Il cherche une mère porteuse pour créer un bébé néandertalien

Une véritable idée à la con! Redonner la vie à un néandertalien disparu il y a 33 000 ans, pour devenir un animal de laboratoire 2.0 surveillé ab vitam eternam? Mais je suis persuadé d’une chose, il y aura des candidats prêtes à cela pour avoir leurs heures de gloire.

Un scientifique américain lance un appel « aux femmes courageuses » qui ne seraient pas contre l’idée de porter un bébé néandertalien. Celui-ci affirme détenir une quantité suffisante d’ADN pour recréer cette espèce disparue.

George Church, professeur  de génétique à la Harvard Medical School, en est certain, il va parvenir à recréer un homme de Neandertal, une espèce pourtant disparue, il y a 33.000 ans.

Interrogé par le magazine allemand Der Spiegel, George Church se montre très enthousiaste et ce malgré les nombreuses difficultés dont certaines d’ordre éthique relatives à son projet. « Ce serait bénéfique pour l’Humanité », explique-t-il. « L’homme de Neandertal pensait différemment de nous. Peut-être même était-il plus intelligent? Quand le moment viendra de gérer une épidémie ou de quitter cette planète, sa façon de penser pourrait nous être utile », affirme-t-il ajoutant que son expérience pourrait allonger considérablement notre durée de vie.


Mais pour mener son projet à bien, George Church a besoin d’une femme qui serait prête à porter ce bébé. « Il faut une femme courageuse pour porter le foetus », lance-t-il en guise d’appel aux potentielles intéressées. L’ADN néandertalien dont il dispose en suffisance, selon ses dires, pourra de la sorte être implanté dans des cellules souches injectées dans un embryon humain, qui sera ensuite placé dans l’utérus de la volontaire.

Mais attention pour que son plan fonctionne, il ne s’agit pas de recréer un seul homme. Selon George Church. Il en faut plusieurs pour que ceux-ci retrouvent leur identité propre. « Ils pourraient peut-être créer une nouvelle culture néonéandertalienne et devenir une force politique. Rien n’est aussi mauvais que le manque de diversité », indique-t-il. « C’est vrai pour la culture et l’évolution, mais aussi pour la société toute entière ».

A la question de savoir si ce procédé est éthique, George Church affirme être très attentif aux débats bioéthiques. Le scientifique pense qu’il faut être prudent et ce même s’il est convaincu des bienfaits de son expérience.

Source: 7sur7.be

9 commentaires