Un mentor de Mohamed Merah se manifeste au Pakistan

Je relaie l’information afin qu’elle soit débattue ici, mais je le dis franchement, je n’y crois plus! Je ne crois plus leur propagande qui veut faire de Merah un bon musulman extrémiste comme les USA les aime, ce « mentor » peut être est-il tout ce qu’il leur reste pour tenter d’être un minimum crédible? Autre point, c’est un groupe terroriste parfaitement inconnu (Jund al-Khilafah) qui aurait connu Mohammed Merah. Fait intéressant, c’est que son mentor se trouverait au Pakistan, sauf qu’après quelques recherches j’ai trouvé une trace du groupe Jund al-Khilafaha au Kazakhstan et non au Pakistan, deux pays différents et 2000 kilomètres de séparation. Encore une manip’ sur l’affaire Mérah?

Un mentor de Mohamed Merah se manifeste au Pakistan

Selon les agences de renseignements locales du Pakistan, Mohamed Merah aurait séjourné deux mois en 2011 dans l'est du pays.
Selon les agences de renseignements locales du Pakistan, Mohamed Merah aurait séjourné deux mois en 2011 dans l’est du pays.

Dans un texte de trois pages, le mouvement islamiste Jund al-Khilafah («les soldats du Califat») donne des détails sur ses liens avec Mohamed Merah.
L’auteur, Abu Qaqaa al-Andalusi, se présente comme le mentor de Mohamed Merah. Dans un style typique de la propagande djihadiste, il met en scène celui qu’il surnomme «Yusef le Français» comme un bon musulman qui a fait son devoir. Il le décrit comme féru d’informatique: «Il pouvait se servir de Linux et travaillait sur Mac. Il savait utiliser les logiciels de montage vidéo et aimait faire de la photo.»

Le texte affirme que le Toulousain aurait rencontré des Pakistanais à Islamabad. Ces contacts l’auraient mis en relation avec les talibans qui l’auraient conduit au Jund al-Khilafah dans les Zones tribales, une région semi-autonome près de la frontière afghane. À en croire Abu Qaqaa al-Andalusi, le jeune Français aurait accepté de mener une mission suicide en utilisant une ceinture d’explosifs. Mais un imprévu l’aurait forcé à rentrer en France. Cette version des faits cadre avec le séjour de Mohamed Merah au Pakistan, où il atterrit à la mi-août 2011. Selon les agences de renseignement locales, il y reste deux mois, dont de quatre à six semaines à Rawalpindi, Lahore et Gujrat, dans l’est du pays. Puis on perd sa trace pendant deux semaines. Est-il allé rejoindre le Jund al-Khilafah durant cette période?

Quête de crédibilité

L’identité du groupe écorne toutefois la crédibilité de ses affirmations. Lié aux talibans pakistanais, il a toujours concentré son action au Kazakhstan et en Afghanistan, où il a revendiqué deux attaques contre des bases américaines en 2011. À long terme, le mouvement entend restaurer le califat dans le monde musulman. «Il n’a jamais commis d’attentat en Occident et ne fait parler de lui que depuis deux ans, indique Simbal Khan, spécialiste de l’Asie centrale à l’Institute of Strategic Studies d’Islamabad. Les mouvements djihadistes n’ont pas pour habitude de rédiger des revendications aussi détaillées. Le Jund al-Khilafah semble essayer de prouver ses liens avec Merah pour asseoir sa crédibilité.» Il n’a d’ailleurs posté ni photo ni vidéo du Français pour appuyer ses dires. Le communiqué précise pourtant que «Mohamed Merah possédait un appareil photo Panasonic que les moudjahidins ont gardé avec eux».

Cette revendication s’ajoute aux soupçons d’un entraînement de Merah au Pakistan. L’hypothèse agace les services secrets locaux et la presse multiplie les articles critiques. «Les Occidentaux devraient comprendre pourquoi ces terroristes se radicalisent chez eux au lieu de nous faire porter le chapeau», clame le quotidien The News. Même son de cloche dans le Frontier Post, où un officier affirme dans une tribune: «Toute cette campagne vise à salir l’image du Pakistan.»

Source: Lefigaro.fr

6 commentaires