Les OGM bannis de l’aide au développement par la France… et par la Bolivie…

Ils ne reculent devant rien pour disséminer leurs « chimères ». On aide ou on empoisonne??…Si ces monstres se substituent aux espèces types, on ne sait ce qu’il adviendra en matière de santé. Ils disposent d’un laboratoire géant pour tester…la Terre et on ne s’étonnera pas des « précautions » prises, en mettant les semences mères dans des coffres fort style Svalbard, au cas où………….

En France, l’AFD ne financera plus de projet lié aux OGM, affirme le ministre délégué chargé du développement, Pascal Canfin… En Bolivie, Evo Morales expulse l’agence étasunienne en charge de la coopération internationale (USAID) qui fait la promotion des OGM dans de nombreux pays en développement.

Début mai 2013, Pascal Canfin, ministre délégué chargé du développement (du parti EELV), a annoncé que « l’Agence française de développement (l’AFD), s’engage à ne plus financer la recherche, l’achat, la promotion ou la multiplication de semences génétiquement modifiées ».

Cette exclusion a été votée début mai par l’AFD qui établissait sa nouvelle stratégie en Afrique sub-saharienne en matière de sécurité alimentaire pour les trois prochaines années.

Pascal Canfin conclut son courrier électronique aux membres d’EELV, courrier qu’Inf’OGM s’est procuré, ainsi : « Une nouvelle victoire sur les OGM ce matin qui nous fait avancer un pas de plus pour faire de l’Agence, une référence en matière de développement durable ».

Pascal Canfin a réaffirmé cette position, le 3 juillet 2013, sur Twitter : « Cohérence nord sud : L’AFD_France ne financera plus les projets encourageant la recherche, l’achat, la multiplication, la promotion d’#OGM ».

Malheureusement, il n’a pas répondu à nos questions concernant la mise en pratique concrète de cette interdiction. Or, l’AFD, à travers une analyse détaillée de son site Internet, ne semble pas avoir une position aussi claire que celle de son ministre de tutelle.

L’AFD et les OGM : ne pas être trop critique

L’AFD devrait profiter de cette décision du ministre pour revoir la présentation des OGM sur son site. En effet, cette page, intitulée « Les OGM : réponse ou promesse de réponse aux défis alimentaires et économiques des PMA ? », montre une position plutôt favorable aux OGM, en soulignant quelques risques, mais en parlant aussi des « énormes potentialités » que la transgenèse pourrait apporter.

Tout d’abord, l’AFD propose un discours alambiqué sur le lien entre OGM et sélection classique.

N’est-il pas choquant de lire que « les variétés que nous connaissons aujourd’hui [ndlr : les plantes et les animaux issus de la sélection classique] sont donc des OGM au sens littéral du terme puisque ce sont des plantes et des animaux dont le patrimoine génétique a été modifié par l’homme et dont l’apparence n’a plus grand-chose à voir avec celle de leurs ancêtres sauvages » ?

L’AFD, comme pour s’excuser de cet amalgame digne d’un cabinet de relation publique de Monsanto, continue et précise que « de nombreux pays adoptent toutefois une définition plus restrictive et considèrent comme OGM les êtres vivants dont le patrimoine génétique a été modifié par les outils du génie génétique ».

Malgré cette dernière précision, l’AFD se plie à un discours, véhiculé par les partisans des OGM, élaboré pour en éviter tout traitement particulier (évaluation, étiquetage, etc.). Les OGM n’existent pas dans la nature : il s’agit d’une création humaine que la nature ne peut pas réaliser.

Nous avons aussi relevé une autre approximation agronomique. Pour l’AFD, « il semble que la toxine insecticide ne soit produite par la plante OGM que lorsqu’elle reçoit une bonne fertilisation et suffisamment d’eau aux étapes clés de son développement » : la protéine Bt s’exprime, quoiqu’il arrive, c’est le rendement qui dépend des conditions pédo-climatiques. Là encore, la confusion est curieuse.

(…)

Pour l’AFD, les OGM sont un outil parmi d’autres

Au regard de ces « succès », l’AFD conclut que le coton Bt est « l’un des outils, parmi d’autres, de protection contre les parasites ». L’AFD prend donc position clairement dans le débat, certes, en exprimant quelques réserves et quelques risques environnementaux. Mais ces risques, évoqués, sont ensuite minimisés : « On le voit bien, les risques écologiques identifiés ne sont pas liés au fait que les organismes ont été génétiquement modifiés par transgenèse mais bien à la nature des gènes introduits dans les OGM existants ».

(…)

La Bolivie expulse l’USAID, l’agence étasunienne en charge de la coopération internationale

En parallèle, Evo Morales, président de la Bolivie, a déclaré devant plusieurs milliers de personnes, le 1er mai 2013 : « Nous avons décidé d’expulser l’USAID de Bolivie. L’USAID s’en va de Bolivie ».

L’USAID, l’agence étasunienne pour le développement international (USAID), est accusée de conspiration et d’ingérence dans la politique du pays, précisant que cette agence est présente « pour des objectifs politiques et non pour des objectifs sociaux ».

En 2008, Evo Morales avait déjà expulsé de Bolivie, pour des raisons globalement similaires, l’ambassadeur des Etats-Unis et l’agence étasunienne de lutte contre la drogue (DEA).

L’USAID est critiquée à travers le monde, par des ONG comme par d’autres gouvernements, car sous couvert d’aide humanitaire, elle sert avant tout à créer des marchés pour les entreprises étasuniennes.

