Ukraine : Vers une annulation de l’adhésion avec l’Union Européenne…

Entre les déclarations tonitruantes de O-blabla, et de son caniche préféré Flamby toujours prompt à cautionner « la voix de son maitre », pour sanctionner la Russie. A l’approche des vacances, beaucoup de toutous vont être abandonnés, les pauvres bêtes seront sacrifiées après avoir servi un temps, pour satisfaire l’égo de leurs maitres. Vous voyez l’allusion? Voilà que l’Ukraine s’interroge sur l’opportunité d’adhérer à la machine à broyer les peuples. Fasse que ses cogitations soient bénéfiques aux Ukrainiens, qui n’ont pas besoin de l’U.E, qui aide toujours avec des conditions contraignantes et avilissantes pour les populations . Pendant que nous et d’autres, sommes de plus en plus nombreux à vouloir sortir de ce machin sans cohésion, on ne saurait trop conseiller à  Piotr Porochenko, de se dire que,  pour ne pas chercher comment en sortir, il vaut mieux ne pas entrer dans cet engrenage destructeur.

Il serait prématuré de tirer des conclusions trop hâtives à la simple découverte de cette information, pourtant, la seule lecture du titre original « Porochenko doute de la nécessité de l’association avec l’Union Européenne » met en lumière la possibilité d’un revirement de situation pour le moins inattendu !
Le nouveau président ukrainien fraîchement élu, Piotr Porochenko aurait-il enfin compris que le salut de son pays ne se trouve pas dans une alliance avec l’Union Européenne ? En tant qu’oligarque opportuniste averti à la tête de plusieurs milliards, les profonds changements géo-politiques et économiques en cours matérialisés par les récents accords commerciaux sino-russes ne lui ont sûrement pas échappé, d’autant plus que ces derniers ont été suivis par la création de l’Union économique eurasiatique (UEE).

Cet accord, signé entre la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan, s’enrichira bientôt de l’Arménie et du Kirghizstan. Ajoutez à cela un renforcement des liens de la Russie avec l’Iran et la Syrie, avec lesquels des accords commerciaux ont récemment eu lieu, permettant entre autre un contournement des embargos économiques instaurés par les vautours de Washington, suscitant par la même occasion une rage folle chez Obama, qui en est encore à évoquer de nouvelles sanction guignolesques…

De plus, pour compléter le tableau, il faut ajouter les Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), auxquels pourrait bien s’ajouter prochainement l’Argentine, et qui représentent une véritable menace face à la puissance économique de l’UE et des Etats-Unis, menace dont ont pris conscience les analystes de Goldman Sachs eux mêmes. Le vent est en train de tourner, et l’hégémonie Américaine de sombrer de facto, il est donc peut être temps pour Porochenko de se ranger du côté du plus fort avant de tout perdre.

Le veilleur

 

L’Ukraine doit-elle s’associer avec l’Union Européenne ? Le vainqueur de la course présidentielle en Ukraine Piotr Porochenko se pose cette question depuis quelques jours.

« Le roi du chocolat » a indiqué vouloir signer la partie économique de l’accord d’association avec l’Union Européenne presque immédiatement après son investiture. La situation a donc l’air de se calmer dans le pays, les chaînes ukrainiennes montrant Porochenko en train de d’édulcorer le quotidien terne des militants du Maïdan. Cependant, des déclarations diamétralement opposées sont apparues dans les médias américains.

Mercredi, le quotidien américain The Wall Street Journal a indiqué que Porochenko aurait demandé, lors d’une conversation avec le président du Conseil européen Herman Van Rompuy, « un peu de temps » pour signer l’accord. Les diplomates en ont parlé aux journalistes qui ont entendu cette information de la part du porte-parole de Van Rompuy, Didier Seeuws.

Il est peu probable qu’il s’agisse d’un « téléphone arabe », cette information ayant plutôt l’aspect d’une fuite et non pas d’une rumeur. Peut-être que c’est un moyen pour Porochenko de tester la réaction de Bruxelles par rapport aux mesures qu’il envisage de prendre. Comment réagira l’Europe à ce report de la date de signature ?

Peut-être que Piotr Porochenko commence à se rendre compte que l’association avec l’Europe pourrait détruire l’économie ukrainienne ? Il est possible que quelqu’un de son entourage ait lu le texte du document en entier et ait aperçu le flou dans les formulations du texte en anglais de l’accord. Ou alors l’équipe de Porochenko a lu une traduction de l’accord de 200 pages, le document original comptant en tout 1000 pages.

Sinon, Porochenko cherche-t-il un instrument pour entamer des négociations avec l’Europe ? Dans l’espoir que cela permettra d’alléger en partie le fardeau de la servitude de l’Ukraine. Ou alors l’Europe pourrait donner à Kiev dès maintenant un peu d’argent pour que le pays puisse mettre son industrie aux standards techniques européens.

Mais le plus probable, c’est qu’il s’agit d’une fuite, rendue publique exprès pour tester les manifestants du Maïdan. Car les émeutes pro-européennes ont commencé après que les autorités ukrainiennes ont lu le document et ont commencé à douter de la nécessité de l’association de l’Ukraine avec l’UE.

Porochenko n’a pas l’intention de perdre le pouvoir, alors qu’il vient à peine de l’obtenir. Il se rend très bien compte qu’il peut perdre le contrôle du pays à cause d’une association inéquitable qui détruira les derniers espoirs de maintenir l’Ukraine à flot. Mais ayant remarqué que les manifestants sur le Maïdan ne sont pas pressés de se disperser et que la foule s’est peu à peu transformée en un organe de pouvoir autoproclamé, Piotr Porochenko a décidé de trahir son pays.

Après tout, personne n’a promis aux Ukrainiens la belle vie sous le « roi du chocolat »…

Par Mikhail Voskressenski

Lire l’article
 
Source Le-veilleur.com – Article libre de reproduction à condition de laisser le lien pointant vers cette page

 

4 commentaires