Nigel Farage: « une contre attaque de la démocratie »