L’USAID promeut les OGM comme une solution miracle à la faim dans le monde et aux problèmes liés à la dégradation de l’environnement. En 2002, l’USAID avait exporté en Bolivie de l’aide alimentaire contenant du Starlink, un maïs génétiquement modifié qui n’était pas autorisé à l’alimentation humaine du fait de doute quant à son innocuité. En 2003, c’est en Afrique australe qu’on retrouve des OGM cachés dans de l’aide alimentaire.

L’USAID, en lien avec le programme alimentaire mondial (PAM) avait, en effet, géré les surplus de maïs transgénique des États-Unis (dont des variétés destinées au bétail) en les utilisant comme aide alimentaire.

Une vive polémique s’en était suivie, et certains pays concernés avaient refusé l’offre étasunienne, soulignant que de l’aide alimentaire non transgénique était disponible. Au-delà des questions éthiques et sanitaires, ces pays craignaient que le maïs GM offert puissent être ressemé par les agriculteurs, engendrant une contamination absolument incontrôlable.

Quand l’Union européenne critique la Bolivie

L’USAID est actuellement impliquée dans un programme important en Afrique de l’Ouest, intitulé « Feed The Future », programme censé aider les gouvernements de ces pays à mettre en place des « cadres réglementaires pour les biotechnologies végétales ».

Or, il s’agit en fait de former des fonctionnaires favorables au chant des sirènes des biotechnologies végétales et d’éviter que les réglementations mises en place soient trop contraignantes. Ainsi l’USAID organisera des « missions » aux États-Unis, Canada, Afrique du Sud pour des responsables africains avant de leur montrer des « réussites indiscutables ».

La décision d’Evo Morales d’expulser l’USAID, si elle est teintée d’anti-américanisme, permettra donc aussi d’éviter l’introduction non contrôlée des plantes génétiquement modifiées, via des programmes d’aide pour la sécurité alimentaire.

Cette décision a été critiquée par l’Union européenne. Le chargé des affaires de l’Union européenne en Bolivie, Alain Bothorel, a ainsi souligné que les États-Unis et l’Union européenne sont de bons partenaires et les Européens ont toujours eu « un rôle complémentaire avec l’USAID » en matière de coopération dans le monde. « Nous regrettons de nous retrouver un peu isolés en ce qui concerne la coopération en Bolivie.

Ce qui a été réalisé par l’USAID a été bénéfique au peuple bolivien et nous ne pourrons pas remplacer ce qui a été fait par l’USAID, ceci ne figure pas dans notre plan de coopération ». Par contre, pas un mot (pour l’instant ?) du chargé d’affaire de l’UE sur la décision du ministre français délégué chargé du développement…

(…)

 

 

 

Pour lire l’article en entier, cliquer ICI
Un article de Christophe NOISETTE, publié par infogm.org et relayé par Jacques pour  SOS-planete

Et aussi:

UE – Un colza transgénique, tolérant un herbicide, autorisé pour l’alimentation humaine et animale

Greenpeace dénonce l’autorisation de cultures Ogm dans des zones protégées

Santé : les médecins s’unissent contre l’aluminium dans les vaccins

Le Japon et la culture d’organes humains dans le corps d’animaux

Panne à la centrale nucléaire de Fessenheim, un réacteur à l’arrêt

Obsolescence programmée : les députés bottent en touche

 

 

4 commentaires

  • Itsmie

    Good news or not good news???

  • derdesders

    je lisais un article parlant de sujet ici

    La Commission européenne autorise la mise sur le marché d’aliments contenant des colzas OGM

    ce commentaire m’a particulièrement interloqué

    @ marlounette
    Commentaire typique d’une personne qui ne sait pas ce qu’est un OGM et qui se contente de répéter ce qu’elle a pu lire ici où là sur des sites antis sans se donner la peine d’aller lire des sites fiables et sérieux !
    * Bénéfices d’importants groupes !!! Vous êtes aveugle ou quoi ! Monsanto est un nain financier par rapport aux « gros » de l’agroalimentaire (avez vous seulement réalisé que vous êtes entre les mains de 5 distributeurs alimentaires en France ?)
    * Les PGM pensent plus à la santé des hommes que n’importe quelle autre plante (riz doré, moins de mycotoxines, enrichissement en vitamines, oligoéléments, diminution du risque allergénique, teneur accrue en certaines catégories de substances, meilleur équilibre nutritionnel … etc)
    * Suicides des Indiens : le hoax habituel … alors que sur le terrain, c’est exactement l’inverse (moins de suicides chez les agriculteurs cultivant le cotonnier Bt –et non pas le coton- mais comme vous ne savez pas ce qu’est une plante, vous êtes presque excusable !)
    * Ces plantes ne pourraient pas se reproduire naturellement … vous avez vu ça où ? Encore un commentaire d’ignare !
    * Le crime contre l’humanité : c’est celui d’empêcher les gens de manger plus sain alors que c’est à leur portée immédiate ! C’est donc vous qui en êtes responsable !
    Votre pseudo, si proche de « marionnette », (à quelques mutations ponctuelles) près vous va comme un gant et trahit votre totale manipulation.

    gattaca | 02 juillet 2013 à 09h42

    plus c’est gros plus c’est con mieux c’est censé passer

    comme toujours rien n’est laissé au hasard voir sur Wikipedia à quoi fait référence le pseudo gattaca http://fr.wikipedia.org/wiki/Bienvenue_%C3%A0_Gattaca

  • …j’espère que ça va pas nous faire un Automne Sibérien !! …