Pôle-emploi et surveillance des fraudeurs: le gouvernement a fait marche arrière

Petit rappel au passage: le gouvernement socialiste veut absolument lutter contre la fraude, mais celle des « petits » que nous sommes, pas contre celle des multinationales qui se font un maximum d’argent en France et qui sont impliquées dans le scandale de l’évasion fiscale au Luxembourg, ni même contre celle des banques protégées qui ont casé de très nombreux emprunts toxiques illégaux dans le pays! Et même si sur ce sujet ils ont fini par faire marche arrière, ils restent néanmoins malhonnêtes jusqu’au bout…

Craignant cette fois-ci des réactions hostiles, le gouvernement a finalement retiré pole emploil’amendement qui prévoyait de donner à Pôle Emploi la possibilité de se faire communiquer par des intermédiaires tout une série de documents très intrusifs dans la vie privée des chômeurs, comme les relevés bancaires ou les données de connexion des opérateurs mobiles.

Pensait-il que ça passerait inaperçu ? Mardi, Numerama rapportait que le gouvernement avait déposé un amendement à son propre projet de loi sur le dialogue social et l’emploi, pour permettre aux agents assermentés de Pôle Emploi de se faire communiquer les relevés bancaires, relevés téléphoniques, données de géolocalisation et toutes autres informations détenues par certaines entreprises privées, qui permettraient de repérer des fraudeurs parmi les millions de personnes au chômage. Mais finalement le gouvernement a très vite reculé dès que la lumière s’est faite sur l’amendement.

Ainsi le texte a été retiré avant discussion hier soir, et ne sera donc pas débattu dans l’hémicycle. « Le ministre s’est rendu compte que ça n’avait pas été suffisamment concerté« , a expliqué une source proche du ministre du travail Français Rebsamen, à l’AFP. « Il s’agissait de donner à Pôle emploi les mêmes moyens de contrôle que les Urssaf« , mais pas d’une « volonté de stigmatiser les chômeurs« .

Or c’est peut-être aussi pour éviter un débat plus général sur le « droit de communication » que le gouvernement n’a pas insisté. Car ce droit auquel les intermédiaires ne peuvent s’opposer est d’une incroyable intrusion dans la vie privée des citoyens français, sans aucun contrôle judiciaire, et existe déjà sous diverses formes au bénéfice de l’URSSAFdes Douanes, du Fisc, de la répression des fraudes et de la protection des consommateurs, et de l’Autorité des Marchés Financiers.

Source: Numérama

 

6 commentaires

  • Maverick Maverick

    Enlève ton masque, Wauquiez ! On t’a reconnu …

  • Berrurier

    Mais quand donc comprendrons nous que nous sommes que le la piétaille pour ceux qui nous gouvernent ? Continuons à croire en notre belle démocratie et continuons à élire toujours les mêmes gangsters. Sarkozy est un escroc ? Pas de soucis il sera quand même investi par l’UMP. Hollande est un nul pointé ? Aucun problème les socialistes l’investiront. Marine Le Pen est une possible alternative (enfin ça c’est aussi à voir….)? Pas de soucis si elle est élue, notre Sinistre Valls a dit qu’il invaliderait les élections. Alors on continue comme ça et on va droit dans le mur ou bien on essaie de penser autrement ? Sommes nous donc que des veaux ou des moutons que l’on mène à l’abattoir ?

  • rouletabille rouletabille

    Ils vont vérifier les chiottes aussi ?
    http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif