Rome – L’homme des relations publiques papales défend désespérément la sainteté

Aujourd’hui, les médias se montrent exaltés avec cette double canonisation relativement discutable, eux qui savent si bien ignorer habituellement les actes christianophobes et les mises à morts de chrétiens dans certains pays du Maghreb, ils se montrent très prolifiques en reportages, déclarations et directs ces jours-ci… Il ne faut pourtant pas oublier que le fait d’être pape ne signifie pas pour autant « odeur de sainteté », et un site américain, le Snap network pour Survivor Network of those Abused by Priests (le réseaux de survivants abusés par des prêtres) a publié un communiqué rappellent justement ce fait: Jean-Paul II n’était pas irréprochable, aussi sympathique était-il pour les foules, et qu’il n’a pas pour autant lutté contre la pédophilie au sein de l’église catholique.

pédophilie église vatican

Pour communication immédiate: vendredi 25 avril 2014

Déclaration de Barbara Dorris de St. Louis, Directrice des actions et relations extérieures de SNAP, le Réseau de Survivants Abusés par des Prêtres.
(SNAPdorris [AT] gmail.com)

A ce stade, il est pathétique que le porte-parole de longue date du Pape Jean-Paul II essaie toujours de défendre son horrible historique de la violence sexuelle contre des enfants et sa dissimulation des prédateurs par l’Église.

Pour autant que nous sachions, durant 27 ans en tant que pape, il a entrepris une démarche : en 2002, il a rencontré à ce sujet quelques cardinaux des États-Unis. Qu’est-il sorti de cet événement? Une séance de photos qui a donné l’impression trompeuse que les choses étaient en train de changer.

Les prélats US étaient déjà en train de rédiger une toute première politique nationale en cas de viol avant de s’asseoir avec Jean-Paul. Une fois qu’elle fut finalisée, le pape et son personnel affaiblirent sévèrement une politique déjà faible.

Des gens raisonnables peuvent spéculer sans fin sur la raison pour laquelle Jean-Paul n’a pratiquement rien fait à propos de cette crise, mais aucune personne raisonnable ne peut citer une seule mesure concrète prise pour la prévenir, la freiner, l’arrêter ou l’exposer.

Certains disent, dans les termes de l’Associated Press, qu’il avait « seulement saisi l’ampleur du scandale tardivement dans sa papauté ». Ah bon ? Même tard dans son mandat, Jean-Paul n’a pris aucune mesure, quelle qu’elle soit pour protéger un enfant, dénoncer un prédateur, punir un évêque ou dissuader une dissimulation.

Le porte-parole Joaquin Navarro Valls affirme (à nouveau en accord avec l’AP) que « Jean-Paul avait trouvé difficile d’accepter que des prêtres puissent violer des enfants en raison de ‘la pureté de sa pensée' ». Ceci est à la fois insultant et ridicule.

On ne s’élève pas jusqu’au plus haut sommet de la monarchie la plus ancienne, la plus grande et la plus puissante du monde en étant naïf. De toute évidence, Jean-Paul était un homme très avisé. Il n’ignorait pas ce scandale.

Ces jours-ci, nous nous souvenons de lui comme d’une figure médiatique âgée, appréciée, aimable, souffrante et aux épaules voûtées. Mais tout le monde sait qu’il était, comme tous les papes, un homme brillant. Il savait très bien que beaucoup de prêtes violent, sodomisent, tripotent et agressent des enfants et que beaucoup d’évêques ignorent et cachent ces crimes odieux.

Il avait simplement choisi de ne rien faire concernant cette crise. Pour cette seule raison. il est injuste de le canoniser.

http://www.snapnetwork.org

Source du communiqué d’origine (en anglais): snapnetwork.org

Traduction: Jean-Claude pour les moutons enragés (merci à lui)

 

Petit rappel quand même: Il ne s’agit pas ici de « cracher » sur une grande figure de la religion catholique, mais de ne pas oublier certaines vérités que les médias ne mettent pas en avant, ainsi de laisser la parole à tous même si cela dérange.

6 commentaires