Le café est il bon pour la santé ?

Les Français consomment en moyenne 5,8 kg de café par an et par habitant.
C’est le deuxième produit d’importation derrière le pétrole et le premier marché alimentaire.
Le café est ainsi la boisson la plus consommée au quotidien par les Français après l’eau. 94% des Français consomment du café.

C’est devenu un mode de vie : pour se réveiller, pour se donner de l’énergie, pour digérer après le repas, par habitude,…
Mais alors qu’il est si présent dans notre quotidien, le café est-il bon pour la santé ? Zoom sur cette boisson complice de nos journées.

Le café, qu’est-ce que c’est ?

Le café est une boisson obtenue à partir des graines du caféier, un arbuste du genre Coffea. La culture du café est développée dans les pays à climat chaud d’Amérique, d’Afrique et d’Asie (surtout au Brésil et Colombie).

Quels sont les bénéfices vantés du café ?

Les études sur le café et ses conséquences sur l’organisme sont nombreuses et leurs résultats contradictoires.
Une douzaine de composés bioactifs sont présents dans la café.
La plus connue est la caféine. Elle régule l’excitabilité cérébrale.
Les polyphénols contenus dans la boisson jouent un rôle important grâce à leurs vertus antioxydantes.
À noter, les effets de la caféine dureraient six à huit heures.

Voici ce que notent les défenseurs du café.

Lire la suite >>>

Lire la suite >>>

4 commentaires

  • Emy Emy

    mais c’est bon je produis mon propre café j’en consomme tout les matins depuis des années et je vais bien.
    un corps au top et une intelligence parfaite.

    si c’était mortelle on le saurait voyons http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

  • Baltazar Baltazar

    ALIMENTATION
    La caféine, une drogue ?
    Nadielle Kutlu Collaboration spéciale

    « Le café, c’est ma drogue quotidienne. Et j’aime être drogué au café ! Je me fais un café au lait dès que je me lève et j’en prends un autre en arrivant au travail », mentionne Francis, 32 ans, jeune papa qui boit religieusement deux cafés par jour, en matinée.

    Cet accro au café doit-il changer ses habitudes ? Pas forcément. Présente dans une foule de produits, la caféine fait l’objet de nombreuses études, souvent contradictoires, parfois controversées. Le café nuit-il à la santé ? Ou est-il, au contraire, bénéfique ? Regard sur les mythes et la réalité.

    Drogue douce ou simple habitude ?

    « La caféine n’a pas la puissance d’une drogue dure, mais on peut quand même en devenir dépendant. La dépendance, c’est quand on arrête de consommer une substance et qu’on a des effets secondaires parce qu’on a arrêté de consommer cette substance », explique Pierre-André Dubé, pharmacien au Centre de toxicologie de l’Institut national de santé publique du Québec.

    Quels sont ces effets secondaires ? Il y en a principalement cinq : maux de tête, fatigue, irritabilité, difficulté à se concentrer et des symptômes de grippe (nausée, douleurs musculaires, etc.). Ces effets secondaires (ou de sevrage) disparaissent dès qu’on consomme à nouveau de la caféine. Résultat : on est pris dans un cercle vicieux.

    « Si je ne bois pas de café, j’ai mal à la tête toute la journée, même si je prends des Tylenol, observe Francis. J’arrive moins à me concentrer, je suis plus fatigué et je travaille moins bien. »

    Il faut toutefois savoir que les symptômes de sevrage disparaissent en général d’eux-mêmes au bout de quelques jours, sans avoir à consommer de caféine. Ce qui explique qu’aux yeux de nombreux experts, la caféine ne crée pas une véritable dépendance.

    « Le mot dépendance est peut-être fort, c’est plutôt une accoutumance, une habitude. Les effets de sevrage sont très temporaires et gérables », souligne la nutritionniste Nathalie Jobin, codirectrice chez Nutrium. À noter que si on veut diminuer la dose de caféine, il est important d’y aller progressivement.

    Or, selon la nouvelle édition de la bible des psychiatres, Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) de l’Association américaine de psychiatrie, ce n’est pas juste une question de dépendance ou d’habitude. Si 24 heures après avoir consommé de la caféine, vous éprouvez trois des cinq symptômes de sevrage, tout en étant incapable de fonctionner, vous seriez peut-être atteint de maladie mentale. Rien de moins. Un diagnostic très controversé au sein de la communauté scientifique.

    De l’énergie en tasse

    S’il y a un effet de la caféine qui est prouvé et qui fait l’unanimité, c’est qu’elle stimule le système nerveux central et agit comme un psychostimulant. « Donc, la caféine va réveiller, rend plus motivé, améliore les performances et augmente la concentration », dit Pierre-André Dubé. Elle favorise aussi la bonne humeur.

