Le gouvernement bolivarien met fin aux conversations pour régulariser les relations avec les Etats-Unis

Bonjour à tous! Avant toutes choses, merci pour vos commentaires et surtout désolée de ne pas prendre le temps de répondre, mais du temps je n’en ai pas pour le moment.
J’essaie avec Voltigeur et les autres moutons du site de fournir un brin d’actualité, mais je fais cela en coup de vent, avant d’aller bosser.
On Continue ici avec La politique étrangère. Quand les Pays d’Amérique Centrale dérangent trop les United States …

...

Le Ministère du Pouvoir Populaire pour les Relations Extérieures du Venezuela a informé de façon formelle, ce vendredi 19 Juillet l’Ambassade des Etats-Unis dans ce pays, de sa protestation face aux récentes déclarations d’ingérence de Samantha Power, candidate désignée par le gouvernement de Barak Obama pour être ambassadrice auprès de l’Organisation des Nations Unies (ONU)

Texte complet du communiqué :

REPUBLIQUE BOLIVARIENNE DU VENEZUELA MINISTERE DU POUVOIR POPULAIRE POUR LES RELATIONS EXTERIEURES

Le Ministère du Pouvoir Populaire pour les relations extérieures rejette catégoriquement les déclarations faites au Comité des Relations Extérieures du Sénat des Etats-Unis par Samantha Power, candidate à la fonction d’ambassadrice de ce pays à l’Organisation des Nations Unies, déclarant qu’une partie de son travail consistera à « lutter contre la répression exercée par certains pays, dont le Venezuela, sur les sociétés civiles ».

Ces propos irrespectueux ont été avalisés et soutenus par le Département d’Etat, contredisant ainsi le ton et la forme exprimés par John Kerry, lors de la rencontre qui eut lieu à Antigua, au Guatemala en Juin dernier avec le ministre des relations extérieures, Elia Jaua.

La préoccupation exprimée par le gouvernement des Etats-Unis pour la supposée répression au Venezuela sur la société civile est inacceptable et infondée. Le Gouvernement Bolivarien du Venezuela a au contraire largement démontré qu’il possède un solide système de garanties constitutionnelles pour préserver la pratique et le strict respect des droits de l’homme fondamentaux, comme cela fut reconnu par l’ONU, en de multiples opportunités et occasions.

Par contre le monde entier exprime constamment sa préoccupation face aux pratiques répressives exercées par les Etats-Unis, dont la violation des droits de l’homme à la prison illégale de Guantanamo, les assassinats de civils exécutés par des avions sans pilotes (drones) et la regrettable persécution faite à Edward Snowden, victime de la plus féroce répression pour avoir exercé son droit à une opinion différente et dénoncé les pratiques du Gouvernement des Etats-Unis qui violent (entre autres) le droit à la vie privée de toutes les personnes du monde, droit inscrit dans l’article 12 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, en plus de la flagrante intention de violer les règles qui définissent le droit d’asile amplement reconnues par les nations civilisées.

La République Bolivarienne de Venezuela réitère que, comme l’exprima le Président de la République Bolivarienne du Venezuela, Nicolas Maduro Moros, mettre en œuvre une bonne relation avec le gouvernement des Etats-Unis implique la pratique du respect mutuel et la reconnaissance absolue et totale des principes de souveraineté et d’autodétermination.

La République Bolivarienne de Venezuela n’acceptera jamais d’ingérences d’aucunes sortes dans ses affaires internes.

Prenant acte de l’appui du Département d’Etat aux intentions d’ingérence exprimées par Samantha Power, la République Bolivarienne du Venezuela considère que les processus initiés lors des conversations au Guatemala visant à une régularisation de nos relations diplomatiques prennent fin.

Caracas 19 Juillet 2013

Traduit par : Irisinda

 

Source : http://www.legrandsoir.info/communique-le-gouvernement-bolivarien-met-fin-aux-conversations-pour-regulariser-les-relations-avec-les-etats-unis-texte.html

7 commentaires