L’amateurisme dans le nucléaire, ne laisse rien présager de bon.

Une substance suspecte se dégage des fûts de déchets radioactifs à Dessel !

En février 2013 et ça ne sort que maintenant dans la presse (!!!), lors d’un contrôle de routine entreprit par les experts de l’Organisme National des déchets radioactifs, ils ont fait la Nuclear_Reactor_by_goran_ddécouverte d’une substance gélatineuse suintant d’un fût, depuis c’est de 42 d’entre eux sur les 58 entreposés, que s’échappe cette même substance.

L’AFCN assure qu’il n’y a aucun danger de contamination, tant pour les travailleurs que pour les riverains, ces fûts sont (seulement) maintenant en quarantaine. Selon les experts nationaux (!!) cette gélatine serait issue d’une réaction chimique interne avec le béton. Dès lors il est permis de faire la relation entre « ce » béton et celui utilisé dans les réacteurs, ne serait-ce pas cette réaction qui serait à l’origine des fissures.

Le plus effarant dans cette histoire de fûts, c’est la question qu’on se pose chez « Electrabel », d’où proviennent-ils ?

Ce n’est pas la première fois qu’un incident se produit chez Belgoprocess.

Le 4 octobre 2011, trois personnes dont deux inspecteurs de l’AIEA et de l’Euratom et un travailleurs de la société ont été contaminés par du plutonium dont le récipient serait tombé au sol. Selon le porte-parole de la société, la quantité était petite (mais radioactive !!)

Le 8 novembre, soit un mois à peine, un deuxième (sans parler de ceux qu’on ignore) incident s’est produit, causant la contamination de deux opérateurs lors d’une phase préparatoire de rapatriement de container en béton dans une unité de retraitement de la société. Le service d’infirmerie interne a procédé à leur décontamination et par précaution, les a envoyés pour des analyses complémentaires dans un labo spécialisé. Classé niv. 1 INES.

Mais pas que chez Belgoprocess. D’autres incidents ont eu lieu et curieusement pour certains ce n’était qu’un simple fait divers, comme en mai 2013, un incendie somme toute, banal chez Duferco à la Louvière, à la différence près qu’il s’agissait d’un hangar de déchets radioactifs situé tenez-vous bien dans « les laminoirs à froid de NLMK. Initialement un périmètre de sécurité de 500 avait été instauré, mais au vu de la nature de ce que contenait l’entrepôt, il fut augmenté à un 1 km, une bonne heure après le début de l’incendie (!!!).

On ne parlera pas assez des nombreuses fuites émanant des centrales, comme le 13 août 2013, et assez étrangement cela se passe quasi toujours la nuit et concerne très (trop) souvent les canalisations de refroidissement, ici il était 22:58. Ne parlons pas non plus de celle de Tricastin il y a quelques jours, où il fut découvert de l’eau tritiumisée « sous » les bâtiments des réacteurs 2 et 3, et suivant l’info de ce jour, la fuite n’est toujours pas identifiée. Oserais-je le dire, encore de l’équipement EDF tout comme pour Dessel (étrange, vous avez dit  !!).

Autre incident autre genre mais toujours sur un site nucléaire et, une fois n’est pas coutume, géré par EDF à Flamanville. De l’huile s’est répandue au sol et, … dans la mer. L’huile concernée serait « biodégradable » (mais oui) et servirait au fonctionnement d’une grille du système de filtration d’une des stations de pompage d’eau de mer. Qu’adviendrait-il si cette grille serait grippée?

9 commentaires

  • « L’amateurisme dans le nucléaire, ne laisse rien présager de bon. »
    boudu !! ça c’est une nouvelle !!! et quand Fukushima va finir son triste boulot nous on va se pisser dessus :

    http://www.leparisien.fr/environnement/japon-seisme-de-magnitude-5-3-a-fukushima-pas-d-alerte-au-tsunami-19-09-2013-3151203.php

    c’était juste un frisson de fièvre !! … c’te blague !

    • Eaglefeather Eaglefeather

      Oui il y a effectivement « Fuck You she me », mais on ne parle pas assez de ce qui se passe ici en Europe et plus précisément en Belgique et en France, où EDF est un peu trop souvent mis en cause.

      • ha non faut pas en parler !! ici tout est propre !! nous avons le fleuron des cerveaux scientifiques … ou les légères incidences sont sans gravités !! mais oui bien sur !! c’est c’là oui ! :)

  • Lionel

    Tous les pays nucléarisés sans exception ont jeté en mer des milliers de conteneurs de déchets, il existe une carte de ces rejets connus et plus ou moins officiels.
    Près des côtes ou en plein océan, près du pôle Nord…
    De simples fûts entreposés gentiment dans des hangars donnent ce genre de résultats, alors imaginons ce qui peut se passer en milieu corrosif salin et à des pressions de folie !
    Les Zuniens ont une base au Texas de pas mal de centaines d’ha où les déchets de plusieurs décennies sont entreposés à ciel ouvert ( au moins on peut voir ce qui se passe… ) et le problème est qu’il faut vachement de personnel pour surveiller tout ça et que les caisses de l’État étant ce qu’elles sont il n’y avait personne pour éteindre un gigantesque incendie de la forêt environnante il y a deux ans !
    Ils nous disaient que les conteneurs ne risquaient rien mais l’ambiance n’y était pas… le stress était palpable !
    Chaque déchet engendre une quantité importante d’autres déchets concentrés en radionucléides donc hautement radioactifs et plus ils tentent de filtrer, de recycler et plus nous sommes certains que ce genre de blague va se produire de plus en plus souvent dans l’avenir et certainement pas avec plus de sécurité !
    La réaction avec ces fûts laisse imaginer ce qui a pu se passer sous les réacteurs de Fukushima quand des coriums à plus de 2800°C sont entrés en contact avec le béton et l’eau salée, ça doit drôlement les passionner puisqu’ils ne savent rien de ce qui peut se passer, ils découvrent comme nous les côtés amusants de leurs jouets de mort !
    Vivent les techno-sciences et le Progrès, nos savants fous ou avides de richesse ont là une cour des grands sans pareil, c’est ça qui est bien avec le capitalisme, c’est qu’au nom de la science, de l’avenir et de la démocratie on « s’éclate » et pour longtemps, nos enfants dans 1 siècle ou deux se souviendront de nous c’est sur !!!

    • rouletabille rouletabille

      merci de votre commentaire..
      en complément

      iode 131I 8,02 jours
      krypton 85Kr 10,70 ans
      tritium 3H 12,30 ans
      carbone 14C 5 700 ans
      plutonium 239Pu 24 300 ans
      plutonium 244Pu 80,8 millions d’années
      iode 129I 17 millions d’années
      uranium 235U 710 millions d’années
      uranium 238U 4,5 milliards d’années
      thorium 232Th 14 milliards d’années

  • parazitologique

    Bonjour les moutons

    Voilà je poste cette vidéo, juste pour vous montrer qu’il y a d’autres catastrophes
    qui ne tarderont pas à faire surface, certainement l’année prochaine.

    http://youtu.be/4JIBh8HQ-XU