    Mais attention, tous ces effets positifs agissent temporairement, soit durant une vingtaine de minutes. Pour les maintenir, il faudrait enchaîner les cafés ou autres sources de caféine. Or, en dépassant la dose maximale de 400 mg par jour de caféine émise par Santé Canada, on risque d’être intoxiqué ou d’éprouver des sensations désagréables, c’est-à-dire des étourdissements, de l’anxiété, de la nausée, des tremblements, des palpitations, de l’hypertension ou des maux de tête. Sans oublier que consommer trop de caféine nuit à la concentration, à la prise de bonnes décisions et à la productivité.

    « Si je prends trois ou quatre cafés dans une journée, je ne me sens pas bien, remarque Francis. Je commence à avoir chaud et je suis étourdi. »

    « Le café donne une énergie artificielle. Les gens ont tendance à sauter le petit déjeuner et à boire un café. Il est préférable de prendre un bon petit déjeuner, avec des sources de glucides et de protéines pour avoir de la « vraie » énergie », explique le nutritionniste et propriétaire d’équipenutrition.ca, Guillaume Couture.

    Par contre, le café peut avoir un effet positif sur le mal de tête. La caféine étant un vasoconstricteur, elle réduit le diamètre des vaisseaux cérébraux, ce qui soulage le mal de tête. Dans des médicaments contre la migraine, on retrouve d’ailleurs de la caféine.

    Caféine et sport, un mariage heureux ?

    « L’impact de la caféine dans le sport est très controversé actuellement », constate le pharmacien Pierre-André Dubé. Selon certaines études, quand on compare les performances avec ou sans prise de caféine, il n’y aurait pas de différence, dit-il.

    Mais la caféine peut nuire à la performance sportive, soutient Guillaume Couture. « Lorsqu’on fait un sport de compétition, on essaie toujours de conserver ses battements cardiaques au plus bas. Or, la caféine engendre l’effet inverse : elle augmente le rythme cardiaque et brûle de l’énergie. On s’essoufflera alors plus rapidement. Il est préférable de prendre de la caféine en fin d’exercice, comme dans un sprint final, pour un boost à la fin », explique M. Couture.

    Le café permet-il de perdre du poids ? Il a tendance à couper l’appétit et brûle environ 75 calories, répond Guillaume Couture. Mais, on parle ici d’un café noir. Or, la majorité des gens y ajoute de la crème et du sucre. Sans oublier les cafés aromatisés, avec sirop et crème fouettée, servis dans les grandes chaînes. Le café devient alors très calorique. Quant aux antioxydants dans le café, ils sont minimes.

    Un liquide qui déshydrate ?

    Le café devient un diurétique quand on excède les 225 mg de caféine, soit deux tasses de café filtre, précise Nathalie Jobin. On risque alors la déshydratation. « En dessous de cette dose, contrairement à ce qu’on peut penser, le café ne déshydrate pas », dit-elle.

    Mais, mieux vaut tout de même boire de l’eau avant, pendant ou après la consommation de caféine. « En buvant du café, on a tendance à ne pas boire de l’eau. Donc là, il y a des risques de déshydratation », mentionne Guillaume Couture.

    Il y aussi une question d’habitude. « Près de la moitié des gens qui consomment du café régulièrement développent une tolérance à l’effet diurétique de la caféine », souligne M. Dubé.

    À boire… pour le plaisir

    Finalement, pour quelle bonne raison faudrait-il boire du café ? « Aucune, si ce n’est que pour le plaisir ! », lance Guillaume Couture. Mais, si on est santé, qu’on boit un ou deux cafés par jour et qu’on le tolère bien, la caféine n’est pas nocive, soutiennent les experts. Voilà qui est une bonne nouvelle pour Francis et les autres buveurs de café modérés !

    Encadré

    – Principale source de caféine chez les adultes: café (80 %), thé (12 %), boissons gazeuses (6 %).

    – Près de 20 % des hommes et 15 % des femmes de 31 à 70 ans dépassent la dose de caféine recommandée par Santé Canada

    Source Statistique Canada

    * * *

    – Un café filtre de 16 oz (473 ml) chez Starbucks contient 330 mg de caféine.

    – Un espresso de 30 ml contient environ 40 mg de caféine.

    – Un café décaféiné de 16 oz (437 ml) contient entre 8,6 et 13,9 mg de caféine.

    * * *

    La consommation maximale de caféine quotidienne recommandée par Santé Canada

    – Adultes : 400 mg

    – Femmes enceintes ou allaitant : 300 mg

    – Enfants de 4-6 ans : 45 mg

    – Enfants de 7-9 ans : 62,5 mg

    – Enfants 10-12 ans : 85 mg

    – Adolescents de 13 ans et plus : 2,5 mg par kg du poids corporel
    Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.

  • Emy Emy

    Merci M R pour cette jolie new (18/10)