Le vigneron condamné pour refus d’usage de pesticides est relaxé en appel !

C’est une super bonne nouvelle ! Monsieur Giboulot, un vigneron de Côte d’Or, le-viticulteur-bioqui, en première instance, avait été condamné pour avoir refusé d’obéir aux ordres de la Préfecture lui imposant l’emploi de pesticides (lire ici), vient d’être relaxé en appel (lire ici).

Le bon sens a donc prévalu sur  une administration tatillonne.

Est admis l’idée qu’il n’est pas indispensable d’avoir recours automatiquement à des pesticides en cas d’attaque parasitaire. Est reconnu le droit à se défendre en employant des moyens adaptés, autres que certains pesticides ayant des effets secondaires potentiellement dangereux.

« C’est une victoire de la mobilisation citoyenne, c’est être lanceur d’alerte », a déclaré à l’issue du prononcé de l’arrêt de la cour M. Giboulot, acclamé par son comité de soutien. « Il y a une prise de conscience de plus en plus forte quant à l’importance de réduire l’usage des pesticides qui me donne des espoirs pour l’avenir de l’agriculture ».

Interrogés sur ce verdict, d’autres viticulteurs (qui avaient obéi au Préfet) ont fait profil bas, minimisant la portée de ce jugement.

Un regret : que nous soyons obligé de considérer comme une victoire le seul fait, pour une personne, d’avoir refusé l’emploi de pesticides alors que, dans la réalité, la France reste un utilisateur immodéré de ces produits. Avec une législation toujours soumise au lobby des céréaliers industriels. Lire ici tout ce qui concerne les pesticides.

Comme quoi, la fin du combat n’est pas pour demain.

En attendant, bravo, Monsieur Giboulot !

Source: Médiapart

4 commentaires