la France doit oeuvrer à ce que les fonds publics alloués au secteur de l’énergie par les banques publiques permettent une réelle transition énergétique. Sobriété et efficacité énergétique ainsi qu’énergies renouvelables doivent être la priorité absolue de la BEI et de la BERD.

Signataires :

Amis de la Terre, Counter Balance, CEE Bankwatch Network, ATTAC, AITEC, La Confédération paysanne, Réseau Action Climat, Convergence citoyenne pour la transition énergétique, Collectifs contre les gaz de schiste: Hainaut 59, Basta! Gaz Alès, Collectif Briard, Non gaz de schiste Florac

(…)

 

 

 

Pour lire la suite et signer la pétition, cliquer ICI

 

cyberaction mise en ligne le lundi 15 juillet 2013

En partenariat avec : Amis de la Terre, Counter Balance, CEE Bankwatch Network, ATTAC, AITEC, La Confédération paysanne, Réseau Action Climat, Convergence citoyenne pour la transition énergétique

Elle sera envoyée à : ministre de l’Économie et des Finances, Pierre Moscovici

Elle prendra fin le : samedi 31 août 2013

 

Un article de cyberacteurs.org, relayé par Jacques pour SOS-planete

 

15 commentaires

  • supermouton supermouton

    Donc, pour résumer les deux articles du jour, c’est mal de financer les énergies solaires et éoliennes, mais c’est bien de pomper du gaz de chiotte ?
    On voit clairement qui est aux manettes :-)

  • walter kurtz walter kurtz

    Tiens l’australie a découvert du pétrole en grande quantité ,l’iran , l’irak et le vénezuela réunies…http://moneymorning.com/ob-article/arckaringa-saudi.php?code=131883

  • Confiture de Fmurr Confiture de Fmurr

    Sans vouloir vous saturer les neurones ,je vous envoie un texte que j’ai mis de coté mais je n’ai pas noté le site qui l’a écrit :
    ICI, peut être ? :http://www.scoop.it/t/stop-gaz-de-schiste-rhone-alpes-nord

    COMMUNIQUE DE PRESSE de Collectifs français- Rapport de l’OPECST du 6 juin 2013
    L’Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST) présentait le 6 juin dernier un rapport d’étape sur les « techniques alternatives à la fracturation hydraulique pour l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste ». Pour l’ensemble des collectifs réunis, ce rapport, très largement hors-sujet, ne traite aucunement des alternatives possibles, mais fait, au contraire, l’apologie de la fracturation hydraulique, aujourd’hui jugée comme la technique « la plus efficace et la mieux maîtrisée pour extraire les hydrocarbures non conventionnels ».
    Est-ce délibérément que ces deux parlementaires ignorent une multitude d’informations pourtant peu susceptibles de subjectivité ?
    On peut se poser la question de leur « lobbylisation » et de leurs incompétences conjuguées, tant les inexactitudes de ce rapport sont flagrantes et plus que nombreuses.
    Sur les 75 auditions effectuées par MM. Bataille et Lenoir, 73 sont celles des pro-gaz de schiste. On ne trouve ni économiste spécialiste des emplois, ni hydro-géochimiste, ni toxicologue, ni géographe, ni démographe, ni sociologue, ni médecin… Cherchez l’erreur…ou la manipulation calculée.
    On ne peut qu’avoir honte du peu de crédibilité à donner à ce rapport financé par les deniers publics et qui n’apporte aucun élément nouveau, si ce n’est un renforcement pathétique de l’argumentation du MEDEF et des « pétrogaziers ».
    Les collectifs citoyens dénoncent la malhonnêteté flagrante de ce rapport d’étape, truffé de contre-vérités. On y parle de 100.000 emplois (sur la base d’une erreur de calcul d’un cabinet de lobbying), d’une liste d’additifs chimiques pour la fracturation composée de produits de grande consommation, voire quasiment « bio ». On y parle de fracturation hydraulique réalisée à de nombreuses reprises en France. Il n’y a pourtant qu’un seul vrai forage effectué dans la roche-mère et stimulé grâce à la fracturation hydraulique ! Et il ne produit (le rapport le cite) qu’un seul baril de pétrole par jour (l’indépendance énergétique de la France est en marche…). Le rapport évoque la similitude de géologie entre le Dakota et le Bassin Parisien… en oubliant les millions d’habitants dudit Bassin Parisien. De plus, la question de l’impact climatique a été évacuée en un paragraphe conclu de manière lapidaire. Ce ne sont que quelques exemples de ce rapport « bidonné » par le député Bataille et le sénateur Lenoir.
    Tout est fait de manière à rendre, de façon insidieuse, l’exploration et l’exploitation des gaz et huiles de schiste et du gaz de houille « socialement acceptables ».
    Exploiter ces ressources fossiles en France ou ailleurs – et ce, quelle que soit la technique – ne ferait qu’accroître nos émissions de gaz à effet de serre et nous enfoncer encore un peu plus dans la crise climatique. Il a aussi été scientifiquement prouvé que l’exploitation des gaz et huiles de schiste entraîne des contaminations de l’eau potable, des fuites importantes de méthane, des pollutions de l’air et des pathologies graves (troubles endocriniens, silicoses, cancers…) chez des personnes vivant aux abords des puits, que le vrai visage des gaz et huiles de schiste, ce sont surtout les risques et les nuisances qui y sont associés. Il est quasiment criminel de ne pas avoir traité véritablement les conséquences graves et préjudiciables aux populations dans ce rapport d’étape.
    Quant à cette providence en Lorraine et dans le Nord-Pas-de-Calais en forme de « gaz de houille », de quoi parle-t-on ?
    Gaz de charbon ou de couche ? Il n’y a pas d’autre technique d’extraction du méthane retenu dans les couches que la fracturation, avec les mêmes impacts que pour les gaz et huile de schiste. Nous n’en voulons pas non plus ! Et nous réitérons donc notre conviction : l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels pour la transition énergétique n’est qu’une chimère.
    C’EST POURQUOI NOUS DÉNONÇONS, à nouveau et depuis toutes les régions de France, ce pseudo rapport d’étape dont les résultats prévisibles confèrent à ses auteurs une lourde responsabilité face aux risques majeurs et avérés liés à l’éventuelle exploration et exploitation des gaz et huiles de schiste ainsi que des gaz de houille.

    • Remifasol57

      Surtout que Mr Bataille est en plus à l’origine de la « décision » (19 députés) d’enfouir les déchets les plus radioactifs à Bure (55). La France est bien vendue à tous ces lobbys, la liste est trop longue . . . Seul moyen de changer tout ça : changer ce système qui n’élit que des gens appartenant à l’oligarchie. Faisons la promotion du tirage au sort pour désigner nos représentants. le FMI, l’OMC, les USA veulent faire LEUR loi en Europe, les accords commerciaux en discussion …vont nous apporter : poulets à l’eau de javel, ogm, gaz de schiste……….. Tout ce que l’on refuse aujourd’hui, avec cet « accord », les USA vont attaquer l’Europe au tribunal . . .et nous l’imposer par la loi ! ! !

  • derdesders

    je suis étonné que la banque publique européenne pourrait ouvrir son portefeuille à des projets d’hydrocarbures non conventionnels.

    je m’attend au pire en ce qui concerne la décision du conseil constitutionnel !alors même que :

    « Mais dans ce débat, il est intéressant d’entendre la voix de Thomas Porscher, un professeur d’économie à Paris, spécialiste des matières premières. Il est très écouté par le gouvernement français. Et que dit-il en substance ? Primo, que l’exploitation de gaz de schiste rapporte plus à la firme concernée qu’à la collectivité. Il précise qu’un million de dollars de production ne crée que 2,35 emplois ! Bref, le gaz de schiste n’est qu’un mirage qui ne profite qu’aux compagnies gazières.
    […]
    Thomas Porcher ne croit pas à ses chiffres. Pourquoi ? Parce que selon lui si les Etats-Unis créent autant d’emplois, c’est parce qu’ils forent en continu. Plus de 500.000 puits ont été forés entre 2005 et 2012, ce qui correspond à un nouveau puits toutes les 8 minutes ! Et tant qu’il y a des puits installés, il y a des jobs créés : un job par puits, selon l’interview donnée par cet économiste à Libération. Le jour où on s’arrête de forer, c’est fini ! Donc, si la France voulait créer 100.000 emplois grâce au gaz de schiste, comme certains experts le disent, il faudrait forer environ 90.000 puits d’ici 2020 ! Soit donc 30 puits par jour. Et en plus, ajoute-t-il, ces forages défigureraient des départements comme le Gard, l’Ardèche, les Cévennes ou l’Ile-de-France ; là où se trouvent les réserves françaises, et n’oublions pas que la densité de population en France n’a rien à voir avec celle des Etats-Unis, sans oublier que ces zones sont touristiques…« 

    Source

  • Bigoody

    Pour vous faire une idée des conséquences de l’exploitation du gaz…aux U.S.A., Regardez le doc :

    GASLAND de Josh FOX

    et imaginez ce que deviendra notre si belle France après le passage de ces enfoirées de compagnies gazières !

    Cessons une fois pour toute de montrer notre postérieur et de subir une autre forme de fracturation…celle que l’on pourrait nommée « anale » (méfiez-vous…ils seraient capables de venir forer votre arrière train juste pour vous voler votre propre gaz…). Ami(e)s, n’oubliez pas, nous sommes 99 %, et eux seulement 1% – Nous sommes la FRANCE, nous sommes LA TERRE et nous n’avons pas le droit de laisser faire cela ! Au nom de nos enfants et petits enfants !