General Motors sort du capital de Peugeot PSA

Enfin une bonne nouvelle! GM go home, après le foutoir qu’ils ont mis au niveau de PSA… La société américaine à empêché Peugeot de vendre en Iran au nom de l’embargo américain qui depuis n’est plus, ce qui permet à GM de vendre dans ce pays à la place de PSA, et n’oublions pas que cela à aussi mené au licenciement de 8000 personnes dans l’entreprise française.

Philippe Varin, le patron de PSA, s’exprime le 2 juillet 2013 dans une nouvelle usine montée avec son partenaire chinois Dongfeng, à Wuhan, dans la province chinoise du Hubei ( AFP/Archives / )

L’Américain General Motors a annoncé jeudi son retrait du capital de PSA Peugeot Citroën, intensifiant les grandes manoeuves autour du constructeur français en difficulté, qui négocie une arrivée du Chinois Dongfeng aux côtés de l’Etat français.

PSA a confirmé jeudi matin « étudier de nouveaux projets de développement industriel et commercial avec différents partenaires, y compris Dongfeng Motor, ainsi qu’un projet d’augmentation de capital ».

Dans un communiqué, le constructeur souligne qu' »il n’y a aucun accord sur les termes d?une éventuelle opération ». « Ces discussions sont à un stade préliminaire et aucune assurance ne peut être donnée quant à leur aboutissement. » PSA et Dongfeng ont déjà une coentreprise, DPCA, qui exploite trois usines à Wuhan (centre-est de la Chine).

Selon une source proche du dossier, le montant envisagé de cette augmentation de capital est de 3,5 milliards d’euros. Le scénario le plus probable est que Dongfeng et l’Etat français y participent majoritairement et à hauteur équivalente, avec le renfort éventuel d’autres actionnaires « qui seront français », selon cette source.

La famille Peugeot, actionnaire historique de PSA et qui détient aujourd’hui 25,4% du capital et 38,1% des droits de vote, en perdrait logiquement le contrôle.

Plutôt que de voir sa part diluée, General Motors, au capital depuis l’alliance nouée au printemps 2012, a décidé de se retirer sans remettre en cause, assure-t-il, le partenariat industriel entre les deux groupes, dont les fruits s’avèrent moins juteux que prévu.

GM a choisi de céder « la totalité de sa part de 7%, soit 24,8 millions d’actions, dans PSA Peugeot Citroën, par l’intermédiaire d’un placement privé, à des investisseurs institutionnels ».

Infographie donnant les chiffres clés des 2e groupes automobiles européen et chinois ( AFP / )

Annonce surprise

L’annonce faite jeudi soir a surpris : quelques heures auparavant, PSA avait fait état d’un accord des deux groupes afin que « GM renonce à son droit de mettre fin (…) à l’alliance dans l’éventualité d’une prise de participation de certains tiers au capital de Peugeot ».

Le groupe automobile français a pris acte de ce revirement dans une brève déclaration publié sur son site. « PSA Peugeot Citroën prend acte de la cession par GM de sa participation ainsi que de l’engagement fort réaffirmé par GM concernant notre Alliance stratégique », a-t-il dit, sans autres commentaires.

Article complet sur Boursorama

8 commentaires